Géostratégie et sécurité en période de pandémie

L’Académie royale des sciences morales et politiques, en collaboration avec l'Institut espagnol d'études stratégiques du CESEDEN, organise une table ronde virtuelle pour tenter de comprendre les défis géostratégiques actuels
 Combinaison d'images d'archives du président turc Recep Tayyip Erdogan et du président français Emmanuel Macron

PHOTO  -   Géostratégie et sécurité en période de pandémie

L'arrivée de la COVID-19 et sa diffusion mondiale ont affecté notre vie quotidienne, nos relations avec les autres et même notre façon de travailler. Mais elle a également créé un nouveau climat de tension au niveau international qui a affecté les relations internationales. 

Le coronavirus joue un rôle de premier plan en 2020, dont les conséquences sociales, économiques, sanitaires et politiques restent à voir, et la majorité des États continuent de lutter contre une menace qui se propage silencieusement mais qui représente un grand risque pour la population, comme l'ont déjà montré les chiffres des infections et des décès dans de nombreux pays.

La table ronde organisée par l'Académie royale des sciences morales et politiques, en collaboration avec l'Institut espagnol d'études stratégiques du CESEDEN, a porté sur la géostratégie et la sécurité des États.

Sous le nom de "Géostratégie et sécurité en temps de pandémie : réflexion espagnole pour des temps incertains", la conversation a été suivie par Francisco José Dacoba, Emilio Lamo de Espinosa, Araceli Mangas et Javier Rupérez.

Le monde avant la crise COVID-19 était déjà très complexe, mais avec cette pandémie les défis se sont multipliés et, si avant la principale préoccupation concernant la sécurité des citoyens était le terrorisme et les crises migratoires, maintenant c'est un virus qui a commencé dans la lointaine province chinoise de Hubei et qui a touché presque tout le globe. En outre, la nouvelle réalité à laquelle la société est confrontée est opposée à une entité abstraite que nous ne voyons pas mais qui est là : le cyberespace, où les agressions peuvent être très graves sans que leurs conséquences soient visibles, et cela a été un autre point de débat à la table.

Segunda ola de COVID-19 en Europa
PHOTO/CAPTURA DE PANTALLA-Géostratégie et sécurité en période de pandémie

L'une des questions qui se posent est de savoir si le paysage géostratégique sera reconfiguré. "Les dynamiques de transformation du monde étaient déjà là avant la pandémie, mais cette crise va accélérer certaines d'entre elles et en ralentir d'autres", déclare le général Dacoba, directeur de l'IEEE.

Le terrorisme et les tendances migratoires sont toujours là et continueront à être l'un des principaux défis, désormais aggravé par l'affaiblissement du multilatéralisme. L'action de leadership mondial à laquelle les États-Unis ont renoncé et que la Chine pourrait reprendre - mais sous l'ombre du totalitarisme -, ainsi que la montée du nationalisme et de l'unilatéralisme, conduisent à un monde multipolaire avec de grandes asymétries entre les différents acteurs.

Pour Emilio Lamo de Espinosa, président du Real Instituto Elcano, il y a deux écoles : Schengen va changer ou il est un accélérateur de tendances bien plus connues. Cette accélération conduit à un monde radicalement nouveau. Un puissant redressement du monde, et de l'économie qui doit renforcer le pouvoir des États, ce qui accentue le risque d'autoritarisme politique.

De plus, le monde bascule vers l'Asie et surtout la Chine, inaugurant une nouvelle puissance.

Malgré l'imprévisibilité de la COVID-19, une pandémie faisait déjà partie des risques auxquels l'Espagne pouvait être confrontée, ce qui s'est reflété dans ses plans de prospective sur les dangers de l'IEEE, qui a établi une pandémie comme menace pour la sécurité nationale.

Recuerdos de una vida como corresponsal
PHOTO/CAPTURA DE PANTALLA-Géostratégie et sécurité en période de pandémie

Araceli Mangas, professeur de droit international public et de relations internationales, a critiqué la stratégie de sécurité nationale de l'État qui, bien qu'elle reconnaisse la possibilité de pandémies, n'a pas établi les plans et les risques détectés et a ignoré les plans sur les dangers élaborés par l'IEEE.

Les maladies transmissibles ne sont pas seulement un problème de santé, elles ont également un effet perturbateur sur l'économie et la société du pays, ce qui pose un problème de sécurité nationale, a déclaré M. Mangas.

Le professeur a souhaité rappeler l'importance du Sahel pour l'Espagne et l'Union européenne, et la stabilité de cette région est nécessaire, mais elle a récemment connu des périodes de turbulences.

"L'Espagne et l'Union européenne doivent s'inquiéter de l'effondrement des États voisins comme la Libye et le Mali ; le terrorisme djihadiste pourrait s'étendre, surtout au Maroc et aussi à l'Espagne", a déclaré M. Mangas.

Depuis la désintégration de la Libye, l'ensemble du Sahel a reculé et la violence a augmenté, et le Sahel est une frontière très proche pour l'Espagne.

Javier Rupérez, l'ambassadeur espagnol, a souligné l'importance des organisations internationales, notamment le fait que les Nations unies ont été créées en 1945 après la Seconde Guerre mondiale pour rechercher un contexte de coopération et de bonne volonté de la part des États, pour "parler de coopération et trouver des solutions" à tous les problèmes économiques, sociaux et sanitaires.

Rupérez a établi trois inconnues sur la position de l'Espagne et de l'UE : le rôle dans l'OTAN avec la Russie et sa vision impériale ; les relations avec les États-Unis après la victoire de Joe Biden et la défaite de Trump "qui a entraîné la défaite du nationalisme, du protectionnisme et de l'isolationnisme" ; et les lignes stratégiques de l'Union européenne en matière de sécurité communautaire.