PUBLICIDAD

Marruecos

Jumaa Alkaabi : "La paix est l'objectif prôné par toutes les religions"

Le 1er Forum "Du dialogue islamo-chrétien à la famille abrahamique", un événement organisé par le FICRT qui vise à approfondir la compréhension et la tolérance entre les différentes croyances, débute à Cordoue
ficrt

PHOTO/ATALAYAR  -   1er Forum "Du dialogue islamo-chrétien à la famille abrahamique" à la Casa Árabe, Cordoue

En ces temps agités, la compréhension et la promotion de la paix sont deux éléments clés qui doivent être réaffirmés afin de parvenir à une société meilleure pour tous. À cette fin, la Fondation pour la culture islamique et la tolérance religieuse (FICRT) a promu le 1er Forum "Du dialogue islamo-chrétien à la famille abrahamique" à Cordoue, une ville idéale pour aborder cette question en raison de sa grande importance historique et culturelle. Nombre des lieux les plus emblématiques de la ville andalouse sont le résultat du mélange des trois religions abrahamiques, protagonistes du forum.ficrt

L'événement, qui se déroule à la Casa Árabe les 16 et 17 mai, bénéficie de la collaboration de l'Institut universitaire des sciences religieuses de l'Université Complutense de Madrid, de l'UNESCO, de la Chaire UNESCO de résolution des conflits de l'Université de Cordoue et de l'Université de Cordoue. Cette série de conférences s'inscrit dans la lignée des premier et deuxième Conseils internationaux islamo-chrétiens de 1974 et 1979, qui visaient également à renforcer les liens entre les différentes confessions.

Des décennies plus tard, Cordoue est à nouveau le témoin de ce scénario, démontrant que la compréhension et la paix sont deux principes auxquels les êtres humains aspirent toujours.

ficrt

Par conséquent, l'objectif de ce forum est d'œuvrer à la récupération de cette unité qui permet la diversité, ainsi que d'établir des ponts qui permettent l'harmonie entre les différentes cultures et religions. C'est le message que Jumaa Alkaabi, président du FICRT, a voulu transmettre lors de son discours d'ouverture. "La paix est l'objectif prôné par toutes les religions", a-t-il déclaré, rappelant qu'un avenir civique ne sera pas atteint sans paix et harmonie. Alkaabi a souligné l'importance de l'événement, qu'il a qualifié de "réunion historique", assurant qu'"il ouvre une porte et un chemin vers ces objectifs de paix".ficrtLe président de la FICRT a également souligné que la paix et la stabilité dans le monde nécessitent de grands efforts, du courage et de la sagesse, ainsi qu'une coopération constructive entre les peuples, afin de mettre de côté les différences et les sentiments de haine qui mènent aux guerres. Il a également expliqué que cet événement est l'un des nombreux organisés par la fondation pour travailler à la mise en œuvre des clauses du document sur la fraternité humaine. Outre les conférences, le FICRT coopère avec des associations religieuses, non religieuses, éducatives et de la société civile. Lors de son discours, M. Alkaabi a également salué le rôle de la diplomatie culturelle dans la réalisation des objectifs du forum, ainsi que dans la lutte contre le fléau du sectarisme et de la violence.ficrt

Après Alkaabi, ce fut le tour de Cintia Bustos, conseillère municipale de Cordoue, qui a salué le rôle de la ville dans le dialogue sur cette question. "La tenue de ces réunions enrichit la ville et favorise un autre type de tourisme", a-t-elle déclaré. M. Bustos a également appelé la ville à continuer à œuvrer en faveur d'un accord qui permettra un avenir pacifique. "Merci de vous préoccuper autant du présent et de l'avenir", a-t-il conclu.

ficrt
Jumaa Alkaabi, présidente du FICRT, et Cintia Bustos, conseillère municipale de Cordoue.

Fernando López Mora, directeur adjoint de la Chaire UNESCO de résolution des conflits de l'Université de Cordoue, et Juan Antonio Álvarez-Pedrosa Nuñez, directeur de l'Institut universitaire des sciences religieuses de l'Université Complutense de Madrid (IUCCRR-UCM) ont également participé à l'inauguration. Tous deux ont réitéré leurs déclarations précédentes, soulignant la pertinence de ce type de rencontre pour promouvoir la tolérance et la compréhension. "La violence ne peut avoir le dernier mot", a déclaré Álvarez-Pedrosa Nuñez.ficrt

La maison de la famille abrahamique symbolise la compréhension et la tolérance

La présentation a été suivie de la première session, modérée par María Ángeles Gallego, scientifique senior à l'Institut des langues et cultures de la Méditerranée et du Moyen-Orient du CSIC. Ces premières conférences ont été données par Nedal Alteneiji, directeur général de la Maison Zayed de la culture islamique aux Émirats arabes unis, et Xavier Marín Torné, docteur en philosophie et professeur à l'université Ramón Llull.ficrt

Le Dr Alteneiji a commencé sa présentation en se souvenant de l'ancien président Khalifa bin Zayed Al Nahayan, qui est décédé récemment. "Nous pleurons la perte d'un leader charismatique qui a conduit le pays sur la voie de la tolérance", a-t-elle déclaré. L'Emirati a ensuite axé son discours sur la Maison de la famille abrahamique, un projet architectural et spirituel promu par Abu Dhabi qui abrite une mosquée, une église et une synagogue. Ce projet, qui sera inauguré en 2022, représente un symbole unique de coexistence et de paix dans la région.

