PUBLICIDAD

Iberdrola

Guillermo Whpei : "Qatar est la Coupe du monde de la honte, où personne ne gagne"

L'activiste social argentin et directeur de la Fondation pour la démocratie internationale accorde une interview à Atalayar pour parler de son combat pour les droits de l'homme et des travailleurs
guillermo-whpei-fundacion-democracia-internacional

 -   Guillermo Whpei

Guillermo Pablo Whpei est un entrepreneur social argentin, pionnier dans son pays de la lutte contre l'esclavage contemporain et de la promotion d'une culture de la paix. Ces deux défis sont les piliers fondamentaux de son action sociale et la base des activités de la Fondation pour la démocratie internationale et de la Fédération internationale des musées et des droits de l'homme, qu'il représente. Atalayar lui parle de sa lutte militante et de la défense des droits de l'homme et des travailleurs, qui connaît aujourd'hui un important point noir, comme la Coupe du monde de football au Qatar et les plaintes existantes sur les mauvaises conditions de travail des travailleurs immigrés sur le territoire qatari.  

Qu'est-ce que la Fondation pour la démocratie internationale ? 

C'est une ONG à but non lucratif où nous essayons chaque jour de construire une meilleure démocratie, une démocratie participative où la communauté est impliquée. La démocratie se construit collectivement, nous essayons de faire une proposition plurielle, elle est libre avec la communauté. Les agrégés savent que la démocratie est une utopie, toujours en marche pour un nouveau droit, pour un nouvel objectif de lutte et d'espoir. La vérité est que nous sommes très satisfaits du Musée international de la démocratie parce que nous essayons de traiter les questions les plus complexes et les plus sensibles d'une manière très respectueuse et en collaboration avec la communauté.  

Quelles actions la Fondation met-elle en œuvre à cet égard ? 

Notre objectif est de rendre visibles les problèmes des questions à fort impact telles que les migrations forcées, la guerre, les questions ethniques, politiques et environnementales, la question de l'esclavage contemporain, qui est notre cœur, et la vérité est que nous avons été pionniers dans de nombreuses dénonciations de ce fléau qui touche plus de 50 millions de personnes dans le monde, et de parler de la diversité, de l'environnement, du droit à l'eau, à la nourriture ; la question de la faim, qui est l'un des plus grands fléaux et pandémies dans le monde. Nous parlons de sujets inconfortables.  

Des sujets difficiles à aborder. 

Très complexe. Mais comme nous le disons toujours : on ne revient pas en arrière en matière de connaissance. Lorsque nous savons que 120 millions d'enfants travaillent ou qu'un million d'enfants meurent en Amérique latine à cause de la malnutrition infantile ou de ses dérivés, si nous nous taisons, nous devenons complices, comme dans le cas de l'esclavage contemporain. En ce sens, l'alerte vient à l'encontre de la Coupe du monde de football au Qatar, qui est la dernière grande dénonciation faite il y a plus de cinq ans. 

L'un des points clés de la Fondation pour la démocratie internationale est la lutte contre l'esclavage contemporain et la lutte pour les droits fondamentaux des travailleurs. Quelle est la situation générale de ces droits au niveau mondial et en particulier au Qatar, qui est sous les feux de la rampe en raison de la Coupe du monde et des conditions des travailleurs migrants dans ce pays ? La Fondation a présenté un rapport dénonçant les mauvaises conditions de travail dans le pays qatari. 

