PUBLICIDAD

Iberdrola

L'économie togolaise poursuit sa tendance à la croissance malgré la pandémie

Le ministre de la promotion des investissements de la nation africaine a expliqué le scénario commercial et économique actuel du pays dans une interview accordée à Oxford Business Group
Togo

 -  

Kayi Mivedor, la ministre togolaise de la promotion des investissements, a parlé à l'Oxford Business Group des opportunités pour les investisseurs alors que le pays togolais rationalise les procédures commerciales et développe de nouvelles infrastructures pour continuer sur la voie du développement national.

Comment évaluez-vous la situation économique actuelle du Togo, notamment en pleine pandémie de COVID-19 ?

L'économie du Togo a été forte et résiliente pendant la pandémie de COVID-19. L'économie a poursuivi sa solide trajectoire de croissance malgré les défis logistiques et sanitaires. Alors que certains pays d'Afrique de l'Ouest ont enregistré une croissance économique négative en 2020, le PIB du Togo a progressé de 1,8 %. Bien qu'il s'agisse d'une forte baisse par rapport à une croissance annuelle de plus de 5 % au cours des cinq dernières années, le FMI et d'autres groupes internationaux ont salué les performances du Togo. De plus, le Togo a continué à attirer les investissements directs étrangers pendant la pandémie grâce à un climat des affaires en constante amélioration, résultat de cinq années de réformes agressives et d'un engagement fort du gouvernement. 

Par exemple, il est désormais possible de créer une société en quatre heures en ligne, avec tous les documents requis en place. Les réglementations foncières ont été simplifiées et le transfert de propriété est plus rapide. En outre, plusieurs réformes financières ont stimulé l'environnement des affaires. En conséquence, le Togo a été l'un des 10 pays ayant le plus progressé dans l'indice 2020 de la Banque mondiale sur la facilité de faire des affaires, gagnant 40 places après avoir facilité la création d'entreprise, l'obtention de permis de construire, le paiement des impôts, l'accès au crédit et l'enregistrement des biens. Cette progression a commencé en 2019, lorsque le Togo a gagné 19 places dans l'indice. Les performances atteintes en 2020 ont fait du Togo le premier réformateur en Afrique et le troisième au niveau mondial.

Une croissance du PIB de 4,8 % est prévue d'ici 2021, et l'objectif moyen pour les cinq prochaines années est de 7 %, ce qui reflète les effets des projets d'infrastructure prévus et des directives connexes. Cette croissance repose sur la participation active du secteur privé, des investisseurs étrangers et sur le rétablissement de la confiance dans l'économie régionale en général.

Togo

Dans quelle mesure la crise sanitaire a-t-elle porté atteinte à la stabilité du système financier ?

Pendant la crise, la Banque centrale des États d'Afrique de l'Ouest a pris des mesures pour soutenir l'économie régionale, fournir des liquidités aux zones qui en ont besoin et veiller à ce que le refinancement, la restructuration et le soutien aux entreprises soient facilement accessibles. Malgré le ralentissement de la demande causé par les blocages, les restrictions de mouvement et les défis commerciaux, particulièrement présents dans l'industrie aérienne et le secteur du tourisme, les services financiers ont fait preuve de résilience et de réactivité face au ralentissement de la consommation. Le gouvernement a pris des mesures appropriées pour soutenir le système financier et les entreprises les plus faibles afin de maintenir un niveau de production stable et de fournir des facilités financières aux entreprises qui en ont besoin.

Plusieurs projets d'ancrage ont été mis en œuvre malgré les perturbations économiques causées par la pandémie. Ces projets devraient créer un écosystème pour les petites et moyennes entreprises (PME) et faire progresser l'économie. La Plateforme Industrielle d'Adetikopé (PIA), qui a été lancée en juin 2021, va revitaliser les PME des environs et offrir un certain nombre d'opportunités aux investisseurs étrangers qui cherchent à s'exposer à l'économie togolaise et au marché plus large de la CEDEAO.

Certains projets ont été conçus et menés à bien pendant la crise, malgré les difficultés liées à la logistique et à la chaîne d'approvisionnement. Par exemple, le premier centre de données de la région a été inauguré au Togo en juin 2021. Le centre de données stimulera l'économie nationale en améliorant les vitesses de connexion, en créant des emplois, en proposant de nouveaux services et en générant de nouvelles sources de revenus.

Togo

Quel rôle les zones économiques spéciales (ZES) joueront-elles dans l'avenir du Togo ?

Les ZES sont des catalyseurs de l'industrialisation au Togo et un élément clé de la relance économique du pays. Le Togo a déjà expérimenté les zones franches et les ZES en termes de création d'emplois, et le gouvernement comprend l'importance de créer des espaces où les PME peuvent étendre leurs activités, avoir accès au capital et se développer. Le secteur manufacturier, et le secteur textile en particulier, est prêt à tirer parti des ZES. 

Le PIA accueille une zone multidisciplinaire qui dessert les secteurs de l'industrie et de la logistique, offrant des points d'entrée vers les pays de l'intérieur tels que le Burkina Faso, le Mali et le Niger, et propose un guichet unique aux entreprises pour s'installer dans un environnement favorable aux affaires. Sur le plan opérationnel, le PIA fait office de point d'accès unique pour faciliter les transactions commerciales et traiter les demandes de renseignements. L'ensemble de ces caractéristiques se traduit par une baisse des coûts de production pour les entreprises opérant à partir du Togo, ainsi que par un avantage concurrentiel vis-à-vis des acteurs internationaux.

En termes de création d'emplois, le premier segment économique est l'industrie textile. Nous attendons 15 200 nouveaux emplois des premières entreprises installées dans l'IPA, chiffre qui passera à 30 000 d'ici à 2026. Si le coton est le produit le plus important en termes de valeur ajoutée et de création d'emplois, le soja et le soja biologique sont en passe de devenir les prochains marchés de niche. 

En termes de disponibilité et de coût de l'énergie, le bouquet énergétique évolue pour inclure davantage de sources vertes et atteindre un mélange 50/50 d'énergies renouvelables et non renouvelables. Nous augmentons la capacité de production d'électricité à 100 MW dans les environs grâce à la centrale solaire de Blitta, qui dispose actuellement d'une capacité d'énergie propre de 50 MW. La qualité de l'énergie du Togo est élevée et le coût correspondant pour les pays voisins est compétitif. L'un des principes fondamentaux des ZES est la création d'emplois, et des efforts sont déployés pour améliorer l'infrastructure énergétique afin de maintenir l'attractivité du Togo dans la région et de contribuer à la réalisation de cet objectif.