Francisco Aldecoa : "La Conférence sur l'avenir de l'Europe a la responsabilité de rendre possible le changement politique qui a commencé dans l'UE"

Le président du Mouvement européen en Espagne a analysé la situation de l'UE dans le cadre du programme "De cara al mundo" d'Onda Madrid.
Francisco Aldecoa

 -   Francisco Aldecoa

Francisco Aldecoa, professeur de relations internationales à l'Université Complutense, président du Mouvement européen en Espagne et directeur de la représentation de la société civile de la Conférence sur l'avenir de l'Europe, a passé en revue les défis auxquels l'Union européenne est confrontée dans les micros de "De cara al mundo".

A l'heure actuelle, l'avenir de l'Europe est un défi et un enjeu, comment voyez-vous l'avenir de l'Europe ?

De profonds changements sont intervenus en Europe depuis les élections au Parlement européen du 19 novembre, où un nouveau cycle politique commence. Ce nouveau cycle se manifeste de plusieurs manières, par exemple, dans le fait que la Présidente de la Commission a été élu le 28 novembre par près de 70% de l'Assemblée, ce qui est sans précédent. Elle a donc bénéficié d'une forte légitimité d'origine, qui, avec l'adoption de mesures fédérales pour faire face à la COVID-19, où, en plus des mesures sanitaires, des mesures politiques et sociales ont également été prises, a atteint une légitimité encore plus grande. D'autre part, le plus important est l'accord entre les institutions, les fameux 750 milliards, la moitié de ce qui était demandé, dont l'Espagne recevra 140 milliards. Mais le plus important est de voir que des mesures fédérales importantes ont été prises, car cette décision est une décision fédérale, car elle est distribuée en fonction des besoins, et non en fonction du PIB ou d'autres considérations. On peut dire la même chose du Fonds pour les nouvelles générations et de la manière dont la dette est mise en commun, qui est une décision plus sage, car dans une situation aussi extraordinaire, des mesures extraordinaires ont été exigées, et ces mesures semblent commencer à produire leurs effets. De notre point de vue, le changement politique en Europe a commencé à être assez profond, ce qui signifie que la Conférence sur l'avenir de l'Europe a une nouvelle responsabilité, celle de rendre ce changement possible, en apportant des améliorations au modèle politique et même aux traités.

Francisco Aldecoa

Quelles sont les améliorations à apporter ?

Pour le moment, il y en a beaucoup, pour le moment la conférence réunit pour la première fois des représentants de la société civile et des citoyens et des représentants des institutions. Ce nouvel exercice est la première fois que cela est fait quelque part avant de réformer les traités ou de prendre des mesures. Les deux légitimités que représentent la démocratie représentative et la démocratie participative se rejoignent pour faire des propositions. Pour l'instant, il y a un agenda avec neuf points, dont les positions ne sont pas encore claires. La semaine prochaine se réunira la deuxième session plénière de la Conférence, il n'y a pas encore de propositions, mais nous avons l'ordre du jour et les perspectives, qui sont la démocratie. Au sujet de la Pologne, dont on parle beaucoup, l'article 7 devra être réformé pour rendre le modèle social plus efficace. Le guide est l'Union européenne, qui, par exemple, n'a pratiquement aucune compétence en matière de travail, c'est un sujet où le sommet est la prise de décisions importantes sur les accords entre syndicats, travailleurs et employeurs, où des questions comme le salaire minimum ou la durée du temps de travail, des questions qui jusqu'à présent étaient des questions strictement nationales, sont traitées ensemble. D'autre part, en matière économique, il semble que nous fassions un pas vers une union bancaire et fiscale, en matière de santé, qui nous a tant touchés ces derniers mois à cause de COVID-19, il semble qu'il y aura de la concurrence en matière de santé, ou du moins qu'il y en aura besoin. Actuellement, il existe jusqu'à neuf thèmes, tels que la jeunesse européenne, la politique étrangère, la défense et la migration. La Conférence tente de faire face à cette nouvelle situation de manière matérielle, dans le cadre d'une formule juridique.

Nous avons parfois peur des mots ou d'une nouvelle forme d'organisation. Vous avez parlé d'aller vers un modèle plus fédéral. Pouvons-nous aspirer à être les États-Unis d'Europe ?

Je n'aime pas cette expression, et je ne l'aime surtout pas parce qu'elle prête à confusion. Si l'on parle des États-Unis, on a l'impression que nous allons créer un nouvel État, mais ce n'est pas dans la nature des choses. Le projet européen, depuis 48 à La Haye et après la déclaration Schuman, est de créer une fédération européenne, non pas un super-État, mais une situation intermédiaire, une fédération où les États continuent d'exister et où ils cèdent des compétences dans les domaines où il peut être plus utile qu'elles soient exercées conjointement. C'est pourquoi le système européen actuel doit être renforcé, en plus des domaines tels que ceux que nous avons évoqués. Nous avons maintenant besoin d'une union fiscale, d'une politique de santé, des domaines où nous avons vu qu'ils sont mieux exercés de manière commune, c'est le fédéralisme.

