Fernando Valenzuela : "L'Europe est une grande puissance, ce qui lui manque, c'est la volonté politique"

Le concept d'autonomie stratégique a posé les jalons d'une future feuille de route qui vise à sauver la puissance de l'Europe sur la scène internationale
fernando-venezuela-unión europea

 -  

Le deuxième jour du cours "Renforcer le rôle international de l'Union européenne à la Conférence sur l'avenir de l'Europe", dans le cadre des cours d'été de l'Escorial, a accueilli un séminaire visant à clarifier les conséquences pour l'action politique européenne dans le cadre de l'application de l'autonomie stratégique. Dans cette première partie, l'ambassadeur espagnol et ex-secrétaire d'État aux affaires étrangères, Fernando Valenzuela, a déclaré qu'à l'heure actuelle, "l'UE traverse un moment véritablement décisif parce que nous sommes face à une situation qui va obliger l'UE à prendre des mesures qu'elle n'a pas prises auparavant (...) Ces deux dernières décennies ont été difficiles, elle s'est trouvée dans un cadre international de plus en plus complexe et difficile".

Dans cette situation, l'ambassadeur a fait remarquer que "l'UE a été confrontée à un énorme défi en termes de migration et d'asile, et c'est un problème qui n'a toujours pas été résolu". L'UE a effectué une transition unique au monde, passant de la recherche de la paix à une politique monétaire commune, mais en termes de coopération, les États membres sont plus diversifiés et ont vécu des expériences récentes différentes, de sorte que la cohésion interne a diminué. L'Europe est dans une période de dispersion". 

carmela-perez-bernardezTout cela, combiné aux relations internationales avec la Chine et les États-Unis, ainsi qu'à leur influence internationale croissante, rend la situation "compliquée et dangereuse pour l'UE", ajoute-t-il. Face à cette crise européenne, M. Valenzuela explique que "le système international multilatéral qui caractérise l'Europe se trouve à un moment critique et constitue un élément indispensable pour l'avenir de l'UE. A côté de cela, il y a un échec de la politique de voisinage qui limite matériellement le pouvoir normatif de l'UE". Toutefois, M. Valenzuela souligne que "nous avons été en mesure de façonner des solutions multilatérales et des avancées dans le système multilatéral".

Pour cette raison, le concept d'autonomie stratégique prend une importance particulière, non seulement comme moyen de récupérer un espace politique face aux États-Unis, qui est le débat initial à travers lequel l'autonomie stratégique s'est fait connaître, mais, comme l'a exprimé Borrell, " l'autonomie stratégique s'est étendue à de nouveaux domaines de nature économique et technologique, comme l'a montré la pandémie de COVID-19".

"Des décennies d'échecs plutôt que de réussites"

D'un point de vue plus optimiste, M. Valenzuela explique que "les États membres s'engagent dans ce qu'ils font et créent les bonnes institutions pour faire ce qu'ils doivent faire. A cet égard, il existe une large générosité de la part des Etats membres à l'égard des compétences de la Commission".

carmela-perez-bernardez

L'ancien secrétaire d'État regrette néanmoins que "ces dernières années, l'engagement des États membres ne soit pas aussi conscient et que les institutions ne soient pas à la hauteur. La question de l'unanimité doit être résolue, les traités doivent être réformés, il y a toujours une conviction de maintenir le principe de l'unanimité", en plus de "transférer plus de pouvoir décisionnel à l'UE".

Face aux nouveaux défis liés au développement technologique et au respect de l'environnement, M. Valenzuela affirme que "l'Europe prend des mesures de plus en plus rapides en faveur des énergies vertes et conserve un leadership décisif". D'autre part, "les progrès technologiques sont d'une grande ampleur et changent notre façon de vivre et d'entrer en relation les uns avec les autres", souligne-t-il.

unión-europea-aldecoa-complutenseSur le front de l'énergie, il a souligné qu'il existe une "dépendance aux combustibles fossiles qui sera importante pendant un certain temps encore, et les États-Unis et la Russie jouent un rôle important dans certaines de nos décisions dans ce domaine, nous devons donc établir un terrain d'entente avec eux". Il a ajouté que "l'Europe est une grande puissance, ce qui lui manque, c'est la volonté politique". En ce sens, l'Union européenne est également confrontée au défi de la "grande concurrence qui existe dans le monde au niveau des entreprises technologiques et dans laquelle l'Europe se trouve dans une situation difficile pour rivaliser".

Quant à l'influence de l'OTAN sur le développement de l'Union européenne, l'ancien secrétaire souligne que "l'OTAN a joué un rôle beaucoup plus important dans les possibilités de développement et de profondeur de l'UE". Il souligne que sans l'OTAN et sans les États-Unis, "je ne sais pas si l'UE et ses politiques économiques se seraient développées comme elles l'ont fait, qui auraient été très différentes et conditionnées".

unión-europea-aldecoa-complutense

Dans cette optique, "l'OTAN ET les États-Unis ont fait en sorte que l'UE conserve une influence positive dans le monde, par le biais des forces de maintien de la paix et en devenant le premier donateur du système multilatéral dans le monde. La sécurité profonde et territoriale continue d'être assurée par l'OTAN et les États-Unis, et le désengagement continu des États-Unis nous met face à notre réalité, à laquelle nous devrons analyser si nous serons capables de faire face".

À cet égard, M. Valenzuela regrette qu'"il existe de nombreuses initiatives auxquelles l'UE n'a pas prêté attention, par exemple l'initiative Indo-Pacifique".

unión-europea-aldecoa-complutenseSe tournant vers l'avenir, l'ambassadeur souligne que "s'il est un endroit où l'avenir de l'Europe est véritablement en jeu, c'est bien en Afrique, un continent qui déterminera le développement de l'Europe au cours de ce siècle". En outre, il a affirmé que le multilatéralisme est l'ADN de l'UE, où "le pouvoir normatif de l'UE s'y épanouit, en apportant des solutions aux problèmes, un domaine dans lequel l'Europe a la capacité d'inspirer".

Dans la deuxième présentation, Carmela Pérez Bernández, professeur de droit international à l'Université de Grenade, a donné une conférence sur "Les droits de l'homme dans l'action extérieure européenne : Sanctions et autres moyens de promotion", dans lequel elle a présenté le nouveau plan d'action et la feuille de route de l'UE en matière de droits de l'homme pour les années à venir, qui se caractérisent par "la gestion de l'action extérieure, la surveillance de l'affaiblissement de l'État de droit, la lutte contre les campagnes de désinformation et l'accent mis sur la vulnérabilité des défenseurs des droits de l'homme", dans lesquels "l'unanimité est essentielle".

 fernando-venezuela

"Dans le contexte actuel des défis liés aux droits de l'homme dans un environnement érodé par la pandémie, l'Union se trouve dans un moment plus propice pour montrer sa force en tant qu'acteur politico-juridique", ajoute-t-il.

Enfin, il conclut en affirmant que "cet aspect doit maintenant être rendu plus visible, et pour ce faire, il ne peut pas utiliser un seul instrument ; il doit utiliser les instruments de la conditionnalité positive, en sauvegardant l'article 2 de l'UE, qui est fondamental", et conclut que "la maturité de l'UE à travers ce renforcement de la volonté politique doit la conduire à maintenir un équilibre en matière de sanctions".