L'île du monde, le Rimland et sa valeur au XXIe siècle : quelques considérations sur l'Afghanistan

Après le retrait des troupes internationales du territoire afghan, on assiste à un repositionnement des grandes puissances dans le concert international
atalayar_talibanes-kabul

AP/ZABI KARIMI  -   Sur cette photo de fichier du 15 août 2021, des combattants talibans prennent le contrôle du palais présidentiel afghan après la fuite du président Ashraf Ghani, à Kaboul, en Afghanistan. Avec le retrait des États-Unis d'Afghanistan, la Chine a vu se réaliser ses espoirs de réduire l'influence d'un rival géopolitique dans ce qu'elle considère comme son arrière-cour.

Les États-Unis ont quitté l'Afghanistan et se concentrent sur la région Asie-Pacifique.

La valeur de l'Afghanistan ne réside pas tant dans l'abondance de ses ressources que dans sa situation géographique. C'est pourquoi les grands empires contemporains ont cherché à l'attirer dans leur sphère d'influence depuis le XIXe siècle, avec des résultats mitigés. L'Afghanistan était le centre autour duquel tournait une grande partie, peut-être la plus importante, de l'action coloniale anglo-russe en Asie centrale. Pour la Russie, elle représente l'expansion logique de ses intérêts économiques au sud du continent et au Hindoustan. Pour l'Empire britannique, c'est la possibilité de créer un État tampon, sous son contrôle, entre la Russie et l'Inde, et de permettre ainsi sa domination du monde insulaire théorisée par McKinder en 1905. L'Asie centrale, en tant que point de jonction entre l'Est, l'Asie et l'Europe, est devenue, d'un point de vue théorique, la région la plus importante d'Asie. Jusqu'en 1917, la majeure partie de la région a été la cible de l'expansion coloniale russe, avec l'occupation de vastes étendues de territoire basée sur l'occupation militaire et la mise en œuvre de mesures politiques visant à intégrer ces territoires à la Russie. La création de la province de Fergana au sein du Turkestan russe a déclenché un antagonisme entre Londres et Saint-Pétersbourg dans la région. Le gouvernorat général du Turkestan est le résultat de l'occupation militaire et de la colonisation de la région. Autour d'elle, l'Empire russe étend son action diplomatique, plus intéressé à amener les khanats régionaux sous son influence et à établir des protectorats, favorisant ainsi l'expansion et la domination commerciale russe sans confrontation directe avec les Britanniques. Londres comprend l'expansion russe comme une menace pour l'Inde et une menace pour sa domination dans la région.

atalayar_afganistan 2001
REUTERS/YANNIS BEHRAKIS - Une femme afghane portant la burqa traditionnelle marche sur le bas-côté d'une route alors qu'un véhicule blindé de l'Alliance du Nord, transportant des combattants et le drapeau afghan, se dirige vers une nouvelle position à la périphérie de Jabal us Seraj, à environ 60 km au nord de la capitale afghane Kaboul, le 4 novembre 2001.

Les deux empires considéraient la région comprenant l'actuel Afghanistan comme la clé de leurs politiques respectives d'expansion régionale et d'endiguement de l'adversaire. Avant même la guerre de Crimée, l'Empire britannique a tenté d'occuper l'Afghanistan pour tenter de limiter l'expansion russe, ce qui a conduit à la première guerre anglo-afghane, à la défaite de l'empire et au retrait de Kaboul, l'un des épisodes les plus marquants du caractère afghan qui perdure encore aujourd'hui. La guerre avec la Russie en Crimée a conduit au traité de Peshawar, qui a rendu possible une paix avec l'Afghanistan qui n'a été perturbée que par des combats entre factions.

Alors que la Russie continue d'étendre son influence politique et d'occuper de petites portions de territoire au nord, la Grande-Bretagne envahit à nouveau l'Afghanistan, occupe Kaboul et impose ses conditions à l'émir par le traité de Gandamark.

À la fin du XIXe siècle, s'étant trouvées au bord de la confrontation en raison de l'avancée russe en Perse, les deux puissances convergent vers la nécessité de conclure des accords permettant de répartir la région entre leurs sphères d'influence respectives. La Russie conserverait le contrôle du territoire nord de l'actuel Afghanistan et des droits commerciaux égaux avec les Britanniques, tout en reconnaissant le contrôle politique de l'Empire britannique sur le reste de la région, faisant de l'émirat afghan un protectorat britannique de facto. 

atalayar_historia afganistan
AFP/AFP - Chronologie des principaux événements en Afghanistan depuis l'occupation soviétique

C'est à ce moment-là que s'est produit un événement d'une importance relative, dont les conséquences demeurent à ce jour. Le tracé de la ligne Durand, qui sépare l'Afghanistan du nord de l'Inde, le futur Pakistan, coupant le Pachtounistan de la majeure partie des zones à majorité pachtoune qui restaient à l'intérieur de l'Afghanistan.

Il y a eu une brève confrontation entre les Britanniques et les Afghans en 1919, lorsque l'émir Amanullah a traversé le Khiber pour entrer en Inde. La défaite des Afghans a conduit à une situation paradoxale, puisque, après la signature de l'armistice, les Britanniques ont cessé d'intervenir dans les affaires afghanes.

