Israël appelle à une coopération régionale en matière d'énergie

Le Ministre de l'énergie a exhorté ses homologues égyptiens et émiratis à travailler ensemble pour une "meilleure sécurité énergétique" lors de la semaine CERAWeek 2021
El ministro de Energía de Israel, Yuval Steinitz

AP/AMIR NABIL  -   Le Ministre israélien de l'énergie, Yuval Steinitz

Le Ministre israélien de l'énergie, Yuval Steinitz, a déclaré que la connexion du réseau électrique israélien avec l'Égypte et les Émirats arabes unis, en plus de la coopération régionale, "nous donne les garanties que nous serons en mesure d'accroître la sécurité énergétique à l'avenir". 

La connexion du réseau électrique israélien avec d'autres économies régionales renforcerait la sécurité énergétique de tout le Moyen-Orient, selon Steinitz lui-même. Le Ministre de l'énergie a participé à la réunion virtuelle des dirigeants de l'industrie énergétique mondiale CERAWeek, à laquelle ont également assisté ses homologues d'Égypte et des Émirats arabes unis.

"Juste un exemple, si nous sommes capables de connecter nos systèmes de transmission d'électricité entre l'Égypte, Israël et les EAU - et peut-être à travers la Jordanie et l'Arabie Saoudite - et aussi de négocier pour nous connecter à l'Europe à travers Chypre et la Grèce, nous obtiendrions une meilleure sécurité énergétique que ce que nous avons connu dans le passé", a-t-il déclaré.
 

Campo de gas natural Leviathan, en el Mar Mediterráneo, frente a la costa de Haifa, Israel
PHOTO/REUTERS-Champ de gaz naturel Leviathan, en mer Méditerranée, au large des côtes de Haïfa, Israël

"C'est un nouveau Moyen-Orient, surtout dans le domaine de l'énergie", a reconnu le ministre lui-même. Steinitz a rappelé les accords conclus par Israël avec la Jordanie et l'Égypte pour l'exportation de gaz naturel, et a souligné le pacte avec le gouvernement égyptien : "La création du Forum du gaz de la Méditerranée orientale au Caire est un témoignage de la nouvelle atmosphère".

Le Ministre israélien de l'énergie a tenu une réunion en février avec son homologue égyptien, Tarek El-Molla. Au cours de la visite, les deux dirigeants ont convenu de construire un gazoduc pour relier le champ de gaz naturel Leviathan d'Israël aux terminaux de gaz naturel liquéfié du nord de l'Égypte, ce qui faciliterait les exportations vers l'Europe. 

Les déclarations de M. Steinitz font partie du Forum du gaz de la Méditerranée orientale, FGEM pour son acronyme en anglais. Cette organisation a été créée dans le but de développer un travail coordonné pour l'extraction de réserves naturelles au large des côtes de Chypre, d'Égypte et d'Israël. Ses membres visent à impliquer le secteur privé et les institutions financières afin d'améliorer les perspectives d'exploitation rentable des réserves de gaz.

Central eléctrica privada de Israel, que funciona con gas, del yacimiento de Tamar
PHOTO/REUTERS-La centrale électrique privée israélienne alimentée au gaz du champ de Tamar

L'Égypte, Chypre, la Grèce, Israël, l'Autorité palestinienne, la Jordanie et l'Italie ont signé la charte fondatrice de l'organisation en janvier 2020, à laquelle se sont joints par la suite les Émirats. Sa création est venue en réponse aux tensions en Méditerranée orientale concernant la prospection de gaz par la Turquie dans les eaux qu'elle conteste avec Chypre et la Grèce, pour lesquelles Ankara est exclue des négociations. 

Toutefois, le Ministre turc des affaires étrangères, Mevlüt Çavuşoğlu, a déclaré que son pays était prêt à négocier avec l'Égypte un accord sur les frontières maritimes en Méditerranée orientale : "Selon la trajectoire des relations, nous pourrions négocier des frontières maritimes avec l'Égypte et parvenir à un accord à l'avenir".

Les médias turcs ont pointé dans cette direction ces dernières semaines. Depuis Ankara, il est question d'un éventuel accord avec le Caire, mais rien n'indique qu'il en soit ainsi. L'Égypte a conclu un accord commercial avec la Grèce en août de l'année dernière après avoir condamné les actions "provocatrices" de la Turquie en Méditerranée, de sorte que tout rapprochement avec la Turquie pourrait mettre à mal les pactes énergétiques.  
 

REUTERS/TOM BRENNE - De izquierda a derecha, el ministro de Relaciones Exteriores de Bahréin, Abdullatif al-Zayani, el primer ministro de Israel, Benjamin Netanyahu, y el ministro de Relaciones Exteriores de Emiratos Árabes Unidos (EAU), Abdullah bin Zayed, exhiben sus copias de los acuerdos firmados mientras el presidente de Estados Unidos, Donald Trump, los observa mientras participan en la ceremonia de firma de los Acuerdos de Abraham en Washington
REUTERS/TOM BRENNE -  De gauche à droite, le ministre des affaires étrangères du Bahreïn Abdullatif al-Zayani, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et le ministre des affaires étrangères des Émirats arabes unis (EAU) Abdullah bin Zayed exposent leurs copies des accords signés sous le regard du président américain Donald Trump alors qu'ils participent à la cérémonie de signature des accords d'Abraham à Washington
Les accords d'Abraham, le catalyseur ultime

La première réunion pour la composition de l'EMFG s'est tenue au Caire le 14 janvier 2019. Un an plus tard, outre les représentants des sept membres fondateurs, le sommet du forum a réuni des délégations de l'Union européenne et de la Banque mondiale, ainsi que des représentants du gouvernement français et des États-Unis. 

Le facteur déterminant qui a permis la croissance du Forum gazier de la Méditerranée orientale a été, en fait, les accords d'Abraham. Signé le 15 décembre 2020, le paraphe des négociations a facilité la coopération d'Israël avec les pays du Golfe, en particulier avec les Émirats, le seul à rejoindre par la suite l'EMFG. 

La plupart des réserves de gaz de la Méditerranée orientale nécessitent un investissement économique important, car elles ont été découvertes en eau profonde et leur exploration est complexe. Ce facteur est aggravé par des infrastructures insuffisantes, des marchés locaux limités et des tensions géopolitiques. Une approche régionale concertée était donc nécessaire pour rentabiliser les ressources. 

Le FEMG offre une plateforme de coordination et, de plus, une opportunité d'établir un front commun contre les intérêts de la Turquie. Le partenariat n'est pas seulement économique, mais aussi géopolitique. Les membres du forum orientent leur coopération contre les aspirations iraniennes, le propre ministre israélien de l'énergie ayant déclaré à CERAWeek que "tout nouvel accord nucléaire entre l'Occident et l'Iran doit être considérablement amélioré par rapport au précédent". 

Steinitz, une figure proche du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, a profité de l'événement pour s'adresser au président américain Joe Biden, l'exhortant à exercer "une pression énorme sur l'Iran" pour qu'il change de comportement et démantèle son programme nucléaire. "Tous les pays du Moyen-Orient s'accordent à dire qu'il s'agit d'une menace dévastatrice qu'il faut prévenir à l'avance."