PUBLICIDAD

Iberdrola

Fès comme centre de l'Alliance des civilisations

Le premier forum de l'UNAOC sur le continent africain a débouché sur la déclaration de Fès, qui appelle au "respect de la diversité culturelle" et à la "promotion des relations entre les peuples et les nations"
atalayar-haute-niveau-meeting-ministerial-group-friends-alliance-civilisations-unites-nations-unies-unes-albares-turquie-nasser-bourita-antonio-guterres-maroc-fez

PHOTO/TWITTER/@UNAOC  -   Table d'orientation de la réunion de haut niveau du groupe ministériel des amis de l'Alliance des civilisations des Nations unies. De gauche à droite : le ministre espagnol des Affaires étrangères José Manuel Albares ; le Secrétaire général des Nations Unies Antonio Guterres ; le ministre marocain des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Expatriés marocains Nasser Bourita ; le Haut Représentant pour l'UNAOC Miguel Ángel Moratinos ; et le ministre turc des Affaires étrangères Mevlüt Çavuşo

Après deux jours de travail intense, la neuvième édition du Forum mondial de l'Alliance des civilisations (UNAOC), qui s'est déroulée dans la capitale culturelle marocaine de Fès, s'est achevée. Plus de 1 000 invités, dont des représentants de haut rang de l'État et du monde des affaires, des militants et des délégués de diverses organisations internationales, ont été conviés à participer au dialogue interculturel et interreligieux pour la première fois depuis 2020. Au milieu de l'un des pires scénarios internationaux de ces dernières décennies.  

"Le quoi n'est pas le défi, c'est le comment. Comment assurer la coopération, comment accroître l'ambition, comment gérer les ressources, comment mobiliser la volonté politique et comment catalyser l'action à tous les niveaux, du mondial au local, et agir de manière solidaire", a expliqué le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, lors de l'ouverture officielle de l'événement. "Et c'est l'Alliance des civilisations qui aide à trouver la voie. 

Le Forum mondial de l'UNAOC a débuté le 22 novembre par les discours du Secrétaire général des Nations Unies, Guterres, ainsi que des coprésidents de l'événement, le ministre marocain des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Expatriés marocains, Nasser Bourita, et le Haut Représentant de l'UNAOC,  Miguel Ángel Moratinos. Les discours ont été rejoints par celui du monarque alaouite et principal sponsor du sommet, Mohammed VI, qui a toutefois été prononcé par son conseiller marocain d'origine juive, André Azoulay.

La cérémonie d'ouverture a également été suivie par les co-sponsors invités du 9ème Forum de l'UNAOC, la Turquie et l'Espagne, représentés par leurs ministres des Affaires étrangères, Mevlüt Çavuşoğlu et José Manuel Albares, respectivement. 

Le sommet de deux jours était structuré en quatre domaines principaux : une réunion de haut niveau du groupe ministériel des Amis de l'UNAOC, un forum des jeunes intitulé "L'avenir qu'ils veulent : un dialogue intergénérationnel", deux sessions plénières et huit sessions de travail différentes, chacune spécialisée dans un domaine différent pour rapprocher les cultures. Et enfin, une cérémonie de clôture dirigée par les coprésidents du Forum. 

"UNAOC - IOM PLURAL+ : Équilibrer les récits de migration à travers la programmation" a été la première de ces sessions spécialisées, qui ont poursuivi dans la lignée du débat ouvert par le Roi Mohamed VI. "Le Maroc est un allié essentiel dans la lutte contre le terrorisme, un partenaire crédible dans la lutte contre le changement climatique et un acteur responsable dans la gestion des migrations", ont été les mots du monarque à travers Azoulay. 

Le forum a également accueilli une deuxième table ronde sur le thème "Forger un nouveau contrat social : combattre la discrimination et l'intolérance fondées sur la religion ou les convictions en s'appuyant sur les droits de l'homme" (avec un accent particulier sur la lutte contre l'antisémitisme, l'islamophobie et la christianophobie dans différentes parties du monde) ; ainsi que d'autres sur "La médiation dans les conflits culturels et religieux : Les femmes, les artisans de la paix oubliés" ; "L'éducation à la citoyenneté mondiale : former des citoyens du monde par l'éducation transformatrice" ou comment "Contrer et traiter les discours de haine dans les réseaux sociaux en ligne", entre autres. 

Les sessions plénières ont abordé le "Rôle des chefs religieux dans la promotion de la paix, du respect mutuel et de l'harmonie sociale", qui a ouvert un espace de discussion entre les chefs religieux de toutes les confessions - chrétiens, musulmans et juifs - et les "Efforts pour prévenir et combattre l'extrémisme violent (PCEV) dans le contexte des menaces nouvelles et émergentes". 

En outre, ce premier Forum mondial de l'UNAOC organisé sur le continent africain a donné lieu à la Déclaration de Fès, signée par les plus de 100 membres qui, d'une manière ou d'une autre, participent au projet. Près de 90 pays et près de vingt organisations internationales ont prôné "le respect de la diversité culturelle et des droits culturels, qui, conformément aux normes internationales applicables à tous les peuples, renforce le pluralisme culturel, contribue à un échange plus large de connaissances et à une meilleure compréhension du contexte culturel, favorise l'application et la jouissance des droits de l'homme et encourage des relations stables et amicales entre les peuples et les nations du monde entier", selon le texte.

La déclaration a également planté le décor de la prochaine édition de la réunion, le 10e Forum mondial de l'Alliance des civilisations : Portugal. Il a également décidé que le sommet régional africain du forum en 2023 aura lieu en Guinée équatoriale.

De même, la réunion a laissé la place à des appels tels que celui du ministre yéménite des Affaires étrangères, Ahmed Awad Bin Mubarak, qui a dénoncé les tentatives de l'Iran de consolider les rebelles Houthis au Yémen - et a demandé aux pays membres, comme l'Espagne, d'inclure le groupe Houthi sur la liste des organisations terroristes -, et a permis la tenue d'autres présentations parallèles. Parmi eux, le panel "Commerce halal et casher : rapprocher les civilisations pour générer de la prospérité", qui s'est concentré sur le commerce et les questions alimentaires en tant qu'éléments permettant de rapprocher les cultures et de faciliter leurs relations. Les certificats Halal et Kosher garantissent la production d'un produit alimentaire donné conformément aux normes alimentaires musulmanes et juives, respectivement. 

Modéré par le chef de la Médiation et de la Résolution des Conflits de l'UNAOC, Charles Tenenbaum, le Haut Représentant de l'UNAOC, Miguel Ángel Moratinos, le Directeur du Centre de Commerce et de Marketing Halal du Gouvernement de Dubaï, Tomás Guerrero,  le président de l'Association Mimouna, El-Mehdi Boudra ; le grand rabbin de la Grande Synagogue française de La Victoire, Rabbi Moshe Sebbag ; et la présidente du Patronage islamique d'Espagne et de la Fondation Las Fuentes, Isabel Romero.