PUBLICIDAD

Iberdrola

L'épidémie oubliée qui progresse tranquillement au Yémen

Plus de 7 400 cas de dengue et 59 décès ont été enregistrés, alors que le coronavirus se propage également dans ce pays déjà déchiré par la guerre
Un agent de santé teste un bassin d'eau pour les moustiques lors d'une épidémie de dengue à Aslam, dans le gouvernorat de Hajja, au Yémen

REUTERS/ELISSA ALRAGEHI  -   Un agent de santé teste un bassin d'eau pour les moustiques lors d'une épidémie de dengue à Aslam, dans le gouvernorat de Hajja, au Yémen

Alors que le monde est confronté à la pandémie de coronavirus, une autre grave épidémie a commencé à se propager silencieusement au Yémen, un pays dévasté par une guerre qui a débuté en 2014 et qui en a fait le pays le plus pauvre de la région. Les récentes inondations dans le pays ont créé le terrain idéal pour une nouvelle vague de cas de dengue. L'épidémie a tué 59 personnes et en a infecté plus de 7 400, selon les médias locaux.   

La nouvelle vague de cas de dengue a mis en danger le système de santé d'un pays au bord de l'effondrement. Il y a quinze jours à peine, un rapport avertissait que les attaques contre les hôpitaux et les centres de santé avaient décimé le système de santé dans une région qui n'est pas préparée à faire face à la nouvelle pandémie mondiale causée par le coronavirus. Les travailleurs de la santé de l'hôpital Ibn Sina d'Al-Mukalla, la capitale de la province de l'Hadramout, au sud-est du Yémen, ont organisé une manifestation pour demander que des équipements de protection soient distribués au personnel après qu'ils aient été forcés de traiter un patient décédé des suites de COVID-19 sans même avoir de gants ou de masques à porter, selon l'Arab News. 

Les symptômes de la dengue commencent après une période d'incubation qui peut varier de cinq à huit jours après une piqûre de moustique, et les gens présentent souvent des symptômes de type coronavirus tels qu'une forte fièvre, une faiblesse générale ou une toux. La crise politique, sociale et économique au Yémen a empêché les autorités sanitaires du pays de pulvériser les principales sources d'infection. Face à cette situation, ils ont demandé l'intervention immédiate du gouvernement du Yémen et des organisations d'aide humanitaire présentes dans le pays pour arrêter la propagation des cas de dengue, avant que les hôpitaux ne s'effondrent.   

Niños recuperándose de dengue
PHOTO//REUTERS - Des enfants se remettent de la dengue dans un hôpital d'Al-Hudeida, au Yémen

Un médecin de l'hôpital Ibn Sina au Yémen a déclaré à Arab News que « l'administration de l'hôpital déclare qu'elle libérera son stock d'équipement pour les travailleurs de la santé lorsque le premier cas de COVID-19 se produira ». Selon le même médecin, Aden, Taiz, Lahj, Hadramout, Abyan et Shabwa ont été les régions les plus touchées par la dernière épidémie de dengue. À Aden, l'une des plus grandes villes du pays, au moins 42 personnes sont mortes de la dengue. « La plupart des lits de l'hôpital Ibn Sina sont occupés par des patients atteints de dengue. Nous avons besoin de ces lits pour les patients atteints de coronavirus », a-t-il prévenu. « Après les récentes pluies et inondations, le nombre de cas et de décès devrait augmenter rapidement. Nous avons besoin de toute urgence d'une campagne d'éducation à la santé », a-t-il ajouté.   

« Nous recevons au moins 25 nouveaux cas (de dengue) par jour. Chaque nouveau cas effraie les médecins, les infirmières et les travailleurs de la santé », a déclaré à Arab News Farouq Qaid Naji, médecin à l'hôpital Al-Jumhuriya dans la ville portuaire d'Aden.   

Cette nouvelle épidémie de dengue a commencé à se propager discrètement dans le pays au moment même où le chef du département du contrôle des maladies et des épidémies du ministère hutu de la santé a averti l'agence EFE que « les capacités du pays sont très faibles et nos ressources sont rares » pour faire face à l'arrivée du COVID-19.  « Nous manquons déjà de lits et d'équipements car nous avons dû faire face à plusieurs épidémies et maladies et nous sommes soumis à un blocus (militaire et économique) qui a créé de grands besoins, sans parler du coronavirus », a-t-il souligné.  Plusieurs ONG, telles que Médecins Sans Frontières, ont, ces dernières semaines, exhorté les parties au conflit à prendre « toutes les mesures nécessaires pour respecter les établissements de santé et les hôpitaux en tant qu'espaces humanitaires ». 

La violence continue de conquérir tous les coins du pays

Dans cette spirale d'instabilité, une série de rapports des Nations unies indiquent qu'au moins six femmes et un enfant ont été tués et 11 autres blessés dimanche dernier après que des obus aient touché la section féminine de la prison centrale du district d'Al Mudhaffar, dans le gouvernorat de Taizz.  Dans une déclaration officielle, l'ONU a averti que le nombre de victimes risque d'être plus élevé. « Nous partageons nos plus sincères condoléances avec les familles qui pleurent leurs proches et souhaitons aux blessés un prompt rétablissement » a déclaré Lise Grande, coordinatrice humanitaire du Yémen. 

Les blessés ont été déplacés après l'attaque vers les hôpitaux d'Al Thawra et d'Al Bureihi, où les partenaires humanitaires fournissent des fournitures chirurgicales et médicales, y compris du matériel pour traiter certaines blessures. Il convient de rappeler à ce stade que l'hôpital d'Al Thawra a été touché par des missiles pas moins de deux fois en mars, ont averti les Nations unies. « Nous sommes confrontés à d'énormes problèmes humanitaires dans le pays », a admis Lise Grande. « Il n'y a aucune raison ou justification à ces attaques. Il est temps que les deux parties en guerre s'assoient ensemble et trouvent des solutions politiques », a-t-elle ajouté. En outre, dans la même déclaration, l'ONU a indiqué que sur les 41 grands programmes humanitaires qu'elle a mis en place dans le pays, 31 seront réduits ou fermés au cours du mois d'avril, s'ils ne sont pas financés d'urgence. 

Desinfección furgoneta Saná
PHOTO/AFP - Un volontaire yéménite désinfecte l'intérieur d'un fourgon public dans la capitale Sana'a sur fond d'inquiétudes concernant la propagation du coronavirus

La pandémie de coronavirus pose un nouveau défi à un pays déjà dévasté par la guerre et où un civil meurt toutes les trois heures et demie depuis le début du conflit, selon les données fournies par l'ONG Oxfam. Au Yémen, environ 80 % de la population a besoin d'une forme d'aide humanitaire et de protection. Cette crise humanitaire, oubliée et ignorée par certains pays de la communauté internationale, a amené dix millions de personnes au bord de la famine et sept autres millions au bord de la malnutrition. En outre, près de 14 millions de personnes dépendent désormais chaque mois de l'aide humanitaire pour survivre. Malheureusement, la guerre n'a pas cessé d'accompagner la société yéménite ces dernières années. La nouvelle vague de dengue, la violence constante à laquelle ils sont soumis et la crise du coronavirus ont mis sur la table la nécessité de trouver une paix durable et stable, une paix qui permettra à ces 14 millions de personnes d'avoir des conditions de vie décentes.