Comme nous pouvons le constater, l'Afghanistan pourrait être considéré comme l'exemple même du caractère cyclique de l'histoire et de la tendance à reproduire les mêmes erreurs que celles commises par ceux qui nous ont précédés. L'évacuation par hélicoptère du personnel de l'ambassade américaine à Kaboul après l'entrée des talibans dans la ville nous ramène, loin des comparaisons éculées avec Saigon en 1975, et un peu moins avec Téhéran en 1979, au retrait britannique de Kaboul en 1842. L'Afghanistan est historiquement devenu un " cul de sac " pour les puissances qui ont tenté d'intervenir dans le pays, une stratégie de non-intervention étant préférable à une non-intervention si les autres n'interviennent pas.

atalayar_afganistan opio
PHOTO/AP - Des agriculteurs récoltent de l'opium brut dans un champ de pavot dans le district de Zhari de la province de Kandahar, en Afghanistan.

Cette brève note historique, replacée dans un contexte spécifique, permet d'illustrer, de manière succincte, l'importance relative de l'Afghanistan dans la géopolitique contemporaine au-delà de la guerre froide. Il démontre également que l'histoire se déroule dans un "continuum" où tout est le produit d'une concaténation d'événements et de décisions sans importance apparente, qui passent souvent inaperçus, mais qui sont déterminants dans les conséquences finales dérivées d'un événement donné.

L'émirat, puis le royaume d'Afghanistan, ont conservé un profil bas dans le contexte international jusqu'aux dernières décennies du XXe siècle. Elle a continué à conserver une certaine importance géostratégique, constituant une partie de ce que nous appellerions aujourd'hui l'arrière-cour de l'URSS, dont l'importance est devenue relative étant donné le réalignement de la Perse sur les États-Unis depuis 1953 et l'antagonisme croissant entre l'URSS et la Chine. Moscou, sans intervenir directement, fait de son voisin l'un des principaux bénéficiaires de l'aide soviétique à partir de 1945. 

atalayar_massoud
AFP/WAKIL KOHSAR - Un combattant taliban se tient à côté d'une affiche à l'effigie du défunt commandant afghan Ahmad Shah Massoud sur la place Massoud à Kaboul, le 16 août 2021.

Trois coups d'État et l'intervention soviétique marquent les années 1970. En 73, Daud Khan, un ancien premier ministre, a organisé un coup d'État qui a renversé son cousin, le roi Shah, Mohammed Zahir. Il adopte l'approche afghane traditionnelle consistant à maintenir un équilibre complexe entre les puissances en présence. Il tente de mettre en œuvre des réformes économiques libérales tout en acceptant l'aide soviétique et forme des officiers pour commander l'armée en URSS. Il a été déposé et fusillé en 1978 à la suite d'un coup d'État mené par les mêmes officiers. La raison en était la répression des militants communistes par le gouvernement de Daud. Le pays s'est définitivement aligné sur les thèses soviétiques. Le nouvel homme fort est Nur Mohamed Taraki, chef de la faction pachtoune du parti communiste. Taraki a tenté de mettre en œuvre des mesures économiques et sociales dans une société essentiellement rurale, aux structures sociales extrêmement traditionnelles, dont le noyau de base était la famille, et où prévalaient les lois coutumières, arbitrées par des éléments religieux et ethniques. Ces réformes étaient principalement imposées par l'usage de la force, car le marxisme était une idéologie antireligieuse qui impliquait des pratiques sociales incompatibles avec leur mode de vie.

Au début de l'année 1979, les premiers groupes de moudjahidines, opposants au gouvernement centraliste, s'organisent, s'appuyant sur la religion comme base idéologique contre le marxisme, et une guerre civile commence. Ces groupes ont été alimentés par des désertions massives au sein de l'armée, dont environ la moitié a déserté ou rejoint les moudjahidines au cours de l'année 1979. En septembre, Taraki est déposé lors d'un coup d'État mené par le Premier ministre Amin, la première étape, exécutant Taraki, la seconde, appelant ouvertement à une intervention soviétique.

atalayar_massoud
AFP/EMMANUEL DUNAND - Sur cette photo d'archive prise le 16 août 1997, le commandant afghan Ahmed Shah Massoud (R) fait des gestes en parlant à ses commandants, dont Abdullah Abdullah (C), dans le village de Jabul-Os-Saraj, à environ 60 km au nord de Kaboul.

Malgré le débat au sein du gouvernement de l'URSS et les positions contradictoires des partisans de l'aide à un pays ami, de ceux qui considèrent que l'Afghanistan n'est pas pertinent, et de l'opposition d'une partie de l'armée, l'URSS intervient en décembre 1979. Elle a accédé à la demande d'aide du gouvernement socialiste afghan, en proie à une guerre civile à laquelle, comme aujourd'hui, aucune solution viable n'a pu être trouvée. En moins de deux semaines, le président Amin est déposé et les unités soviétiques occupent les principaux centres de population du pays, prenant le contrôle des installations militaires et des maigres infrastructures du pays.  Il s'agissait d'une intervention limitée destinée à soutenir le candidat de Moscou, Karmal, et à stabiliser le pays. L'intervention, telle qu'exprimée par certains officiers supérieurs de l'armée, était une erreur, qui se révélerait rapidement un bourbier dont il serait très difficile de s'extraire. Pendant les huit années d'intervention, la grande majorité des ressources militaires déployées ont été utilisées pour défendre les villes, les infrastructures et les installations militaires. Les opérations offensives ont été menées avec des moyens spécifiques et dans des contextes très particuliers, comme des opérations contre des bases ou des groupes d'insurgés. La plupart des unités utilisées pour la défense du territoire étaient de faible qualité, composées de remplacements provenant des républiques asiatiques, avec des périodes de service de deux ans. Les forces spéciales et les moyens aériens ont été utilisés exclusivement pour des actions offensives.

atalayar_alianza del norte
PHOTO/HajiNoorUllah7 - Le drapeau de l'Alliance du Nord est hissé dans la vallée du Panjshir, en Afghanistan.

