L'Équateur lutte contre l'insécurité croissante dans le pays par le biais de l'état d'urgence

Le gouvernement équatorien a annoncé la création de l'unité de défense juridique de la force publique, afin de soutenir le travail des forces de l'ordre qui pourraient être poursuivies après l'exécution de leurs tâches
Manifestations en Équateur

 -  

Le président Guillermo Lasso a déclaré l'état d'urgence pour soixante jours sur l'ensemble du territoire national par la publication d'un décret exécutif.

Cet ordre gouvernemental est le résultat de la situation dans le pays, où des niveaux élevés de criminalité menacent la sécurité des citoyens, en particulier dans les provinces de El Oro, Guayas, Santa Elena, Manabí, Los Ríos, Esmeraldas, Santo Domingo de los Tsáchilas, Pichincha et Sucumbíos, où les actions de la police ont nécessité un soutien militaire pour maintenir l'ordre.

En instaurant l'état d'urgence, le gouvernement a mis les forces publiques à l'abri des éventuelles menaces qui pourraient survenir dans l'exercice de leurs fonctions. Le président Lasso a annoncé que les agents prendront des mesures telles que le contrôle des armes et du trafic de drogue, ainsi que la réalisation d'inspections et de patrouilles constantes, affirmant que, compte tenu de la situation actuelle, les patrouilles "seront fortement ressenties dans les rues".

Protestas en Ecuador

Rétablissement de l'ordre public

La mesure exceptionnelle vise à contrôler les circonstances qui se sont produites, à "rétablir la coexistence pacifique et l'ordre public". L'ordre, signé dans le décret 224, permettra de transférer les forces armées dans les provinces où les citoyens ont ressenti le poids de la criminalité.

Le plan de sécurité nationale que le gouvernement a conçu comprend des mesures visant à protéger les membres des forces de sécurité, en défendant les policiers ou les militaires qui pourraient être poursuivis par des citoyens dans le cadre d'actions de sécurité, "la loi doit intimider le criminel, pas la police", a expliqué le président.

"Nous allons créer l'unité de défense juridique de la force publique, une entité qui se consacrera exclusivement à la protection de tous les membres de la police ou des forces armées qui sont poursuivis pour avoir fait leur devoir", a déclaré Lasso.

Guillermo Lasso, presidente de Ecuador

Violence et trafic de drogue

La déclaration de l'état d'urgence intervient à un moment où les homicides et la violence augmentent de façon spectaculaire dans le pays équatorien. Selon les données du ministère de l'Intérieur, entre janvier et août de cette année, le pays a enregistré 1 427 meurtres, soit 55 de plus qu'en 2020.

La situation dans la ville côtière de Guayaquil est particulièrement préoccupante. Il y a trois semaines, au moins 119 détenus ont trouvé la mort lors d'une émeute dans une prison, attribuée à des factions rivales liées à des organisations mexicaines de trafic de drogue. Selon le président, dans la seule province de Guayas, plus de 70 % des crimes violents sont liés au trafic de drogue.

La drogue a un impact sur la sécurité de l'Équateur, qui a été qualifié de pays de transit pour le trafic de drogue. Toutefois, comme le souligne le gouvernement, la consommation de drogues a également augmenté dans le pays. "Dans les rues de l'Équateur, il n'y a qu'un seul ennemi, le trafic de drogue", qui est le moteur d'autres activités criminelles. 

Asamblea Nacional de Ecuador

Le président équatorien a souligné que le manque d'opportunités pour les jeunes a conduit beaucoup d'entre eux à se tourner vers la drogue. Comme solution, Lasso a assuré la formation d'un comité interinstitutionnel de tous les ministères du front social et du Secrétariat des droits de l'homme, dans le but de prévenir et de réintégrer les toxicomanes dans la société.

"Nous voulons un Équateur sûr pour que nous puissions vivre en paix", car "sans sécurité, il n'y a pas de développement", a déclaré Lasso. Il a ainsi exhorté tous les citoyens à travailler ensemble pour "vaincre l'ennemi commun".

Coordinateur pour l'Amérique latine : José Antonio Sierra.