José Segura : "Je veux renforcer Casa África dans chacun des ministères"

Le directeur général de Casa África, José Segura Clavell, explique le rôle que joue cette institution dans le rapprochement entre l'Afrique et l'Espagne
Atalayar_José Segura Clavell

 -  

Le continent africain a un grand potentiel et Casa África s'efforce de rapprocher l'Afrique et l'Espagne. À l'heure où il semble que la politique étrangère espagnole se concentre progressivement sur cette partie du monde avec le 3e Plan Afrique qui oriente les relations de l'Espagne avec le continent africain, sous le postulat " L'Espagne et l'Afrique : défi et opportunité ".

Casa África vise à promouvoir la connaissance mutuelle et à renforcer les relations avec les pays africains par la confiance. Pour ce faire, elle organise chaque année plus de 200 activités dans les domaines économique, social, culturel, institutionnel et politique. Son directeur, José Segura Clavell, explique la vision de cette institution, ainsi que la mission qu'elle remplit pour rapprocher le continent africain et jeter des ponts entre les deux cultures.

Les entreprises espagnoles doivent être les protagonistes exécutifs de l'investissement et du commerce sur le continent et, pour cela, il faut une très bonne synchronisation avec nos organismes officiels (MAEC, Mineco, Instituto Cervantes, Cesce, ambassades et Ofcomes) ainsi qu'un soutien en matière de financement et d'atténuation des risques de la part de notre secteur financier et de notre CEA. Comment cet aspect est-il géré et coordonné ? Les groupes de travail mentionnés dans le 3e Plan Afrique travaillent-ils à cet égard ?

Ce que nous faisons à Casa África, c'est générer des réseaux de contacts, des réseaux de contacts entre personnes et personnes, entre entités et entités, entre entreprises espagnoles et différents pays africains. Notre rôle est de faire connaître de plus en plus le marché africain aux hommes d'affaires espagnols. Nous avons également un accord de coopération avec la Chambre de commerce espagnole, ce qui signifie que nous avons généralement une interconnexion et une intercommunication fluide, ainsi qu'avec la CEOE, en bref, avec les puissants porte-parole de la communauté d'affaires espagnole.

Quant à l'influence de la langue espagnole, nous travaillons en étroite collaboration avec l'Institut Cervantès, avec lequel nous avons organisé une première réunion d'hispanistes à notre siège en 2019 et nous avons fait venir une quarantaine de professeurs d'espagnol d'universités de différents pays, par exemple le Ghana, la Côte d'Ivoire, le Mali, la Guinée équatoriale, le Kenya et le Sénégal. Et maintenant, nous allons organiser la deuxième réunion de ce type à Madrid en novembre. Un événement qui vise à souligner la valeur de l'enseignement de l'espagnol.

Comment Casa África voit-elle la situation actuelle sur le continent, compte tenu du handicap de la pandémie ?

Depuis Casa África, Ángeles Jurado et Joan Tusell ont réalisé un excellent travail au quotidien, du point de vue du suivi de l'actualité africaine à travers les médias, et elles ont ouvert une voie de travail liée au monde de la santé, avec le suivi de la pandémie ou Ebola. La question de la santé doit être l'une des questions phares de la coopération entre l'Europe et le continent africain, et surtout entre l'Espagne et ce continent.

Le continent africain fait preuve d'une certaine résilience. Elle se maintient, elle se bat, mais elle est là. Malgré cela, le reste du monde doit être courageux et faire face à des problèmes clés tels que la dette. Si les différents pays africains sont obligés de payer ces montants trimestriels, ils ne pourront certainement pas disposer des fonds nécessaires pour faire face aux problèmes de santé, d'éducation, de société ou de coexistence. Dans les mois à venir, les organisations internationales et l'Union européenne doivent faire preuve de solidarité afin de pouvoir réaliser les accords dans le cadre général de la coopération entre l'Union européenne et l'Union africaine.

Atalayar_José Segura Clavell

L'Afrique doit retrouver le chemin de la croissance dont elle s'est éloignée à cause de la pandémie. Et nous devons tous travailler ensemble. Le monde en général, pas seulement l'Europe ou les États-Unis. Les pays asiatiques, dont la situation économique est meilleure, doivent faire preuve de solidarité avec le continent du XXIe siècle. Si le continent du XXe siècle était l'Asie du Sud-Est, l'Afrique sera le continent du XXIe siècle. Bref, pas seulement le mécanisme COVAX, pour aider à immuniser, mais se concentrer sur la dette publique, la génération de nouvelles industries, et tant d'activités dans le secteur agro-alimentaire et dans l'économie bleue qui restent à développer. Nous avons accordé beaucoup d'attention au continent africain à ce stade de la pandémie. Et depuis Casa África, nous avons été une voix parfois solitaire en Europe, nous interrogeant sur une autre pandémie très dure à laquelle le monde entier est soumis, une pandémie communément appelée changement climatique. Face à cette pandémie, comment le continent européen va-t-il aider le continent africain ? 

