Josep Piqué Camps : "C'est une erreur d'alimenter le sentiment d'échec de l'Union européenne"

L'ancien ministre du gouvernement espagnol a fait le point sur la situation politique internationale actuelle dans l'émission Atalayar de Capital Radio
Atalayar_Josep Piqué

 -  

Le président de la Fondation ibéro-américaine des entreprises, Josep Piqué, a fait le point sur la situation politique internationale actuelle dans les micros d'Atalayar, sur Capital Radio. L'ancien homme politique et homme d'affaires espagnol, qui a été ministre de l’Industrie, des affaires étrangères et des sciences et technologies du gouvernement espagnol, a abordé l'avenir de l'Europe et la manière dont les pays doivent unir leurs forces contre les nombreux ennemis auxquels l'Union européenne est confrontée. D'autre part, Piqué a voulu souligner que l'Amérique latine se trouve dans un moment de crise multidimensionnelle, puisqu'elle n'est pas seulement touchée par une crise sanitaire mais aussi par une crise sociale. D'autre part, le président de la Fondation ibéro-américaine des affaires a donné les clés de la volonté de la Chine et de la Russie d'affaiblir l'Occident et de diminuer ainsi sa capacité à influencer le reste du monde.

Josep Piqué est né le 21 février 1955 à Villanueva y Geltrú, capitale de la région du Garraf. Il a étudié l'économie et les études commerciales, ainsi que le droit, à l'université de Barcelone, où il a été professeur et a enseigné la théorie économique. Il s'agit d'un ancien politicien, économiste et homme d'affaires espagnol, ministre de différents portefeuilles pendant les gouvernements Aznar, de 1996 à 2004. De décembre 2007 à août 2013, il a été président de la compagnie aérienne Vueling. Le 1er octobre 2013, il a été nommé directeur général et deuxième vice-président d'OHL.

Il est très présent dans la presse, avec de nombreux articles de plus en plus axés sur la politique étrangère et la géostratégie.

Eh bien, il est de plus en plus difficile de discuter de la transcendance de ce qui se passe dans le monde dans nos vies quotidiennes et essayer de s'abstraire de ce qui se passe dans le monde n'est pas seulement un manque d'intérêt intellectuel, qui peut être critiqué, mais c'est une erreur profonde. Aujourd'hui, par exemple, le monde des affaires, bien qu'il travaille dans le marché intérieur, a besoin de savoir dans quel contexte il évolue, car beaucoup de choses en dépendent : les coûts financiers et l'évolution des taux d'intérêt, l'évolution de la politique fiscale et de la fiscalité, etc. Il y a tellement de choses qui nous échappent dans la sphère domestique que nous devons regarder à l'étranger.

Nous avons un sommet ibéro-américain qui ne pourra pas être en personne, en raison de la situation de pandémie, il y aura un certain nombre de dirigeants qui seront présents, mais la grande majorité participera par vidéoconférence, mais puisque vous êtes président de la Fondation ibéro-américaine des affaires, pourriez-vous nous donner une analyse de la situation en Ibéro-Amérique ?

