Israël et la Grèce signent le plus gros accord de défense de leur histoire

Athènes paiera 1,65 milliard de dollars pour l'établissement d'un centre de formation de l'armée de l'air grecque en Israël pour une période de 22 ans
Atalayar_Defensa Israel Grecia

AFP/ ADRIAN DENNIS  -   Le M-346 Master d'Alenia Aermacchi, un avion d'entraînement militaire bimoteur transsonique

Israël et la Grèce ont signé ce qui serait leur plus gros accord de défense à ce jour, avec l'établissement d'une base d'entraînement grecque en Israël d'une valeur de 1,65 milliard de dollars. La base aérienne comprendrait dix avions d'entraînement M-346 ainsi que des outils destinés à la mise à niveau et à l'exploitation des avions T-6 de la Grèce, ainsi que des formations, des simulateurs et un soutien logistique.

L'entreprise israélienne de défense Elbit Systems s'est engagée dans un accord de 22 ans pour fournir du matériel logistique et de soutien à l'aviation hellénique. À la suite de cette annonce, le ministre israélien de la défense, Benny Gantz, a déclaré que "le programme améliorera les capacités et renforcera les économies d'Israël et de la Grèce". Il a également souligné que le partenariat entre les deux États "s'approfondira aux niveaux de la défense, de l'économie et de la politique".

Cette déclaration a été faite après une réunion tenue à Chypre entre les ministres des affaires étrangères des EAU, de la Grèce, de Chypre et d'Israël, au cours de laquelle il a été convenu d'approfondir la coopération entre les pays. À cet égard, le ministre chypriote des affaires étrangères a déclaré que "l'évolution de la coopération régionale crée un nouveau récit, qui s'éloigne de la vision dominante de notre voisinage, considéré comme une région de turbulences, de conflits et de crises".

Atalayar_Defensa Irán Grecia
PHOTO/ILLIA YEFIMOVICH - Le ministre israélien de la défense, Benny Gantz

De même, au cours de la réunion, des solutions ont été convenues pour faire face aux défis de la pandémie de COVID-19, de la recherche médicale et de la distribution de vaccins, ainsi que de la sécurité énergétique de la région. À cet égard, le ministre israélien a déclaré que les pourparlers sont une conséquence des "changements qui ont eu lieu au Moyen-Orient au cours de l'année écoulée" grâce à "une décision courageuse et audacieuse des dirigeants". En outre, les discussions se seraient déroulées dans un contexte fortement marqué par les préoccupations croissantes de la région concernant les activités accrues de la Turquie en Méditerranée orientale.

En outre, Israël a déjà mené, lors d'un exercice précédent, une opération impliquant des avions de chasse israéliens contre un S-300 stationné en Crète. Le système de défense aérienne de fabrication russe est également déployé en Syrie et en Iran, les ennemis d'Israël.

D'autre part, cet accord représente le renforcement des liens entre la Grèce et Israël. Le 5 janvier, Gantz avait déjà convenu avec son homologue grec de signer un accord de coopération en matière de sécurité. De même, les deux parties travaillent également sur la possibilité de maintenir des écoles de vol.L'ancien ministre des Affaires étrangères des Émirats arabes unis, Anwar Gargash, qui a œuvré à la normalisation historique des relations et à la coopération avec Israël, a également participé à la réunion. M. Gargash a affirmé que "les Accords d'Abraham étaient principalement motivés par la nécessité d'une vision stratégique alternative de la région basée sur la stabilité, la prospérité et les opportunités", un objectif qui serait de plus en plus proche d'être atteint grâce à la coopération entre les pays de la région. 

Atalayar_Defensa Irán Grecia
PHOTO/AFP - Des soldats des forces spéciales grecques défilent lors d'une parade militaire commémorant le 200e anniversaire de la révolution de 1821 et de la guerre d'indépendance grecque, à Athènes, le 25 mars 2021

Pour Gantz, cet accord serait basé sur "l'excellence de l'industrie israélienne et les relations solides et de longue date entre les départements de la défense d'Israël et de la Grèce". Cette résolution est le résultat d'un appel d'offres international dont l'offre gagnante a été approuvée par le gouvernement grec.

Cette approbation d'Athènes ouvre la porte à Israël à une voie de renforcement et à de futures négociations visant à renforcer les relations entre les deux États. En outre, l'intensification des relations représenterait une réelle opportunité de travailler à changer le visage du Moyen-Orient en termes de sécurité et de prospérité.