L'Afghanistan représentait alors un point de déstabilisation potentiel pour l'URSS, dont les États-Unis ont tardivement et mal essayé d'extrapoler, près de quatre décennies plus tard, les leçons apprises au Vietnam, sur un territoire et dans un conflit qui présentait des différences notables mais aussi des parallèles intéressants, une occasion de porter un coup décisif, indirectement, à Moscou. A partir de 1985, le soutien américain à l'insurrection, créant une structure solide pour canaliser le soutien économique et militaire à travers le Pakistan, complique encore la situation pour les troupes soviétiques, augmentant le nombre d'opposants à l'intervention au sein de l'URSS. À partir de 79, le Pakistan a commencé à soutenir les partis religieux afghans, principalement le Jamiat I Islami de Burhannudin Rabbani, un Tadjik, afin de faire contrepoids à la majorité pachtoune. Le Pakistan s'est montré prudent lorsqu'il s'est agi de répondre aux préoccupations des Pachtounes, essentiellement parce que l'une de leurs exigences, avec laquelle alliés et ennemis ont toujours joué, était l'abolition de la ligne Durand et la réunification du Pachtounistan en une seule nation.

atalayar_afganistan 2001
AP/DUSAN VRANIC - Sur cette photo d'archive du 24 novembre 2001, une colonne de combattants talibans traverse la ligne de front dans la ville d'Amirabad, dans le nord de l'Afghanistan, alors que des centaines de talibans ont fait défection pour rejoindre l'alliance du nord, ouvrant la voie à la chute de Kunduz.

Adjacente au Pachtounistan, la vallée du Panjshir était la base et le fief des Tadjiks d'Ahmad Sha Massud, d'où il a mené la guerre contre les Soviétiques et, jusqu'à sa mort en 2001, contre les milices talibanes. Massud était le principal chef insurgé auquel les troupes soviétiques étaient confrontées, contrôlant même la route périphérique ou l'accès aux voies de retraite de l'armée soviétique vers l'URSS depuis la vallée du Panjshir. Toutefois, Massud n'était pas le principal bénéficiaire de l'aide américaine ; la direction pakistanaise privilégiait les organisations où la composante religieuse l'emportait sur la composante ethnique, comme la faction Rabbani ou les Pachtounes de Gulbuddin Hekmatyar. L'insurrection a toujours été plus efficace dans les zones rurales, où son influence était plus grande, multipliant son efficacité avec l'arrivée d'équipements modernes en provenance des États-Unis et de financements provenant à la fois des États-Unis et de l'Arabie saoudite, plus intéressés par le prosélytisme religieux que par la recherche de la solution la moins traumatisante au bourbier afghan. Les États-Unis ont investi environ 5 milliards de dollars dans la lutte contre l'URSS en Afghanistan.

En 1986, Mohammed Najibullah remplace Karmal à la présidence, face à l'annonce du retrait soviétique et à la restructuration de l'armée. Najibullah était l'homme de Moscou à Kaboul, exilé en URSS jusqu'en 1979, et a dirigé le service de renseignement de la République démocratique d'Afghanistan de 1980 à 1986.

atalayar_afganistan 2001
AFP/ROMEO GACAD - Cette photo d'archive prise le 23 décembre 2001 montre des combattants afghans anti-talibans arborant le signe de la victoire alors qu'ils quittent la zone montagneuse de Tora Bora pour rejoindre leur base.

En 1988, les troupes soviétiques se retirent, mais le soutien financier et matériel à Najibullah est maintenu. L'effondrement et la décomposition de l'URSS à partir de 1990 paralysent le soutien soviétique ; le gouvernement de Najibullah survit jusqu'en février 1992, date à laquelle Kaboul tombe aux mains des milices insurgées.

C'est le tournant de l'histoire récente de l'Afghanistan. Avec la chute du gouvernement socialiste, la confrontation civile entre les factions opposées s'intensifie. Les accords de Peshawar, signés entre les différentes organisations de moudjahidines, donnent la présidence au Tadjik Rabbani qui, soutenu par Massud, également Tadjik, et jusqu'en 1994 par Dostum, un Ouzbek, se heurte aux Pachtounes de Hekmatyar, qui n'acceptent pas le pouvoir tadjik sanctionné par les accords.  

atalayar_afganistan 2001
AFP/SHAH MARAI - Cette photo d'archive prise le 13 novembre 2001 montre les forces de sécurité de l'Alliance du Nord entrant dans Kaboul lors de la chute du régime taliban.

Circonscrit à un conflit civil dans une zone non pertinente dans le contexte international du milieu des années 1990, sans soutien économique extérieur, à l'exception des hauts et des bas du Pakistan, qui a surfé entre les factions afghanes, c'est à ce moment-là que la production et l'exportation d'opium via le Pakistan ont commencé comme moyen de financement de la guerre par les organisations belligérantes. C'est au milieu de cette décennie, en 1994, qu'un nouvel acteur est apparu dans le tissu politique et social afghan, les Talibans. Le mouvement étudiant était composé de Pachtounes provenant de camps de réfugiés situés de l'autre côté de la ligne Durand, qui, pendant l'intervention soviétique, en restant relativement éloignés du conflit, ont canalisé le soutien économique. Principalement saoudiens, dans la formation religieuse de leurs membres dans des écoles coraniques au Pakistan. Au milieu de l'année 1994, les étudiants, taalib, comme on les appelle, financés par Islamabad, ont formé des unités armées et mené les premières interventions en Afghanistan. Un an plus tard, au début de l'année 1995, sous la direction du mollah Omar, le mouvement taliban, fort du prestige de ses succès militaires, est en mesure de prendre Kaboul. La capitale est tombée en 1996, réalisant une relative unification du pays avec la prise de Kaboul. Entre autres facteurs, la répression et l'adoption d'une version rigoureuse de la loi islamique, perçue comme une imposition étrangère aux coutumes et mœurs dominantes de la société afghane, poussent l'opposition à tenter de se regrouper au sein d'une alliance fragile appelée Front national islamique uni d'Afghanistan, plus connue sous le nom d'Alliance du Nord, qui comprend des Tadjiks et des Ouzbeks ainsi que des Hazaras.

