Haftar déclare la frontière avec l'Algérie zone militaire fermée

Le prochain sommet sur le conflit libyen se tiendra le 23 du mois prochain à Berlin
AFP/ LNA War Information Division-El mariscal Haftar reuniéndose con el ministro de Asuntos Exteriores de Argelia, Sabri Boukadoum, en la ciudad de Bengasi, en el este de Libia

AFP/ LNA War Information Division  -   Le maréchal Haftar rencontre le ministre algérien des Affaires étrangères, Sabri Boukadoum, dans la ville de Benghazi, dans l'est de la Libye

Les forces loyales au commandant de l'est de la Libye, Khalifa Haftar, ont fermé la frontière avec l'Algérie, ont-ils déclaré, après que d'importants déploiements de ses forces dans le sud aient mis en évidence le rôle qu'il continue de jouer malgré les efforts déployés pour unifier le pays.

La semaine dernière, l'Armée nationale libyenne (ANL) de Haftar a envoyé des troupes dans la ville méridionale de Sebha, qui était déjà alliée aux forces orientales, puis, samedi, à un poste frontière méridional avec l'Algérie.

"Les forces armées ont fermé la frontière entre la Libye et l'Algérie et l'ont déclarée zone militaire où les déplacements sont interdits", a déclaré le Département de l'orientation morale, une unité médiatique de la LNA.

La frontière entre l'Algérie et la Libye, longue de près de 1 000 kilomètres, traverse un désert en grande partie inhabité, avec peu de points de passage.

PHOTO/AP - Cámara de Representantes, en la ciudad oriental de Tobruk
PHOTO/AP - Chambre des représentants dans la ville orientale de Tobrouk

L'Algérie a renforcé ses relations bilatérales pour faire face à l'insécurité causée par le conflit libyen et le Sahel. Outre les troupes loyales à Haftar et Sarraj, une série d'acteurs tels que des réseaux de crime organisé et des milices armées sont impliqués dans ce conflit. Cette situation est exacerbée par la porosité des frontières et l'insécurité structurelle présentes dans la région. Tout cela a favorisé l'émergence d'une économie de guerre dont bénéficient de larges secteurs de la population, des groupes de criminalité organisée et des réseaux terroristes. 

Cette décision, prise par le général Haftar, fait suite à la déclaration du président algérien Abdelmajid Tebboune d'une offensive que l'armée algérienne s'apprêtait à mener sur le territoire libyen. Lors d'une interview, diffusée le 9 juin sur Al-Jazeera, le président algérien a déclaré qu'il avait envisagé une intervention en Libye parce qu'il considérait "Tripoli comme une ligne rouge". "Nous n'acceptons pas que la capitale d'un pays du Maghreb soit occupée par des mercenaires. Nous allions intervenir", a assuré Tebboune. Interrogé pour savoir s'il s'agissait d'un internement militaire, le président a répondu en disant que l'Algérie serait intervenue d'une "manière ou d'une autre : nous n'allions pas rester les bras croisés." 

AFP/HO EGYPTIAN STATE INFORMATION SERVICE  -   EL primer ministro libio Abdul Hamid Dbeibeh se reúne con el Director General de Inteligencia egipcia Abbas Kamel, en la capital libia, el 17 de Junio de 2021
AFP/HO EGYPTIAN STATE INFORMATION SERVICE  -Le premier ministre libyen Abdul Hamid Dbeibeh rencontre le directeur général égyptien du renseignement Abbas Kamel, dans la capitale libyenne, le 17 juin 2021.

Parallèlement, nouvelle étape vers la pacification de la Libye : le Premier ministre Abdelhamid Dbeiba a annoncé dimanche la réouverture de la route côtière entre l'est et l'ouest, fermée depuis environ deux ans pendant les combats. La route côtière relie la Libye occidentale à la frontière avec la Tunisie et la Libye orientale à l'Égypte. C'est le tronçon entre les villes de Misrata (ouest) et Syrte (centre-nord), long d'environ 300 kilomètres, qui avait été fermé au début de l'offensive avec laquelle le maréchal Jalifa Haftar, l'homme fort de l'est, avait tenté, sans succès, de conquérir la capitale Tripoli d'avril 2019 à juin 2020.

