Israël et l'Égypte, destinés à se comprendre

Bennett et Al-Sisi marquent le chemin des retrouvailles une décennie après le dernier contact officiel
Abdel Fattah Al-Sisi y Naftali Bennett, reunidos en la ciudad egipcia de Sharm El Sheij

 -  

Les plaques tectoniques qui régissent le Moyen-Orient sont en mouvement constant. Certaines tendent vers la rupture, d'autres, plus rarement, vers l'union. C'est là que semblent se situer les relations bilatérales entre l'Égypte et Israël. Après une décennie sans contact officiel au plus haut niveau, les dirigeants des deux pays se sont retrouvés lors d'un important sommet dans la station balnéaire de Sharm El-Sheikh, située entre le désert de la péninsule du Sinaï et la mer Rouge.

C'est le lieu choisi par le président égyptien Abdel Fattah Al-Sisi pour accueillir le nouveau Premier ministre israélien Naftali Bennett lundi. Le même endroit que Hosni Moubarak avait choisi pour rencontrer Benjamin "Bibi" Netanyahou, l'un des derniers dirigeants à rendre visite à l'autocrate égyptien avant sa chute. Toutefois, on sait que Netanyahou lui-même s'est rendu en 2018 "in pectore" en Égypte pour rencontrer directement Al-Sisi et que les deux hommes ont tenu plusieurs réunions en marge de l'Assemblée générale des Nations unies à New York.

L'ancien conseiller de "Bibi" et, en fin de compte, principal responsable de son éviction du pouvoir après 12 ans d'exercice, s'est rendu à Charm el-Cheikh accompagné d'un entourage composé du président du Conseil de sécurité, le lieutenant général Ali Gil, du secrétaire militaire du Premier ministre et de l'ambassadeur d'Israël au Caire, Shimrit Meir. Ils ont rencontré le ministre égyptien de Affaires étrangères Sameh Shoukry et le chef des services de renseignement Eyal Holata.

Netanyahu y Mubarak
-

Les termes de la conversation ont tourné autour du conflit de Gaza. La bande de Gaza fait l'objet d'affrontements récurrents entre la milice islamique Hamas et les forces de défense israéliennes (FDI). Ces derniers jours, les affrontements ont repris, rappelant le point culminant du mois de mai, une période de 11 jours au cours de laquelle plus de 250 personnes ont été tuées. Le Caire a joué un rôle de médiateur qui s'est avéré crucial pour débloquer un accord de cessez-le-feu.

La position de l'Égypte sur la question est très claire. "Le président a affirmé le soutien de l'Égypte à tous les efforts déployés pour parvenir à une paix globale au Moyen-Orient, fondée sur la solution à deux États et sur des résolutions de légitimité internationale, qui contribue à renforcer la sécurité et la prospérité de tous les peuples de la région", a déclaré le bureau présidentiel égyptien après la rencontre.

Al-Sisi s'est entretenu avec le roi de Jordanie Abdallah II et Mahmoud Abbas au Caire début septembre, où ils ont convenu de relancer la solution négligée de deux États au conflit israélo-palestinien. Pour les trois dirigeants, le peuple palestinien a le droit à un État indépendant avec Jérusalem comme capitale. Israël rejette catégoriquement cette proposition et, avec la nouvelle direction de Bennett, le porte-drapeau des colons israéliens, cette position semble inébranlable.

Mahmud Abás
-

À Gaza, cependant, l'approche de l'Égypte est ostensiblement différente. L'Égypte entretient des relations étroites avec l'Autorité palestinienne, mais pas avec le Mouvement de la résistance islamique, qui domine la bande de Gaza et rivalise avec les dirigeants de Cisjordanie pour obtenir le soutien des Palestiniens. En effet, Israël applique un blocus frontalier avec l'assentiment et la coopération de l'Égypte depuis 2007, lorsque le Hamas a pris le contrôle de la zone côtière. La milice islamique réclame la levée du siège économique, tandis qu'Israël exige la libération de deux civils israéliens et le retour des restes de deux soldats tués lors d'une guerre en 2014.

Les deux parties ont convenu de donner un coup de pouce économique à la zone, qui a été réduite à l'état de ruines après les bombardements israéliens du mois de mai. L'Égypte s'inquiète des conséquences sociales et politiques de l'état précaire de Gaza. Le ministre israélien des Affaires étrangères, Yair Lapid, a proposé de construire de nouvelles infrastructures dans la région en échange d'une désescalade du conflit par le Hamas. Toutefois, M. Lapid a souligné que cela "ne sera pas possible sans le soutien et l'implication de nos partenaires égyptiens et leur capacité à parler à toutes les parties concernées".

La levée des ruines de Gaza n'a pas été le seul sujet de discussion. Les liens économiques entre l'Égypte et Israël ont été renforcés par la réouverture du passage de Taba, ville égyptienne qui sert de frontière avec Israël et par laquelle passent des milliers de touristes chaque année, et par la reprise des activités de la compagnie Egyptair dans l'espace aérien israélien. La crise pressante au Liban et le conflit du barrage éthiopien ont également été abordés.

Yair Lapid
-
42 ans de froideur

Après quatre guerres, l'Égypte a conclu un accord de paix historique avec Israël en 1979, qui est toujours en vigueur aujourd'hui. Le pays africain a été le premier État arabe à le faire dans un climat de controverse pour le monde islamique. Pourtant, à ce jour, les deux pays sont les partenaires les plus proches de toute la région, malgré de nombreux hauts et bas et des affrontements. En partie à cause du soutien de Washington, qui les garde tous deux dans son orbite.

"Ensemble, nous pouvons renforcer les liens entre nos deux pays et travailler à un avenir plus stable, plus sûr et plus prospère pour la région", a déclaré Naftali Bennett après la rencontre avec Al-Sisi. "Nous avons créé une base pour une connexion profonde à l'avenir", a-t-il conclu. Les deux parties collaborent sur les questions de sécurité et ont des liens économiques forts, notamment dans le secteur de l'énergie. Ces liens sont également axés sur les eaux de la Méditerranée orientale.

"Les relations israélo-égyptiennes sont un atout stratégique pour notre sécurité nationale", a déclaré le ministre Lapid, qui deviendra Premier ministre dans deux ans. Toutefois, le point d'achoppement est la question palestinienne, une question que Le Caire entend influencer à moyen terme. C'est pourquoi, malgré plus de quatre décennies de relations, les relations égypto-israéliennes sont restées glaciales.