La pandémie n'a pas aidé. Elle a jeté 10 millions d'esclaves supplémentaires, selon le dernier rapport. Le Qatar est la Coupe du monde de la honte, où personne ne gagne. La Coupe du monde est née corrompue, dès ses fondements et sa désignation. N'oublions pas que Joseph Blatter a dû démissionner, que Michel Platini a dû démissionner, que le président de la CONMEBOL a fini en prison et qu'il s'agissait de corruption absolue. Non content de cela, Blatter déclare aujourd'hui que le Qatar était une erreur et qu'il se sent responsable. C'est ainsi qu'est née cette désignation de ville hôte de la Coupe du monde et c'est le début. Ma mère avait l'habitude de me dire que "quand quelque chose est mal né, ça finit mal", il y a très peu de chances que ça finisse bien. Nous n'avions jamais imaginé l'impact social que le Qatar aurait sur la vie des immigrants. Nous dénonçons cela depuis de nombreuses années, avant la Coupe du monde en Russie ; avec Rigoberta Menchú, prix Nobel de la paix, et Lech Walesa, je me suis rendu à Madrid, à la Casa de América, pour rendre cette dénonciation publique et j'ai publié un rapport intitulé "Derrière la passion". Il y aura plus de 100 travailleurs morts par parti. J'ai transmis ce rapport au Saint-Siège et le pape François a envoyé une lettre à Gianni Infantino pour qu'il convoque une réunion entre le président de la FIFA, le Saint-Père et moi-même afin de comprendre en profondeur la situation au Qatar et d'essayer de trouver une solution, mais nous n'avons jamais reçu de réponse. La FIFA est aussi responsable que le Qatar et ils ont profité des migrants, qui ont travaillé dans des conditions insalubres. Plus de 6 500 morts et je me demande combien d'autres morts il doit y avoir pour que la balle s'arrête.  

guillermo-whpei-fundacion-democracia-internacional

Le ballon ne va pas s'arrêter, du moins pas pour cette Coupe du monde. 

Mais déjà, par exemple, Dua Lipa a déclaré qu'elle n'irait pas à la soirée d'ouverture, Rod Stewart a dit qu'il n'irait pas non plus et Shakira non plus. La FIFA a interdit au Danemark de porter un maillot noir sans publicité pour des questions de droits de l'homme, la France ne diffusera pas le Qatar sur les chaînes publiques, etc... Le monde se réveille petit à petit, est-ce ce que nous voulions ? Non. Avons-nous rêvé de quelque chose de différent ? Oui. Ce n'était pas ce que nous attendions ? Oui, c'est vrai. Mais les révolutions et les grands rêves se réalisent aussi à petits pas. Quelque chose a été réalisé qui est beaucoup plus que ce qui peut être réalisé dans le système, c'est difficile.  

Il y a des problèmes avec les travailleurs au Qatar, qui ont souffert de conditions insalubres, de décès, de problèmes avec leurs documents comme le rapport de la Fondation l'a rapporté. Le Qatar a voulu faire quelques pas vers le changement, mais ces problèmes sont là.  

Structurellement, tout est encore là, comme le système de parrainage et la réglementation du travail. Il y a plus, nous savons que le Qatar a des problèmes avec le genre, avec les femmes, avec la liberté d'expression... Ce n'était pas un endroit pour organiser une Coupe du monde, ce n'était pas un endroit pour que le monde fasse la fête. La Coupe du monde est une rencontre entre frères, cela ne va pas se passer comme ça. La question que nous devons nous poser est la suivante : pour quoi faire ? Le football ne peut pas mourir. La FIFA essaie de faire mourir le football dans le sens où il était ; le football était une rencontre festive, une rencontre de rêves, et on est en train de le transformer en un scénario d'interdiction, de mort et de farce, voilà la vérité.  

Ce n'est donc pas une destination consensuelle pour organiser une Coupe du monde. 

Nous ne devons pas oublier comment cela est né. On croit qu'il est bien né, mais il n'est pas bien né, il est né comme un réseau de corruption absolue. C'est conçu pour l'argent et cela me rappelle la Coupe du monde de 78 en Argentine, où nous savions qu'il y avait peut-être la répression la plus dure et la plus sombre que nous ayons eu à vivre, qui s'est traduite par 30 000 disparus, des exils, des interdictions politiques ; et dans ce cadre, la FIFA a décidé d'organiser une Coupe du monde. Ce n'est pas la première fois que cela se produit, mais aujourd'hui, l'information est mondialisée. Nous ne pouvons pas dire que nous ne savons pas. C'est très paradoxal, car deux ans après la Coupe du monde en Argentine, Adolfo Pérez Esquivel a reçu le prix Nobel de la paix pour avoir dénoncé la torture et les disparitions forcées de personnes. Il est nécessaire d'avoir une mémoire.  

Le Qatar continuera certainement à entretenir la controverse après la tenue de la Coupe du monde. 

Imaginez qu'une semaine après la fin de la Coupe du monde, un pays qui n'est pas un pays de football a des stades gigantesques qui sont tous vides, ils vont devenir de véritables cimetières. Ce n'est pas comme nos pays qui ont des matchs de football le lendemain.  

