Facebook et d'autres réseaux sociaux commencent à assigner des représentants en Turquie à la lumière d'une nouvelle loi

La loi adoptée en juillet dernier commence déjà à influencer les réseaux sociaux tels que Facebook, Twitter ou Youtube
Atalayar_Redes Sociales Turquía

AFP/OZAN KOSE  -   La Turquie a adopté en juillet une nouvelle loi obligeant les sociétés de réseaux sociaux tels que Facebook et Twitter à maintenir des représentants dans le pays

La Turquie a adopté en juillet une nouvelle loi exigeant des sociétés de réseaux sociaux comme Facebook et Twitter qu'elles aient des représentants en Turquie pour traiter les plaintes relatives au contenu. En conséquence, Facebook a déjà commencé le processus d'attribution d'une entité juridique dans le pays. 

En outre, l'autorité turque des technologies de l'information et des communications a interdit les publicités sur Twitter, Pinterest et Periscope en vertu de la nouvelle loi sur les réseaux sociaux. Les critiques considèrent cette loi comme un "moyen de museler l'opposition". 

Facebook rejoindra LinkedIn, YouTube, TikTok, Dailymotion et la plateforme de réseau social russe VKontakte pour établir des entités légales en Turquie. En outre, d'autres entreprises ont déclaré qu'elles allaient nommer un représentant local. La société YouTube, propriété de Google, a déclaré le mois dernier qu'elle avait décidé de nommer un représentant en Turquie. Selon le Journal officiel, les mesures visant Twitter, l'application de vidéo en direct Periscope et l'application de partage de photos Pinterest prendront effet mardi.

Les entreprises qui refusent de nommer un représentant officiel peuvent être sanctionnées, leur publicité interdite et leur bande passante réduite, rendant leurs réseaux trop lents à utiliser. 

L'année dernière, les autorités turques ont infligé au géant des réseaux sociaux une amende d'au moins 40 millions de lires turques (5,3 millions de dollars) pour ne pas avoir donné suite à une demande de désignation d'un représentant. Les interdictions de publicité pour les entreprises qui ne s'y sont pas conformées doivent commencer mardi.

"Cette décision ne change pas les normes de la communauté Facebook, ni le processus mondial d'examen des demandes des gouvernements, et nous retirerons le représentant si nous subissons des pressions de la part de l'un d'entre eux", a déclaré Facebook dans sa déclaration.

En vertu de la loi, le représentant local des sociétés de réseautage social doit répondre aux demandes individuelles de retrait de contenus qui violent la vie privée et les droits de la personne dans un délai de 48 heures. En cas de rejet, une justification doit être fournie. L'entreprise sera responsable des dommages si le contenu n'est pas retiré ou bloqué dans les 24 heures.

Les données doivent également être stockées en Turquie, ce qui est préoccupant car c'est un pays où le gouvernement a l'habitude de restreindre la liberté d'expression.

Milena Buyum, une militante d'Amnesty International en Turquie, a tweeté que la loi porte atteinte à la liberté d'expression en ligne dans un pays où les médias indépendants sont déjà restreints.

Facebook a déclaré : "Nous restons engagés envers la communauté turque et envers la défense de la liberté d'expression et des autres droits de l'homme en Turquie."

Il y a une semaine, le conseil anti-monopole turc a ouvert une enquête contre Whatsapp et Facebook Inc. sur les nouvelles conditions. Ils mettent en évidence les problèmes de protection de la vie privée et incitent les utilisateurs turcs à passer à d'autres applications de messagerie.