PUBLICIDAD

Iberdrola

ISIS-K, l'ennemi commun des États-Unis et des Talibans

Les États-Unis neutralisent les bases de Daech en Afghanistan qui ont mené l'attaque de l'aéroport de Kaboul
/CROWN COPYRIGHT 2021/MOD - Miembros de las Fuerzas Armadas británicas y estadounidenses trabajando en el aeropuerto de Kabul el 21 de agosto de 2021

CROWN COPYRIGHT 2021/MOD  -   Des membres des forces armées britanniques et américaines au travail à l'aéroport de Kaboul, le 21 août 2021

Les pays du monde entier se précipitent dans les dernières heures avant la date limite fixée par les États-Unis et les talibans pour le départ de tous les étrangers, dans un contexte de maelström sécuritaire après les attentats de l'aéroport de Kaboul. Les États-Unis ont lancé leur première opération punitive contre des cibles de la branche locale de Daech (ISIS-K) en Afghanistan. La frappe, en représailles à l'attaque brutale du groupe djihadiste à Kaboul qui a fait 170 morts, a été effectuée par drone et a visé une base opérationnelle du groupe terroriste dans l'est de l'Afghanistan, a confirmé le Pentagone. L'attaque visait un membre de Daech à Khorasan qui, selon les États-Unis, planifiait les activités du groupe, sans préciser immédiatement s'il était le cerveau de l'attaque. 

Jour après jour, les évacuations deviennent de plus en plus compliquées, des milliers de personnes se pressent à l'entrée de l'aéroport avec le seul espoir de pouvoir quitter le pays, tandis que les talibans annoncent qu'ils n'autoriseront que les étrangers à entrer dans l'aéroport. Cette action punitive intervient 24 heures après que le président Joe Biden a promis de traquer les auteurs de l'attentat à la bombe de Kaboul, qui a tué 13 militaires américains et en a blessé près de 20 autres. "Nous ne pardonnerons pas et nous n'oublierons pas. Nous allons traquer les terroristes et nous leur ferons payer pour cela", a annoncé Biden.

AFP/ SAJJAD HUSSAIN  - El general Kenneth McKenzie, jefe del Mando Central de Estados Unidos. El jefe del Mando Central de EE.UU. el 26 de agosto de 2021 prometió represalias por el ataque mortal en el aeropuerto de Kabul que atribuyó a "dos terroristas suicidas que se evalúan como combatientes del Daesh
AFP/ SAJJAD HUSSAIN - Le général Kenneth McKenzie, chef du commandement central américain. Le 26 août 2021, le chef du commandement central américain a promis de riposter à l'attentat meurtrier perpétré à l'aéroport de Kaboul, qu'il a attribué à deux kamikazes considérés comme des combattants de Daech.

Depuis la prise de Kaboul, les Talibans ont mené une forte campagne médiatique pour tenter d'envoyer un message de calme au public, ainsi qu'à la communauté internationale, en montrant un visage plus modéré. De nombreux analystes s'accordent à dire qu'il ne s'agit là que d'une stratégie visant à acquérir une légitimité internationale et à éviter d'être à nouveau isolés, comme cela s'est produit lors de l'émirat de 1996-2001, lorsqu'ils n'étaient reconnus que par le Pakistan, l'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis. Les pires prédictions pour l'Afghanistan indiquent que, malgré l'image renouvelée que les talibans veulent présenter à la communauté internationale, la réalité sur le terrain est très différente, et que lorsque les dernières troupes et le dernier personnel étrangers quitteront le pays, l'obscurité et le terrorisme reviendront dans ce pays d'Asie centrale. 

Le discours du président américain intervient alors que les scènes étranges qui se sont déroulées à l'aéroport de Kaboul suscitent la perplexité. Les pays du monde entier ont dû avancer les plans d'évacuation de leurs ressortissants alors que la capitale tombait aux mains des insurgés dans un laps de temps qu'aucune nation ou agence de renseignement n'avait prévu.  L'histoire semble se répéter en Afghanistan. Vingt ans plus tard, l'Afghanistan est à nouveau confronté aux mêmes défis. Les explosions autour de l'aéroport, revendiquées par Daech, confirment que le risque était réel. Mais qui se cache derrière cette nouvelle menace ?

PHOTO/REUTERS - El portavoz talibán Zabihullah Mujahid durante una conferencia de prensa en Kabul, Afganistán
PHOTO/REUTERS - Le porte-parole des talibans, Zabihullah Mujahid, lors d'une conférence de presse à Kaboul, en Afghanistan.

Des rapports diffusés par le gouvernement britannique cette semaine font état d'une menace imminente d'attaque terroriste devant l'aéroport de Kaboul, où des milliers de personnes cherchent à accéder aux vols d'évacuation. Ils soupçonnaient Daech Khorasan Province (ISKP), un affilié de Daech et ennemi public des talibans dans la région qui comprendrait le nord-est de l'Iran, l'Afghanistan, le Pakistan et d'autres zones d'Asie centrale, est un groupe terroriste qui opère en Afghanistan depuis environ 2015, mais de manière plus efficace ces dernières années.