L'Amérique ibérique traverse une crise multidimensionnelle. Il ne s'agit pas d'une crise sanitaire, mais d'une crise économique très grave. Elle a donc des conséquences sociales et politiques dramatiques. En Amérique latine, nous devons tenir compte du fait qu'une partie très importante du marché du travail travaille de manière informelle, ce qui signifie qu'être présent, sortir dans la rue tous les jours, est essentiel si l'on veut se nourrir tous les jours. Cela signifie que les mesures de confinement ou les restrictions de mobilité sont très difficiles à appliquer. D'autre part, l'Ibéro-Amérique est évidemment un concept géographique, historique, culturel et linguistique, nous partageons l'espagnol et le portugais, il y a un sentiment de communauté, mais du point de vue de leur capacité d'intégration, tant politique qu'économique, ils sont à un stade très avancé. Il est vrai que l'Alliance du Pacifique a un projet attrayant et moderne, mais elle traverse une crise en raison de la situation politique de certains de ces pays. En ce moment, je pense au Mexique, mais je pense aussi au Pérou, avec ce qui va se passer au second tour des élections présidentielles. D'autre part, le Mercosur a beaucoup de difficultés, nous verrons si nous sommes capables de conclure et de mettre en œuvre l'accord avec l'Union européenne, ce qui ne sera pas facile. Actuellement, il existe une initiative appelée "Système d'intégration centraméricain", mais l'Ibéro-Amérique n'a pas la conscience d'une communauté, d'un sujet politique en soi. Si l'on compare avec notre pays, avec l'Europe ou avec les pays américains, ils ont dû faire face à la crise en augmentant considérablement leurs dépenses et, par conséquent, en exerçant une pression très forte sur les déficits et les niveaux d'endettement. Mais si l'extraordinaire parapluie dont nous, les Espagnols, disposons grâce à notre appartenance à l'Union européenne, il est parfaitement démontrable que, si nous n'étions pas sous le parapluie de la Banque centrale européenne, l'Espagne serait aujourd'hui très proche de la faillite. Il serait impossible d'aller sur les marchés étrangers internationaux pour financer l'augmentation du déficit et de la dette et, par conséquent, nous serions dans une situation beaucoup plus dramatique. C'est exactement ce qui arrive à un grand nombre de pays d'Amérique latine. On peut faire en sorte d'accroître le rôle de la Banque interaméricaine de développement ou de la Banque de développement de l'Amérique latine, que le Fonds monétaire international émette des droits de tirage spéciaux pour financer l'augmentation de la dette des pays ibéro-américains, on travaille dans ce sens, mais ils ont clairement des années-lumière d'avance sur nous et moins de marge de manœuvre.

Atalayar_Josep Piqué

 

En Espagne, nous attendons un paquet important de fonds de reconstruction, mais je vais concentrer ma question sur le titre que nous avons lu à la une d'un des principaux journaux nationaux, et je voudrais savoir si vous êtes d'accord ou non. Le titre disait "L'Europe, de l'envie à la risée", ce qui est la clé de l'échec de la campagne de vaccination en Europe, mais êtes-vous d'accord avec ce pessimisme sur la gestion de l'Union européenne ?

Non, je pense que nous devons faire notre autocritique sur les problèmes qui sont apparus avec le plan de vaccination. Malgré tout, je continue à penser que la généralisation des décisions a permis d'éviter de plus grands maux. Comme je l'ai suggéré au début de la pandémie, chaque pays tentait de résoudre ses propres problèmes dans une sorte de marché persan, chacun suivant sa propre voie, et cela aurait été fatal pour la solidarité européenne. Il est également vrai que la situation se normalise et que nous sommes peut-être arrivés quelques mois plus tard que les autres. C'est une erreur d'alimenter le sentiment que l'Union européenne est en train d'échouer, car ils ont déjà assez d'ennemis dans l'Union européenne. Il y a actuellement de nombreuses puissances dans le monde qui ont intérêt à affaiblir ce projet, car il s'agit d'un projet fondamental pour ce que nous appelons l'Occident, pour le lien atlantique et l'alliance avec les États-Unis. Ma crainte, et je l'ai écrit relativement récemment, est que nous nourrissions une sorte de suicide de l'Europe. Les problèmes rencontrés tout au long du 20e siècle, lors des guerres mondiales, ont laissé d'énormes lambeaux de la capacité de l'Europe à influencer le monde. La situation est différente aujourd'hui, mais nous ne pouvons pas nous suicider en tant que projet politique, car cela signifierait que nous cesserions d'être pertinents. Chaque pays pris séparément, aussi important soit-il, même s'il s'agit de l'Allemagne, ne peut rivaliser avec les grandes puissances telles que les États-Unis, la Chine ou la Russie elle-même. Maintenant, nous avons assisté à un épisode important, qui a également donné lieu à des critiques, et il y a une part importante de raison, mais je tire précisément la conclusion inverse, je me réfère aux épisodes du Kremlin avec la visite de Josep Borrell. L'Europe s'est ridiculisée, nous n'avons pas été à la hauteur, mais nous n'avons pas été à la hauteur parce que nous n'avons pas encore construit une politique étrangère commune suffisante. La réponse n'est pas de se replier sur soi, mais précisément d'insister sur le fait que ce que nous devons faire est d'approfondir le projet politique. En définitive, l'Europe ne peut pas se limiter à être une zone de libre-échange ou un marché commun, c'est ce qu'elle était au départ, l'Europe n'a de sens que si nous sommes perçus de l'extérieur comme un sujet politique pertinent.

