PUBLICIDAD

Marruecos

Javier Solana, ancien secrétaire général de l'OTAN : "Nous aurons la capacité de générer une défense européenne"

Le diplomate espagnol s'exprime lors du séminaire sur la sécurité et la défense organisé à Tolède par l'Association des journalistes européens
Javier Solana

PHOTO/ATALAYAR  -   L'ancien secrétaire général de l'OTAN et haut représentant de l'UE pour la politique étrangère et de sécurité, Javier Solana, intervient lors du séminaire sur la sécurité et la défense organisé à Tolède par l'Association des journalistes européens (APE)

L'ancien secrétaire général de l'OTAN et haut représentant de l'UE pour la politique étrangère et de sécurité, Javier Solana, est intervenu ce mardi lors du séminaire sur la sécurité et la défense organisé à Tolède par l'Association des journalistes européens (APE) pour analyser, d'un point de vue européen, les défis politiques et militaires que les Vingt-sept devront relever dans le nouvel ordre mondial issu de l'invasion russe en Ukraine.

"Oui, nous allons avoir la capacité de générer une défense européenne", a déclaré l'ancien ministre espagnol des Affaires étrangères, "mais ce n'est pas pour demain. Il n'est pas public, mais [le projet] est au cœur de l'Union européenne". Sur le continent, l'idée que l'UE doit abandonner le point de vue du "ver militaire" que le Belge Mark Eyskens lui a imposé il y a trente ans est désormais bien ancrée, et en partie avancée.

L'ancien chef de la diplomatie européenne entre 1999 et 2009 a profité de l'occasion pour faire une recommandation aux États membres de l'UE : "Vous devez commencer à réfléchir à la manière d'aborder cette stratégie de défense". Selon M. Solana, la meilleure chose que le continent puisse faire dans ce scénario est de créer un système de défense européen, qui améliorerait, entre autres, "l'unité en matière technologique".

"L'entrée de la Suède et de la Finlande dans l'OTAN est très importante pour l'Union européenne", a déclaré M. Solana. Pour l'ancien secrétaire général de l'Alliance atlantique, le fait d'avoir la plupart des pays dans l'OTAN facilite le travail militaire commun, ce qui permettrait de renforcer la collaboration pour développer la défense au niveau continental. Aux yeux de M. Solana, Helsinki est également un atout supplémentaire, car elle serait prête à agir rapidement en cas de menace.

Washington reconnaît que le moment pourrait être propice à une réintégration de la défense dans les affaires européennes, assure le diplomate espagnol. La question clé est de savoir si les Etats-Unis résisteraient à une telle démarche à un moment où l'Europe a pratiquement externalisé sa défense et constitue un allié crucial dans ce scénario géopolitique.

Javier Solana
PHOTO/ATALAYAR  -   L'ancien secrétaire général de l'OTAN et haut représentant de l'UE pour la politique étrangère et de sécurité, Javier Solana, intervient lors du séminaire sur la sécurité et la défense organisé à Tolède par l'Association des journalistes européens (APE)

Interrogé sur la situation en Ukraine, M. Solana a souligné qu'il était un fervent partisan d'un cessez-le-feu, et que celui-ci ne semblait pas "a priori" très difficile à obtenir, mais il a ajouté que "ce n'est pas à nous de rédiger les termes de l'accord de paix entre Moscou et Kiev, mais aux Ukrainiens qu'il revient d'avoir le dernier mot". En ce sens, l'ancien secrétaire général de l'OTAN estime que, si les sanctions doivent être fermes, les canaux doivent rester ouverts : "C'est la solution la plus intelligente".

"Nous pensons avoir la majorité du monde de notre côté, mais ce n'est pas le cas", a déclaré Solana, faisant allusion, entre autres raisons, au silence de l'Amérique latine et de l'Afrique dans la condamnation de la Russie pour l'invasion et les sanctions. Dans le même temps, il a toutefois souligné qu'il ne serait pas positif de "planifier et de diviser le monde en deux grands blocs", l'un démocratique et l'autre autocratique, car il y a des gris. "Il existe d'autres façons de penser dans le monde et nous pouvons travailler avec elles", a-t-il déclaré au public.

En ce qui concerne la position de l'OTAN sur la Chine et la question de savoir si l'organisation pourrait intervenir pour contenir le géant asiatique, M. Solana a souligné les différentes approches présentes au sein de l'Alliance atlantique, notamment entre les États-Unis et les partenaires européens, et a été catégorique : "Nous n'avons pas besoin de nombreux paragraphes sur cette question, l'OTAN n'a rien perdu dans les eaux du Pacifique".

L'ancien haut représentant de l'UE pour la politique étrangère et de sécurité a terminé son discours en évoquant le premier sommet de l'OTAN qui s'est tenu à Madrid lorsqu'il était à la tête de l'organisation transatlantique : "En 1997, nous avons réalisé trois avancées majeures. Tout d'abord, l'élargissement de l'alliance à trois pays à l'est avec la signature de la Russie - après une longue négociation qui a finalement abouti ; ensuite, la création du Conseil OTAN-Russie et, enfin, du Conseil OTAN-Ukraine, deux institutions qui ont fonctionné".