PUBLICIDAD

Iberdrola

Kiev et Moscou se rencontrent en Turquie pour négocier les exportations de céréale ukrainien

L'Ukraine annonce le passage de 16 navires commerciaux par l'embouchure de la rivière Bystre dans le Danube, un jour seulement avant sa rencontre avec la Russie et la Turquie, sous les auspices des l’ONU, pour faire progresser les négociations
atalayar-onu-turquie-ukraine-russie-négociation-exportations-céréales

AFP/BUREAU DE PRESSE DU MINISTÈRE DE LA DÉFENSE DE LA TUR TURQUIE  -   Cette photo prise et publiée le 13 juillet 2022 par le service de presse du ministère turc de la Défense montre les délégations militaires des Nations unies (ONU), de la Turquie, de l'Ukraine et de la Russie lors de leur réunion quadripartite à Istanbul

La Turquie tente une fois de plus de participer à une nouvelle tentative d'endiguer la crise alimentaire mondiale. Ce mercredi, la ville turque d'Istanbul a accueilli la réunion avec laquelle Kiev et Moscou souhaitent réactiver les négociations et mettre fin, une fois pour toutes, au blocus des exportations maritimes de céréales ukrainiennes depuis le port d'Odessa. La participation d'Ankara, membre de l'OTAN, à ce scénario s'explique par son autorité sur le trafic maritime de la mer Noire via le détroit du Bosphore. 

Depuis plusieurs mois, le président turc Recep Tayyip Erdogan tente de jouer les médiateurs entre les deux parties au conflit, en recherchant une éventuelle trêve, un rapprochement des positions ou, comme à cette occasion, une réactivation des exportations de céréales. À cette fin, le dirigeant turc a tenté de préparer les deux puissances par des entretiens bilatéraux lundi avec ses homologues ukrainien et russe, Volodymir Zelenki et Vladimir Poutine, respectivement. Un jour plus tard seulement, le ministre turc de la défense Hulusi Akar a rendu publique la réunion du 13 juillet, qu'il a organisée. 

atalayar-camion-exportacion-grano-ucrania
REUTERS/IGOR TKACHENKO - Un chauffeur de camion décharge des céréales d'orge dans un entrepôt alors que l'attaque de la Russie contre l'Ukraine se poursuit, dans la région d'Odessa, en Ukraine, le 22 juin 2022

Après une rencontre entre les représentants turcs et ukrainiens, la réunion - parrainée par les observateurs de l'ONU - a rassemblé des dizaines de fonctionnaires, diplomates et experts militaires des délégations de Kiev, Moscou et Ankara. Toutefois, selon des médias turcs tels que CNNTürk, presque tous les détails de la réunion ont été gardés secrets à la demande des parties. 

Et alors qu'il était prévu que le ministère turc de la défense rende compte des résultats à la fin du sommet, après plus de trois heures de discussions, il n'a confirmé la fin de la réunion que dans un bref communiqué. 

atalayar-presidente-rusia-turquia-putin-erdogan
PHOTO/ SERVICE DE PRESSE DE LA PRESIDENCE TURQUE - Une photo prise et publiée le 29 septembre 2021 par le service de presse de la présidence turque montre le président turc Recep Tayyip Erdogan (à gauche) et le président russe Vladimir Poutine posant avant leur rencontre à Sotchi
Les clés des négociations 

L'une des questions clés qui ont marqué la réunion à quatre était la demande de Moscou d'inspecter et de contrôler les navires quittant les ports ukrainiens. Nous avons confirmé plus d'une fois, à tous les niveaux, y compris publiquement, que nous sommes prêts à aider les navires marchands étrangers à prendre la mer à partir des céréales ukrainiennes", a déclaré Pyotr Ilichov, chef du département des organisations internationales du ministère des affaires étrangères du Kremlin, réaffirmant que "nous sommes prêts à aider les navires marchands étrangers à prendre la mer à partir des céréales ukrainiennes". 

