Kissinger et le Sahara

L'ancien secrétaire d'État américain était une figure clé de la politique internationale à l'époque et était au cœur des discussions sur le Sahara occidental
Campamento de refugiados de Boudjdour en Tinduf

REUTERS/ZOHRA BENSEMRA  -   Le camp de réfugiés de Boudjdour en Tinduf

Henry Kissinger a été un homme clé dans l'histoire et a été plongé dans les conflits sur le Sahara occidental. 

Henry Kissinger est peut-être l'une des personnalités les plus influentes de la seconde moitié du XXe siècle. Sa politique pragmatique, loin de tout idéalisme - qui l'a souvent conduit à être cynique et même cruel - a fait de lui un personnage tout aussi admiré et détesté par l'opinion publique internationale. En même temps, son intelligence, son sens de l'humour et son honnêteté brutale l'ont parfois fait apprécier et respecter par les diplomates d'autres pays.

Il n'est pas dans mon intention d'évaluer leur trajectoire ni de juger de leurs mérites et de leurs erreurs. Dans cette courte série d'articles, je me concentrerai sur la réponse de la plus haute autorité de la diplomatie américaine à la crise du Sahara occidental entre 1974 et 1976. Malgré les stéréotypes sur la guerre froide et le jeu des blocs, les années 1970 ont été riches en événements échappant au contrôle des grandes puissances. S'ils se sont impliqués et ont pris parti, c'est soit par opportunisme, soit parce qu'ils n'avaient pas le choix.  

1974 : « Le monde peut survivre sans un Sahara espagnol » 

À en juger par les documents de la diplomatie américaine, déclassifiés et mis à la disposition du public intéressé depuis une décennie, les États-Unis ont tenté d'éviter de s'impliquer activement dans la crise du Sahara occidental jusqu'en 1974, bien que leur modeste médiation entre l'Espagne et le Maroc au cours des deux dernières années de la présence espagnole au Sahara ait permis de résoudre plus facilement la crise d'une manière satisfaisante pour leurs intérêts. Néanmoins, l'influence américaine est bien moindre que ce que certains auteurs laissent entendre : l'occupation du Sahara n'était pas un plan directeur coordonné par les États-Unis. Au contraire, Kissinger s'est contenté d'observer et d'attendre, et à mesure que la situation se compliquait, il a tenté de réconcilier les parties au conflit sans grand enthousiasme. Une fois l'invasion marocaine effectuée, le pragmatique secrétaire d'État a simplement accepté le fait accompli et a essayé d'éviter une escalade qui menacerait les investissements américains au Maroc et en Espagne.

Kissinger ne savait probablement pas grand-chose sur le Sahara occidental jusqu'en juillet 1974, lorsque l'ambassadeur américain lui a envoyé un long télégramme l'avertissant de la « stratégie bismarckienne à long terme » du roi du Maroc. Peu après, la CIA et le Département d'État ont produit un rapport conjoint sur le sujet, étonnamment détaillé et précis, donnant une idée de la capacité des services de renseignement américains pendant la guerre froide. Le rapport relate les origines du conflit et les versions et stratégies possibles de chacune des parties, analyse les capacités économiques et militaires des différents acteurs et évalue les intérêts stratégiques et économiques des États-Unis en Espagne, au Maroc et en Algérie. Pour la CIA, le cœur du conflit était les gisements de phosphate, la pêche et le contrôle du territoire : l'Espagne voulait quitter le Sahara, mais voulait récupérer une partie de ses investissements dans les mines, tandis qu'Hassan II aspirait non seulement à acquérir de nouvelles exploitations, mais espérait également s'attaquer aux problèmes internes en achevant une partie de son projet irrédentiste. 

