Fermeté régional entre la Turquie et la Russie dans le Caucase

Erdogan donne un avertissement à l'Arménie et l'exhorte à quitter le territoire azéri tandis que la Russie veille de façon menaçante à « veiller sur la paix du territoire »
Putin y Erdogan

SPUTNIK/SERGEY GUNEEV  -   Le président russe Vladimir Poutine et le président turc Recep Tayyip Erdogan

Les puissances internationales les plus historiquement impliquées dans le conflit caucasien du Haut-Karabakh, la Turquie et la Russie, se retrouvent après leurs affrontements en Syrie et en Libye. Le conflit territorial entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan éclate à nouveau ce week-end avec des affrontements directs à la frontière de la République autodéterminée d'Artsakh.  

Vendredi dernier, plusieurs tweets ont été publiés accusant le gouvernement turc de déplacer des milices du nord de la Syrie et de la Libye vers l'Azerbaïdjan, mais personne ne connaissait le motif ou la raison de ce déplacement. Le soutien de la Turquie aux Azéris est connu pour être historique pour des raisons ethniques et religieuses. Après cette nouvelle, plus précisément dimanche, les Arméniens et les Azéris ont de nouveau sorti leurs armes, faisant au moins 30 morts parmi les soldats. 

En réponse à ces rumeurs, le ministère arménien des affaires étrangères a accusé la Turquie de participer aux hostilités sur le terrain. « Avec les Azerbaïdjanais, les spécialistes militaires turcs se battent, en utilisant des armes turques, y compris des drones et des avions de chasse », a déclaré le ministère arménien des affaires étrangères dans un communiqué.

Le président de la Turquie, Recep Tayyip Erdogan, s'est fait l'écho de ces rumeurs sans les confirmer ni les démentir. Il a expliqué que « l'Arménie devrait immédiatement quitter le territoire occupé ». « Cela conduirait à la paix, toute autre option serait de continuer à gâter l'Arménie », a ajouté le dirigeant turc en rappelant que la région du Haut-Karabakh, contrôlée de facto par l'Arménie depuis 1994, est un territoire azéri. 

La Russie a également été prompte à s'exprimer, déclarant lundi qu'elle était en plein contact avec la Turquie en raison de cette escalade de la tension, surtout après les accusations d'intervention turque dans la région. Il convient de rappeler que les deux pays ont une présence militaire dans les États concernés. Moscou a une base militaire en Arménie et Ankara est le principal allié de l'Azerbaïdjan.

Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, dans des déclarations à la presse locale, a appelé Erevan et Bakou à « faire preuve d'un maximum de retenue » et à abandonner toutes les mesures qui pourraient conduire à une nouvelle escalade de la situation. Il a également rappelé que la Russie, en tant que membre du Groupe de Minsk pour le règlement du Haut-Karabakh, est prête à utiliser ses « bonnes relations » avec les deux parties du conflit pour faire de la médiation. 

Tropas Nagorno Karabaj
AFP / MINISTÈRE DE LA DÉFENSE DE L'AZERBAÏDJAN - Les troupes azéries mènent une opération de combat lors des affrontements du 28 septembre 2020 entre les séparatistes arméniens et l'Azerbaïdjan dans la région frontalière du Haut-Karabakh

Le Haut-Karabakh est un territoire situé à l'intérieur des frontières de l'Azerbaïdjan. Il compte 140 000 habitants et 90 % de la population parle l'arménien. L'Arménie prétend que, historiquement, ce morceau de territoire lui appartient. Mais en déterminant les frontières pendant l'ère de l'URSS (1918), Staline n'y a pas pensé et les a laissées en dehors de leur frontière naturelle.

Après une longue guerre (1987-1994) qui a fait 30 000 morts et plus d'un million de personnes déplacées, le territoire du Haut-Karabakh s'est proclamé République indépendante d'Artsaj. Bien qu'ils ne soient reconnus par aucun État des Nations unies, ils sont soutenus par l'Arménie, qui en est venue à contrôler la zone entourant le Haut-Karabakh et qui occupe 20 % du territoire azerbaïdjanais. 

Ni la création du groupe de Minsk en 1994 pour servir de médiateur entre les parties en conflit, ni les pourparlers de paix de Madrid en 2009, qui ont tenté de définir trois étapes vers un accord, n'ont été d'aucune utilité. Aujourd'hui, en 2020, au plus fort de la pandémie mondiale, le conflit reprend avec plus de tension que jamais, surtout avec l'intervention voilée du déjà rival Erdogan et Poutine.

Combien de temps dureront les affrontements armés ? 

Los combates en la zona azerí ocupada por Armenia ya se han Les combats dans la zone azerbaïdjanaise occupée par l'Arménie ont déjà fait des dizaines de victimes parmi les civils et les militaires. Lundi, les affrontements ont continué et, selon l'agence EFE, l'Arménie et l'Azerbaïdjan offrent des versions contradictoires des événements sur le terrain. 

« Qui a commencé le premier » est une question qui est restée en suspens. Il semble que l'Azerbaïdjan tente de récupérer le territoire occupé par l'Arménie. Et il réussit, du moins c'est ce qu'ils ont dit en décrivant l'avance sur le territoire des derniers belligérants.

Ce soir, les affrontements armés intenses se sont poursuivis. Les forces arméniennes, « afin de regagner les positions perdues ont fait plusieurs tentatives de contre-attaque » dans la région de Fizuli-Jabrayil et Agdera-Terter, a ajouté le ministère azerbaïdjanais de la Défense dans un communiqué. L'Arménie, à son tour, a indiqué que « des batailles d'intensité différente se poursuivent ». 

Mapa de Armenia y Azerbaiyán
AFP - Carte de l'Azerbaïdjan et de l'Arménie

Les forces du Haut-Karabakh ont jusqu'à présent confirmé la mort d'au moins 59 soldats lors des attaques des forces azerbaïdjanaises. Bakou n'a pas encore fourni d'informations officielles sur le nombre de victimes militaires dans la région lors de l'escalade qui a débuté dimanche. 

Erdogan a accusé le groupe de Minsk, dirigé par la Russie, les États-Unis et la France, « non seulement de ne pas avoir résolu le problème en 30 ans, mais de faire tout son possible pour ne pas le résoudre », a-t-il annoncé dans une interview télévisée hier.

Les deux pays appellent à un cessez-le-feu alors qu'ils préparent leur matériel militaire pour intervenir si nécessaire. Cette guerre froide caucasienne affecte les citoyens azéris et arméniens qui, depuis le week-end dernier, vivent sous la loi martiale et avec des coupures constantes d'Internet. 

Pour sa part, le ministre turc de la défense Hulusi Akar a déclaré que « l'Arménie doit cesser ses attaques immédiatement et renvoyer les mercenaires et les terroristes qui sont arrivés de l'étranger », sans préciser à qui il faisait référence et en ignorant les rumeurs de vendredi sur sa propre milice dans le pays. 

Le ministre a profité de l'occasion pour critiquer l'Union européenne et les États-Unis, qui ont fait hier des déclarations appelant à un cessez-le-feu dans la région. « Où sont passés depuis 30 ans ceux qui réclament maintenant un cessez-le-feu immédiat, le dialogue et des moyens pacifiques ? », a demandé le ministre.