Le changement climatique est la cause non seulement de la désertification de certaines zones, mais aussi de la diminution des ressources en eau, de la famine, des conflits entre pays, entre territoires et des processus migratoires. C'est pourquoi nous voulons créer cette prise de conscience. Et je crois que non seulement l'Europe, mais l'Espagne, dans la mesure de sa taille et de ses capacités, doit considérer et se demander ce que nous pouvons faire pour le continent africain pour l'aider, pour combattre les effets néfastes du changement climatique qui s'est manifesté non seulement par des typhons au Mozambique au milieu de l'année 2019, mais qui se manifeste au quotidien.

Le problème est qu'il y a beaucoup d'intérêts économiques en jeu...

Oui, mais une formule pour atténuer le changement climatique pourrait passer par des entreprises spécialisées dans les énergies renouvelables qui importent ou construisent des panneaux photovoltaïques. Ces entreprises pourraient investir dans les différents pays africains en bénéficiant d'aides gouvernementales. De nombreuses entreprises espagnoles, notamment des sociétés de conseil, participent à l'élaboration de la réglementation. Il pourrait s'agir de la contribution, par exemple, des entreprises espagnoles à la lutte contre les effets néfastes du changement climatique et à la réduction de la concentration des gaz à effet de serre. Le Maroc est un exemple au sein du continent africain en matière d'énergies renouvelables.

En outre, nous avons la situation au Sahel, qui est une situation délicate, où des groupes terroristes menacent la stabilité de cette région, qui est notre arrière-cour

À Casa África, nous sommes très préoccupés par le Sahel, et la preuve en est le nombre de forums que nous avons organisés ici sur la région. Nous sommes préoccupés par l'instabilité existante. Nous devons combattre l'instabilité sur le plan diplomatique, mais aussi sur le plan culturel et social. Et nous sommes des militants dans ce domaine.

Comment Casa África envisage-t-elle l'avenir de cette zone de libre-échange africaine et dans quel délai peut-on espérer des résultats ?

Le fait qu'elle ait été signée en janvier constitue un grand pas en avant. En Europe, cela a été difficile et n'a pas encore été pleinement réalisé car il n'y a pas d'harmonisation fiscale. Notre ami Carlos Lopes, représentant spécial de l'Union africaine pour les relations avec l'Europe, nous a dit que dans 3 ans nous pourrons commencer à voir des résultats.

Nous devons maintenant faire un travail d'éducation en Espagne pour expliquer à l'entrepreneur qui produit un certain produit dans La Rioja qu'il peut traverser le détroit avec son camion et aller d'un pays à l'autre sans avoir à payer dans chacun des bureaux de douane respectifs. Cette explication est nécessaire car la plupart des hommes d'affaires espagnols ignorent l'existence de cette politique unitaire qui a été promue depuis le continent africain.

Atalayar_José Segura Clavell

 

Comme le dit Carlos Lopes : l'Afrique connaît une croissance très rapide, mais elle se transforme très lentement. L'Afrique n'a-t-elle pas besoin d'un processus de transformation plus important pour parvenir à un meilleur développement et à une croissance plus inclusive ?

Eh bien, c'est évident. Plusieurs facteurs n'ont pas permis ce processus de transformation. Premièrement, la corruption est un cancer endémique dans de nombreux pays africains. Deuxièmement, le processus de décolonisation a également été superficiel dans certaines régions. En fait, certains experts affirment que le conflit dans le nord du Mozambique est le résultat d'un processus de décolonisation mal géré. Et il est clair que l'Afrique est en plein processus de modernisation.

Sur le continent africain, nous ne savons pas encore très bien ce qui va se passer, l'Afrique est dans un processus de modernisation et cette modernisation va aller de pair avec la digitalisation, les énergies renouvelables, l'autonomisation des femmes... Ce sont des faits imparables qui vont transformer progressivement les pays africains. Mais il est également nécessaire que les organisations internationales contribuent à lutter contre la corruption et à limiter le pouvoir de certains lobbies.

Comment les îles Canaries sont-elles promues en tant que fenêtre sur l'Afrique sur le plan commercial et culturel ?

Il y a 15 ans, certains auraient souhaité que Casa África soit basée à Madrid, mais son implantation dans l'archipel a été une sage décision, une décision de Miguel Ángel Moratinos. À cette époque, une quinzaine de nouvelles ambassades ont été ouvertes, si bien que ces dernières années, des progrès ont été réalisés en termes de relations avec l'Afrique. Casa África doit être un instrument connu de tous les Espagnols et c'est mon obsession, renforcer Casa África dans chacun des ministères, afin que tous les ministères pensent et travaillent en Afrique et avec l'Afrique.

De leur côté, l'Europe et l'Espagne doivent comprendre que l'archipel des Canaries est un archipel qui appartient au plateau continental africain. De plus, l'archipel des Canaries est la seule entité incluse dans le traité sur l'Union européenne et dans le traité sur le fonctionnement de l'Union européenne située sur le continent africain. Les îles Canaries constituent la région ultrapériphérique, un terme inventé par Felipe González. Bref, nous sommes une véritable plate-forme d'échanges de biens, d'échanges de services, d'échanges industriels de produits, qui doit être renforcée.