En esta foto de archivo del 4 de mayo de 2017, el presidente argelino Abdelaziz Bouteflika.
PHOTO/AP - Sur cette photo d'archive du 4 mai 2017, le président algérien Abdelaziz Bouteflika

L'Algérie, pour sa part, se méfie de l'expansionnisme marocain et espère avoir accès à un port atlantique qui lui permettrait d'exporter le fer de Tindouf, tandis que pour la Mauritanie, le plus souhaitable est que le Sahara obtienne son indépendance ou son autonomie et serve de tampon contre les revendications marocaines. Le document conclut en suggérant qu'il serait dans l'intérêt des États-Unis que l'Espagne et le Maroc parviennent à un accord, même au prix de l'aliénation de l'Algérie. A partir de ce moment, Kissinger sera personnellement impliqué dans l'affaire.

Base aérienne de Torrejón, 9 octobre 1974. Le secrétaire d'État américain Henry Kissinger rencontre Pedro Cortina, ministre espagnol des affaires étrangères. A l'ordre du jour, diverses questions d'actualité. Certains, comme l'embargo pétrolier sur les pays arabes dû à la guerre du Yom-Kippour ou l'invasion turque de Chypre, sont relativement étrangers à l'Espagne et sont peu discutés. D'autres, comme la révolution des œillets au Portugal, touchent l'Espagne plus sérieusement et font l'objet de conversations plus intenses. À un moment donné de la réunion, Cortina aborde le sujet du Sahara occidental. Le ministre est très inquiet, après avoir lu un article dans le Washington Post disant que les États-Unis étaient en faveur de négociations directes entre Rabat et Madrid. La réponse de Kissinger est énergique : la seule chose qui vaille la peine dans le journal est la section sportive et, si la position américaine de neutralité devait changer, le gouvernement espagnol serait directement informé par le Département d'État. Cortina continue de protester, mais le secrétaire d'État l'interrompt dans un élan d'honnêteté :

« Nous vous avons expliqué notre politique. Nous n'avons pas de vision particulière de l'avenir du Sahara espagnol. Je vous ai déjà dit en privé que, en tant que politologue, l'avenir du Sahara espagnol ne me semble pas particulièrement brillant. Je ressens la même chose pour la Guinée-Bissau ou la Haute-Volta. Le monde peut survivre sans Sahara espagnol [...] Il y a eu une période de ma vie où je ne savais pas où se trouvait le Sahara espagnol et j'étais aussi heureux que je le suis maintenant ».

Cinq jours après sa rencontre avec le ministre espagnol, Kissinger rend visite au président algérien Boumédiène. Il demande au secrétaire d'État son avis sur le « problème » du Sahara occidental. Kissinger répond franchement : « Je ne peux pas m'enthousiasmer pour 40 000 personnes qui ne savent probablement pas qu'elles vivent au Sahara espagnol. J'espère que vous ne pensez pas que je suis trop cynique. Nous n'avons aucun intérêt à ce que l'Espagne soit là ; cela n'a pas de sens que l'Espagne soit en Afrique ». Ensuite, Kissinger s'intéresse aux intérêts algériens dans la région. Boumédiène lui assure qu'ils n'ont pas de revendications territoriales - bien qu'ils craignent que le Maroc empêche le passage des produits algériens vers l'Atlantique - et il s'aventure à dire que l'issue la plus probable serait une division du Sahara entre le Maroc et la Mauritanie.

Houari Búmedian y Abdelaziz Bouteflika
Hassan II et Houari Búmedian

Un jour plus tard, le 15 octobre, Kissinger se rend à Rabat et rencontre en privé Hassan II. Le roi marocain est particulièrement affirmé et laisse entendre que les États-Unis ont déjà de nombreux problèmes à Chypre et qu'une escalade de la tension au Sahara est contraire à leurs intérêts. Le roi et le secrétaire d'État font l'éloge de l'ancien ministre espagnol des affaires étrangères, Lopez-Bravo, et critiquent Pedro Cortina qui, selon Kissinger, a la mentalité d'un secrétaire - l'antipathie du diplomate américain envers le ministre espagnol se ressent dans certaines réponses sarcastiques dans les transcriptions de leurs réunions.

