PUBLICIDAD

Iberdrola

Haftar prévient que la LNA "ne restera pas sans rien faire" après les affrontements de Tripoli

Le maréchal de Libye a exhorté la population à "réparer la situation avant qu'il ne soit trop tard", quelques jours après les combats dans la capitale libyenne
haftar-libia

REUTERS/ESAM OMRAN  -   Le maréchal libyen Khalifa Haftar à Benghazi, en Libye, le 24 décembre 2020

Après plusieurs jours de violents affrontements à Tripoli, le commandant de l'Armée nationale libyenne ( LNA ) Khalifa Haftar a lancé un avertissement à tous les groupes armés impliqués dans les combats dans la capitale libyenne. "Nous n'avons pas construit une armée pour rester les bras croisés et regarder les agresseurs entraîner la Libye dans l'abîme", a déclaré le maréchal lors d'une visite de la ville de Kufra, dans le sud-est du pays, selon The Libya Update.

"Seul le peuple sauvera la Libye et mettra fin à sa captivité avec la protection de l'armée", a déclaré Haftar, soulignant que la solution se trouve "entre les mains du peuple, qui doit diriger le processus politique pour recouvrer ses droits et construire son État".

kufra-libia-haftar
PHOTO/REUTERS - Photo d'archive, des troupes et des véhicules de l'armée nationale à Kufra, sont vus participant à une mission "Opération Dignité", à la frontière libyenne-égyptienne près de Kufra, le 4 juin 2014

Haftar a souligné l'importance et la responsabilité de la société libyenne dans l'instauration du changement dans le pays, affirmant que les citoyens libyens "ne doivent pas attendre qu'une classe ou un parti politique étranger les libère de leurs souffrances". Le maréchal a également exhorté les forces nationales à se réorganiser "pour faire pencher la balance en faveur du peuple" et a promis que l'armée serait aux côtés des citoyens "aujourd'hui et demain". 

Pendant son discours, Haftar a également fait allusion à la corruption politique. "Les Libyens ont le droit de se demander où va l'argent de leur pays", a-t-il déclaré. "Nous, le peuple et l'armée, devons remédier à la situation avant qu'il ne soit trop tard, tout comme nous avons remédié ensemble au danger du terrorisme", a ajouté Haftar.

Selon des analystes cités par Arabi21, la visite de Haftar dans le sud "est une tentative de démontrer son contrôle sur cette région", tandis que ses "menaces" à l'égard des politiciens libyens visent à "obtenir un soutien dans le sud et à l'inciter contre le gouvernement de Dbeibé".

haftar-lna-libia
AFP/ARIS MESSINIS - Khalifa Haftar lors d'entretiens avec le ministre grec des Affaires étrangères à Athènes, le 17 janvier 2020

Les déclarations du maréchal libyen interviennent quelques jours après que le porte-parole des forces de Haftar, Ahmed Al-Mismari, a indiqué que l'armée ne soutenait ni n'appuyait aucune des parties impliquées dans les derniers affrontements.

Al-Mismari a déclaré à l'agence de presse italienne NOVA que le commandement général de Haftar opte pour la neutralité dans le conflit actuel, bien qu'il soutienne "la légitimité représentée par la Chambre des représentants". D'autre part, Al-Mismari a révélé que le LNA était prêt à intervenir si le commandement général le demandait afin de protéger la sécurité de la population, rapporte Al-Arab. 

libia-tripoli
AFP/MAHMUD TURKIA - Des personnes inspectent des cadavres après des affrontements entre partisans de gouvernements rivaux à Tripoli, la capitale de la Libye, le 28 août 2022

Le pays est embourbé dans l'instabilité et la violence depuis la chute du dictateur Mouammar Kadhafi en 2011. Après son renversement, le pays a été entraîné dans une guerre civile qui s'est terminée en 2020 par un cessez-le-feu "national et permanent" signé par les deux parties belligérantes : le gouvernement d'entente nationale (GNA) basé à Tripoli et les forces orientales représentées par le parlement de Tobrouk. Toutefois, cet accord conclu sous l'égide des Nations unies n'a pas suffi à assurer la stabilité politique souhaitée dans le pays

tripoli-libia
AFP/MAHMUD TURKIA - Des combattants fidèles au gouvernement d'unité nationale sont vus dans une rue de la capitale libyenne, Tripoli, le 27 août 2022, après des affrontements entre groupes libyens rivaux

La situation s'est détériorée au cours de l'année. Après l'effondrement du processus électoral et le report sine die des élections prévues pour décembre 2021, le Parlement de Tobrouk a déclaré illégal le gouvernement actuel d'Abdul Hamid Dbeibé pour avoir dépassé le délai fixé par le Forum de dialogue politique libyen ( LPDF ), un organisme soutenu par l'ONU qui avait choisi Dbeibé comme chef de gouvernement pour organiser les élections, qui n'ont jamais eu lieu.

dbeibe-libia
AFP/MAHMUD TURKIA - Le Premier ministre intérimaire de la Libye, Abdulhamid Dbeibah, assiste à une cérémonie de remise de diplômes militaires dans la capitale Tripoli, le 3 juillet 2022

En mars, le Parlement de Tobrouk a nommé un nouvel exécutif avec Fathi Bashagha à sa tête, bien que Dbeibé ait rejeté sa nomination, affirmant qu'il ne céderait le pouvoir qu'après les élections. 

bashagha-libia
AFP/ABDULLAH DOMA - Fathi Bashagha, ancien ministre de l'intérieur et actuel premier ministre désigné du parlement de Tobrouk

Bashagha, ancien ministre de l'Intérieur, a tenté d'entrer à Tripoli à plusieurs reprises. En mai, il y parvient, mais après plusieurs batailles entre les milices fidèles à son gouvernement et celles de Dbeibé, il doit quitter la capitale. Cependant, le Premier ministre nommé par Tobruk a récemment tenté une nouvelle tentative, provoquant de violents affrontements qui ont fait au moins 32 morts et 159 blessés, selon le ministère de la Santé. 

Bien que le calme soit revenu dans la capitale après plusieurs jours de violence, les tensions entre les milices Deibé et Bashagha persistent et menacent de reprendre les affrontements à tout moment. De même, les récentes déclarations de Haftar laissent entrevoir une possible intervention de la LNA en cas de reprise des combats à Tripoli.