L’Union européenne tient à donner plus d’argent à la Turquie pour les réfugiés

La récente déclaration de Merkel a indiqué que l’Europe était prête à fournir plus d’argent à la Turquie malgré la colère suscitée par le comportement d’Erdogan
Le président turc Recepp Tayyip Erdogan, à droite, entouré de ses ministres et conseillers, participe à une téléconférence avec les dirigeants européens à Istanbul le mardi 17 mars

PHOTO/AP  -   Le président turc Recepp Tayyip Erdogan, à droite, entouré de ses ministres et conseillers, participe à une téléconférence avec les dirigeants européens à Istanbul le mardi 17 mars

Dans un surprenant changement de politique, la Turquie a déclaré qu’elle fermait sa frontière terrestre avec la Grèce conformément aux exigences de l’Europe, plus de deux semaines après que la décision d’Ankara « d’ouvrir les portes » ait déclenché une crise majeure avec l’Union européenne.

Le ministère turc de l’intérieur a déclaré que la frontière avec la Grèce et la Bulgarie serait fermée à partir de minuit le 18 mars dans le cadre de la lutte contre l’épidémie de coronavirus. Cette décision a été prise le lendemain de la rencontre du président turc Recep Tayyib Erdogan par vidéoconférence sur la crise des réfugiés avec la chancelière allemande Angela Merkel, le président français Emmanuel Macron et le premier ministre britannique Boris Johnson.

La vidéoconférence, organisée après que les dirigeants aient décidé d’éviter une rencontre personnelle en raison de la propagation du coronavirus, a eu lieu une semaine après qu’Erdogan ait rencontré à Bruxelles la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, et le président du Conseil de l’UE, Charles Michel. 

L’essor de l’activité diplomatique a été déclenché par la décision d’Erdogan d’ouvrir la frontière terrestre de la Turquie avec la Grèce le 28 février. Des dizaines de milliers de Syriens, d’Afghans et de réfugiés d’autres pays se sont dirigés vers la frontière pour entrer en Grèce, mais les gardes-frontières grecs, soutenus par des fonctionnaires du groupe de travail européen sur les frontières Frontex, ont bloqué l’entrée de la plupart des migrants en Grèce. Les troupes frontalières ont utilisé des gaz lacrymogènes, des canons à eau et des balles en plastique lors d’affrontements avec les réfugiés. 

Une nouvelle vague de violence a éclaté à la mi-mars après qu’environ 500 migrants aient tenté de franchis une barrière frontalière et d’entrer en Grèce, selon l’Associated Press. La police grecque a déclaré avoir utilisé des gaz lacrymogènes pour repousser la tentative de franchir la barrière su sud du poste frontière de Kastanies. Ils ont déclaré que les autorités turques ont également tiré des gaz lacrymogènes à la frontière grecque. 

Les médias turcs ont rapporté que quelque 10 000 immigrés attendent dans l’espoir de trouver un moyen de traverser la frontière, mais l’Associated Press a estimé leur nombre à seulement 2 000.

Erdogan, dont le pays a accueilli 3,6 millions de Syriens, a déclaré que l’Europe ne tient pas les promesses faites dans le cadre du pacte de 2016 signé pour arrêter le flux de centaines de milliers de Syriens vers l’Europe via la Turquie, ce qui a choqué l’Union européenne. Selon l’accord, Bruxelles a déclaré que la Turquie recevrait 6,6 milliards de dollars en échange de l’interdiction de passage des Syriens dans l’Union européenne, étant entendu qu’elle paierait en fait la Turquie pour garder les réfugiés à l’intérieur de ses frontières. 

En ouvrant les portes de la frontière avec la Grèce, Erdogan a violé cet accord, a déclaré l’Union européenne. S’exprimant quelques jours après la décision d’Erdogan, Merkel a accusé le président turc de faire de la politique « aux dépends des réfugiés ». D’autres fonctionnaires de l’UE ont déclaré qu’Erdogan essayait de « faire chanter » l’Europe. Erdogan a répondu en comparant les gardes-frontières grecs aux « nazis ». 

Après la vidéoconférence, Merkel a indiqué que l’Europe était prête à fournir plus d’argent à la Turquie malgré la colère suscitée par le comportement d’Erdogan. Elle a déclaré que l’Europe était prête à parler de la demande d’Ankara d’étendre une union douanière existante entre l’union européenne et la Turquie.

Gerald Knaus, co-fondateur du groupe de réflexion de l’initiative européenne de stabilité à Berlin et l’un des architectes de l’accord sur les réfugiés de 2016, a déclaré que la Turquie avait perdu beaucoup de sympathie au sein de l’Union européenne en encourageant les gens à traverser la frontière avec la Grèce de manière irrégulière. Cependant, l’Europe ne devrait pas se laisser guider par l’indignation à propos d’Erdogan, a déclaré Knaus par téléphone. 

« C’est bien que la Turquie cesse d’instrumentaliser les gens à la frontière », a déclaré Knaus, après la décision d’Ankara de refermer la frontière. « L’UE devrait maintenant proposer un soutien accru aux réfugiés en Turquie ».

« Peu importe qui est le président à Ankara, l’Union européenne doit reconnaître ce que la Turquie a fait en accueillant des millions de réfugiés depuis des années ». a déclaré Knaus. « Les deux parties ont intérêt à renouveler la coopération » convenue en 2016, mais la Turquie a dû mettre fin à son « jeu immoral » consistant à utiliser des réfugiés désespérés pour faire pression sur l’Union européenne, a-t-il ajouté. 

Knaus a déclaré que l’Union européenne devrait annoncer le versement de 6,6 milliards de dollars supplémentaires pour garantir la poursuite des programmes d’intégration et d’éducation des Syriens en Turquie. « Ce dont nous avons besoin, c’est d’un mini-accord pour aider les réfugiés le plus rapidement possible », a-t-il déclaré.

D’autres questions, telles que la demande de la Turquie que l’Union européenne accorde aux citoyens turcs la possibilité de voyager sans visa en Europe, pourraient être abordées dans le cadre de négociations détaillées dans les mois à venir, car toutes les frontières sont de toute façon fermées en raison de la pandémie du coronavirus.

La vidéoconférence n’a produit aucune décision pour Idlib. Merkel a déclaré que l’Allemagne avait déjà alloué 137 millions de dollars pour l’aide humanitaire dans la province syrienne. Cependant, elle et d’autres dirigeants occidentaux sont réticents à fournir de l’argent pour le plan d’Erdogan visant à réinstaller jusqu’à 2 millions de Syriens de Turquie dans une « zone de sécurité » dans une région du nord-est de la Syrie occupée par les troupes turques.

Knaus a déclaré que si l’Union européenne avait raison de prendre ses distances par rapports à tout projet visant à modifier la situation démographique dans le nord-est de la Syrie, à prédominance kurde, la situation était différente à Idlib car des personnes désespérées y avaient été déplacées par les combats dans d’autres régions de la Syrie.

« La coopération avec la Turquie pour fournir une aide humanitaire à la population d’Idlib n’est pas la même chose que de soutenir des plans de réinstallation pour le nord-est de la Syrie », a déclaré Knaus.