PUBLICIDAD

Marruecos

Hassan Sheikh Mohamud reprend le pouvoir en Somalie et sort de l'impasse politique

Le retour de l'ancien président de 2012 à 2017 met fin à la paralysie institutionnelle et facilite un nouveau déploiement militaire américain
Hassan Sheikh Mohamud

PHOTO/HASSAN SHEIK MOHAMUD  -   Le nouveau président de la Somalie, Hassan Sheikh Mohamud, après le vote lors d'une réunion avec les commandants des forces armées somaliennes et de la police somalienne

La Somalie a rencontré son prochain dirigeant dimanche. L'ancien président de 2012 à 2017, Hassan Sheikh Mohamud, a retrouvé la présidence après avoir battu le président sortant Abdullahi Mohamed, dit Farmajo, par une victoire écrasante au troisième et dernier tour des élections. Mohamud est ainsi devenu le premier président à être réélu et, ce faisant, a pris sa revanche sur les dernières élections tenues il y a cinq ans, au cours desquelles Farmajo avait évincé le président entrant du pouvoir.

Mohamud prend ses fonctions cinq ans plus tard dans un contexte critique. Une inflation galopante, une période de sécheresse, une famine massive et la faiblesse structurelle de l'État, sans cesse malmené par de pressantes divisions internes et la domination généralisée du groupe djihadiste Al Shabab, ont brisé le présent de la Somalie et hypothéqué son avenir. Les défis qu'il doit relever ne sont toutefois pas très différents de ceux qu'il a dû affronter il y a dix ans, lorsqu'il a fait son entrée dans le palais présidentiel.

Le nouveau président se fait attendre. L'élection aurait dû avoir lieu il y a plus d'un an, en février 2021, à l'expiration du mandat de l'ancien président Farmajo. Mais il s'est maintenu au pouvoir grâce à une manœuvre parlementaire qui a prolongé de deux ans son séjour au pouvoir et la validité du gouvernement fédéral, une décision controversée qui, un mois plus tard, a donné lieu à une fusillade entre des soldats soutenant et s'opposant au président pour ce qu'ils considéraient comme un coup d'État contre la légalité.

Farmajo Mohamud
PHOTO/HASSAN SHEIK MOHAMUD  -   L'ancien président Abdullahi Mohamed alias Farmajo (à gauche) remet officiellement le pouvoir au président élu Hassan Sheikh Mohamud (à droite), Mogadiscio, 17 mai 2022

L'héritage présidentiel d'Abdullahi Mohamed alias Farmajo, un bureaucrate qui a renoncé à sa citoyenneté américaine et qui avait précédemment occupé le poste de premier ministre, a également été marqué par des violations massives des droits de l'homme sous forme d'arrestations et d'exécutions arbitraires, de répression de la dissidence et de persécution des médias. Son fort nationalisme combiné à sa forme de gouvernement profondément centraliste dans un État fédéral a tendu les relations tant à l'extérieur avec le Kenya voisin qu'à l'intérieur.

Les profonds désaccords avec son premier ministre, Mohamed Hussein Roble, qu'il a limogé en décembre, ont joué un rôle clé dans les dernières étapes de sa présidence. Roble, ingénieur civil de formation suédoise et quasi-néophyte en politique, est allé à l'encontre des directives de son patron sur plusieurs questions clés et a directement rivalisé avec Farmajo, qu'il a même accusé d'avoir saboté les élections après avoir dépouillé le chef du gouvernement de ses prérogatives pour organiser les élections.

La pression constante exercée par la communauté internationale sur la paralysie politique de la Somalie, cristallisée par l'entrée en scène du Fonds monétaire international (FMI), qui a menacé de suspendre le programme d'aide de plusieurs millions de dollars si une nouvelle administration n'était pas en place avant le 17 mai, a finalement incité à la tenue d'élections peu orthodoxes, dont le système de vote indirect n'a rien à voir avec les processus habituels. Il est basé sur des clans et privilégie la majorité, facilitant ainsi le truquage des votes.

Les membres des chambres haute et basse du Parlement ont choisi le nouveau président lors d'un vote secret qui s'est tenu sous une tente dans un hangar de l'aéroport militaire de Halane, à Mogadiscio. L'enclave est protégée des attaques terroristes par les soldats de la paix de l'Union africaine (UA). La capitale a été soumise à un bouclage de sécurité, une sorte de couvre-feu, en vigueur depuis 9 heures, heure locale, samedi, jusqu'à tôt lundi matin.

Des témoins ont entendu des coups de feu dans différents quartiers de la capitale en signe de célébration à l'annonce de la victoire d'Hassan Sheikh Mohamud, comme ils l'avaient fait il y a cinq ans avec la victoire de Farmajo. Cependant, une explosion a également eu lieu dans une zone proche du bureau de vote, apparemment sans faire de victimes. Mohamed et Mohamud connaissaient le résultat alors qu'ils étaient assis l'un en face de l'autre, le premier reconnaissant sa défaite et le second prêtant serment.