Vous parliez de l'Europe et le 9 mai, une conférence sur l'avenir de l'Europe va commencer et ici, en Espagne, les médias sont impliqués dans d'autres questions, plus domestiques. L'objectif de la conférence est de réaliser des réformes très importantes qui, d'ailleurs, si le calendrier est respecté, nous pourrions avoir le traité de Madrid en 2023. En Espagne, il n'y a pas de débat auquel les jeunes peuvent participer et cette conférence sur l'avenir de l'Europe n'est promue ni par les médias ni par le gouvernement.

Je conviens que la conférence ne fait pas partie du débat public et politique, non seulement en Espagne, mais pratiquement dans toute l'Europe. Probablement parce que nous sommes à une époque où la tendance est à l'égocentrisme et à la concentration sur les problèmes internes de chacun, qui sont nombreux, ce qui nous amène à accorder moins d'attention à quelque chose qui pourrait être d'une énorme importance. D'autre part, il est également vrai que l'expérience précédente, la soi-disant Convention européenne, qui était chargée de rédiger la Constitution européenne, dans une convention présidée par l'ancien président français, à la fin nous avons oublié que la Constitution a été approuvée par les Espagnols lors du référendum. Finalement, le projet est mort en raison du rejet des référendums en France et aux Pays-Bas. C'est un souvenir qui pèse lourd, mais je crois que nous devons tous faire un effort, y compris les médias, mais surtout les pouvoirs publics, pour faire comprendre à la société que ce qui est débattu là-bas fait partie de notre avenir, et qu'il ne s'agit pas de questions lointaines qui ne nous concernent pas. Au contraire, il peut s'agir de conclusions qui seront appliquées ultérieurement par le biais d'un traité et qui seront très déterminantes pour le fonctionnement de l'Union européenne et la gestion permanente de la souveraineté que le projet implique. L'Espagne est également très importante, mais si nous sommes convaincus que notre avenir réside dans une Europe plus intégrée, nous devons être conscients, la société espagnole doit être consciente, que cela implique des transferts de souveraineté. En outre, jusqu'à présent, nous avons transféré la souveraineté sur la politique monétaire, ce qui n'est pas exactement une affaire banale. Je crois que tous ces types de considérations doivent être inclus dans le débat quotidien et, à cet égard, la responsabilité des autorités publiques et, en particulier, la responsabilité du gouvernement est fondamentale. Nous ne pouvons pas laisser s'installer l'idée que l'Europe est là pour nous aider quand nous avons des difficultés et pour nous donner de l'argent quand nous en avons besoin. Nous devons être des sujets actifs pour façonner la volonté et la prise de décision de l'Europe dans son ensemble. Nous ne pouvons pas nous contenter d'être les bénéficiaires passifs de la solidarité européenne lorsque nous en avons besoin. Il faut dire que la solidarité n'a de sens que si elle s'accompagne d'un exercice de la responsabilité. Et cela s'applique à tout, aux réformes, à l'approche structurelle que l'Europe nous demande, à la rigueur avec la dette. Personne ne dit que nous devons augmenter les dépenses maintenant, mais à un moment donné, nous devrons revenir sur la voie de la durabilité. Notre ancienne dette exige de vastes engagements. Je pense donc qu'il est important de faire un effort pour construire et reconstruire si nous le voulons. Il y a eu de nombreux moments dans notre histoire où il y a eu un consensus sur notre politique étrangère et, surtout, sur notre rôle en Europe. Aujourd'hui, malheureusement, cela n'existe pas et le climat politique n'aide pas. Nous sommes confrontés à un climat de division, de confrontation et de polarisation, et c'est le consensus qui en souffre. Sur ces questions, nous devons construire des idées en accord avec tout le monde, car elles vont bien au-delà des gouvernements spécifiques et, par conséquent, bien au-delà de l'alternance politique inhérente à la démocratie. Plus il y a de gens qui s'engagent pour les choses dont nous avons besoin, mieux c'est.