Le groupe a été fondé en 2015, au plus fort de l'expansion du "califat" en Syrie et en Irak, alors dirigé par Abou Bakr al-Baghdadi. L'organisation a profité du grand nombre de talibans désenchantés restés en Afghanistan. Sa présence dans le pays a diminué en raison des attaques de l'armée afghane et du soutien aérien des forces spéciales américaines. Comme au Moyen-Orient et en Afrique, l'ISKP ne respecte pas les frontières des pays ou les dénominations, et cherche à conquérir et à s'étendre dans des territoires au-delà des frontières nationales. Cependant, contrairement aux autres branches de Daesh, notamment celles du Moyen-Orient et de l'Afrique, ces dernières étant de plus en plus actives, le groupe Khorasan a été moins visible dans les médias car il est moins actif sur Internet et mène moins de propagande.

AFP/AKIL KOHSAR  -   Personal médico a un herido en una camilla para ser atendido después de dos explosiones, a las afueras del aeropuerto de Kabul el 26 de agosto de 2021AFP
AFP/AKIL KOHSAR - Du personnel médical transporte un homme blessé sur une civière pour le soigner après deux explosions, à l'extérieur de l'aéroport de Kaboul, le 26 août 2021AFP.

Malgré les multiples opérations armées menées par l'armée afghane et ses partisans. Même en dépit des prétendus raids des talibans visant à anéantir la concurrence - en février 2020, ils se sont engagés par écrit auprès des États-Unis à ne pas permettre à l'ISKP d'utiliser l'Afghanistan comme base de départ pour lancer des attaques contre leurs alliés - les attentats autour de l'aéroport de Kaboul semblent témoigner d'une vigueur encore plus grande que celle du Daech encore en vie en Irak et en Syrie. 

Son chef actuel a été identifié comme étant Shabab al Muhajir, un expert en guérilla urbaine et le cerveau de certaines des opérations les plus sophistiquées du groupe. Selon le rapport soumis au Conseil de sécurité en juillet, al Muhajir, avant de prendre la tête d'ISIS-K, "a agi en tant que planificateur en chef pour des attaques de haut niveau à Kaboul et dans d'autres zones urbaines". Comme d'autres membres du groupe, Al Muhajir a un passé dans le réseau Haqqani, allié des talibans, qui est considéré comme une organisation terroriste par Washington. Le chef de la branche afghane de Da'esh aurait gravi les échelons de l'organisation à la suite d'un coup dur porté à son leadership en juin 2020 lors d'une opération des forces spéciales afghanes.  Ce réseau est l'une des factions les plus dangereuses qui ont combattu les forces de l'OTAN au cours des deux dernières décennies. Le réseau Haqqani est connu pour ses attentats-suicides, dont certains sont parmi les plus violents que le pays ait connus.

AFP/ NOORULLAH SHIRZADA - Militantes del Estado Islámico detenidos por el gobierno afgano son presentados a los medios de comunicación en Kabul, Afganistán, el sábado 21 de diciembre de 2019
AFP/ NOORULLAH SHIRZADA - Des militants de l'État islamique détenus par le gouvernement afghan sont présentés aux médias à Kaboul, en Afghanistan, samedi 21 décembre 2019.

Dans son dernier rapport de juillet, le comité chargé de surveiller les sanctions contre Al-Qaïda et Daech a mis en garde contre la menace que représente à Kaboul la branche afghane de Daech, un groupe terroriste qui a revendiqué l'attaque de l'aéroport de Kaboul.  "Le groupe a renforcé ses positions à Kaboul et dans ses environs, où il mène la plupart de ses attaques, ciblant les minorités, les activistes, les employés du gouvernement et le personnel des forces de défense et de sécurité nationales afghanes", avertit le document, qui s'appuie sur les renseignements fournis par les États membres de l'ONU. Le texte, signé par la représentante norvégienne auprès de l'ONU, Trine Heimerback, fait état de l'existence de "cellules dormantes" dans la capitale afghane.

Daech a exprimé son opposition à l'accord conclu entre les talibans et les États-Unis pour coordonner le départ des troupes du pays. Le pacte comprend un engagement selon lequel les talibans n'accueilleront pas de terroristes internationaux et n'organiseront pas d'attaques à l'étranger.  Le porte-parole du groupe, Abu Hamza al-Qurashi, a dénoncé l'accord comme une couverture pour "l'alliance actuelle entre les talibans apostats et les croisés pour combattre Daech", et a cherché à "établir un gouvernement national" qui rassemblerait les talibans avec d'autres personnes qu'il a également qualifiées d'apostats.