La Maison de la famille abrahamique réaffirme le rôle des Émirats en tant que pays qui défend la coexistence et la paix. Ce projet a débuté peu après la visite du pape François aux Émirats arabes unis en 2019. À Abu Dhabi, le chef de l'Église catholique a rencontré le grand imam d'Al-Azhar Ahmad Al-Tayyeb. Cette rencontre symbolique a abouti à la signature du document sur la fraternité humaine pour la paix mondiale et la coexistence commune. Un an plus tard, les accords historiques d'Abraham ont été signés, établissant des relations diplomatiques entre les EAU et Israël. Ce jalon n'a pas seulement une valeur politique et économique, mais aussi une signification sociale et spirituelle fondamentale.

​  Nedal Alteneiji, directeur général de la Maison Zayed de la culture islamique, EAU  ​
​Nedal Alteneiji, directeur général de la Maison Zayed de la culture islamique, EAU

M. Alteneiji a salué le rôle de son pays à cet égard. "Les Émirats arabes unis sont un foyer pour toutes les religions. Tout le monde peut pratiquer sa foi", a-t-il déclaré. Pour cette raison, le directeur général de la Maison Zayed de la culture islamique a même comparé la capitale émiratie à la ville andalouse. "Abu Dhabi est la nouvelle Cordoue", a-t-elle déclaré. Les Émirats tentent de suivre le modèle de compréhension de Cordoue, basé sur la "fraternité sincère" des différentes cultures afin d'en tirer des bénéfices à différents niveaux : scientifique, culturel, etc.ficrt

Revenant sur la Maison de la famille abrahamique, Alteneiji a affirmé que les trois religions monothéistes "partagent les mêmes valeurs, les mêmes principes moraux". Il a également souligné plusieurs aspects de cette initiative, comme la promotion des valeurs du dialogue interreligieux, la diffusion d'une culture de la tolérance pour éviter les problèmes sociaux et politiques, la mise à profit de cet espace pour consolider les valeurs communes entre les religions et l'approfondissement de la compréhension.

ficrt

En plus de ce projet, les EAU ont cherché à défendre la tolérance à travers une loi introduite en 2015 contre les crimes de haine qui condamne tout type de discrimination, ainsi que la création du ministère de la Tolérance. Ces mesures sont plus que nécessaires dans un pays qui compte 200 nationalités différentes et qui recherche une vie commune, un développement humain élevé et la prospérité nationale.

En ce qui concerne la société émiratie, Alteneiji souligne que les citoyens émiratis considèrent leur culture comme quelque chose d'"essentiel" qu'il faut préserver et faire connaître. "Notre pays essaie de présenter sa culture et son identité aux autres, mais nous voulons aussi vivre avec les autres sans effacer aucune identité ou culture", a-t-il fait remarquer.

ficrtPuis ce fut le tour de Xavier Marín Torné, qui a basé son intervention sur "la spiritualité de la fidélité à l'héritage d'Abraham". Ce personnage historique et religieux est un pilier spirituel pour les trois religions monothéistes, qui considèrent Abraham comme leur père. Marín Torné souligne le rôle du prophète en tant que "pont entre les religions" qui "rend visibles leurs liens profonds". Plusieurs personnages tels que Moïse, David, Salomon, Jésus et Marie sont communs aux trois religions, mais Abraham est "une figure originale et symbolique". "En lui, nous trouvons toujours un espace commun, nous pouvons tous le reconnaître comme une maison", a-t-il déclaré, rappelant que Moïse, Jésus et Mahomet ont été inspirés par lui.ficrt

"Les religions abrahamiques ont des références communes, nous reconnaissons une familiarité"

La deuxième session a été modérée par Francisco Javier Fernández Vallina, professeur d'études hébraïques et araméennes à l'Université Complutense de Madrid, avec la participation d'Emilio González Ferrín, professeur d'islamologie et d'études arabes à l'Université de Séville ; du père Josep Buades Fuster, diplômé en droit et en théologie affecté au Service jésuite des migrants ; et du Ven. Kutsab Jamyang Dorje, maître spirituel et régent de la communauté religieuse Sakya Tashi Ling à Olivella (Barcelone).

Cette table composée de tant de points de vue différents démontre que la compréhension et le respect entre des personnes ayant des croyances et des idéaux différents sont possibles. En outre, la possibilité d'exprimer des opinions différentes et d'en débattre enrichit et nourrit la société.

ficrt

González Ferrín, qui au cours de sa carrière professionnelle a tenté de démonter les stéréotypes liés à l'Islam, aux Arabes et à Al Andalus, a présenté différents modèles d'islamologie. Il a également expliqué trois types d'islam : la religion de l'islam, la civilisation de l'islam et l'islam qui représente les sociétés contemporaines. "Le troisième islam n'hérite ni ne remplace les deux précédents", a affirmé l'islamologue. Le professeur a également salué le poids culturel de l'arabe au niveau linguistique, mais aussi dans les sciences.ficrt

Pour sa part, le père Buades Fuster, au cours de sa présentation, a raconté des expériences liées à son travail à Melilla, où il travaille avec Frontera Sur. Il est constamment en contact avec les musulmans et cherche un terrain d'entente. Il s'intéresse également à l'islam et au Coran. "Les religions abrahamiques ont des références communes, nous reconnaissons une familiarité", a-t-il souligné.ficrtLa deuxième session a été clôturée par Kutsab Jamyang Dorje, qui s'est concentré sur la contribution du bouddhisme au dialogue interreligieux. Le maître spirituel, qui s'est converti à l'âge de 14 ans, a souligné les points communs qui existent également au sein de la communauté bouddhiste. "Il est nécessaire de trouver un langage commun afin de ne pas reproduire les erreurs du passé", a-t-il déclaré. "L'effort de dialogue n'est pas inutile, il est extrêmement important", a-t-il ajouté.