Hassan tente alors de convaincre Kissinger de la légitimité des revendications marocaines et du danger d'un Sahara indépendant sur l'orbite soviétique - cependant, le roi marocain savait par ses contacts en Algérie que l'URSS n'avait aucun intérêt dans la région. Kissinger lui assure qu'il comprend sa position, mais qu'il doit être patient. Hassan répond qu'il ne peut pas accepter un référendum sur l'autodétermination, qu'il connaît les colonialistes et leurs tactiques, et l'assure que si l'Espagne accorde l'indépendance au Sahara, les troupes marocaines attaqueront immédiatement, afin que les Etats-Unis puissent cesser de leur vendre des armes s'ils ne parviennent pas à une solution négociée.

La conversation entre le roi du Maroc et le représentant américain est fascinante, et peut-être l'un des moments clés de la crise du Sahara occidental. Kissinger semble admirer la détermination du roi et, dans plusieurs éclats de sincérité calculée, il est particulièrement critique à l'égard du service diplomatique américain. Hassan II est ambitieux, mais aussi réaliste, ce qui plaît sans aucun doute à Kissinger :  

« Je ne veux embarrasser aucun de nos amis, nous ne demanderons à personne de choisir entre l'Espagne ou le Maroc. Nous sommes conscients des énormes intérêts américains en Espagne, mais une fois Franco mort, vous devriez revoir cette stratégie et peut-être transférer certains de ces intérêts au Maroc ».

Le roi marocain semblait comprendre parfaitement la façon dont Kissinger voyait le monde. Bien que dans ses réunions et ses messages diplomatiques, il ait fait référence aux droits supposés inaliénables du Maroc sur le Sahara, les arguments qui ont probablement convaincu le secrétaire d'État de ne pas s'opposer aux plans marocains ont été exprimés de manière « réaliste » : un nouvel État n'est pas viable dans la région et représente un risque de devenir une zone d'influence soviétique, tandis qu'une occupation marocaine convenue avec les Espagnols garantirait la stabilité et les intérêts commerciaux et stratégiques des États-Unis dans la région.   

AFP/FAROUK BATICHE - Des membres de l'Armée populaire de libération sahraouie défilent avec les drapeaux du Front Polisario lors d'une cérémonie pour commémorer le 40e anniversaire de la proclamation de la République arabe sahraouie démocratique (RASD) dans le territoire contesté du Sahara occidental
AFP/FAROUK BATICHE - Des membres de l'Armée populaire de libération sahraouie défilent avec les drapeaux du Front Polisario lors d'une cérémonie pour commémorer le 40e anniversaire de la proclamation de la République arabe sahraouie démocratique (RASD) dans le territoire contesté du Sahara occidental.
1975 : « Il n'est plus question de choisir entre l'Espagne et le Maroc »

En 1975, les États-Unis ont continué à vendre des armes au Maroc. Pour rassurer les Espagnols, Kissinger leur donne des informations précises et détaillées sur le matériel vendu. Tout au long de l'année, les documents de la diplomatie américaine montrent leur confusion quant à la stratégie espagnole. L'ambassadeur américain à Madrid informe Kissinger des prétentions d'un secteur du gouvernement espagnol à promouvoir un mouvement d'indépendance au Sahara, bien que d'autres contacts lui assurent que l'Espagne souhaite négocier une issue avec le Maroc. Hassan II, pour sa part, s'impatiente et prend des contacts insistants avec la diplomatie américaine. La position espagnole lui semble illogique, surtout que l'acceptation du droit à l'autodétermination pourrait leur causer des problèmes en Catalogne et au Pays Basque. Les renseignements américains informent en septembre qu'un secteur important de l'armée espagnole est favorable à un accord avec le Maroc qui n'a pas fini de se concrétiser.

Les événements s'accélèrent à partir d'octobre. Le 4, Kissinger rencontre à nouveau Cortina, cette fois à Washington. Le secrétaire d'État informe le ministre espagnol que ses services de renseignement ont détecté des préparatifs en vue d'un éventuel attentat. Cortina répond qu'ils sont conscients et préparés à toute agression, il suggère également que l'attaque marocaine portera à la fois sur les positions espagnoles et algériennes - une théorie un peu folle étant donné la capacité militaire du Maroc. La discussion sur le Sahara se termine par un commentaire sardonique de Kissinger : « Si Hassan II doit négocier avec vous, il aura la chance de garder le Maroc ».

