PUBLICIDAD

Iberdrola

Gustavo de Arístegui : "Le Sahel est l'affaire inachevée de l'OTAN"

Le diplomate espagnol a analysé le sommet de l'Alliance atlantique dans le cadre de l'émission "De Cara al Mundo"
Gustavo de Arístegui

 -   Gustavo de Arístegui

Dans la dernière édition de "De cara al mundo", sur Onda Madrid, nous avons eu la participation de Gustavo de Arístegui, diplomate et analyste international, qui a parlé en profondeur du sommet de l'OTAN qui s'est tenu à Madrid.

Quelle est votre évaluation du dernier sommet de l'OTAN qui s'est tenu à Madrid ?

Tout d'abord, il faut féliciter le gouvernement d'avoir organisé un sommet que le gouvernement de Mariano Rajoy avait réussi, en se rappelant que c'est le gouvernement précédent qui l'avait demandé et qui l'avait obtenu. Quoi qu'il en soit, il s'agit d'un effort collectif d'un grand nombre de personnes, du gouvernement national, de la Maison de Sa Majesté le Roi Felipe VI, des services du protocole, des forces de sécurité, y compris la police municipale de Madrid, qui a surpris tout le monde avec le magnifique dispositif organisé autour du sommet, de la délégation du gouvernement à Madrid, de la garde civile, de la police, des restaurateurs, j'ai trouvé excellente l'idée d'organiser un dîner au musée du Prado, qui est pour moi la meilleure galerie d'art du monde, etc. Au-delà des aspects purement logistiques et matériels, il s'agit bien d'un sommet historique, le concept stratégique fait un saut qualitatif par rapport à Lisbonne et nous sommes à un moment crucial d'un saut qualitatif en termes de risques. Certains des analystes de l'histoire les plus réputés ont commis une énorme erreur lors de la chute du mur de Berlin et de l'implosion de l'Union soviétique. Souvenez-vous du malheureux ouvrage de Francis Fukuyama intitulé "La fin de l'histoire", où rien de tel n'a été constaté. Combien de fois avons-nous entendu cette expression puérile et contre-productive qui a causé tant de problèmes ultérieurs, à savoir les dividendes de la paix, conduisant à la réduction des forces conventionnelles. Combien de fois avons-nous entendu des analystes internationaux, soi-disant experts en géostratégie, dire que le terrorisme ne peut pas être combattu avec des avions de chasse, et comment cela est-il fait en Syrie ou en Afghanistan ou à la frontière entre la Turquie et la Syrie. Franchement, il faut avoir un peu plus d'idée.

Augmenter les budgets de la défense semble la chose la plus logique à faire...

En effet, on ne peut pas s'opposer à quelque chose d'aussi sensé que l'augmentation des budgets de la défense, qui sont essentiels pour la paix et la stabilité d'un pays comme le nôtre, qui est la frontière méridionale de l'Alliance atlantique et qui est en contact par mer, même avec des frontières terrestres, avec des pays qui ont de graves problèmes de terrorisme et de stabilité, je ne parle pas seulement du Maroc, mais aussi de la Mauritanie et du Sénégal. Par conséquent, un pays comme le nôtre doit disposer de systèmes de défense à l'avant-garde, peut-être plus à l'avant-garde que ceux d'autres pays, parce que nous avons des territoires ultrapériphériques comme les îles Canaries, et donc nos avions doivent être des bimoteurs, avec une capacité de vol prolongé et une grande capacité de chargement, notre marine doit être importante. C'est une très bonne nouvelle que les six destroyers du système de défense antimissile balistique aient été consolidés à Rota. Franchement, lorsqu'on parle de politique étrangère, de politique de défense, de politique de sécurité et de géopolitique, les différences politiques doivent être mises de côté. Une fois pour toutes, l'Espagne doit apprendre à créer des politiques d'État dans différents domaines et la politique étrangère ne doit plus être utilisée comme un élément de dispute et de confrontation politique. 