atalayar_afganistan opio
AFP/NOORULLAH SHIRZADA - Un fermier afghan ramasse de l'opium brut alors qu'il travaille dans un champ de pavot dans le district de Khogyani, dans la province de Nangarhar.

Les Talibans sont financés par le Pakistan, l'Arabie saoudite, qui prend en charge la moitié de la facture et le financement direct des écoles coraniques, et les Émirats arabes unis, les trois premiers gouvernements à avoir reconnu le gouvernement dirigé par le mollah Omar en 1996, ainsi que par des donateurs privés, comme Oussama ben Laden, qu'ils protègent et hébergent, ainsi que son organisation. La responsabilité d'Al-Qaida, l'organisation dirigée par Ben Laden, dans les attentats du 11 septembre 2001 aux États-Unis est la cause avancée pour l'intervention en Afghanistan en 2001 par la coalition internationale dirigée par le géant américain, qui se retire maintenant. 

Une fois de plus, cette longue note sur l'histoire récente de l'Afghanistan nous aide à comprendre que l'Afghanistan n'a jamais, tout au long de son histoire, réussi à former un État, en termes modernes, dépourvu, en gros, d'un corpus législatif et d'une bureaucratie ou d'un système administratif et d'un système économique soumis à une dynamique et à des réglementations communes. L'Afghanistan est un pays soumis à des logiques sectaires, ethniques et clientélistes de nature locale ou régionale. Nous assistons à la décomposition d'un pays, artificiellement soutenu pendant 20 ans par la puissance économique et militaire des Etats-Unis, ce qui n'a pas manqué de se traduire par l'imposition d'un système politique étranger aux caractéristiques mêmes qui constituent l'identité afghane, avec pour conséquence l'absence de contrôle étatique réel sur 80% du territoire et près de 75% de la population.

atalayar_afganistan resistencia
REUTERS/MOHAMMAS ISMAIL - Photo d'archive, Ahmad Massoud, fils du héros afghan de la résistance antisoviétique Ahmad Shah Massoud, s'adresse à des partisans à Bazarak, dans la province de Panjshir, en Afghanistan.

Pour le gouvernement américain, l'intervention en Afghanistan a fourni un objectif à une société qui, en partie, réclamait une vengeance après les attentats du 11 septembre. Pour le monde extérieur, le facteur politique et de stabilisation a été utilisé, dans le cadre d'une opération de sécurité, pour obtenir le soutien des Nations unies et de l'OTAN, malgré la certitude d'être confronté à la praxis d'un modèle erroné. Un modèle qui, après l'Afghanistan, a été appliqué avec plus de virulence en Irak, cette fois sans le soutien de l'ONU, car, alors qu'en Afghanistan l'intervention n'impliquait pas la destruction de l'État, qui était inexistant, en Irak les structures de l'État ont explosé de manière incontrôlée, l'opposition armée se manifestant plus tôt et avec des conséquences plus traumatisantes, en raison de la confluence de facteurs endogènes et exogènes, l'erreur du modèle appliqué par les États-Unis. En termes stratégiques, elle a permis à Washington d'établir un point de contrôle avancé sur le Pakistan et la Russie, créant une fois de plus le paradigme de troupes américaines déployées dans un territoire limitrophe de la Russie, avec la particularité de faire partie, comme nous l'avons vu, de l'arrière-cour de Moscou. Il aurait même pu servir à déployer des troupes aux frontières de l'Iran et de la Chine à une époque, au début du XXIe siècle, où la politique étrangère et de défense des États-Unis était en pleine expansion.

atalayar_afganistan resistencia
PHOTO/REUTERS - Ahmad Shah Massoud, salue alors qu'il arrive pour assister à une réunion à Bazarak, dans la province du Panjshir, en Afghanistan.

Il est probable que la lassitude générée dans une société traditionnellement isolationniste comme les États-Unis par un conflit exceptionnellement long, autour duquel de nouveaux conflits ont surgi, et même l'avènement de la Russie et de la Chine comme principaux antagonistes des États-Unis ont pesé trop lourd dans la recherche d'une solution dont on savait depuis toujours qu'elle ne se terminerait pas bien. Depuis 2014, la situation en Afghanistan se détériore à un rythme proportionnel au retrait des troupes et des financements par les États-Unis et leurs alliés. C'est alors que les faiblesses structurelles du système afghan sont devenues plus claires.