Zona de Al-Mahbes, donde los soldados marroquíes custodian el muro que separa el Sáhara Occidental controlado por el Polisario de Marruecos.
Houari Búmedian et Abdelaziz Bouteflika

La décision de la Cour internationale de justice (CIJ) du 16 octobre 1975, qui ne reconnaît pas les revendications marocaines sur le Sahara, convainc Hassan II d'adopter une position plus agressive et annonce publiquement une marche « pacifique » de volontaires qui avait été préparée depuis des mois. Le Maroc intensifie également son offensive diplomatique et commence à rechercher un soutien international. La plupart des pays arabes restent neutres - bien qu'ils expriment leur malaise à l'idée d'un nouvel État indépendant - mais Hassan II gagne trois alliés inattendus pour un éventuel conflit : Háfez al-Assad de Syrie, qui offre des troupes ; le roi Fayçal d'Arabie saoudite, qui promet de couper l'approvisionnement en pétrole de l'Espagne en cas de guerre ; et Yasser Arafat de l'Organisation de libération de la Palestine, inconscient de l'ironie de soutenir l'occupation illégale d'un autre territoire arabe. Le plus grand succès diplomatique du Maroc est cependant d'avoir obtenu la neutralité de l'URSS, à l'époque l'un des principaux fournisseurs d'armes du Maroc et un client important sur le marché des phosphates, ainsi que d'avoir des intérêts de pêche sur la côte marocaine. Les services de renseignement américains savaient que les Soviétiques ne voulaient pas s'impliquer dans le Sahara, mais les Marocains ont quand même réussi à les persuader que le Front Polisario était un « proxy » russe - ou du moins ils leur ont offert une bonne histoire que Kissinger utilisera un an et demi plus tard pour justifier son soutien au Maroc.

Le 17 octobre, Kissinger reçoit Abdelhadi Boutaleb, l'ambassadeur du Maroc à Washington. Boutaleb tente de rassurer le secrétaire d'État sur le fait que le Maroc ne cherche pas une confrontation armée avec l'Espagne. Il tente également de le persuader que la décision de la CIJ reconnaît en fait les droits historiques du Maroc sur le territoire et que les Espagnols ont toujours admis que le territoire appartenait au Maroc. Kissinger répond qu'il comprend leur position, mais que je ne comprends pas pourquoi les Marocains sont si pressés. Boutaleb répond que l'Espagne autorise l'Algérie à armer le front Polisario, que les Espagnols ne contrôlent pas le territoire et que la région sera remplie d'agents déstabilisateurs étrangers. Un an après que le roi ait assuré qu'ils n'exigeraient pas que les États-Unis prennent position, l'ambassadeur marocain déclare : « Il ne s'agit plus de choisir entre le Maroc et l'Espagne, mais de choisir entre le Maroc et les éléments étrangers qui entendent usurper ce qui appartient légitimement au Maroc ».

Deux jours plus tard, Kissinger communique à son ambassadeur au Maroc la nécessité de rassurer le roi sur l'absence de conflit armé. L'activité diplomatique des dernières semaines d'octobre et novembre 1975 est intense : les Américains tentent de persuader les Espagnols et les Marocains de parvenir à un accord dans le cadre des Nations unies, tandis que les Algériens s'indignent de l'idée d'un accord bilatéral entre Madrid et Rabat et expriment leur opposition totale à la Marche verte. Le 30 octobre, le président Boumédiène convoque l'ambassadeur des États-Unis à Alger. Le leader algérien est convaincu que les États-Unis sont derrière la Marche verte ; l'ambassadeur américain tente de le rassurer en lui disant que l'influence de Kissinger sur Hassan II est minime. La situation se complique : alors que la possibilité d'une confrontation militaire avec le Maroc est réduite, les Algériens ont la capacité de soutenir les guérillas du Polisario et de déstabiliser la région. Le lendemain, Kissinger envoie un télégramme à Hassan II lui demandant de faire preuve de patience et lui recommandant d'agir sous les auspices de l'ONU. Le secrétaire général des Nations unies, Waldheim, avait élaboré un plan qui prévoyait le retrait de l'Espagne en 1976, l'administration temporaire du territoire par les Nations unies et son incorporation au Maroc après une sorte de consultation populaire.  