Atalayar_Josep Piqué

Avec Díaz-Canel, qui est un homme relativement jeune et qui me fait penser à Deng Xiaoping, lorsqu'en 1978 il a repris le mécontentement de la population chinoise face à la politique de Mao Tse-Tung, qui était économiquement désastreuse, et Deng Xiaoping a fait des réformes très importantes qui, à partir de 1978, ont changé ce qui était la Chine maoïste. Cuba a également essayé pendant la crise de 1989, lorsque le mur de Berlin est tombé, Fidel Castro a essayé de créer une économie plus ouverte car il y avait une crise très profonde jusqu'en 1993. De 1993 à 1997, Fidel Castro a ouvert l'économie au marché, aux investissements étrangers, à l'initiative des entreprises. Díaz-Canel va-t-il être le Deng Xiaoping qui va changer Cuba ?

Il m'est difficile de le penser, car bien sûr, les choses ne sont pas comparables. D'un point de vue politique, mais aussi historique et intellectuel. Par conséquent, rien à voir avec M. Díaz-Canel, qui, avec tout le respect que je lui dois, est inconnu en dehors de Cuba. À Cuba, on l'appelle le "poste trié sur le volet". Les Cubains sont très friands de surnoms, mais celui-ci est particulièrement explicite et n'a que très peu de poids quant à savoir qui a réellement la charge de Cuba. Bien sûr, si vous prenez les forces armées et que vous institutionnalisez le castrisme par le biais du parti communiste, il est vrai que maintenant il va être le secrétaire général. De même, les gens se connaissent souvent lorsqu'ils doivent assumer certaines responsabilités, mais M. Díaz a déjà été président de Cuba pendant quelques années, lorsque le pouvoir était entre les mains de Raúl Castro, car le pouvoir se trouvait en réalité au Secrétariat général, mais nous n'avons rien vu de pertinent. Je pense que la capacité de transformation que la Chine a démontrée à travers les réformes de Deng Xiaoping est très difficile à atteindre dans le cas de Cuba. Dans le cas de la Chine, les réformes ont évidemment bénéficié d'un très fort soutien social après la catastrophe maoïste. En fin de compte, Mao a fait quelque chose de très important pour la Chine, qui a été de récupérer sa souveraineté après un cycle de subordination à des puissances étrangères, tant européennes qu'américaines et aussi japonaises, avec sa révolution industrielle bien avant la Chine elle-même, donc, elle avait une supériorité militaire. Pas ici, je ne suis pas du tout sûr qu'étant donné le niveau de contrôle social qui existe de la part du pouvoir cubain, que cela puisse se transformer en véritables réformes. Il faut espérer que Cuba s'ouvrira réellement à l'économie de marché, ce qui entraînera une transformation du régime politique et nous permettra d'avancer sur la voie des libertés. Nous nous sommes trompés, tout l'Occident se trompe, car lorsque nous avons vu l'énorme croissance de la Chine après les réformes de Deng, transformant une économie typique des systèmes socialistes soviétiques en une économie qui n'est pas une économie de marché libre mais une économie de capitalisme d'État. L'économie est encore très contrôlée par le secteur public, par les entreprises publiques, en fin de compte le dernier mot vient toujours du parti et c'est quelque chose que j'ai toujours pensé, avec la croissance économique, la génération des classes moyennes, le départ de ces Chinois à l'étranger, avec les étudiants chinois qui vont dans les universités occidentales, eh bien, le désir de liberté et l'émulation de l'Occident. Et ce que nous constatons, c'est qu'elle souffre exactement du contraire. La Chine commence à transmettre l'idée qu'un système est plus efficace pour résoudre les grands problèmes que nous ne pouvons pas faire, ce qu'ils appellent les sociétés occidentales décadentes. Ce n'est pas vrai. Mais ils sont axés, en outre, sur un contrôle de la société comme jamais auparavant, grâce aux nouvelles technologies, mais ils sont beaucoup plus proches d'un État totalitaire d'un point de vue social que d'un État démocratique. Par conséquent, les réformes économiques en elles-mêmes ne sont pas nécessairement propices à la libéralisation politique. Il est vrai aussi que la Chine est là où elle est, elle a l'histoire qu'elle a, elle n'a pas vécu les Lumières, sa philosophie politique est basée sur Confucius et donne la priorité au collectif sur l'individuel et culturellement cela n'a rien à voir.

