PUBLICIDAD

Iberdrola

Kaïs Saied accélère sa réforme constitutionnelle pour la Tunisie

Le président tunisien dissout le Parlement et maintient sa feuille de route pour la refonte de l'architecture institutionnelle du pays
Kaïs Saied

AFP/ FETHI BELAID  -   Kais Saied, Président de la Tunisie. Kais Saied a annoncé le 30 mars 2022 qu'il dissolvait le parlement du pays, huit mois après l'avoir suspendu lors d'une prise de pouvoir en juillet

La tempête politique en Tunisie se poursuit sans relâche. Depuis que le président Kaïs Saied a pris les pleins pouvoirs en juillet 2021 après avoir instauré l'état d'urgence, dissous le gouvernement de l'ancien Premier ministre Hichem Mechichi et suspendu l'activité parlementaire au motif de " protéger l'État " dans un contexte de faiblesse institutionnelle, le pays traverse une crise à tous les niveaux, dont l'issue reste une source de profonde préoccupation pour la communauté internationale. La dérive autoritaire progressive menée par Saied laisse présager une réforme constitutionnelle imminente.

Le professeur de droit constitutionnel de 64 ans, membre du comité d'experts qui a participé à la rédaction de la Magna Carta adoptée en 2014, veut désormais démanteler le document pour construire un nouveau texte qui éliminerait les déficiences qui, selon lui, entravent le développement de la petite nation nord-africaine, en proie à une division politique pressante depuis la flambée révolutionnaire réussie "a priori" de 2011, survenue dans le cadre du Printemps arabe et qui a finalement initié le phénomène.

Embarqué dans sa croisade contre la corruption, le dirigeant tunisien a cherché à instaurer unilatéralement un nouveau système présidentiel, similaire à celui de la France, afin de mettre fin à la répartition défectueuse du pouvoir résultant de la dernière Constitution, qui divisait le pouvoir entre les institutions législatives, exécutives et présidentielles sans limiter leurs prérogatives. Une triade qui, couplée à une corruption islamiste rampante, a bloqué les initiatives politiques visant à résoudre de multiples problèmes sociaux. Mais la pression extérieure a poussé Saied à impliquer la société civile dans le processus.

Kais Saied
AFP PHOTO / HO / SERVICIO DE PRENSA DE LA PRESIDENCIA  -   Le président tunisien Kais Saied présidant le Conseil national de sécurité le 30 mars 2022 au palais de Carthage. - M. Saied a dissous le parlement du pays et déclaré que les députés seraient poursuivis, prolongeant ainsi une prise de pouvoir de huit mois et intensifiant la crise politique du pays

Le dialogue national a pris la forme d'une consultation populaire en ligne, un sondage numérique publié en janvier dans lequel le président, qui gouverne par décret depuis juillet, a cherché à recueillir les préoccupations et les propositions des citoyens tunisiens à travers une trentaine de questions liées à six thèmes clés : la politique, la qualité de vie, l'économie, le développement durable, les affaires sociales, et l'éducation et la culture. La présidence a également cherché à savoir quel régime politique les personnes interrogées préféraient.

Mais le référendum a été un échec. Seuls 500 000 Tunisiens y ont participé pendant les deux mois où il était disponible, soit un demi-million sur une population de près de 12 ans, soit un dérisoire 5 % du corps électoral, selon les statistiques gouvernementales. Le faible taux de participation pourrait être dû aux problèmes généralisés d'accès à Internet dont souffre une partie de la population, en particulier dans les zones rurales, même si les analystes évoquent comme hypothèse plus plausible la lassitude populaire et le discrédit croissant du président, incapable de tenir ses promesses d'amélioration.

L'économie de la Tunisie reste stagnante. Le chômage augmente et l'État a pris du retard dans le paiement des salaires des fonctionnaires. Les prix des produits de base, déjà élevés, ont de nouveau grimpé en flèche à la suite de l'invasion de l'Ukraine par la Russie. Un contexte qui a poussé le pays dans les bras du Fonds monétaire international (FMI), avec lequel il négocie désespérément un renflouement à condition de réduire les subventions et les salaires, des mesures qui nuisent aux classes moyennes et inférieures.

Manifestación Túnez
AFP/ FETHI BELAID  -   Des manifestants tunisiens brandissent des banderoles et des drapeaux nationaux lors d'une manifestation contre leur président, dans la capitale Tunis, le 20 mars 2022

Dans la feuille de route tracée par Saied, qui a accumulé pendant des mois un pouvoir omnipotent, un référendum constitutionnel était prévu pour le 25 juillet - coïncidant avec l'anniversaire du coup d'État - et des élections législatives pour le 17 décembre. Mais ces plans ont été contestés par les parlementaires, qui ont tenu une réunion extraordinaire à distance la semaine dernière pour annuler tous les décrets présidentiels adoptés pendant l'état d'urgence.

Pas moins de 121 des 217 députés de la Chambre des représentants, à majorité islamiste, ont participé à une action décrite par la ministre de la Justice, Leïla Jaffel, comme une "conspiration" visant à annuler les mesures prises par Saied. Et le président a répondu avec force en décrétant la dissolution du parlement, huit mois après avoir gelé ses activités, dans une mesure visant à stopper la tentative de "coup d'État", selon le président. Une action qui pousse à la tenue d'élections législatives dans les 90 jours.

Rachid Ghannouchi
AFP/ FETHI BELAID  -   Président du Parlement Rached Ghannouchi

Mais le président a une nouvelle fois enfreint la constitution actuelle, qu'il qualifie d'"illégitime", afin d'éviter une élection anticipée. "Ceux qui rêvent de l'application de l'article 89 de la Constitution se font des illusions", a déclaré Saied, soulignant que la date du 17 décembre pour les élections serait maintenue. Cette décision a été rendue publique après une réunion avec le Premier ministre Najla Bouden, et a été soutenue par l'Union générale tunisienne du travail (UGTT), le plus grand syndicat du pays.

A l'occasion de la session parlementaire, les brigades antiterroristes ont convoqué vendredi dernier le chef et fondateur du parti islamiste Enhada, Rachid Ghanuchi, également président du parlement, pour avoir rallié les législateurs à voter à l'unanimité contre Saied. Les 121 autres députés qui ont participé à la séance ont été convoqués pour témoigner lundi devant les tribunaux, qui délibéreront mardi pour déterminer si l'action constitue un crime. Mais ce ne sera pas le Conseil suprême du pouvoir judiciaire (CSM), la plus haute instance judiciaire du pays, qui statuera, mais un substitut "temporaire", puisqu'il a également été dissous.

Kaïs Saied préserve un agenda visant à défaire les institutions avec la connivence des forces de sécurité. L'expert en droit constitutionnel sans charisme, qui a balayé les élections présidentielles de 2019 avec plus de 70 % des voix, conserve son image aseptisée et percutante contre la corruption, ainsi que le soutien de la majorité du peuple tunisien. Loin du langage du populisme, son humeur réservée lui a permis d'entreprendre sa réforme de l'État post-révolutionnaire malgré les avertissements de la communauté internationale.