Auparavant, Mohamud avait dû battre trois douzaines de candidats en lice pour la présidence. Les délégués des nombreux clans qui organisent le vote élisent d'abord les 328 législateurs qui choisissent ensuite le président. Sur un total de 36 candidats au premier tour, seuls quatre ont atteint le second tour. Il s'agissait ensuite de passer au troisième tour, où une majorité simple suffisait pour élire le vainqueur. 

Mohamud Farmajo
PHOTO/HASSAN SHEIK MOHAMUD  -   L'ancien président Abdullahi Mohamed alias Farmajo (à gauche) marche avec le président élu Hassan Sheikh Mohamud (à droite) quelques minutes avant le transfert de pouvoir, Mogadiscio, 17 mai 2022

Mohamud a réussi à se qualifier avec seulement 52 points au premier tour, mais a pris la tête avec 110 points au deuxième tour et a terminé le troisième tour grâce aux gros bras de l'opposition, menés par le président de l'État du Puntland, Said Abdullahi Mohamed, et Ali Jare, l'ancien premier ministre qui, comme Roble, a également rivalisé avec Farmajo pendant son mandat, qui ont scellé leur alliance contre le président sortant pour offrir une victoire historique dans une compétition électorale très serrée.

Qui est Hassan Sheikh Mohamud ?

Membre du clan Hawiye, l'un des clans les plus importants de Somalie, Mohamud a déjà une expérience de chef d'État. Il est né il y a 66 ans dans la province centrale de Hiran, dans un quartier de classe moyenne de la capitale. Diplômé en ingénierie technique de l'Université nationale somalienne en 1981, Mohamud s'est fait connaître en tant que militant pour la paix dans son pays après avoir rejoint l'UNICEF en tant qu'éducateur et avoir été témoin du massacre de la guerre civile qui s'est terminée en 1991.

Leader de l'Union pour la paix et le développement, une formation nationaliste conservatrice majoritaire dans les deux chambres du Parlement, Mohamud est perçu comme un islamiste modéré dans un pays presque entièrement islamisé. Son premier mandat a été marqué par un bilan diplomatique favorable, qui a permis de rétablir les relations bilatérales avec les pays africains et occidentaux, ainsi que d'améliorer la cohésion territoriale. Mais les affaires de corruption durant son administration ont jeté une ombre sur son héritage.

Dans un message d'unité, le président élu a réuni mardi les présidents des cinq des six États de jure du pays, à l'exception du Somaliland, qui fonctionne de facto comme un territoire indépendant, afin d'atténuer la division interne qui s'est aggravée ces dernières années. Un premier geste par lequel Mohamud a tenté de réconcilier les parties et de marquer une distance avec son prédécesseur au pouvoir. 

La Somalie a un nouveau président, mais en réalité ce sont les terroristes qui détiennent le pouvoir dans la Corne de l'Afrique. Les militants de l'organisation terroriste Al Shabab, affiliée à Al Qaeda dans la région, contrôlent désormais une grande partie du territoire et en sont même venus à dominer Mogadiscio. Ses membres collectent également des impôts, mènent des procédures judiciaires, forcent des mineurs à rejoindre leurs rangs et, surtout, commettent des attentats meurtriers, dont le plus récent a eu lieu il y a quelques jours.

Joe Biden
AP/EVAN VUCCI  -   Le président américain Joe Biden lors d'une conférence de presse à la Maison Blanche
Les États-Unis retournent en Somalie

Au milieu de la scène post-électorale, encore sous le choc de la victoire de Mohamud, le président américain Joe Biden a approuvé la demande du secrétaire à la défense Lloyd Austin de déployer des centaines de soldats des forces d'opérations spéciales en Somalie. La demande du Pentagone comprenait également une autorisation de débarquer jusqu'à une douzaine de chefs présumés d'Al Shabab basés dans la Corne de l'Afrique.

CNN estime à 500 le nombre de militaires affectés à la mission. Il s'agit donc du plus grand déploiement de troupes entrepris sous l'administration Biden, dont l'objectif est de combattre la menace terroriste latente en Somalie, qui a à son tour de graves répercussions sur la sécurité régionale. Ainsi, Biden revient sur la décision prise par Trump lors de ses dernières semaines en tant qu'occupant de la Maison Blanche. L'ancien président a ensuite retiré quelque 700 soldats du pays africain.

Le porte-parole du Pentagone, John Kirby, a précisé que les troupes américaines ne seront pas directement impliquées sur le terrain, mais effectueront seulement un travail d'assistance et de conseil pour réduire autant que possible la menace djihadiste que représentent les quelque 10 000 membres d'Al Shabab. Jusqu'à présent, le chaos politique a empêché Washington de faire un geste. Avec l'arrivée de Hassan Sheikh Mohamud, les choses semblent avoir commencé à changer.