Koeman et le discours sur le "tiki taki"

Le Barça a réussi à faire de l'une de ses grandes légendes du terrain une nuisance dont il ne peut se débarrasser
Ronald Koeman pose lors de sa présentation officielle au stade Camp Nou de Barcelone, le 19 août 2020.

AFP/JOSEP LAGO  -   Ronald Koeman pose lors de sa présentation officielle au stade Camp Nou de Barcelone, le 19 août 2020

Ronald Koeman était l'entraîneur dont Barcelone avait besoin. Il l'était lorsque Bartomeu l'a choisi pour redresser le navire qu'il était lui-même en train de couler. Il est aussi l'entraîneur maintenant que le club est à la dérive économiquement et sportivement. Koeman et Laporta sont les deux capitaines dont le Barça a besoin pour se renflouer.

Le "tiki taki" de Koeman lors de la conférence de presse après le match nul 1-1 contre Grenade est le comble du désespoir. Le bombardement de questions sur le jeu de l'équipe a été une humiliation pour le Néerlandais, qui a évité chaque question du mieux qu'il pouvait. Une partie des Barcelonistas se moque de l'espagnol parlé par leur propre entraîneur et le "tiki taki" en a été le point culminant. Derrière ces deux mots que feu Andrés Montes a lancés en 2006 avec Julio Salinas, nous avons continué à exiger que l'entraîneur du Barça joue ce que cette équipe ne peut pas et ne sait pas jouer. Le terme qui définit le football pratiqué par le Barça de Guardiola ou l'Espagne de Luis Aragonés et Vicente del Bosque ne reviendra pas au Camp Nou avant plusieurs années. Les soçi et le journaliste qui soutiennent les couleurs le réclament innocemment. Certains, enfin, dans les tribunes et d'autres dans la salle de presse. Ils ont besoin de croire que ce style n'a pas disparu, que Koeman, en bon Néerlandais et disciple de Cruyff, saura l'imposer... mais la réalité est bien plus dure. A tel point que l'une des réponses a été de rappeler à l'un des journalistes que l'équipe ne pouvait pas jouer comme il y a huit ans.

El entrenador del Barcelona, Ronald Koeman, posa con el presidente Josep Maria Bartomeu y una camiseta durante la presentación
REUTERS/ALBERT GEA - L'entraîneur du FC Barcelone, Ronald Koeman, pose avec le président Josep Maria Bartomeu et un maillot lors de la présentation de l'entraîneur.
Xavi

Si Xavi Hernández se plaignait depuis sa retraite arabe que le Real Madrid ne faisait pas sortir le ballon joué, il devra maintenant changer de chaîne s'il ne veut pas voir Piqué entrer à la 80e minute comme avant-centre. Oui, c'est quelque chose que Cruyff a fait avec Alexanco mais ce n'est pas la même chose. Si le capitaine du Barça va désormais finir les ballons pour tenter d'égaliser un match, c'est parce que, après le départ de Messi, il est devenu le meilleur buteur de l'équipe. C'est la triste réalité d'une équipe gérée par Koeman avec les obstacles permanents du conseil d'administration.

Gerard Piqué
PHOTO – Gerard Piqué

Lorsque la porte du vestiaire se ferme, l'équipe et les entraîneurs ont le même objectif. Sans Messi, avec Dembelé, Agüero et Ansu Fati blessés, le style souffre et ils doivent gagner coûte que coûte. Cela sert d'excuse dans les bureaux du Camp Nou car ils ont besoin d'un bouc émissaire pour leurs péchés. Ils ont refusé l'argent de LaLiga, ils n'ont pas renouvelé Messi et ils n'ont pas réussi à signer leur entraîneur. Le joueur qui leur a offert leur première Coupe d'Europe le 20 mai 1992 à Wembley est maintenant une nuisance. Laporta a rendu public le fait qu'il voulait lui payer ses indemnités de départ. Il n'y avait pas d'argent dans la caisse et il a dû manger un type qu'il n'aimait pas. Cela lui a même coûté un séjour à l'hôpital en raison des problèmes coronariens dont il souffre, aggravés par la tension de ces journées. Maintenant, après le départ de Griezmann et les baisses de salaire, il pourrait le payer et le mettre à la rue. Le problème sera son remplacement, son salaire et ses conditions car l'effectif est plus que fermé. 

Joan Laporta
AFP/LLUIS GENE - Joan Laporta
L'avenir

Koeman déchaîné à la télévision néerlandaise. "Laporta a trop parlé, grâce à moi ce club a un avenir". Il est normal qu'il veuille s'en prendre à la stabilité sportive du Barça. Il faut se rappeler que lorsqu'il venait d'être signé par Bartomeu, Koeman a dû appeler Luis Suárez pour lui dire qu'il ne comptait pas sur lui alors qu'en réalité, c'est le club qui ne voulait pas de l'attaquant. Enric Masip, ancien joueur de handball du FC Barcelone qui travaille actuellement aux côtés du président du club, a gagné son salaire avec la bénédiction du président et a pris la parole sur Twitter pour dire que "si le club a un avenir, c'est grâce au changement de conseil d'administration et de président qui a changé le désordre". Masip a eu l'impudeur de préciser que ces déclarations n'étaient pas en réponse à celles de l'entraîneur. Il n'a fait qu'ajouter de l'huile sur le feu qui couve déjà sans personne pour l'attiser.