L'Afghanistan a un territoire d'environ 655 000 km², bordé par le Tadjikistan, le Turkménistan et l'Ouzbékistan, anciennes républiques soviétiques, au nord, par la Chine au nord-est, et par l'Inde, le Pakistan à l'est et au sud, et l'Iran à l'ouest. C'est un territoire éminemment montagneux, avec des vallées profondes, des altitudes allant jusqu'à 7 000 mètres et peu de plaines, surtout dans le centre et le nord du pays. Ce sont ces zones qui ont traditionnellement concentré la plupart des grands centres de population du pays autour des zones arables et des quelques centres industriels et infrastructures du pays. En l'absence de systèmes de transport de masse, dans les années 1970 et 1980, la seule infrastructure de transport digne d'intérêt était la Ring Road, une autoroute radiale qui faisait le tour de Kaboul et s'étendait jusqu'aux autres capitales provinciales du pays.

atalayar_afganistan karzai
AP/RAHMAT GUL - L'ancien président afghan Hamid Karzai

Il s'agit d'une société multiethnique, majoritairement rurale et musulmane, où la religion joue un rôle déterminant dans une société dominée par des structures sociales très basiques, avec la famille et le clan comme principaux noyaux, s'étendant vers des structures locales et régionales. Le Qwam déterminait l'élément de liaison entre ces unités sociales plus petites, par le biais de relations de solidarité, de clientélisme ou de parenté. De cette manière, la société structurée autour du Qwam établit des relations à la fois de solidarité et de compétition interne, mais aussi, et cet aspect déterminerait le caractère dit afghan, de compétition entre les différents Qwam. Enfin, les Qwam sont organisés autour d'unités religieuses ou ethniques, ces dernières déterminant finalement les relations de solidarité ou de compétition pour la suprématie politique dans le pays. Entre la fin des années 1970 et le début des années 1990, la population rurale représentait environ 90 %. En 2017, les niveaux de population rurale avaient baissé pour atteindre 73-75% de la population totale du pays, ce qui a augmenté les flux de migration rurale-urbaine. La démographie en Afghanistan a explosé depuis les années 1960, passant d'une population de 8 millions d'habitants en 1960 à environ 40 millions en 2020, avec une espérance de vie moyenne de près de 65 ans pour les hommes et de 66 ans pour les femmes, selon les données de la Banque mondiale.

atalayar_afganistan
AFP/WAKIL KOHSAR - Des combattants talibans montent la garde le long d'une route près de la place Zanbaq à Kaboul.

L'élément ethnique ajoute une nouvelle couche de complexité à l'équation afghane. Les Pachtounes constituent le groupe ethnique majoritaire du pays, divisé entre l'Afghanistan et le Pakistan par la ligne Durand. Les Tadjiks, les Ouzbeks et les Hazaras, ces derniers étant chiites, sont les principaux groupes ethniques du pays, les groupes minoritaires en dessous, comme les Turkmènes, ayant un poids relatif dans la société afghane. L'élément religieux est le seul facteur déterminant la composition de la société afghane qui est relativement homogène. Il s'agit d'une société musulmane à 99 %, avec 85 % de sunnites et 15 % de chiites. À la fin des années 1970, l'élément fondamentaliste de la société afghane était une minorité. Ce phénomène a été favorisé par l'émergence de partis et d'organisations islamiques financés par des tiers, comme le Pakistan, qui souhaitaient exalter le facteur religieux dans le pays au-dessus des facteurs politiques et en faire le principal élément unificateur des forces opposées à l'intervention soviétique.

Cette complexité sociale, associée au développement sociopolitique limité du pays, tant sur le plan économique que sur celui des infrastructures, a donné naissance à une société très fragmentée, confrontée à de multiples problèmes et influencée par un nombre énorme de facteurs, et sur laquelle l'influence et la projection du pouvoir central sont et ont été relatives. Dans la plupart des cas, cela a répondu à trois facteurs : les relations clientélistes ou la solidarité entre ceux qui détenaient le pouvoir à Kaboul et leurs clients ou leurs proches, les relations déterminées par l'octroi de subventions ou de faveurs en échange d'un soutien, le clientélisme et, finalement, l'assujettissement par la force qui, en raison de l'établissement solide de la vengeance comme moyen de résoudre les conflits dans la société afghane, a généré à son tour de nouveaux conflits et non un véritable assujettissement. La Loya Yirga, la grande assemblée des Pachtounes, était l'organe décisionnel, ouvert à tous les groupes ethniques du pays, adopté pour prendre des décisions par consensus sur les questions pertinentes concernant l'ensemble du territoire afghan et comme moyen de résoudre les conflits entre les groupes belligérants. 

atalayar_afganistan
PHOTO/AFP - Un partisan des talibans tient un drapeau taliban alors qu'il défile avec d'autres dans une rue de Kandahar, le 31 août 2021, alors qu'ils célèbrent après que les États-Unis aient retiré toutes leurs troupes du pays pour mettre fin à une guerre brutale de 20 ans qui a commencé et s'est terminée avec les islamistes purs et durs au pouvoir.

Le facteur religieux, bien qu'important en tant que base idéologique face à l'intervention soviétique, n'a pas été par la suite, et n'est pas aujourd'hui, plus important qu'aucun des autres facteurs influençant la société afghane, mais comme nous le voyons avec le mouvement étudiant, c'est le facteur autour duquel le plus grand nombre de personnes, principalement des Pachtounes ethniques, se sont organisées.

À la fin des années 1970, le taux d'alphabétisation de l'Afghanistan était de 10 % de la population, qui était concentrée dans les villes. Dans les zones rurales, le taux d'alphabétisation était inférieur à 1 % de la population. Sur le papier, l'éducation était l'une des priorités des États-Unis et de leurs alliés dans la structuration du nouvel État afghan, un investissement dans ce domaine qui a été alourdi par les niveaux de corruption aux niveaux régional et local.  Ici aussi, les facteurs culturels afghans entrent en jeu, qui ont limité l'impact des initiatives dans des domaines tels que l'éducation dans les zones rurales, ainsi que la corruption générée par les intérêts économiques et politiques des puissances occupantes.