AFP/FAROUK BATICHE - Camp de réfugiés de Smara dans la province algérienne de Tindouf
AFP/FAROUK BATICHE - Camp de réfugiés de Smara dans la province algérienne de Tindouf

Cependant, Hassan II ne voulait pas renoncer à son plan. Pendant ce temps, des manifestations pour l'indépendance se déroulaient à Laayoune et dans d'autres villes du Sahara occidental, au moment même où les actions de guérilla du Polisario s'intensifiaient. Le 31 octobre, plusieurs unités de l'armée marocaine pénètrent dans le territoire encore espagnol du Sahara et occupent les postes frontières abandonnés peu après par l'armée espagnole, qui se retire vers des positions plus favorables. Selon les analyses des renseignements espagnols et américains, les Marocains n'avaient aucune chance dans une guerre conventionnelle contre l'armée espagnole, qui pouvait facilement atteindre Rabat, bien que ce ne fût pas l'objectif. Pendant ces jours-là, une partie de la population civile espagnole a commencé à évacuer les villes du Sahara vers les îles Canaries et la péninsule. La situation de ces jours-là est bien reflétée dans les œuvres de Mariano Fernandez-Aceytuno, qui était un officier des groupes nomades de l'armée espagnole au Sahara.  

Le 29 octobre, Waldheim et Kissinger se sont téléphoné pour discuter de la crise du Sahara. Dans une conversation très cordiale, le secrétaire général des Nations unies exprime son inquiétude à Kissinger sur l'humeur du Boumédiène et d'Hassan II. Waldheim insiste à plusieurs reprises sur le caractère « émotionnel » du président algérien et met en garde contre le risque élevé d'un conflit dans la région, non pas de la part des Espagnols - qui voulaient partir et qui, selon Waldheim, n'avaient pas l'intention de se battre - mais entre Marocains et Algériens. La solution, selon lui, consiste à convaincre Hassan II d'annuler la marche, puisqu'il a déjà réussi à trouver un compromis avec les Espagnols : ces derniers se retireront dans les deux ou trois mois, puis établiront un gouvernement intérimaire de transition avec la participation des Marocains, des Mauritaniens et des Sahraouis qui prépareront un référendum. Le Secrétaire général des Nations unies ne mentionne toutefois pas la possibilité d'autodétermination ou d'indépendance.  

Le 2 novembre, l'ambassadeur des États-Unis à Madrid envoie un télégramme à Kissinger. Le gouvernement espagnol est très préoccupé par la Marche verte, annoncée pour le 4. Selon la ministre Cortina, Hassan II a refusé de négocier et a camouflé des membres des unités d'élite de l'armée marocaine parmi les civils supposés non armés qui devaient prendre part à la marche. Le Maroc prépare une invasion militaire et, bien que l'Espagne ne souhaite pas se battre, elle se défendra si nécessaire. Le même jour, Kissinger écrit à nouveau à Hassan II pour lui demander d'être patient : Franco est malade et l'Espagne se trouve dans une situation interne délicate, mais s'ils attendent un peu, les Espagnols seront plus que disposés à accepter une solution négociée, pour autant qu'elle se fasse dans le cadre de l'ONU. La réponse du roi marocain est arrivée le lendemain, mais ce n'était pas ce qu'il attendait : ses plans d'invasion allaient se réaliser, et il attendait également le soutien des États-Unis face à ce qu'il a décrit comme une tentative algéro-soviétique de déstabiliser le Maghreb. Le même jour, Franco entre dans le coma.

