Israël attaque les cibles militaires du Hamas dans la bande de Gaza

Les FDI agissent en réponse au lancement de deux roquettes visant la côte israélienne
Attaque aérienne israélienne dans la bande de Gaza

REUTERS/MOHAMMED SHANAA/Archive Photograph  -   Attaque aérienne israélienne dans la bande de Gaza

Les forces de défense israéliennes ont attaqué des cibles militaires appartenant au Hamas dans la bande de Gaza. L'attaque, menée par des avions de guerre israéliens, était une réponse au lancement par le groupe terroriste islamique de deux roquettes visant la côte israélienne, près de la ville d'Ashdod, selon des sources des FDI.

L'armée israélienne a rapporté sur Twitter le mouvement : "Plus tôt dans la soirée, deux roquettes ont été tirées du nord de la bande de Gaza vers la côte, près de la ville d'Ashdod". Dans le tweet, les FDI ajoutent que "en réponse, des avions de chasse ont bombardé des cibles militaires du Hamas à Gaza". 

Dans une déclaration ultérieure, les Israéliens ont ajouté que les avions de guerre ont frappé des cibles militaires du Hamas, y compris des sites de tunnels souterrains, dont certains s'étendent en Israël. L'année dernière, les FDI ont rapporté la neutralisation d'un tunnel creusé par le Hamas sur Gaza à des dizaines de mètres en Israël, grâce à une barrière sensorielle souterraine en béton.  

Jusqu'à présent, le nombre de blessés n'a pas été révélé, et il n'y a pas non plus de rapports officiels sur les dommages ou les blessures causés par les roquettes. Les obus n'ont pas déclenché les sirènes d'alarme, selon les FDI, tandis que les forces de sécurité palestiniennes à Gaza ont déclaré que le feu avait touché des "terres agricoles" dans la zone sud de Khan Yunis, une ville qui abrite des camps de réfugiés palestiniens.  

L'agence de presse palestinienne WAFA a rapporté qu'un avion de chasse israélien a tiré deux missiles sur un endroit à l'est de Rafah, provoquant un incendie qui a dévasté la région, ainsi que plusieurs dégâts dans une zone agricole ouverte. Plusieurs véhicules militaires israéliens auraient traversé les frontières à l'est de Khan Yunis et auraient détruit des terres avant de quitter la région. 
 
Le gouvernement israélien blâme le Hamas pour tous les incidents dans la bande de Gaza en raison du contrôle qu'il exerce sur elle. Le communiqué de presse des FDI pointe du doigt le Mouvement de la résistance islamique et déclare qu'il est "responsable de ce qui se passe et supportera les conséquences des actions terroristes contre les citoyens d'Israël".   
 
Le différend s'intensifie après plusieurs tentatives pour convenir d'un cessez-le-feu. L'armée israélienne a attaqué des positions du Hamas dans la bande de Gaza au cours de la semaine dernière, également en réponse à des tirs sur deux véhicules israéliens dans la zone frontalière. Ces mouvements s'ajoutent aux derniers affrontements enregistrés au cours des derniers mois.  
 
Le Hamas, pour sa part, accuse Israël de ne pas respecter ses obligations en matière de trêve. Il s'agit notamment d'assouplir le blocus dans l'enclave palestinienne et de permettre la réalisation de projets d'infrastructure et de création d'emplois à grande échelle, tandis que le Qatar tente de désamorcer la tension.  
 
Les médias locaux ont rapporté que les autorités palestiniennes ont donné le feu vert au soutien financier offert par l'envoyé spécial du Qatar dans la région, Mohamed El Emadi. L'émirat a offert au Hamas quelque 40 millions de dollars, avec le consentement de hauts fonctionnaires israéliens, pour mettre fin à la confrontation.  

Israël et le Mouvement de la résistance islamique ont mené trois guerres depuis l'arrivée au pouvoir de ce dernier en 2007. Bien qu'il n'y ait pas eu d'affrontement majeur dans la région depuis 2014, les escarmouches transfrontalières sont courantes.  
 
La forte incidence de COVID-19 dans la région a également servi de bouclier de défense contre les attaques. Les deux territoires ayant été touchés par la pandémie, l'ordre des priorités a été modifié.  

Cohetes disparados desde Gaza hacia Israel
REUTERS/SUHAIB SALEMA - Fusées tirées de Gaza vers Israël
Premières élections palestiniennes en 15 ans

La confrontation entrera dans une nouvelle phase à partir du mois de mai. Le Hamas, qui détient le pouvoir de facto, a approuvé la semaine dernière l'annonce des élections parlementaires et présidentielles faite par Mahmoud Abbas, le président de la Palestine et de l'Autorité palestinienne.  
 
Le Mouvement de la résistance islamique a apparemment salué l'appel aux élections, déclarant qu'il était "intéressé à faire de ces élections un succès dans l'intérêt du peuple palestinien, qui a le droit absolu de choisir ses dirigeants et ses représentants". 

Les élections parlementaires sont provisoirement prévues pour le 22 mai, les élections présidentielles pour le 31 juillet et les élections du Conseil national palestinien pour le 31 août. Si la feuille de route est mise en œuvre, nous assisterons aux premières élections nationales pour les Palestiniens depuis 15 ans. 
 
Lors des dernières élections palestiniennes en 2006, le Hamas a réussi à remporter une victoire inattendue. Les urnes ont produit un bref gouvernement d'union qui s'est rapidement effondré. Puis de violents combats ont éclaté entre les deux principales factions, et le Hamas a finalement pris le contrôle de Gaza. 
 
Suite aux événements, la communauté internationale a coupé son aide aux autorités palestiniennes, ce qui a conduit les deux factions à des affrontements qui ont abouti à la séparation administrative des Territoires occupés palestiniens.  
 
Les désaccords entre le Hamas et Al-Fatah - le parti d'Abbas - se sont poursuivis au fil des ans, rendant le processus électoral difficile. Cependant, le Premier ministre palestinien Mohamad Shtayé a déclaré qu'avec ce processus, ils "espèrent que ce sera la fin de la séparation et de la division" et "le début de la démocratie".