Sur le plan économique, outre la production d'opium, l'Afghanistan dispose de ressources minérales, qui ont attiré la plupart des investissements dans le pays, la Chine étant l'un des investisseurs les plus intéressés en raison de la forte concentration de terres dites rares en Afghanistan. Ces ressources, selon certains médias internationaux, ont été quantifiées à environ un trillion de dollars.  

atalayar_CHINA-AFGANISTAN
PHOTO/LI RAN/XINHUA via AP -  Le cofondateur des talibans, le mollah Abdul Ghani Baradar, à gauche, et le ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi, posent pour une photo lors de leur rencontre à Tianjin, en Chine.

Comme ce fut le cas pendant l'intervention soviétique, la société et le gouvernement afghans ont résisté aux réformes économiques que l'on a essayé de mettre en œuvre dans le pays depuis 2001. En partie à cause de la résistance au changement inhérente au système social afghan, en partie, ou en partie, à cause de la corruption. 

Ainsi, l'économie a également beaucoup souffert du retrait des États-Unis et de leurs alliés du pays. En 2017, les dons ont représenté près de 70 % des budgets des États, les niveaux élevés de corruption, la situation politique et sécuritaire, ont considérablement réduit les investissements, augmenté les niveaux de chômage dans les villes et principalement affecté les flux de migration rurale-urbaine. Ces facteurs ont donné un nouvel élan à la production d'opium et au développement de réseaux de commercialisation. Ce système économique, renaissant autour de l'opium, fournirait les niveaux économiques réels et le PIB du pays, qui au milieu des années 90 fournissait environ 80% de cet indicateur et qui selon le Turkish Policy Quarterly a atteint sa production maximale au cours des 20 dernières années, avec une surface cultivée de 328.000 hectares d'une valeur de 400 millions de dollars, fournissant environ 600.000 emplois.

atalayar_eeuu-taliban
AP/PATRICK SEMANSKY - Sur cette photo d'archive du 21 novembre 2020, le secrétaire d'État Mike Pompeo rencontre le mollah Abdul Ghani Baradar, chef de l'équipe de négociation de paix des talibans, dans le cadre de pourparlers entre les talibans et le gouvernement afghan, à Doha.

Les élections de fin 2014 visaient à légitimer le leadership d'Ashraf Ghani par un processus démocratique. Le candidat tadjik et leader du Conseil de réconciliation nationale afghan, Abdullah Abdullah, figure de prestige au sein du Conseil de réconciliation nationale afghan, devait être son principal challenger. Le second tour des élections a été un véritable gâchis, marqué par l'absence de pouvoir de l'État en dehors des grandes villes et de leurs zones d'influence et par la corruption endémique du pays. La solution convenue par les deux candidats, avant d'en arriver à une confrontation militaire qui aurait avancé de plusieurs années la situation à laquelle nous assistons aujourd'hui, a été la distribution de postes en échange de la non-publication des résultats des élections. Ghani, représentant des Pachtounes et des Ouzbeks et vainqueur présumé des élections, est nommé président et Abdullah, représentant des Tadjiks et des Hazaras, premier ministre. Ghani est perçu à l'extérieur de l'Afghanistan comme une personnalité plus corrompue que Karzai, à qui les États-Unis ont donné un vernis de prestige qui fait défaut à Ghani.

Cette situation pérenne de dispute et de corruption s'est reflétée dans la détérioration de la situation politique du pays et l'a influencée, délégitimisant les appels à l'unité du gouvernement.

atalayar_ghani
REUTERS/OMAR SOBHANI - L'ancien président afghan Ashraf Ghani

La faible structure de l'État qui avait besoin de fonds a été victime des doutes que la corruption a générés chez les donateurs qui soutenaient l'État avec les fonds fournis et d'un arrangement politique étroit dans lequel la rivalité entre le président et le premier ministre était permanente. Les principaux postes budgétaires du gouvernement ayant fait l'objet d'un audit dans le but de lutter contre la corruption, le principal objectif théorique des puissances occidentales en Afghanistan, à savoir la stabilisation sociopolitique, semblait de plus en plus éloigné.

Dans ce scénario, la situation sécuritaire s'est rapidement détériorée. Les forces armées afghanes, ANDSF, soutenues par la puissance économique et militaire des États-Unis, et par la mission ISAF, sanctionnée par les Nations unies dans la résolution 1386/2001, ont également commencé à montrer des signes de faiblesse structurelle avec le retrait de cette mission en décembre 2014. Malgré cela, les délais fixés pour la création de forces armées et de sécurité en mesure de faire face à l'insurrection, jusqu'alors prise en charge par la FIAS et les États-Unis, ont été respectés, achevant le processus de formation, d'instruction et d'équipement nécessaire pour prendre le contrôle des opérations. Ils ont même exécuté avec succès certaines opérations complexes de contre-insurrection. Nous savons maintenant que l'ANDSF était loin d'être opérationnelle sans le soutien des États-Unis et de la ISAF. Dans un contexte politique très instable et avec des forces de sécurité dépendant des puissances qui commençaient à se retirer, l'issue du mois d'août était entièrement prévisible. D'autant plus que, compte tenu de la certitude des faiblesses structurelles à tous les niveaux de l'État qu'il tentait de construire, il semble que des moyens adéquats n'aient pas été mis en place pour le renforcer. Ces moyens ont toujours impliqué une médiation entre les factions en guerre au sein du gouvernement et une médiation sous forme de pourparlers de paix avec les insurgés. L'insurrection n'est pas une entité abstraite qui commence et se termine avec les talibans, mais comprend certaines organisations religieuses proches des étudiants, telles que le réseau Haqqani souvent mentionné, les talibans pakistanais, le mouvement islamique d'Ouzbékistan et le mouvement islamique du Turkestan oriental. Les accords entre les États-Unis et les Talibans prévoyaient le retrait progressif de l'armée américaine et de ses alliés, avec une date limite de retrait fixée au mois d'avril de cette année, qui a été prolongée jusqu'au mois de mai lorsqu'il est devenu évident qu'il était impossible de terminer le retrait avant la fin du mois d'avril.

