La Banque mondiale poursuit la mise en œuvre des plans de développement dans la région MENA

Le Groupe de la Banque mondiale continue de faire avancer divers plans de développement dans la région, tout en essayant d'atténuer les défis urgents découlant des crises
Atalayar_Economía Oriente Medio

AFP/ERIC BARADAT  -   Siège du Groupe de la Banque mondiale à Washington, DC

La région MENA continue de faire face à différents défis économiques et humanitaires fortement marqués par les conséquences des conflits de guerre et des épisodes de violence, notamment dans des pays comme la Syrie, le Yémen et l'Irak. À cela s'ajoute la situation difficile aggravée par la pandémie de COVID-19 après avoir fait des ravages sur l'économie mondiale. Les pays de la région, marqués par la fragilité et les conflits, ont été les plus durement touchés par la propagation de la pandémie après avoir subi d'importants dommages sanitaires, économiques et politiques.

Bien que les perspectives de croissance économique dans la région soient positives à moyen terme, la Banque mondiale continue de s'attacher à aider les pays de la région à progresser pour se remettre de l'instabilité et à jeter les bases d'une croissance économique inclusive. À cet égard, la Banque mondiale a dévoilé en octobre 2015 un plan économique dans le cadre d'une nouvelle stratégie régionale pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord.

Cette stratégie, intitulée "Inclusion économique et sociale pour favoriser la paix et la stabilité au Moyen-Orient et en Afrique du Nord", vise à promouvoir la paix et la stabilité sociale dans la région et a permis plusieurs réalisations dans le domaine économique de la région.

Atalayar_Economía Oriente Medio
PHOTO/REUTERS - Port Khalifa d'Abu Dhabi 

Au Yémen, la Banque a mobilisé 1,2 milliard de dollars de dons auprès de l'Association internationale de développement et a réussi à établir des partenariats avec des agences des Nations unies dans le but d'aider 75 % de la population qui a besoin de cette aide. En outre, pour faire face au défi de la famine, la Banque, l'UNICEF et des entités privées ont approuvé un programme de transfert monétaire d'urgence de 200 millions de dollars. Ce système serait basé sur le système de transfert d'argent du Yémen et bénéficierait à 1,5 million de ménages, selon la Banque mondiale.

De même, les transferts en espèces au Yémen ont été effectués dans les 333 districts du pays et ont touché 1,33 million de ménages en situation d'extrême vulnérabilité.

En Irak, la Banque continue de mettre en œuvre un certain nombre de projets qui contribuent à favoriser le développement du pays. Cependant, le PIB par habitant de la nation continue de montrer le très faible niveau de vie de ses habitants puisqu'il reflétait 3 833 euros en 2020, ce qui plaçait le pays au 111e rang sur 196 pays dans le classement par habitant.

Atalayar_Economía Oriente Medio
REUTERS/ALI OWIDHA - Un combattant du gouvernement yéménite tire avec une arme montée sur un véhicule dans une position de première ligne pendant les combats contre les combattants houthis à Marib, au Yémen.

L'Égypte est un autre pays de la région qui a commencé à connaître une reprise économique après avoir soutenu l'assainissement des finances publiques et qui, dans le même temps, a réussi à améliorer les filets de sécurité pour la population la plus vulnérable et assurer un approvisionnement énergétique fiable et durable. Ces mesures ont été mises en œuvre après l'approbation d'un programme de financement de la politique de développement de 3,15 milliards d'euros.

Grâce à la réforme des subventions à l'énergie, l'Égypte économise 1,4 milliard par an et une grande partie de ces économies est consacrée au renforcement des filets de sécurité sociale pour la population qui en a le plus besoin.

À cet égard, la Jordanie a reçu une subvention dans le cadre du projet de résilience sociale et de services d'urgence afin d'aider 16 municipalités à répondre à la demande croissante d'asile et de services due au débordement du nombre de réfugiés. Un autre programme mis en œuvre en Jordanie a contribué à l'expansion de jardins d'enfants et de services de garde d'enfants de qualité. La construction de ces nouvelles écoles a permis d'augmenter les taux d'inscription dans l'enseignement primaire et secondaire de 96,9 % à 98,1 % et de 60,4 % à 76,9 %, respectivement.

Atalayar_Economía Oriente Medio
PHOTO/REUTERS - La ville et le Nil depuis le Cairo Tower Building dans la capitale du Caire, en Égypte

D'autre part, des pays comme l'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis connaissent une reprise économique régulière et croissante. Selon la Banque nationale d'Arabie saoudite, la banque aurait annoncé une augmentation de 20 % de ses bénéfices au premier trimestre par rapport à l'année dernière. Cette augmentation se traduit par un bénéfice de 907,6 millions de dollars par rapport à l'année précédente, suite à une augmentation du revenu total d'exploitation.

Le revenu d'exploitation a augmenté de 8,8 % par rapport à l'année précédente, tandis que les dépenses d'exploitation totales ont diminué de 8,9 %, principalement en raison d'une réduction des salaires des employés et des dépenses connexes.

Toutefois, en raison des conflits et de l'instabilité, de la baisse des prix du pétrole et de la lenteur des réformes, la croissance de la région connaît un ralentissement économique. En Algérie et en Irak, la production ne devrait augmenter que de 0,9%, et en République islamique d'Iran de 0,6% seulement.

Atalayar_Economía Oriente Medio
AFP/ZAID AL_OBEIDI - Une vue aérienne montre des ouvriers utilisant des bulldozers pour enlever les débris de maisons détruites dans la province de Ninive, à environ 30 kilomètres de Mossoul, dans le nord de l'Irak, le 6 avril 2021

Cette situation fait qu'il est difficile d'échapper à l'extrême pauvreté dans la région, car les niveaux restent très bas, à 2,6 %. Toutefois, la vulnérabilité à la pauvreté continue d'augmenter, 53 % de la population vivant avec 4 dollars par jour ou moins.