PUBLICIDAD

Iberdrola

Ignacio Corlazzoli : "Nous voulons réunir en Espagne 33 dirigeants ibéro-américains avec 27 Européens"

Le responsable de la CAF pour l'Europe, l'Asie et le Moyen-Orient a participé au séminaire "Plus que jamais, l'Union européenne et l'Amérique latine et les Caraïbes, deux partenaires stratégiques. Pourquoi l'UE a-t-elle besoin de cette alliance ?"
CAF ignacio corlazzoli

 -  

La guerre en Ukraine et la pandémie ont mis à mal le processus d'intégration régionale nécessaire au développement du continent en Amérique latine et dans les Caraïbes. Dans ce contexte, il est essentiel de renforcer les institutions internationales, moteur d'un multilatéralisme capable de relever les défis d'un monde hostile. De telles relations nécessitent une union euro-latino-américaine forte, afin de construire un espace aux possibilités illimitées pour transformer la réalité de la région.

Tel était le point de départ du IIIe séminaire de haut niveau organisé au Parlement européen le 29 septembre par la Fondation EuroAmerica et EuroLat, en collaboration avec la Banque de développement d'Amérique latine - CAF -, la Banque interaméricaine de développement - BID - et le Secrétariat général ibéro-américain.

L'événement a été présenté par Javi López, président de l'Assemblée EuroLat du Parlement européen ; Myriam Ferrán, directrice générale adjointe de la Direction générale des partenariats internationaux de la Commission européenne ; et Ramón Jáuregui, président de la Fondation EuroAmerica.

myriam ferran parlamento europeo

Les trois experts ont souligné la nécessité de renforcer les relations entre l'Amérique et l'Europe, dans un contexte de logique binaire de dispute entre les États-Unis et la Chine, qui menace de laisser l'Europe et l'Amérique latine dans une position marginale, et de les transformer de "joueurs" en "terrains de jeu". Les organisateurs du séminaire espèrent que la présidence espagnole de l'UE donnera un coup de fouet à ces relations.

Le séminaire a débuté par un premier panel intitulé "Intégration et multilatéralisme, clés de la relance et du développement de l'Amérique latine et des Caraïbes. Coopération avec l'Union européenne". Ignacio Corlazzoli, directeur pour l'Europe, l'Asie et le Moyen-Orient à la CAF, Banque de développement d'Amérique latine, a participé au panel. Il a été rejoint par Pablo Grinspun, ambassadeur d'Argentine auprès de l'UE, Eric Parrado, économiste en chef de la Banque interaméricaine de développement, et modéré par José Ignacio Salafranca, vice-président de la Fondation Euroamerica.

ingacio corlazzoli caf

Dans son discours, Ignacio Corlazzoli a souligné la forte volonté du gouvernement espagnol de renforcer les relations avec l'Amérique latine, un objectif pour lequel il peut compter sur la CAF. "Nous, à la CAF, sommes heureux de pouvoir soutenir la présidence espagnole qui s'annonce dans les six prochains mois. L'Espagne a l'audace de reconvoquer un espace de dialogue politique après huit ans d'absence. Depuis le CAF, nous avons proposé de profiter des espaces qui précèdent le sommet ECOFIN de Saint-Jacques-de-Compostelle, où se réuniront les 27 ministres européens des Finances. Nous y emmènerons les 33 ministres des Finances de la CELAC. 60 ministres. Un tiers de la taille du Fonds monétaire international", a déclaré Ignacio Corlazzoli à son tour de parole.

Corlazzoli a également assuré que la CAF a l'intention de soumettre un livre blanc à la présidence espagnole de l'Union européenne, dans lequel elle souhaite rechercher des moyens de mobiliser des ressources plus importantes pour la région. "Nous voulons être plus ambitieux et chercher des réponses plus ambitieuses. Depuis la CAF, nous voulons proposer quelque chose de similaire à ce qui a été fait lors du sommet africain : l'utilisation des droits de tirage du Fonds monétaire, en parlant à la Banque centrale européenne pour utiliser une garantie. C'est 40 milliards qu'il a entre les États-Unis et les pays européens. Comme garantie pour les opérations de lutte contre le changement climatique", a conclu Ignacio Corlazzoli, qui a également réitéré son intention d'être le principal partenaire de la présidence espagnole de l'UE.

corlazzoli caf europa

Les intervenants de cette table ronde ont également abordé l'accord commercial entre l'Union européenne et le Mercosur, "un accord qui a donné lieu à une situation inhabituelle", selon les termes du modérateur José Ignacio Salafranca, en raison de son long processus qui n'a pas encore abouti à une ratification, bien qu'il s'agisse du "pacte de libéralisation commerciale le plus important de la planète". Pour l'ambassadeur argentin auprès de l'UE, les différences entre les agendas latino-américain et européen constituent peut-être le principal obstacle. "Même lorsqu'il n'y a pas de différence dans les agendas, ce ne sont pas les mêmes priorités ni les mêmes urgences", a commenté l'ambassadeur Pablo Grinspun.

Pour sa part, Ignacio Corlazzoli a souligné qu'au cours de ces 20 années de négociation de l'accord, il n'y a pas eu suffisamment de progrès dans la région d'Amérique latine en termes de commerce intra-régional.  "Bien que nous ayons réduit les droits de douane, nous sommes passés de 12 à 7% sur cette période de 20 ans, ce n'est pas suffisant et c'est dû à l'absence d'accord entre les trois grandes économies du continent, l'Argentine, le Mexique et le Brésil". Corlazzoli a assuré qu'il y avait encore beaucoup de travail à faire, notamment pour améliorer les chaînes de valeur mondiales.

embajador argentina europa caf

Lors de la deuxième table ronde du séminaire, intitulée "La transition écologique comme objectif et la numérisation comme outil. Comment cette transition s'opère dans des secteurs stratégiques : agriculture, énergie et aéronautique. Experience in Latin America", les intervenants étaient Andrea Meza, secrétaire exécutive adjointe de l'UNCCD ; Jorge Rodríguez Romero, chef de l'unité pour la coopération mondiale sur l'environnement et le multilatéralisme ; et Luis Cabra, chef de l'assemblée constituante chez Airbus. La table ronde a été modérée et présentée par le directeur Latam de Llorente y Cuenca, Claudio Vallejo.

Après un discours de clôture de Javier Niño, directeur général adjoint pour les Amériques du Service européen d'action extérieure, une brève séance de réseautage a eu lieu entre les participants et les personnes présentes, dont beaucoup de membres de délégations diplomatiques et de députés européens.