atalayar_fuerzas armadas afganas
REUTERS/MOHAMMAD ISMAIL - Un soldat de l'Armée nationale afghane (ANA) garde un poste de contrôle à Kaboul, en Afghanistan, le 25 septembre 2019, avant l'élection présidentielle prévue le 28 septembre, à Kaboul, en Afghanistan.

À la mi-2017, les talibans contrôlaient déjà environ la moitié du territoire afghan, ralentis seulement par la présence de troupes étrangères, mais avec le soutien d'une partie de la population afghane qui préférait une paix imparfaite sous les talibans à ce qu'elle considérait comme des impositions étrangères et la corruption du gouvernement de Kaboul.

Sans le soutien des États-Unis et de leurs alliés, les ANDSF se sont démobilisées face à la première grande offensive des talibans. Washington était conscient qu'une fois le retrait des troupes achevé, le vide du pouvoir serait comblé par les talibans, comme en témoigne l'intention du président Biden, en mars de cette année, de négocier avec eux le maintien des unités antiterroristes dans le pays après le retrait américain, alors que la milice religieuse contrôlait environ 70 % du territoire afghan. Ils étaient également conscients que ce retrait impliquerait, dans un scénario d'insécurité croissante, le retrait des organisations civiles étrangères opérant dans le pays, ainsi que des investissements et des dons, jusqu'à l'effondrement total du gouvernement de Kaboul, comme cela s'est produit. Les talibans se sont révélés plus efficaces que leurs antagonistes et, en l'espace d'une semaine, ils ont pu prendre Kaboul et contraindre le gouvernement à négocier la transition la moins traumatisante possible compte tenu des circonstances. Le président Ghani étant en fuite et tout étant laissé entre les mains d'Abdullah Abdullah, de Gulbuddin Hekmatyar et de l'ancien président Hamid Karzai, El Panjshir a été, dans les dernières semaines d'août, le refuge des restes du gouvernement Ghani, où le vice-président Saleh, dans une tentative de conserver la légitimité du gouvernement, s'est autoproclamé président. La chute de la vallée dans les premières semaines de septembre a symboliquement renforcé la légitimité du nouveau pouvoir à Kaboul. Ni le Panjshir, dirigé par Ahmad Masood, fils du Lion du Panjshir, ni Saleh, évacué au Tadjikistan, n'ont pu résister aux déterminants historiques, culturels et sociopolitiques de la question afghane, qui créent des dynamiques si complexes qu'elles conditionnent la viabilité de tout projet politique exogène qui tente de les mettre en œuvre. La chute du Panjshir a également mis en évidence le soutien pakistanais sous-jacent au gouvernement taliban, non seulement par le biais du financement, mais aussi par celui du soutien militaire

atalayar_fuerzas armadas afganas
AP/RAHMAT GUL - Un soldat de l'armée nationale afghane monte la garde à un poste de contrôle d à Kaboul, en Afghanistan, le 25 septembre 2019.

Il est concevable qu'en période de conflits de zones grises, l'Afghanistan représente une occasion de remuer le nid de frelons russes dans une région extrêmement sensible aux intérêts de Moscou. Mais la multiplicité des intérêts des États-Unis dans la région rendrait cette démarche trop risquée, surtout pour une administration non interventionniste et conservatrice en matière de politique étrangère. L'Afghanistan a le pouvoir de déstabiliser la région et la projection des talibans vers l'extérieur pourrait avoir des conséquences complexes dans d'autres scénarios.

L'Afghanistan est un échec pour les États-Unis en termes de maintien de l'hégémonie politique, économique et culturelle. Exporter un modèle socio-politique qui permettrait une réelle projection de sa puissance dans une région dont le contrôle semble vital afin de limiter l'expansion de la Chine au Pakistan, de sécuriser la région dans le cadre de son projet de Route de la Soie, ou encore de rapprocher la Russie et la Chine à la recherche d'un point de convergence dans la région entre Pékin et Moscou.

atalayar_china-rusia
AP/ALEXANDER ZEMLIANICHENKO - Le président russe Vladimir Poutine, au centre droit, et le président chinois Xi Jinping, au centre gauche, entrent dans une salle pour des entretiens au Kremlin à Moscou, le 5 juin 2019.

