PUBLICIDAD

Iberdrola

Israël accuse l'Iran d'avoir tenté de pirater la mission militaire de l'ONU au Liban

Il s'agit d'une cyberattaque contre la mission de maintien de la paix des Nations unies au Liban (FINUL) visant à obtenir des informations sur ses activités dans la région
fuerza onu líbano

PHOTO/Ministère de la Défense  -  

Israël a accusé aujourd'hui l'Iran et le groupe chiite libanais Hezbollah de tenter de mener une cyberattaque contre la mission de maintien de la paix des Nations unies au Liban (FINUL) afin d'obtenir des informations sur ses activités dans la région.
 
Le ministre israélien de la Défense, Beny Gantz, a déclaré aujourd'hui que l'État juif avait détecté "de récentes activités malveillantes menées par des institutions de sécurité iraniennes en coopération avec le Hezbollah".
 
Il s'agirait d'une "tentative de perturber les opérations de la FINUL au Liban" et de "voler du matériel" dans le but d'en savoir plus sur "leurs actions et leur déploiement dans la région en vue de leur utilisation" par la milice chiite, proche alliée de Téhéran.
 
"L'Iran opère par le biais de proxies tels que le Hezbollah dans toutes les dimensions, y compris la cybernétique", a ajouté Gantz, s'exprimant ce matin lors d'une série de conférences sur la cybernétique à l'université de Tel Aviv.
 
"Il s'agit d'une nouvelle attaque directe de l'Iran et du Hezbollah contre les citoyens libanais et la stabilité du Liban", a déclaré le ministre de la Défense, qui a fait remarquer qu'Israël avait une connaissance approfondie "des cyber-systèmes et des méthodes d'opération de ses adversaires".
 
Gantz a également accusé la République islamique de tenter de mener des cyberattaques contre Israël, d'autres pays du Moyen-Orient et d'autres régions du monde ces dernières années.
 
Téhéran "a tenté de mener des opérations contre des cibles internationales, notamment des organisations caritatives et des réseaux gouvernementaux aux États-Unis", ainsi que des tentatives pour conditionner l'élection présidentielle américaine.
 
La mission de la Force intérimaire des Nations unies au Liban (FINUL), l'instrument des Nations unies pour le maintien de la paix à la frontière israélo-libanaise, compte plus de 10 300 militaires et patrouille la "ligne bleue", la démarcation établie par les Nations unies entre les deux pays.
 
De leur côté, l'Iran et Israël sont engagés dans une guerre secrète impliquant des cyber-attaques, des assassinats présumés de scientifiques nucléaires iraniens et le sabotage de navires, bien qu'aucun des deux pays ne reconnaisse publiquement leurs actions.
 
Selon les médias, une cyberattaque attribuée à Israël a récemment interrompu la production de matériaux en acier d'une entreprise publique iranienne. Cette action aurait été menée en représailles à une autre cyberattaque présumée de l'Iran qui a déclenché des sirènes anti-aériennes la semaine dernière dans les villes israéliennes de Jérusalem et d'Eilat.
 
L'État juif considère la République islamique comme son principal ennemi. Depuis des années, il attaque également les positions militaires iraniennes ou celles des milices alliées en Syrie pour repousser leur présence dans la région.