Iberdrola et Shell vont faire une offre commune pour les premiers projets d'éoliennes offshore flottantes au Royaume-Uni

Les deux groupes font des propositions multiples pour développer ces installations pionnières dans le nord-est de l'Écosse
iberdrola

AFP/PHILIPPE DESMAZES  -   Logo du fournisseur d'électricité espagnol Iberdrola

Iberdrola, par l'intermédiaire de sa filiale ScottishPower, s'est associé à la compagnie pétrolière anglo-néerlandaise Shell pour répondre à l'appel d'offres concernant les premiers projets d'éoliennes offshore flottantes au Royaume-Uni, a déclaré la compagnie énergétique.

Plus précisément, les deux groupes font des propositions multiples pour développer ces installations pionnières dans le nord-est de l'Écosse, dans le cadre du programme ScotWind Leasing lancé par Crown State Scotland, pour lequel la date limite de soumission a été clôturée vendredi.

ScotWind Leasing est le premier cycle d'enchères de financement pour le développement de l'énergie éolienne dans les eaux écossaises depuis plus d'une décennie et accordera des droits de propriété pour le développement de nouveaux projets éoliens offshore à grande échelle, y compris, pour la première fois, l'éolien flottant. Crown State Scotland devrait annoncer les résultats de ce nouveau tour de table au début de l'année prochaine.

L'éolien offshore flottant, une technologie relativement nouvelle et encore en développement, est particulièrement adapté aux zones d'eaux plus profondes où il n'est pas possible d'installer des fondations fixes, comme c'est le cas dans les eaux écossaises.

Keith Anderson, PDG de ScottishPower, a déclaré : "La combinaison des connaissances, de l'expérience et du savoir-faire de ScottishPower et de Shell place l'alliance dans une position optimale pour mener le développement de parcs éoliens flottants offshore à grande échelle, créer une nouvelle industrie verte avec un énorme potentiel d'exportation des compétences et de l'expertise au niveau mondial et aider le Royaume-Uni à décarboniser sa production d'électricité."

energía-eólica-marina
PIXABAY - L'énergie éolienne en mer

Pour sa part, le président de Shell UK, David Bunch, a déclaré que, si l'offre est retenue, Shell et ScottishPower "s'engagent à travailler avec les communautés et les entreprises écossaises pour aider à développer les chaînes d'approvisionnement et l'expertise qui pourraient faire de l'Écosse un leader mondial de l'éolien flottant".

Engagement en faveur de l'éolien offshore

L'entreprise énergétique présidée par Ignacio Sánchez Galán exploite déjà plus de 1 300 MW de capacité éolienne en mer, répartis dans la mer Baltique allemande (Wikinger) et au Royaume-Uni (East Anglia One et West of Duddon Sands). Cette capacité sera doublée dans les années à venir avec des projets en Allemagne (Baltic Eagle), en France (Saint Brieuc) et sur la côte américaine du Massachusetts (Vineyard Wind 1).

L'expansion du portefeuille de projets éoliens offshore d'Iberdrola au cours des douze derniers mois -20 000 MW à la fin du premier trimestre de cette année-, renforcée par de nouvelles plateformes de croissance comme le Japon, la Pologne, la Suède et l'Irlande, permettra au groupe de disposer de 12 000 MW d'éolien offshore en exploitation d'ici 2030.

Sur ce portefeuille, environ la moitié est prête à démarrer la construction : Kitty Hawk (Caroline du Nord, 2 500 MW) ; Zone 522 (Massachusetts, 3 400 MW) ; East Anglia Hub (mer du Nord, 3 100 MW) et Windanker (mer Baltique, 300 MW). La société a également plus de 10 000 MW en cours de développement en Suède (3,6 GW), au Japon (2,7 GW), en Pologne (2-3 GW) et en Irlande (3 GW).

Iberdrola est également dans une position optimale pour participer aux enchères et aux appels d'offres prévus dans les prochains mois dans ses nouvelles plateformes de croissance : les États-Unis, qui mettront aux enchères 3 200 MW ; le Royaume-Uni (jusqu'à 12 000 MW), le Japon (3 000 MW), l'Allemagne (900 MW), la France (jusqu'à 2 250 MW), le Danemark (jusqu'à 2 200 MW) et l'Écosse (jusqu'à 2 200 MW).