Les États-Unis peuvent-ils faire quelque chose ?

Les États-Unis, en ce qui concerne Cuba, ne peuvent pas faire grand-chose. Ce qui se passe, c'est qu'aux États-Unis, ils ont aussi ce sens des équilibres internes. La Floride est très choquante. Les exilés cubains, qui sont déjà de la troisième génération, eh bien, ils ont une façon de penser et ils ont toujours été très influents. Mais les États-Unis, qui ont tout essayé historiquement, y compris une invasion militaire à l'époque de Kennedy, avec l'épisode de la baie des Cochons, qui s'est terminée fatalement, puis, pendant la présidence Obama, en essayant de contribuer à l'ouverture de l'économie cubaine, en pensant que cela favorisera des dynamiques internes qui ont conduit à un changement de régime politique, puis, avec l'administration Trump, c'est devenu une miniature. Nous verrons comment Biden réagit, mais je pense qu'il ne reviendra pas sur les positions d'Obama sur ce point et qu'il verra comment les événements évoluent après le départ de Raúl Castro du pouvoir. Nous parlons également des anciens commandants de la révolution, tous déjà octogénaires et qui, pour des raisons évidentes, sont limités et nous allons voir ce qui se passe là-bas. Malheureusement, j'aimerais être optimiste à ce sujet, mais je ne le pense pas, car l'essence du régime est que pour sa survie, il doit rester tel qu'il est.
En parlant de la Chine, est-ce le grand ennemi que Biden soulève ? Êtes-vous inquiet de cette politique des blocs, de cette nouvelle guerre froide qui se profile avec les sanctions des États-Unis contre la Russie, l'alignement entre la Chine, la Russie et l'Iran et l'Europe, qui a signé un accord commercial avec la Chine il n'y a pas si longtemps, mais qui doit maintenant se ranger du côté des États-Unis. Cette politique des blocs vous inquiète-t-elle ? La tension peut-elle être excessive à ce stade ?
Il y aura des tensions, y compris des tensions militaires. Nous le voyons donc déjà et cela va aller plus loin.

Nous le voyons également en Ukraine

Eh bien, nous parlons maintenant de la Chine, mais si nous abordons la question de la Russie, nous allons également parler dans les mêmes termes. La Russie et la Chine, même si elles ne sont pas des antagonistes historiques depuis des siècles, car elles ont toutes deux les mêmes ambitions. Influence en Asie centrale, frontières dans la partie orientale et sur la côte Pacifique. Il faut se rappeler qu'à l'époque de Mao, en ce qui concerne le front du Parti communiste authentique, il y avait des affrontements armés très sérieux à la frontière, ce qui pourrait être utilisé plus tard pour ce rapprochement avec Pékin et constituer une sorte de tenaille sur l'Union soviétique. Mais ce que reflète cette montée des tensions, c'est la volonté de la Chine et de la Russie, son principal allié du moment, d'affaiblir l'Occident et de réduire sa capacité d'influence sur le reste du monde. Les États-Unis et maintenant le président Biden l'ont bien compris et reviennent à l'idée d'établir une alliance entre les démocraties. Par conséquent, le rétablissement du lien atlantique et le renforcement des alliances des États-Unis avec les pays de la zone Pacifique, tels que le Japon, l'Australie et l'Inde, sont très importants et devront être pris très, très en compte. Je la considère comme inévitable, car nous devons y répondre d'une manière ou d'une autre.