Joe Biden, face au défi de guérir les blessures de l'Amérique 

Renverser l'héritage le plus controversé de Trump et travailler pour l'unité sont des objectifs urgents pour le nouveau président
Le président américain élu Joe Biden

AP/CAROLYN KASTER  -   Le président américain élu Joe Biden

Mercredi, Joe Biden dirigera un pays différent de celui qu'il a quitté en 2017 lorsqu'il a quitté la vice-présidence. L'ouragan Donald Trump a presque tout balayé, au point d'ébranler les fondements de la démocratie le 6 janvier dernier avec un assaut sans précédent sur le Capitole en plein milieu du processus de certification des résultats des élections de novembre. 

Biden n'a pas caché que l'un de ses plus grands défis sera d'unifier un pays plus polarisé que jamais, et à cette fin il se présente comme une figure de consensus qui ne suscite pas de critiques particulières dans les rangs républicains, qui semblent de plus en plus lassés des excès d'un Trump qui, après des années de prosélytisme, n'est plus contrôlé par personne à Washington. 

Après l'expérience du magnat new-yorkais dans l'histoire politique américaine, les Américains ont à nouveau voté à une écrasante majorité pour un candidat de l'"establishment". Plus de 81 millions de personnes - un nombre sans précédent - ont soutenu Biden, qui se présentait avec le soutien de plus de trois décennies de sénateur et huit ans aux côtés du toujours populaire Barack Obama. 

Il projette une image de stabilité qui, politiquement parlant, ne brise pas le moule, au point que la partie la plus progressiste du Parti démocratique lui a fait honte à plusieurs reprises pour son manque d'engagement dans les politiques de gauche. Au début, il n'a pas non plus convaincu ses camarades de revenir à la formule de l'homme blanc et plus âgé qu'ils semblaient avoir laissé derrière eux avec Obama et Hillary Clinton. 

Ses principaux atouts au niveau discursif ont été les messages en faveur de l'inversion des dommages que Trump a pu causer, d'une plus grande ambition sur le changement climatique à une révision de la politique d'immigration, en passant par une plus grande présence des femmes dans son cabinet - il se dirige vers un gouvernement proche de la parité.

Le jour même de son investiture, il prévoit de promulguer une série de mesures pour se distancier de son prédécesseur, depuis l'incorporation des États-Unis dans les accords de Paris contre le changement climatique jusqu'à la levée du veto sur l'immigration pour les citoyens des pays à majorité musulmane. Il signera également une extension du moratoire contre les expulsions, et l'utilisation obligatoire de masques dans les installations fédérales et les déplacements entre États, entre autres mesures, selon Axios. 

Joe Biden
AP/PAUL SANCYA - Joe Biden
L'ancien président

Pour Biden, la présidence arrive plus tard qu'il ne l'aurait souhaité et il sera le plus ancien commandant en chef de l'histoire, à 78 ans. Sa précipitation sur les scènes où il allait faire des discours a été particulièrement commentée, en raison du message évident qu'il véhicule pour ceux qui craignent encore qu'il soit trop vieux. 

Il arrive déjà immunisé contre le COVID-19, après avoir reçu les deux doses qui lui garantissent théoriquement de ne pas tomber gravement malade en cas de contraction du coronavirus. "Ma priorité absolue est de mettre le vaccin dans les bras des gens, comme je viens de le faire aujourd'hui, aussi vite que possible", a-t-il déclaré le 11 janvier, lorsqu'il a reçu la deuxième dose. 

Il est le deuxième catholique à atteindre la Maison Blanche - le précédent était John F. Kennedy en 1960 - et le quinzième vice-président à obtenir une promotion - le dernier était George H. W. Bush en 1989. Cette fois, il aura pour la première fois une femme à ses côtés, Kamala Harris, fille d'immigrés et candidate de facto à la direction du pays si l'âge ne permet pas à Biden de se présenter pour un second mandat. 

L'assaut du Capitole, un tournant

Le vétéran politique de Biden a travaillé pour lui, mais aussi contre lui, pendant cette longue période à la Maison Blanche. Les allégations d'abus sexuels, la loi sur le contrôle des crimes violents qu'il a promue en 1994, ou les doutes suscités par Trump sur les activités de son fils Hunter à l'étranger ne sont que quelques-uns des épisodes qui ont assombri son CV. 

Pour Biden, cependant, tout a changé le 3 novembre avec sa victoire écrasante sur Trump, qu'il n'a jamais reconnue et qu'il a même attribuée à une "fraude". Aucun tribunal n'a donné foi aux théories de conspiration du président sortant qui, le 6 janvier, a franchi toutes les lignes rouges et doit maintenant faire face à sa deuxième destitution au Congrès.

Ce jour-là, un Trump développé par les milliers de citoyens qui s'étaient mobilisés à Washington pour remettre en question la certification de la victoire de Biden a encouragé ses partisans à marcher vers le Capitole. Quelques heures plus tard, des centaines de partisans ont pris d'assaut le siège du principal organe législatif américain lors d'un attentat qui a fait cinq morts. 

Biden a revêtu ses galons de président très tôt et est sorti publiquement pour parler ouvertement d'"insurrection" et implorer Trump de dénoncer ce qui s'était passé. Le président a pris la parole peu après, mais seulement pour exhorter ses partisans à rentrer chez eux et leur rappeler combien il les aimait.

La condamnation de la violence n'est intervenue que le lendemain, déjà après les démissions au sein de l'administration et avec le débat croissant sur l'éventuelle invocation du 25e amendement à la Constitution par le vice-président, Mike Pence. Son discours, en tout cas, n'avait rien à voir avec celui de Biden, qui parlait d'une "attaque sans précédent contre la démocratie".

Joe Biden en un acto de campaña
PHOTO/AP - Joe Biden lors d'un événement de campagne
Avec l'armée, mais sans Trump

Quelque 20 000 membres de la Garde nationale assureront la sécurité de l'inauguration de Biden, qui se tiendra pratiquement en armure contre la crainte d'une répétition d'incidents tels que le Capitole. La pandémie COVID-19, à laquelle Biden s'est également montré plus franc que Trump, signifie qu'elle se déroulera sans public et avec une liste réduite de participants. 

Parmi eux, il n'y aura pas Trump lui-même, absent, bien que de son propre chef. Le refus sans précédent dans l'histoire récente est le dernier râle d'un président qui laisse maintenant à son successeur le défi de convaincre l'ensemble du public qu'il est le président de tous, y compris les 74 millions de citoyens qui ont fait le choix républicain en novembre. 

Biden semble au moins avoir le bénéfice du doute, ce qui est par ailleurs habituel lorsqu'il s'agit de postes nouvellement élus. Soixante-quatre pour cent des Américains approuvent sa conduite depuis l'élection, contre 29% qui soutiennent la performance de Trump, qui quittera la Maison Blanche avec un niveau d'impopularité sans précédent, selon un sondage publié la semaine dernière par le Pew Research Center. 

Pour Biden, tout commencera ce mercredi par une phrase qu'il récitera devant le président de la Cour suprême John Roberts : "Je jure (ou affirme) solennellement que j'exercerai fidèlement la fonction de président des États-Unis et que je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour préserver, protéger et défendre la Constitution des États-Unis". Il le présentera sans public en raison de la pandémie, mais avec tous les yeux sur lui.