Gustavo de Arístegui

À Madrid, les habitants ont donné l'exemple de la manière d'organiser un événement aussi important que le sommet de l'OTAN. Cependant, nous n'avons vu le maire ou le président de la Communauté à aucun de ces événements. 

Ils auraient dû être invités, tout comme le chef de l'opposition, au moins au dîner de gala, qui n'était pas un dîner de travail. Le dîner au musée du Prado était un dîner de travail et personne qui n'était pas chef d'État ou chef de gouvernement ne pouvait entrer, mais au dîner au Palais royal, le maire, la présidente de la Communauté de Madrid et le chef de l'opposition auraient dû être invités. 

Pour autant que je sache, le secrétaire général de l'OTAN voulait rencontrer l'hôte du sommet, qui était le maire de Madrid, mais on lui a répondu que ce n'était pas possible. 

En tant que maire de la ville qui accueille le sommet, il aurait dû être invité. 

Des controverses comme Ceuta et Melilla, alors que nous nous trouvons dans une situation si délicate de Guerre froide, une guerre plus que déclarée en raison de la manière dont les sanctions et les coupures de gaz affectent le prix de l'énergie, l'inflation, etc. L'OTAN s'est-elle levée et a-t-elle fait un pas en avant ?

Je pense que oui et il est grand temps. De nombreux pays membres de l'Alliance atlantique ont compris que l'OTAN n'est pas un club où les autres nous protègent, mais un club où les efforts doivent être collectifs. La synergie de l'union de trente ne peut pas produire trente, et pour cela, il faut que chacun s'engage. Ce qui est incroyable, et je vais le dire très clairement, c'est que pendant longtemps, des pays jusqu'alors neutres, comme la Suède, ont eu une présence beaucoup plus intense et mieux coordonnée avec l'OTAN en Afghanistan que de nombreux membres de l'Alliance atlantique. Il convient de rappeler le rôle extraordinaire que les forces spéciales suédoises ont joué dans des opérations majeures, ainsi que le courage et la compétence de ces forces. Le fait que des pays aussi importants que la Suède et la Finlande, qui possèdent des industries technologiques de classe mondiale, aient rejoint l'Alliance atlantique, et que la marine suédoise, mais surtout son armée de l'air, est l'une des plus importantes du monde.

Je pense qu'il s'agit de la pire nouvelle pour Vladimir Poutine, qui pensait que l'OTAN avait la tête plate et qui, aujourd'hui, est plus fort que jamais, avec l'élargissement à la Suède et à la Finlande. Êtes-vous d'accord pour dire que l'élargissement est l'une des pires nouvelles pour Poutine? 

Sans aucun doute, s'il essayait d'empêcher l'Alliance atlantique de se rapprocher de ses frontières, ce qu'il a obtenu, c'est que l'Alliance atlantique se rapproche de ses frontières. S'il y a un pays dans le monde, en l'occurrence à l'Ouest, qui a la plus longue frontière avec la Russie, c'est la Finlande, le seul pays qui a vaincu les Russes, l'ancienne Union soviétique, dans une guerre conventionnelle.

Gustavo de Arístegui

Le nouveau Concept stratégique de l'Alliance atlantique part du principe que la Chine est un nouveau défi, comme ils le perçoivent. Dans quelle mesure la Chine s'accroupit-elle et utilise-t-elle l'agressivité de Poutine ? 

