González Laya réaffirme que le Ghali est entré en Espagne "conformément à la loi"

L'ex-ministre des affaires étrangères a comparu devant le tribunal d'instruction numéro 7 de Saragosse pour l'affaire du Ghali, bien qu'elle n'ait pas répondu aux accusations populaires
La exministra de Asuntos Exteriores de España Arancha González Laya

PHOTO/AP  -   Ancienne ministre espagnole des Affaires étrangères Arancha González Laya

Arancha González Laya, ancien ministre espagnol des affaires étrangères, a témoigné en tant que défendeur dans l'affaire du Ghali devant le Juzgado de Instrucción numéro 7 de Saragosse. Auparavant, Mme González Laya avait demandé à comparaître par appel vidéo, mais le juge a finalement rejeté sa demande.

Après s'être présentée devant le magistrat, l'ancienne ministre a déclaré aux médias qu'elle espérait que le processus judiciaire se déroulerait dans la "transparence". Elle a également insisté sur le fait que tout s'est déroulé "conformément à la loi". "J'espère que le juge arrivera à la même conclusion", a-t-elle ajouté.

atalayar_ghali
PHOTO/REUTERS - Brahim Ghali, secrétaire général du Front Polisario

González Laya a assuré qu'elle fournira "toutes les explications qui peuvent aider" l'enquêteur dans l'investigation des faits. Toutefois, comme le rapporte le journal La Razón, des sources juridiques indiquent que l'ancien ministre a refusé de répondre aux accusations populaires et ne l'a fait que devant l'enquêteur, le ministère public et le procureur de l'État. Pour ne pas répondre, Mme González Laya s'est retranchée "dans le secret des décisions prises en avril dernier", selon La Razón.

En septembre dernier, Antonio Urdiales, qui est le procureur général dans l'affaire Ghali, a demandé au juge que l'ex-ministre témoigne dans la phase d'enquête préliminaire en tant que défendeur. Urdiales a pris cette décision après que Camilo Villarino, ex-directeur du cabinet de González Laya, ait déclaré devant le magistrat Rafel Lasala avoir agi sur ordre de Laya. Toutefois, M. Villarino a également précisé que "la décision a été prise en haut lieu".

Brahim Ghali a atterri à la base aérienne de Saragosse le 18 avril sous une fausse identité. Il a ensuite été admis à l'hôpital de Logroño pour y être traité contre le coronavirus. Le leader du Polisario utilisait le nom de Mohammed Benbatouche. Urdiales a rappelé que ce n'était pas la première fois que Ghali entrait dans le pays avec une fausse identité. En 1999, il est arrivé en Espagne avec un "faux passeport" et quelques années plus tard, en 2003, "sa résidence a été prolongée avec un autre faux passeport".

Les Sahraouis ont quitté l'Espagne le 2 juin depuis l'aéroport de Pampelune après avoir témoigné devant le juge Santiago Pedraz en relation avec des accusations de torture, de détention illégale et de génocide. Récemment, l'Audiencia Nacional a réactivé l'affaire contre Ghali pour génocide, après que Pedraz ait choisi de clore l'enquête le 29 juillet.

camilo villarino
PHOTO/ MINISTERIO DE EXTERIORES - Camilo Villarino, lors de son investiture comme directeur du cabinet du ministre des Affaires étrangères, en juillet 2017, avec Alfonso Dastis comme ministre des Affaires étrangères.

Malgré le court séjour de Ghali en Espagne, son arrivée a provoqué une grave crise diplomatique entre Rabat et Madrid. Toutefois, depuis le remplacement de González Laya par José Manuel Albares, les relations entre les deux pays se sont considérablement améliorées.