Campamento de refugiados de Smara en la provincia argelina de Tinduf.
PHOTO/AFP - Zone d'Al-Mahbes, où les soldats marocains gardent le mur qui sépare le Sahara occidental contrôlé par le Polisario du Maroc
Novembre 1975- février 1976 : Le résultat 

La Marche verte franchit la frontière du Sahara le 6, bien que l'armée marocaine soit déjà présente dans une autre zone du territoire espagnol depuis plus d'une semaine. Les sources publiques américaines ne donnent pas de détails à ce sujet, mais nous savons que la CIA était au courant de l'activité militaire marocaine au moins depuis la première semaine de novembre, lorsque William Colby, le directeur de la CIA, a envoyé à Kissinger un mémo analysant la situation : les forces marocaines sont beaucoup plus faibles que les forces espagnoles, et en cas d'affrontement, elles ont la possibilité de perdre. Cela mettrait Hassan II dans une situation très vulnérable, et il y aurait un risque de déstabilisation grave au Maroc. Le rapport conclut : « Quelle que soit l'issue, les trois pays [le Maroc, l'Algérie et l'Espagne] finiront par reprocher aux États-Unis de ne pas avoir exercé suffisamment de pression pour éviter la crise ».

Et c'est effectivement le cas. La médiation américaine a été pratiquement inexistante pendant le mois de novembre 1975, mois au cours duquel l'avenir du Sahara a été décidé. La stratégie d'Hassan II a été un succès, puisqu'il a réussi à diviser le gouvernement et la diplomatie espagnole - troublés par la convalescence de Franco - et à les forcer à négocier selon leurs propres conditions et dans le dos de l'ONU, comme le détaille Tomás Bárbulo dans « L'histoire interdite du Sahara espagnol ». Les accords entre Espagnols et Marocains - sur lesquels je ne m'étendrai pas, car le sujet a été traité en profondeur par d'autres auteurs espagnols - ont été conclus bilatéralement et sans médiation américaine. Le résultat est sans aucun doute satisfaisant pour les Américains, puisque Madrid et Rabat sont parvenus à un accord sans crise militaire. Néanmoins, Kissinger a dû faire face aux critiques d'Abdelaziz Bouteflika, le ministre des affaires étrangères algérien de l'époque.  

La conversation entre les deux qui a eu lieu le 17 décembre à Paris est très intéressante et montre une facette de la guerre froide que nous ne prenons généralement pas en compte : non seulement la politique de bloc n'était pas aussi stricte que nous le pensons souvent et de nombreux conflits internationaux ont dégénéré ou ont été désactivés par la relation personnelle entre les diplomates. Kissinger et Bouteflika, en particulier, semblaient entretenir des relations cordiales basées sur le respect mutuel, et Algériens et Américains étaient en communication constante pendant ces années, étant donné le prestige international des Algériens au sein du mouvement des non-alignés et de l'Organisation pour l'unité africaine. Cependant, la crise du Sahara a profondément affecté les relations entre les deux pays.

L'exposé révèle également deux manières différentes de comprendre les relations internationales. Pour un réaliste comme Kissinger, l'objectif était que les parties au conflit parviennent à un accord. Sa priorité est de maintenir la stabilité dans la région et d'éviter une guerre qui pourrait déclencher une crise de légitimité du régime marocain ou compliquer la succession de Franco en Espagne ; les souhaits de la population sahraouie lui sont indifférents. Bouteflika et le gouvernement algérien, en revanche, n'ont pas renoncé à leurs idéaux anticoloniaux et démocratiques. Pour l'Algérie, la tenue d'un référendum était essentielle. La question de l'indépendance n'a pas à être sur la table - même si Bouteflika estime qu'un Sahara indépendant est viable et prédit que ses ressources naturelles pourraient en faire le Koweït du Maghreb - mais il faut au moins demander aux gens s'ils préfèrent faire partie du Maroc ou de la Mauritanie. Bien sûr, l'Algérie avait des intérêts matériels et stratégiques au Sahara, mais à en juger par les documents déclassifiés, les Américains pensaient que l'opposition de Boumédiène et Bouteflika à l'annexion unilatérale du Maroc était fondée sur leur idéalisme, leur idéologie révolutionnaire et anticoloniale et leur confiance dans les institutions internationales telles que l'ONU ou la CIJ. Bien que Bouteflika ait réussi à obtenir de Kissinger l'assurance qu'ils feraient pression sur le Maroc pour qu'il organise un référendum parrainé par l'ONU, celui-ci n'a jamais eu lieu.  

