La BEI a réservé un tiers de ses financements en 2020 pour le covid, soit 25,5 milliards 

Augmentation des investissements dans le climat et soutien aux PME 
Sede del Banco Europeo de Inversiones en Luxemburgo

PHOTO/BEI    -   Siège de la Banque européenne d'investissement à Luxembourg

La Banque européenne d'investissement (BEI) a affecté un tiers de ses fonds à la lutte contre la pandémie de coronavirus d'ici 2020, principalement pour maintenir à flot les petites et moyennes entreprises, mais aussi pour investir dans les hôpitaux, les vaccins ou les traitements. 

L'année dernière, 76,8 milliards d'euros ont été financés et 40 % sont allés à des projets d'action climatique, contre 34 % l'année précédente, même si la pandémie a obligé à faire un effort supplémentaire dans d'autres domaines.  

"Ce fut une année difficile mais cruciale", a déclaré mercredi le président de la BEI, Werner Hoyer, lors de la présentation des résultats annuels du groupe, ajoutant qu'en 2020 "il s'est avéré être un instrument vital pour l'autonomie stratégique de l'UE", capable d'agir "rapidement" et sur "tous les fronts".  

Investissement dans COVID 

Sur les 25,5 milliards d'euros qui ont été investis dans la lutte contre la pandémie, la plupart sont allés au soutien des PME et de leurs travailleurs, en particulier dans les pays européens qui ne peuvent se permettre d'énormes renflouements publics, mais des prêts ou des garanties ont également été accordés pour les infrastructures hospitalières ou pour le développement de vaccins et de traitements.  

C'est le cas d'un prêt de 100 millions d'euros à la société allemande BioNTech, qui a développé avec Pfizer le premier vaccin autorisé dans l'UE et qui avait déjà reçu un financement de la BEI pour d'autres recherches, ou du crédit de 400 millions d'euros à l'initiative internationale COVAX visant à permettre aux pays à faible et moyen revenu d'accéder au vaccin. 

La BEI a financé 25 autres projets "prometteurs" dans le domaine des vaccins, des diagnostics et des traitements pour le covid-19, a expliqué M. Hoyer. 

"En tant que banque publique, nous sommes entrés pour investir là où le marché privé ne le ferait pas en raison des risques élevés et de la nature à long terme de ces projets", a-t-il déclaré.   

Aide supplémentaire pour les PME 

Grâce à cette aide à la pandémie, les investissements de la BEI dans les PME ont augmenté de 5 milliards pour atteindre 30,6 milliards d'euros en 2020, aidant 425 000 entreprises, selon les estimations de la banque.  

En plus de ce financement, 5,4 milliards d'euros ont été accordés par le biais du nouveau fonds de garantie que l'UE a décidé de lancer en avril dernier, dans le cadre du train de mesures d'urgence contre la pandémie.  

Le président de la BEI a annoncé que dans "les six prochains mois", ils espèrent mobiliser "près de 50 milliards d'euros" grâce à cet instrument, qui "augmente très rapidement et efficacement".  

Ce fonds - qui n'est pas inscrit au bilan de la BEI - fonctionne avec 25 milliards d'euros de garanties fournies par les pays de l'UE, ce qui permet à la banque de fournir des financements aux PME ou aux entreprises de taille moyenne, soit directement, soit par l'intermédiaire de fonds d'investissement ou de banques de promotion nationales.  

La Commission a alloué 200 milliards d'euros pour aider les PME qui seraient autrement viables.  

"Jusqu'à présent, nous avons donné de l'oxygène à l'économie, mais à partir de maintenant, nous devrons compléter cette aide d'urgence par un financement pour une reprise longue et difficile", a averti M. Hoyer. 

Les investissements dans le domaine du climat augmentent 

Pour le président de la BEI, le groupe a également montré qu'"il n'y a pas de choix entre financer la reprise ou investir dans le climat et l'innovation".  

Outre les 36,6 milliards d'euros destinés aux PME, 16,8 milliards d'euros ont été investis dans des projets environnementaux, 15 milliards d'euros dans les infrastructures et 14,4 milliards d'euros dans l'innovation, les quatre domaines prioritaires de la Banque. 

Au total, les projets ayant un impact sur le climat ou l'environnement ont représenté 40 % des investissements (quelque 30,7 milliards), ce qui rapproche la BEI de son objectif d'allouer 50 % de ses financements au climat et d'investir un total de 1 000 milliards d'euros d'ici 2030. 

Le groupe va réduire ses investissements dans les aéroports ou les routes et les augmenter dans l'efficacité énergétique ou l'innovation verte, a déclaré M. Hoyer, qui a reconnu que bien que le gaz soit "fini", les investissements dans des projets concrets avec ce carburant seront maintenus puisque certains pays en dépendent entièrement pour leur transition énergétique.