La Chine, jusqu'à présent, je ne vais pas l'appeler un adversaire, mais un rival. La Chine est entre les mains de Xi Jinping, qui veut faire de la Chine un rival qui monte de plusieurs crans pour pouvoir l'appeler un adversaire. De là à devenir un ennemi, il n'y a qu'un pas. Pendant longtemps, les politiques expansives et agressives de la Chine ont été très inquiétantes et l'Occident n'en a pas tenu compte. Lorsque j'étais ambassadeur en Inde, c'était le grand casse-tête de tout le monde, ceux d'entre nous qui ont servi dans cette région se rendent compte que la présence de plus en plus intense, agressive et active de la Chine dans la mer de Chine méridionale, le nombre d'îles artificielles qu'elle a créées et sur lesquelles elle a placé des bases navales et aériennes précisément pour revendiquer plus tard des eaux territoriales où elle n'a jamais été présente, les incidents aériens permanents entre l'armée de l'air chinoise et l'armée de l'air américaine, où un jour ces étincelles pourraient dégénérer. Jusqu'à présent, nous avions vu que la présence de la Chine se situait principalement dans la partie orientale de l'océan Indien, mais aujourd'hui, elle se situe surtout dans la partie occidentale. Sa relation spéciale avec le Sri Lanka était très inquiétante non seulement pour l'Inde mais aussi pour tout pays de l'hémisphère nord de l'hémisphère ouest, et maintenant sa présence croissante aux Maldives est comme un porte-avions. La distance entre le nord et le sud des Maldives est de 1 500 kilomètres, ce qui signifie que la présence de la marine chinoise aux Maldives est indéfendable.

Le potentiel de la force de la Chine n'a pas été pris en compte.....

Il y a deux questions ici, la Chine a deux âmes, l'âme commerciale où l'expansion et l'influence économique est fondamentale pour la Chine, ces dernières années elle a fait une stratégie commerciale et financière intelligente d'expansion vers des pays qui ont de sérieux besoins de financement et d'infrastructure, et en même temps ils ont une bonne occasion de montrer leurs griffes sans le faire directement eux-mêmes, mais, à travers la Russie, en même temps cette agression russe en Ukraine pose de très sérieux problèmes à une puissance économique essentiellement exportatrice. N'oublions pas que l'une des conséquences graves de cette crise inflationniste et macroéconomique mondiale n'est pas seulement la hausse des prix et des moyens de production, ce qui est extrêmement grave pour tout producteur, mais surtout pour tout pays exportateur. Un conteneur de quarante pieds de Shanghai à l'Europe est passé de 900 à 1 500 dollars à 15 000 dollars, ce qui est une tragédie pour un exportateur. En conséquence, la Chine dit au monde qu'en ce moment, elle a une alliance avec les Russes, et je mets un correctif sur les pays qui sont mes adversaires ou mes concurrents, mais en même temps, je fais du tort à mon économie.

Le flanc sud est-il une rhétorique dans le Concept stratégique ou avons-nous besoin de plans concrets pour faire face aux menaces ?

Je pense que c'est le gros problème et le travail inachevé. Trop souvent, les dirigeants de l'Alliance atlantique ont été des pays d'Europe centrale, orientale et septentrionale. À mon avis, les problèmes ont toujours été plus à l'est qu'au sud, mais les problèmes de l'est vont être constants et sont maintenant pressants, mais les problèmes du sud sont pressants en permanence, voilà la différence. D'autres, les pays moins riches de l'Union européenne, les pays moins riches de l'OTAN, ont souffert, et nous avons été les gendarmes de l'UE et du reste de l'OTAN. Le terrorisme au Sahel est chronique et ne s'améliore pas ; il s'aggrave. La présence de Wagner, de mercenaires russes et de la Russie dans d'autres pays n'aide pas à juguler le terrorisme. De plus, elle empêche la présence des forces occidentales d'être efficace et empêche Daesh et Al-Qaeda de se propager très fortement au nord et au sud, de contaminer et de recruter très rapidement les jeunes de la région qui ne sont pas radicalisés dans le djihadisme. Je pense qu'il s'agissait d'un travail inachevé et que nous n'avons pas été à la hauteur, mais le mieux est l'ennemi du bien. 

Gustavo de Arístegui

Des sujets dans lesquels l'OTAN est impliquée de manière inédite : la lutte contre le changement climatique, la cybersécurité, l'immigration sur le flanc sud, l'utilisation de l'énergie comme chantage, l'espace.... L'OTAN adopte une approche plus politique des problèmes d'aujourd'hui. 

Toutes ces choses que vous avez mentionnées font partie de la géostratégie. 

Eh bien, et j'ai laissé de côté l'innovation pour ne pas perdre la supériorité technologique.