Que gagne le Qatar à organiser la Coupe du monde ? 

Le Qatar essaie depuis longtemps de se lancer dans le football. Il suffit de regarder les cas du maillot de Barcelone ou de l'acquisition du Paris Saint Germain. Mais je pense que c'est une question stratégique, même si c'est surtout le caprice d'un homme riche, qui voulait le faire à tout prix. À eux seuls, ils ont investi plus de 200 millions de dollars dans l'espionnage des fonctionnaires de la FIFA. L'ensemble de la FIFA a été espionnée par le Qatar. Pour moi, c'est un caprice, ne cherchons pas une logique stratégique. C'est un caprice, ils voulaient avoir une Coupe du monde.  

Il peut s'agir d'une démonstration de puissance ou d'ostentation. 

En effet, l'ostentation, même avec leurs voisins. Jusqu'à récemment, l'espace aérien du Qatar était interdit. Le Qatar est soumis à un blocus de la part de ses voisins en raison d'allégations de soutien au terrorisme.  

Nous continuerons certainement à entendre des voix contre la Coupe du monde.  

La lutte continue après la Coupe du monde car le système ne sera pas renversé. Nous sommes des militants des droits de l'homme, notre rôle est d'aller jusqu'au bout. 

Pouvez-vous nous en dire plus sur l'initiative du Musée international de la démocratie ? 

Je suis président de la Fédération internationale des musées et des droits de l'homme dans le monde. Nous réunissons de nombreux musées du monde entier. Notre musée est ouvert depuis des années, c'est un musée qui a une participation citoyenne très importante. Elle montre les sujets les plus inconfortables avec beaucoup de respect et nous construisons la citoyenneté. Ce concept de culture de la paix dont les gens ont tant besoin, surtout en Amérique latine, qui souffre de problèmes tels que la pauvreté et le trafic de drogue. Les villes très violentes ont besoin d'un espace de réflexion et de construction d'une culture de la paix. Le musée joue un rôle social très important et je crois que les musées, avec les universités, sont les réservoirs ultimes de la connaissance et du respect. Même le plus fasciste des fascistes parle calmement dans un musée. Ce respect a été gagné au cours de nombreuses années.  

guillermo-whpei-fundacion-democracia-internacional

Comment la Fondation pour la démocratie internationale et la Fédération internationale des musées et des droits de l'homme travaillent-elles avec les administrations publiques et les hommes politiques pour lutter pour les droits que vous défendez ? 

Nos fondations, notamment la Fondation pour la démocratie, sont traversées par cela. Mais n'oublions pas qu'il s'agit d'une fondation privée, qu'elle ne dépend pas de l'État et que, statutairement, elle n'a pas le droit de recevoir de l'argent d'organismes municipaux, provinciaux ou nationaux. C'est le premier point qui nous donne une indépendance absolue vis-à-vis du pouvoir, de sorte que nous pouvons aborder librement les questions les plus inconfortables. Tous les musées n'ont pas cette possibilité. Ce musée de la démocratie est le premier musée privé au monde car la plupart des musées de la démocratie dépendent d'organisations ou de gouvernements et cela les rend plus subjectifs car ils dépendent de budgets officiels, surtout en Amérique latine où il y a une habitude d'interférer dans les lieux de culture pour y insérer de l'idéologie. Nous avons cette liberté, qui n'est pas mineure, qui est pertinente et qui nous permet de rendre visibles certains problèmes qui sont très difficiles aujourd'hui. En ce qui concerne la Fédération, c'est le grand combat, le combat pour la liberté des musées de pouvoir dire ce qu'ils pensent, librement et sans pression des organes de l'État. C'est le grand défi auquel nous sommes confrontés.  

Un dernier message ? 

Simplement pour dire aux fans de profiter de la Coupe du monde, que le football n'est pas à blâmer pour cela, le football est un sport magnifique et magique. C'est pour le plaisir et la fête, cela apporte de la joie, la connaissance d'autres cultures. Laissez-les en profiter. Les coupables sont les responsables de l'organisation d'événements sportifs où cela n'est pas possible.  

Pour reprendre une phrase que Diego Armando Maradona a prononcée un jour lors de son départ à la retraite : "le ballon ne se tache pas". 

En effet, le ballon ne se tache pas.