Nous pouvons théoriser sur le rôle que ces deux puissances régionales joueront vis-à-vis du gouvernement étudiant, au-delà des multiples intérêts économiques et stratégiques qu'elles ont en Afghanistan. En principe, la présence de la Chine et de la Russie sert à marquer des distances entre les talibans et les organisations affiliées au califat présentes dans le pays. Les Talibans comprennent que le fait de se dissocier et de se confronter à des organisations telles que celles affiliées au califat, ou à des organisations de confrontation telles que l'ancienne Al-Qaeda, peut à court terme éviter les accusations de soutien au terrorisme ou de création d'un État qui soutient et abrite des terroristes, ce qui a été le déclencheur de l'intervention américaine en 2001. A moyen et long terme, elle éviterait de prendre des mesures punitives contre l'Afghanistan au moindre soupçon d'être un sanctuaire pour ces organisations. Les conséquences de ce changement dans les relations des étudiants avec leurs anciens alliés ont déjà été observées lors des attaques à Kaboul au cours de la dernière semaine d'août. La présence du califat et de ses organisations, loin d'être résiduelle, n'a pas non plus réussi à s'implanter solidement sur le territoire afghan. Ces organisations ont été mises au défi non seulement par l'ANDSF et les Talibans, mais aussi au niveau local par des milices et des groupes armés. En tout état de cause, il est probable que ces organisations considèrent le changement de la situation politique en Afghanistan comme une opportunité de renforcer leurs positions.

atalayar_refugiados afganos
AP/RAHMAT GUL - Islam Qala, frontière avec l'Iran, dans l'ouest de la province de Herat.

À l'instar de l'attaque contre Qassem Soleimani en Irak en 2020, nous avons vu que les États-Unis sont capables de lancer des opérations punitives sur le territoire afghan lorsqu'ils le jugent nécessaire, alors que les Talibans n'ont pas les moyens de repousser ces interventions. Avec la Chine et la Russie, ils établissent une relation de soutien mutuel et conditionnent les relations que les puissances qui se retirent devront entretenir à l'avenir avec le nouveau pouvoir afghan. Alors que les puissances régionales soutiennent financièrement le nouveau gouvernement de Kaboul, la Chine, qui a déjà injecté environ 30 millions de dollars dans le pays et envoyé pour 200 millions de yuans de céréales, de conseils et de fournitures militaires, est devenue son soutien extérieur : les talibans empêcheraient, vis-à-vis de la Russie, l'exportation de djihadistes tant vers les républiques musulmanes de Russie que vers celles d'Asie centrale. La Chine réorienterait Kaboul sur la question ouïghoure, passant d'une hostilité envers Pékin et l'hébergement de cette minorité à un soutien aux politiques chinoises à l'égard des Ouïghours, y compris les politiques antiterroristes, ce qui a priori revêt une importance particulière pour la Chine.

atalayar_CHINA-AFGANISTAN
HOTO/REUTERS - Le président chinois Xi Jinping participe à la table ronde du sommet du Forum sur la coopération sino-africaine au Grand Hall du Peuple à Beijing, le 4 septembre 2018 à Beijing, en Chine.

L'un des aspects qui suscitera le plus d'intérêt est le rôle qu'ils joueront en tant que soutien international au gouvernement des Talibans. Non seulement vis-à-vis des États-Unis et de l'UE, mais aussi vis-à-vis de puissances telles que la Turquie, qui souhaitent étendre leur influence régionale. Les États-Unis et l'UE ont déjà accepté de facto le gouvernement taliban comme nouvel interlocuteur, comme nous l'avons vu, et comme nous l'avons vu en mars, les États-Unis envisageaient déjà des pistes de dialogue avec les talibans sur les questions de sécurité. Tout au long du processus d'évacuation des troupes et du personnel du pays en août, des réunions bilatérales ont eu lieu entre des représentants de Washington et des talibans, ainsi que des déclarations du haut représentant de l'UE pour la politique étrangère, Josep Borrell, appelant au dialogue avec le nouveau gouvernement afghan, non seulement pour parvenir à une évacuation aussi ordonnée que possible, mais aussi par la suite. À cet égard, l'UE a déclaré son intention d'ouvrir un bureau permanent à Kaboul, et les rencontres bilatérales entre les dirigeants talibans et les hauts responsables du gouvernement américain sont fréquentes. Les Nations unies ont également décidé de prolonger la mission d'assistance en Afghanistan, la MANUA, dont le mandat a pris fin le 17 septembre, et qui devra nécessairement établir un dialogue fluide avec le nouveau gouvernement afghan.

atalayar_joe biden
AP/EVAN VUCCI - Le président Joe Biden parle des attentats à la bombe à l'aéroport de Kaboul qui ont tué au moins 12 militaires américains, depuis la salle Est de la Maison Blanche, jeudi 26 août 2021.

Cyniquement, une victoire pour les intérêts américains est présentée dans la mesure où les États-Unis, tout en reconnaissant l'échec de leur plan de stabilisation du pays, ont affirmé avoir répondu à leurs attentes en matière de lutte contre le terrorisme, principal objectif déclaré de l'intervention en Afghanistan. Mais après 20 ans de guerre et près de 822 milliards de dollars investis dans le pays, les talibans ont repris le pouvoir en Afghanistan. Trois administrations américaines ont tenté de gérer un retrait contrôlé, en négociant avec les talibans, mais sans planifier, au-delà des questions de sécurité, la nouvelle période vers laquelle le pays se dirigeait.

Dans une situation où le contexte a changé, l'hégémon a vu sa suprématie contestée par d'autres puissances, qui ont profité de l'indécision américaine pour se repositionner dans la région et planifier l'avenir de celle-ci en fonction de leurs intérêts. Pendant ce temps, les États-Unis se préparent à se battre dans un autre scénario, le Rimland théorisé par Spykman, l'axe Asie-Pacifique, où ils ont formé une nouvelle alliance, l'AUKUS, avec l'Australie, le Royaume-Uni et les États-Unis, dans le but de contrebalancer la Chine dans la région. Le grand jeu a recommencé, comme nous nous y attendions, mais comme Spykman l'a postulé, celui qui contrôlera le Rimland dominera le cœur du monde