Je commencerai par la seconde et passerai ensuite à la première. La supériorité technologique est évidente, lorsqu'on regarde la liste des entreprises leaders mondiales en matière d'intelligence artificielle, qui est la prochaine révolution industrielle, il y a sept entreprises chinoises, une israélienne, une américaine et une européenne dans les dix premières, cela devrait nous faire réfléchir. De même qu'à un moment donné, dans les années 1980, les Chinois produisaient dix fois plus que les Américains, ce n'est plus le cas. Nous, Européens, devons prendre le train en marche pour produire, fabriquer et concevoir un avion de combat de sixième génération, sinon nous serons laissés pour compte. Ce que les gens ne réalisent pas, c'est que la production du Taifun a été l'un des éléments qui ont permis à l'Europe de rester à la pointe de la technologie. Si l'Europe ne s'engage pas dans la voie de l'avion de sixième génération, nous aurons perdu cette bataille à jamais. Les questions telles que le changement climatique, l'immigration, etc. font toutes partie de la géostratégie. Le changement climatique entraîne une immigration massive. Lorsqu'il n'y a plus de pâturages pour les éleveurs, ceux-ci se déplacent là où il y a des fermes et il y a un affrontement entre éleveurs et agriculteurs, comme cela s'est produit aux États-Unis lors de l'expansion vers l'ouest. De plus, comme ils sont de religions différentes, les gourous occidentaux parlent de guerre de religion, sans se rendre compte que le changement climatique est à l'origine de ces migrations et qu'il est lié au manque de pâturages et non à la religion. Enfin, il y a le problème de l'eau. S'il y a une nouvelle guerre au Moyen-Orient, ce ne sera pas pour des territoires, mais pour l'eau, et c'est une réalité de plus en plus pressante. Le concept de sécurité doit tenir compte du fait que nombre des pays les plus touchés par ces risques figurent aujourd'hui sur la liste M.N.N.A. (Major Non-NATO Ally), une liste d'une trentaine de pays, dont la Tunisie, l'Égypte et le Maroc.

Et la Mauritanie, où j'étais il y a un mois, et la préoccupation concernant la déstabilisation, la menace terroriste, mais aussi l'immigration et surtout les actions des mercenaires russes de Wagner, dans un pays qui a un accès à l'Atlantique et une position géostratégique clé, est quelque chose dont l'OTAN doit s'occuper.

C'est l'un des pays tampons, un très grand pays, très peu peuplé et compliqué à contrôler. Il existe une possibilité très sérieuse que la déstabilisation causée par les trafiquants de drogue, d'êtres humains, d'armes et de terroristes ait un effet déstabilisant sur la Mauritanie. La Mauritanie doit donc devenir une priorité pour l'Alliance atlantique et, si j'ose dire, pour le concept le plus stratégique de l'Union européenne, tout comme une grande partie de la côte atlantique nord, comme le Maroc. 

La Maison royale a joué un rôle très important dans les retrouvailles entre l'Espagne et les États-Unis, et le rôle qu'elle a joué a été le sien. La décision de Joe Biden est claire : en fin de compte, l'allié américain, c'est l'Espagne. 

Combien il est essentiel que les deux principaux partis politiques au gouvernement créent une politique d'État sérieuse, une politique de sécurité et une politique étrangère, afin que nos partenaires à l'étranger puissent voir que, quel que soit l'homme à la tête du gouvernement espagnol, il est fiable. Une de ces garanties de la visibilité de cette survie et de la persistance d'une politique sérieuse à laquelle nous participons en tant que membres de l'Union européenne et de l'Alliance atlantique est Sa Majesté le Roi. Felipe VI, comme son père avant lui, est l'un des piliers fondamentaux de l'image de l'Espagne dans le monde. Le roi d'Espagne est un élément fondamental de la diplomatie et un grand ambassadeur de l'Espagne, ce qui est le meilleur et le plus important. J'aime répéter souvent que c'est une bénédiction d'avoir une monarchie constitutionnelle car les pays les plus riches, les plus démocratiques, les plus libres et les plus tolérants du monde sont des monarchies constitutionnelles démocratiques.