PUBLICIDAD

Iberdrola

Israël et les Émirats arabes unis signent un accord commercial historique

Cette signature intervient à un moment de forte tension entre musulmans et juifs après des mois d'affrontements à Jérusalem
emiratos-israel-banderas

AFP KARIM SAHIB /AHMAD GHARABLI  -   Depuis la signature des accords dits d'Abraham, le volume des exportations israéliennes de biens et de services vers son nouveau partenaire du golfe Persique a dépassé 500 millions de dollars

Nouveau rapprochement historique entre les Émirats arabes unis et Israël. Après des mois de négociations, les deux pays ont signé ce que l'on appelle déjà "le grand accord commercial", un pacte économique qui vise à dynamiser les échanges entre ces deux pays dans la région du Moyen-Orient, alors que les tensions entre Israël et les Palestiniens ne cessent de croître.

Les chefs d'entreprise ont salué cet accord comme étant "sans précédent". Parmi eux, le cofondateur du Conseil des affaires EAU-Israël a déclaré à Al Arabiya que le pacte aura des "avantages incalculables" au cours des cinq prochaines années. 

bin zayed-exteriores-eau-lapid-israel
WAM/Handout via REUTERS - Le ministre israélien des Affaires étrangères, Yair Lapid, serre la main du ministre des Affaires étrangères des EAU, Sheikh Abdullah bin Zayed al-Nahyan, à Abu Dhabi.

Il note également que "le commerce entre les EAU et Israël dépassera les 2 milliards de dollars d'ici 2022, pour atteindre environ 5 milliards de dollars dans cinq ans, grâce à la collaboration dans les secteurs des énergies renouvelables, des biens de consommation, du tourisme et des sciences de la vie". Parallèlement, il a déclaré : "Dubaï est en train de devenir une plaque tournante pour les entreprises israéliennes qui cherchent des marchés pour leurs biens et services en Asie du Sud, au Moyen-Orient et en Extrême-Orient. Près de 1 000 entreprises israéliennes travailleront dans et par les EAU d'ici la fin de l'année. C'est sans précédent", a-t-il fait remarquer. 

Avant de procéder à la signature, le ministère israélien de l'Économie a confirmé que l'accord éliminera les droits de douane sur les produits alimentaires, les cosmétiques, les équipements médicaux et les médicaments.

banderas-acuerdo-abraham
AFP/JACK GUEZ  - Les Émirats et le Bahreïn signeront les accords de reconnaissance d'Israël à la Maison Blanche mardi.

Le ministre d'État des EAU pour le commerce extérieur, Thani al-Zeyoudi, a indiqué sur son compte Twitter que "cet accord historique s'appuiera sur les accords d'Abraham" et contribuera à consolider "l'une des relations commerciales émergentes les plus importantes et les plus prometteuses au monde".

Pour les EAU, cet accord avec Israël est leur deuxième accord bilatéral de libre-échange, après avoir signé un accord similaire avec l'Inde en février dernier, ainsi que des relations commerciales bilatérales avec la Corée du Sud et l'Indonésie. 

Ce développement, qui découle des accords d'Abraham, témoigne des liens économiques et commerciaux étroits entre les EAU et Israël. La signature des accords abrahamiques a formalisé et officialisé les relations commerciales et économiques entre quatre pays arabes et Israël. En outre, la signature a également constitué une affirmation par ces pays de leur reconnaissance d'Israël en tant qu'État, ce qui était inhabituel compte tenu du conflit israélo-palestinien qui sépare les deux parties.

naftali-bennet-israel
PHOTO/AP - Bennett appelle à la "responsabilité et au respect" lors de la parade des drapeaux.

En fait, même si la signature a eu lieu, le ministère des Affaires étrangères émirati a exigé que les autorités israéliennes "assument la responsabilité de la désescalade et mettent fin à toutes les attaques et pratiques qui conduisent à la poursuite des tensions, tout en soulignant la nécessité de faire preuve d'un maximum de retenue pour éviter toute nouvelle instabilité". Les médias invités à assister à la signature de l'accord ont ensuite été informés qu'ils ne pourraient plus y assister, sans donner de raison à ce changement soudain.

Il a également condamné les actions des ultra-orthodoxes lors de la "Journée du drapeau" et l'assaut de la mosquée Al-Aqsa par des "colons extrémistes sous la protection des forces israéliennes". 

marcha-banderas-israel
AP/ARIEL SCHALIT -  Les tensions entre les ultra-nationalistes israéliens et les Palestiniens éclatent à cause de chants racistes.

En même temps que cette signature, Jérusalem a été à nouveau le théâtre de violents affrontements entre musulmans et juifs. Le 30 mai, des centaines de Juifs, pour la plupart des ultra-orthodoxes et des ultra-nationalistes, ont organisé la parade du "Jour du drapeau", célébrant la conquête de la partie orientale de Jérusalem après la guerre des Six Jours. Au cours de cette journée, 18 Palestiniens ont été arrêtés par la police israélienne, soupçonnés d'avoir participé à des émeutes et à des agressions.

Au cours de la journée, les ultra-nationalistes ont répété plusieurs chants racistes anti-musulmans et ont tenté de provoquer des émeutes, ce qui a été sévèrement critiqué par le ministre israélien des Affaires étrangères Yair Lapid, qui a déclaré que ces groupes "sont une honte" et "ne sont pas dignes de porter le drapeau israélien".

gaza-israel-mayo-2021
AFP/ MAHMUD HAMS - Des Palestiniens évaluent les dégâts causés par les frappes aériennes israéliennes, à Beit Hanoun, dans le nord de la bande de Gaza, le 14 mai 2021.

Malgré cette condamnation par le gouvernement israélien, la vérité est que ces confrontations ne sont pas nouvelles. Ces derniers mois, nous avons assisté à des incursions récurrentes de Juifs sur l'Esplanade sacrée des Mosquées, où se trouve la mosquée Al-Aqsa, l'un des sites les plus sacrés de la religion islamique.

La mosquée est ouverte à tous, mais les non-islamistes ne sont pas autorisés à l'utiliser comme lieu de prière, ce que certains Juifs n'ont pas respecté. C'est pourquoi, ces derniers mois, nous avons assisté à de violentes confrontations entre les deux parties, ainsi qu'à d'importantes violences policières de la part des autorités israéliennes à l'égard des musulmans, facilitant même les visites de juifs dans l'enceinte. 

policia-israeli-palestino
AFP/AHMAD GHARABLI  - Photo d'archive, la police israélienne porte un jeune manifestant palestinien blessé dans l'enceinte de la mosquée Al-Aqsa à Jérusalem, le 22 avril 2022.

De plus, ces dissensions se sont aggravées après qu'un tribunal ait décidé que l'armée israélienne avait le droit d'expulser plus de 1 300 Palestiniens de leurs maisons en Cisjordanie occupée, ce qui a provoqué une indignation générale du côté palestinien. En outre, il y a trois semaines à peine, la journaliste d'Al-Jazeera Shireen Abu Akleh a été abattue d'une balle dans la tête par la police israélienne alors qu'elle faisait un reportage sur les expulsions.

Le gouvernement israélien n'a fait aucune déclaration à ce sujet et a seulement indiqué que l'enquête sur l'affaire conclut qu'"il n'est pas possible de déterminer sans équivoque l'origine du tir" qui l'a tuée.