PUBLICIDAD

Iberdrola

Israël accuse l'Iran d'avoir attaqué un pétrolier près d'Oman

L'attaque d'un pétrolier près d'Oman fait deux morts parmi les membres d'équipage
Uno de los dos petroleros después de haber sido atacado en el golfo de Omán, el 13 de junio de 2019. ISNA/vía REUTERS

ISNA/vía REUTERS  -   Un des deux pétroliers après avoir été attaqué dans le Golfe d'Oman

Deux membres de l'équipage d'un pétrolier attaqué dans des circonstances encore floues en mer d'Arabie, près d'Oman, sont décédés des suites de cette attaque, a indiqué vendredi la société exploitante, Zodiac Maritime, propriété d'un milliardaire israélien.

"C'est avec un grand regret que nous comprenons que l'incident à bord du 'Mercer Street' le 29 juillet 2021 a entraîné la mort de deux membres d'équipage à bord : un ressortissant roumain et un ressortissant britannique", a déclaré la compagnie dans un communiqué.

Peu après, elle a annoncé dans une autre note que le navire, qui voyageait sans cargaison, "naviguait déjà sous le contrôle de son équipage et par ses propres moyens à 14 nœuds vers un lieu sûr avec une escorte navale américaine".

Cependant, on ne sait toujours pas si l'attaque, qui a eu lieu jeudi soir, est une action de piraterie, comme l'opérateur l'a initialement soupçonné, ou autre, la société de sécurité maritime Dryad Global indiquant qu'elle pourrait avoir été menée avec un drone et être similaire aux attaques précédentes menées par l'Iran.

Photo/Donald Holbert/Marina de los EEUU vía REUTERS  -   Un marine estadounidense observa una embarcación iraní desde el USS John P. Murtha en el estrecho de Ormuz, frente a Omán
Photo/Donald Holbert/US Navy via REUTERS - Un marine américain observe un navire iranien depuis l'USS John P. Murtha dans le détroit d'Ormuz, au large d'Oman.

Si cela se confirme, ce serait la première fois qu'une telle action entraîne des décès.

Zodiac a déclaré dans un communiqué récent qu'à sa connaissance, aucun autre membre d'équipage n'avait été blessé dans l'incident et que les détails de l'incident "sont toujours en cours d'établissement et une enquête est actuellement en cours".

Toutefois, Dryad Global a déclaré que, selon le UKMTO (UK Maritime Trade Operations) de la marine britannique, qui fournit des informations pour le commerce international, le "Mercer Street", battant pavillon libérien, pourrait avoir subi deux attaques jeudi.

La première a eu lieu jeudi matin et "était liée à l'observation d'un drone à partir duquel il est entendu que des "flashs se sont déclenchés", faisant référence au lancement possible de projectiles, qui ont été vus tombant dans l'eau.

La seconde, dont la nature "reste floue", a provoqué "une explosion à bord du bateau" dans laquelle les deux victimes auraient trouvé la mort.

PHOTO/REUTERS - Petroleros pasan por el estrecho de Ormuz
PHOTO/REUTERS - Des pétroliers traversent le détroit d'Ormuz.

Selon la société de sécurité, cette attaque "présente des similitudes considérables avec le conflit latent entre Israël et l'Iran", qui, selon elle, a donné lieu à quatre attaques confirmées contre des navires liés à Israël, dont deux avec des connexions iraniennes, depuis février, toutes sans faire de victimes.

Le "Mercer Street", selon Zodiac, est un navire japonais et, au moment de l'incident, il se trouvait dans le nord de l'océan Indien, "voyageant de Dar es Salaam à Fujairah (Émirats arabes unis) sans cargaison à bord".

Dryad Global a déclaré que le navire battait pavillon libérien et avait un équipage de 27 personnes de diverses nationalités, notamment roumaine, russe, chinoise, ukrainienne, philippine, géorgienne et indienne. 

Le ministre israélien des Affaires étrangères, Yair Lapid, a imputé à l'Iran l'attaque d'un pétrolier en mer d'Arabie, qui a coûté la vie à deux membres d'équipage.

"L'Iran n'est pas seulement un problème israélien, mais un exportateur de terrorisme, de destruction et d'instabilité qui nous nuit à tous. Nous ne devons jamais nous taire face au terrorisme iranien, qui porte également atteinte à la liberté de navigation", a déclaré Lapid sur son compte Twitter hier soir.

AFP/ATTA KENARE  -   Soldados iraníes en el estrecho de Ormuz
AFP/ATTA KENARE - Soldats iraniens dans le détroit d'Ormuz

Lapid a indiqué qu'il avait été en contact avec le ministre britannique des Affaires étrangères, Dominic Raab, à qui il a fait part de "la nécessité de répondre sévèrement à l'attaque du navire", dans laquelle un Britannique et un Roumain ont été tués.

Le navire, baptisé Mercer Street et propriété du Japon, est exploité par la société Zodiac Maritime du milliardaire israélien Eyal Ofer.

Lorsqu'il a été attaqué jeudi soir, il se trouvait dans le nord de l'océan Indien, "voyageant de Dar es Salaam à Fujairah (Émirats arabes unis) sans aucune cargaison à bord", a indiqué Zodiac dans un communiqué.

Les médias israéliens ont rapporté que de hauts responsables de la défense se sont réunis la nuit dernière pour discuter de l'incident et ont cité des sources de sécurité anonymes comme prévoyant une réponse.

Bien que la nature de l'incident reste incertaine, s'il est confirmé qu'il s'agit d'une attaque iranienne, cela représenterait un nouveau chapitre dans les hostilités entre Israël et Téhéran dans la région, avec de multiples attaques et sabotages contre des cargos enregistrés au cours des deux dernières années, et qui se sont intensifiés ces derniers mois.

Ce serait toutefois la première fois qu'une telle attaque ferait des victimes, ce qui pourrait accroître les tensions.