L'Équateur se prépare à élire un nouveau président 

Le 11 avril prochain, les Équatoriens se rendront aux urnes pour élire leur prochain chef d'État lors du second tour des élections présidentielles
AFP/RODRIGO BUENDIA - Combo de imágenes  del candidato presidencial ecuatoriano por el partido "Unión por la Esperanza" Andrés Arauz (I) y el candidato presidencial ecuatoriano por el movimiento "Creando Oportunidades" Guillermo Lasso (D) durante sus campañas

AFP/RODRIGO BUENDIA  -   Combo d'images du candidat présidentiel équatorien du parti "Union pour l'espoir" Andrés Arauz (G) et du candidat présidentiel équatorien du mouvement "Créer des opportunités" Guillermo Lasso (D) pendant leurs campagnes.

Andres Arauz et Guillermo Lasso ont mis fin à leur campagne le 9 avril dernier. Tous deux ont rencontré leurs partisans pour mettre fin à l'une des campagnes les plus polarisées en Équateur. Une campagne électorale tout à fait atypique, puisque durant ces mois ils ont dû changer les typiques rassemblements de masse pour des caravanes urbaines et des rassemblements à capacité contrôlée. Arauz a dit au revoir à la campagne, dans le secteur de Cumadá, avec environ 3 000 personnes dans un espace extérieur, tandis que Lasso l'a fait dans la ville financière la plus importante de l'Équateur, Guayaquil, ses électeurs étaient concentrés dans des bateaux sur les rives du fleuve Guayas. 

"Nous pouvons mentionner de nombreuses réussites du travail accompli, mais nous n'aurions pas assez de temps pour les exprimer. Cher président, nous avons examiné votre proposition en détail et nous avons constaté votre volonté de rendre au pays sa dignité, son emploi, son développement et sa prospérité ; c'est devenu votre passion et votre engagement envers l'Équateur", a déclaré le coordinateur de la campagne d'Arauz lors du rassemblement. Le rassemblement a duré jusqu'à la dernière heure à laquelle ils étaient autorisés, en raison du couvre-feu. L'équipe de campagne a monté une tente géante devant le centre culturel de Cumadá, où elle a distribué des masques aux couleurs du parti politique "Fuerza Compromiso Social". Le protocole de l'événement n'a pas bien fonctionné, après que les organisateurs, par mégaphones interposés, aient exigé que les participants gardent leurs distances les uns des autres. Lorsque le candidat est entré sur scène, la foule s'est pressée contre la scène. Mais, "petit à petit, en parcourant notre pays, en expliquant que ce que nous vivions n'était pas un accident de l'histoire, nous leur avons expliqué qu'il y a une façon d'avoir une gestion décente de l'économie, de la santé, de l'éducation, qu'il y a toujours des alternatives et que nous ne pouvions pas manger l'histoire du récit médiatique du gouvernement actuel", a déclaré Arauz. 

- Combo de imágenes  del candidato presidencial ecuatoriano por el partido "Unión por la Esperanza" Andrés Arauz (I) y el candidato presidencial ecuatoriano por el movimiento "Creando Oportunidades" Guillermo Lasso (D) durante sus camp

L'un des grands moments a été la diffusion sur les écrans du rassemblement d'une vidéo de l'ancien président Rafael Correa, depuis la Belgique où il réside depuis 2017, puisqu'en Équateur il risque une peine de 8 ans de prison pour un délit de " corruption " ; le procureur l'accuse d'être à la tête d'une organisation qui a reçu de l'argent de la part de contractants de l'État et il est également disqualifié politiquement, c'est pourquoi il n'a pas pu se présenter comme vice-président avec Arauz. "Dimanche, ils feront tout pour que nous ne gagnions pas... Tout désaccord, nous en discuterons le lendemain de la victoire", ont été ses mots dans la vidéo, une manière indirecte de faire référence à l'actuel président de l'Équateur, Lenin Moreno, que Correa considère comme un traître, puisque Moreno est arrivé à la présidence en 2017, par le soutien de Rafael Correa.

AP/DOLORES OCHOA - El candidato presidencial Guillermo Lasso, en representación del partido Creando Oportunidades o CREO, llega a una reunión durante su campaña en Quito, Ecuador
AP/DOLORES OCHOA - Le candidat présidentiel Guillermo Lasso, représentant le parti Creando Oportunidades, ou CREO, arrive à un meeting de campagne à Quito, en Équateur.

Dans la ville de Guayaquil, le candidat du parti "Movimiento CREO" (centre droit), cherchera à renverser les chiffres du premier tour, où Arauz l'a distancé de près de 13 points. Le candidat Guillermo Lasso, a décidé de faire ses adieux à la campagne dans un lieu symbolique pour les Equatoriens, "au pied du majestueux et puissant fleuve Guayas, fierté de l'Equateur", a déclaré Lasso. La caravane de bateaux a été mise en évidence par le nombre de drapeaux équatoriens et du parti présents. Le candidat qui a lancé un appel à l'avenir a déclaré dans son discours : "Notre pays traverse actuellement la plus grande crise historique : crise sanitaire, économique, des valeurs et de l'insécurité. Nous devons mettre fin à tant d'irresponsabilité et ouvrir une période de progrès, dans laquelle nous pourrons vivre mieux". 

Les derniers sondages indiquent une égalité technique entre les deux candidats, ce qui signifie que Guillermo Lasso a comblé l'écart de 13 points qui le séparait du premier tour. D'autre part, la tendance des derniers mois marque une baisse de l'intention de vote pour le candidat de la gauche Andrés Arauz. Il convient de noter que la loi électorale équatorienne n'autorise pas la publication des résultats du scrutin 10 jours avant le processus électoral, ce qui rend plus difficile de prédire ce qui pourrait se passer ce dimanche 11 avril. 


Coordinateur pour l'Amérique latine : José Antonio Sierra.