"Mais pour nous, les conditions évidentes restent la possibilité de contrôler et d'inspecter les navires pour exclure la contrebande d'armes, et le fait que Kiev renonce aux provocations", a-t-il ajouté. C'est pourquoi la délégation russe a présenté un ensemble de propositions qui, bien qu'elles aient été annoncées par le porte-parole du ministère de la défense, le lieutenant général Igor Konashenkov, n'ont pas été communiquées aux médias. 

atalayar-puerto-ucrania-mar-negro-odesa
PHOTO/ From ЯдвигаВереск - Own work, CC BY-SA 4.0 - Le port d'Odessa (le plus grand port d'Ukraine et l'un des plus importants du bassin de la mer Noire, avec une capacité totale de trafic annuel de 40 millions de tonnes (15 millions de tonnes de marchandises sèches et 25 millions de tonnes de marchandises liquides)

De son côté, en plus de rejeter les demandes de Moscou, Kiev a également demandé des garanties. Face aux demandes russes de déminage du port d'Odessa, l'Ukraine exige l'engagement des parties, notamment la Turquie et l'ONU, à assurer la sécurité des navires. Les attaques contre des "infrastructures critiques et des navires civils en mer Noire", que l'Ukraine affirme que le Kremlin continue de mener, ne font qu'alimenter la méfiance de Kiev à l'égard de la "bonne volonté" de la Russie. Le pays exige donc que des scénarios possibles soient envisagés, tels que des escortes turques pour les navires ukrainiens, ou le parrainage des Nations unies sur l'ensemble du processus, étant donné que son secrétaire général, Antonio Guterres, est personnellement impliqué dans ce dossier. 

En outre, selon le New York Times, d'après les déclarations d'un diplomate proche de la réunion, l'accord comprendrait un engagement de la Russie à ne pas tirer sur les navires - bien qu'il s'agisse d'une promesse temporaire et limitée aux navires transportant des céréales -, ainsi qu'une garantie pour aider Moscou à exporter des engrais et des céréales. Il s'agit d'un élément pour lequel les puissances internationales, telles que l'UE, devraient lever les sanctions sur les engrais, ce qui n'est pas clair.  

atalayar-presidente-ucrania-volodimir-zelenski
AFP/MIGUEL MEDINA - Le président ukrainien Volodimir Zelenski

Le retrait de la Russie de l'île stratégique des Serpents en mer Noire, située à quelque 45 kilomètres des côtes de l'Ukraine et de la Roumanie, a également été un élément clé de la réunion. Le retrait des troupes du Kremlin a permis à Kiev d'utiliser à nouveau l'estuaire de Bystroye - à l'embouchure du Danube dans la mer Noire - pour exporter quelques céréales ukrainiennes depuis les ports d'Izmail, de Reni et d'Ust-Dunaisk. Avant de reprendre le contrôle de ces territoires, l'Ukraine a dû utiliser les ports du Danube via le canal roumain de Sulina, qui ne pouvait accueillir que quatre navires par jour au maximum, au lieu des huit qui auraient été nécessaires. D'après les autorités ukrainiennes, cela a entraîné d'importants arriérés de navires et une forte congestion.

Autres canaux 

L'annonce par l'Ukraine, mardi, d'une augmentation des exportations de céréales a suscité l'espoir de la communauté internationale. Selon Yuriy Vaskov, vice-ministre des infrastructures, dans un communiqué ministériel, "au cours des quatre derniers jours, 16 navires sont passés par l'embouchure de la rivière Bystroye" pour rejoindre le Danube, et attendent d'être chargés de céréales. Et pas moins de 135 navires d'exportation sont en route dans les prochains jours. 

atalayar-vagon-tren-exportador-grano-ucrania-odesa
REUTERS/IGOR TKACHENKO - Des wagons de céréales sont présentés dans un terminal céréalier alors que l'attaque de la Russie contre l'Ukraine se poursuit, dans la région d'Odessa, en Ukraine, le 22 juin 2022

En juin dernier, l'Ukraine a réussi à exporter environ deux millions et demi de tonnes de céréales via les voies fluviales du Danube et les points de contrôle ferroviaires et routiers vers la frontière occidentale, mais cela ne suffit pas à répondre aux besoins de 8 millions de tonnes. Pour cette raison, ainsi que pour le besoin d'espace supplémentaire en vue de la saison de récolte imminente, l'Ukraine continue d'insister sur le déblocage des ports maritimes afin de libérer les plus de 22 millions de tonnes de céréales piégées. 

Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) a récemment averti que des centaines de millions de personnes risquent de souffrir de "faim à des niveaux critiques" dans les mois à venir en raison de l'augmentation de l'insécurité alimentaire en Afrique et au Moyen-Orient, largement causée par ces conséquences de la guerre en Ukraine. En outre, selon la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO), le manque d'engrais pourrait réduire de 20 % la production céréalière dans la région.