La base fondamentale du Brexit a été qu'ils n'ont pas à abandonner leur souveraineté, dans mon cas, je suis plutôt d'avis que le terme correct est partage plutôt qu'abandon de souveraineté, partage à la recherche d'objectifs communs qui nous profitent à tous. 

Peut-être est-ce les deux, pour maintenir la souveraineté que nous avons, nous devons l'exercer en commun. Il est clair que nous ne pouvons pas traiter des questions telles que celle que nous venons de vivre avec la santé sur une base individuelle. Ces situations doivent être traitées conjointement. Maintenant on commence à parler de souveraineté européenne, Macron aime bien l'expression "souveraineté européenne", dans d'autres parties du monde, comme l'Allemagne, on l'aime moins. Au final, nous devons trouver une voie commune. 

Donc, tôt ou tard, il y aura des avancées importantes... 

Je pense que d'ici six mois à un an, des progrès seront réalisés pour trois raisons : la première est qu'en Europe la société est très unie, contrairement aux États-Unis où elle est complètement divisée en deux camps, mais pas ici. Il peut y avoir un problème spécifique dans certains pays, comme la Pologne, mais je suis sûr que lors des prochaines élections il y aura un changement de gouvernement, en tout cas 80% de la population veut rester dans l'Union européenne. La deuxième raison est que les forces politiques majoritaires sont totalement unies. Je suis convaincu que, comme cela a été le cas pour la nomination du président de la Commission elle-même, où 70 % ont eu un consensus commun, ce sont eux qui élaboreront les nouvelles propositions.  Enfin, la troisième raison est celle des gouvernements, bien que vous supposiez ici qu'il existe une énorme division entre les gouvernements des États, il n'y en a qu'un ou deux qui ont des difficultés.

Francisco Aldecoa

L'une des nouveautés de la conférence est la participation des citoyens. L'importance pour les citoyens de faire entendre leur voix et d'apporter leurs idées et propositions afin qu'elles soient prises en compte. L'Union européenne a toujours été accusée d'initier des processus depuis le haut, depuis la classe politique, et de tout donner aux citoyens. Désormais, les citoyens ont la possibilité de participer à la cuisine qu'est le projet européen. 

Depuis ses origines, le projet européen est né du bas vers le haut, de la société civile à la Conférence. Maintenant, il y a deux voies, par la société civile et par les citoyens. Je dois dire très clairement que je n'aime pas le système des panels de 800 représentants, je ne pense pas qu'il soit représentatif. En outre, je suis préoccupé par le fait que les représentants, dont nous ne connaîtrons pas les noms en principe, ont été choisis par le biais d'un système de loterie. Je ne comprends pas bien, d'autant plus que les changements profonds ne se feront pas par le biais de ces propositions mais par celui de la société civile organisée. Cependant, il existe des propositions telles que la déclaration de 10 000 jeunes au Parlement européen qui ont beaucoup de substance et qui serviront de base aux discussions. Ce qui me frappe, c'est qu'en Espagne, les médias, l'opinion publique et même les hommes politiques tournent le dos à ce processus de relance du projet européen, alors que la nouveauté est que, pour la première fois, l'Europe a une influence. 

J'ai toujours été du côté de ce qu'il y a de bon dans l'Union européenne, si elle n'existait pas, il faudrait l'inventer, car c'est l'une des meilleures choses que nous ayons vécues au cours du siècle dernier en termes d'humanité.

Je ne doute pas, surtout, que des décisions très positives sont prises pour les citoyens à cet égard. Par exemple, la question de l'Afghanistan, on dit tout le temps que c'est un échec de l'Occident, et on ne considère pas que la seule ambassade qui est encore là, à défendre les intérêts européens, est celle de l'Union européenne. Les États-Unis sont partis et tous les pays membres sont partis, mais il y a eu beaucoup de travail réalisé là-bas en termes de coopération au développement humanitaire. Les questions militaires ont peut-être mal tourné, mais les questions dans lesquelles l'Europe a joué un rôle de premier plan, qui a été l'épine dorsale de la société civile à l'étranger, seront sûrement démantelées, mais pour l'instant 600 écoles ont été laissées sur place. Avant que les États-Unis n'organisent les négociations de Doha, l'UE n'a pas cessé de parler parce qu'elle est là ; de plus, la coopération au développement de l'Union européenne va doubler.