Cependant, malgré les progrès réalisés en vue d'une solution politique pour la Libye après une décennie de violence et de chaos, la majeure partie du pays est toujours contrôlée par des groupes armés, la corruption est endémique et les puissances extérieures impliquées dans le conflit ne se sont pas retirées.

Des progrès sont attendus dans les prochains jours concernant la mise en œuvre des termes du cessez-le-feu militaire en place depuis septembre, avec la réouverture de la principale route côtière traversant les lignes de front.

AFP/HO EGYPTIAN STATE INFORMATION SERVICE  -   EL primer ministro libio Abdul Hamid Dbeibeh se reúne con el Director General de Inteligencia egipcia Abbas Kamel, en la capital libia, el 17 de Junio de 2021

Le 23 juin, Berlin accueillera une nouvelle conférence sur la Libye, après celle qui s'est tenue en janvier 2020, sous l'égide de l'ONU, avec la participation du gouvernement de transition de ce pays, de toutes les parties impliquées dans le conflit, ainsi que des pays qui les soutiennent.

L'objectif de ce sommet est de préparer les élections nationales et de parvenir à un cessez-le-feu durable qui permettra la stabilisation du pays et la tenue de ces élections.

Depuis mars, le pouvoir est entre les mains du GNU, élu par le Forum pour le dialogue politique libyen (FPLD), un organe non élu créé par l'ONU en dehors des gouvernements qui s'affrontaient jusqu'alors et qui doit unifier le pays, maintenir le cessez-le-feu et le conduire aux élections.

Au cours des cinq dernières années, la Libye est devenue un immense hypermarché de la contrebande et le moteur d'une économie circulaire corsaire en Afrique du Nord et au Sahel, qui prospère grâce à la vente illégale de carburant, d'armes et de nourriture, emploie des milliers de personnes et a fait de ses côtes le principal tremplin de la migration irrégulière en Méditerranée centrale, la route migratoire la plus meurtrière au monde. 

La situation compliquée que connaît la Libye a obligé une multitude d'acteurs, des pays aux organisations internationales, à déployer un maximum d'efforts dans la médiation et le développement de forums de toutes sortes pour tenter d'avancer vers une solution qui mettra fin au conflit. Des pays comme le Maroc, la Tunisie et l'Égypte ont accueilli des réunions à différents stades au cours des derniers mois, à différents niveaux, principalement au niveau militaire et politique. En Libye, l'enchevêtrement des intérêts, des dynamiques et des mouvements rend très difficile le développement des pourparlers. Sans compter, bien sûr, l'ingérence de pays tiers tels que la Turquie ou la Russie dans celles-ci.

AFP/MAHMUD TURKIA  -   La ministra de Asuntos Exteriores del Gobierno de Transición de Unidad Nacional (GNU) de Libia, Najla al-Mangoush
AFP/MAHMUD TURKIA  -   Najla al-Mangoush, ministre des Affaires étrangères du gouvernement d'union nationale de transition (GUN) de la Libye.

À cet égard, les ministres des affaires étrangères de l'Égypte, Sameh Shukri, et de la Libye, Nadjla Al Mangush, lors d'une réunion tenue en Libye, ont fixé une série de points, tels que la tenue des élections libyennes prévues en décembre ou le retrait des forces étrangères et des mercenaires du pays africain, en vue du prochain sommet sur le conflit libyen, qui se tiendra le 23.

Les bonnes et solides relations entre les deux États découlent de l'aide que l'Égypte a offerte à la Libye pour servir de médiateur et promouvoir un cessez-le-feu dans la guerre civile, ainsi que pour promouvoir la stabilité dans le pays après avoir coopéré à des politiques antiterroristes. 

"Nous avons convenu qu'il est nécessaire que la conférence ait des résultats clairs, pour renouveler l'engagement de la communauté internationale (...) avec la mise en œuvre complète du droit des élections, les efforts du départ des forces étrangères et des mercenaires et protéger les ressources du peuple libyen", a déclaré Shukri dans son discours. Le ministre libyen a ajouté qu'au cours de la réunion, ils ont convenu de "mettre fin à toutes les interventions étrangères, d'unifier les institutions militaires (libyennes), d'assurer la continuité du cessez-le-feu et de soutenir une phase de stabilité et de sécurité en Libye", selon Efe.