REUTERS/ZOHRA BENSEMRA - Les soldats du Front Polisario sont à l'entrée du cinquième secteur de la base de Bir Lahlou, au Sahara occidental
REUTERS/ZOHRA BENSEMRA - Les soldats du Front Polisario sont à l'entrée du cinquième secteur de la base de Bir Lahlou, au Sahara occidental

Le drame saharien venait de commencer. Suite à l'accord conclu entre le Maroc et l'Espagne le 14 novembre, les fonctionnaires et militaires espagnols présents au Sahara se retirent progressivement, avec comme date limite le 28 février 1976. Au début de l'année, il n'y avait pratiquement plus d'Espagnols dans la région, et de plus en plus de Sahraouis quittaient les villes en prévision de l'arrivée de dizaines de milliers de Marocains, civils et militaires. Beaucoup de ces réfugiés se sont installés dans des camps de l'autre côté de la frontière avec l'Algérie, la graine des camps de réfugiés sahraouis d'aujourd'hui. Pendant les quinze années suivantes, le Front Polisario, soutenu par l'Algérie, va mener une guérilla contre le Maroc et la Mauritanie.  

Malgré l'escalade de la guerre et l'effusion de sang, Kissinger est très satisfait de l'issue de la crise entre le Maroc et l'Espagne. Il n'était plus obligé de se positionner ou de choisir entre les deux pays amis des États-Unis. Le gouvernement espagnol, dans une période très intense marquée par la mort de Franco, était également modérément heureux, comme en témoigne le mémorandum de la conversation du 25 janvier 1976 entre Kissinger, Jose Maria de Areilza - premier ministre des affaires étrangères du roi Juan Carlos - et Manuel Fraga, alors ministre de l'intérieur. La conversation s'est concentrée sur la politique intérieure de l'Espagne et a fourni de nombreuses clés pour ce qui sera la transition. La question du Sahara n'apparaît que de façon marginale lorsque Kissinger interroge Fraga sur l'état d'esprit de l'armée, et il répond que « la sortie du Sahara a été très bonne car elle n'a pas produit de démoralisation ». Dans ce sens, Areilza a tenté de faire pression sur Kissinger pour qu'il soutienne une hypothétique entrée de l'Espagne dans l'OTAN : selon le ministre, une fois les colonies espagnoles en Afrique abandonnées, l'armée avait besoin d'un objectif pour que « l'ennui » ne les incite pas à intervenir en politique.  

Après le retrait de l'Espagne, les États-Unis ont commencé à soutenir activement le Maroc par le biais de renseignements et de ventes d'armes. La guerre du Sahara était une source de revenus importante pour les Américains, et le Département d'Etat a justifié son soutien au Maroc en présentant la guerre du Sahara comme un conflit typique de la guerre froide, avec un allié de longue date - le Maroc a été le premier pays au monde à reconnaître l'indépendance des Etats-Unis en 1776 - harcelé par les guérillas révolutionnaires pro-soviétiques. La vérité est que l'URSS ne voulait pas s'impliquer dans le conflit au départ ; les services de renseignements américains savaient que les Soviétiques avaient cessé de vendre des armes à l'Algérie en décembre 1975 pour ne pas les remettre au Polisario, et les diplomates du régime communiste avaient toujours soutenu que le conflit du Sahara était une question à résoudre entre les États arabes. Malgré cela, les diplomates marocains ont toujours cherché à soutenir leur occupation en affirmant que le Polisario était un « proxy » soviétique, une stratégie qu'ils continuent d'utiliser quarante ans plus tard, même si le communisme international a été remplacé par le djihadisme salafiste.