La cellule dormante du califat

Après le renversement de Daesh en Syrie, des milliers de femmes, ainsi que leurs enfants, ont été détenus et emmenés dans des camps de réfugiés où se déroule un nouvel endoctrinement djihadiste qui attend d'être révélé au grand jour
Atalayar_Niños Daesh

AP/BADERKHAN AHMAD  -   Un garçon joue avec une épée brisée dans le camp d'al-Hol, qui abrite des familles de membres de Daesh dans la province de Hasakeh, en Syrie.

Les camps de réfugiés sont les nouvelles victimes du djihadisme

Dix ans après le début du conflit, la Syrie est toujours dévastée. Après la fin des attaques armées, la faim et la pauvreté se sont abattues sur le pays, provoquant le déplacement national et international de milliers de réfugiés en quête d'un avenir meilleur. Le régime de Bachar al-Asad a réussi à résister et les dernières élections syriennes, qualifiées de "frauduleuses" par la communauté internationale, en sont la preuve, mais Al-Asad règne désormais sur un pays de misère et de ruines. 

Atalayar_Niños Daesh
AP/BADERKHAN AHMAD - Un garçon montre une pièce de 5 dinars de Daesh, dans le camp d'al-Hol, qui abrite des familles de membres du groupe État islamique, dans la province de Hasakeh, en Syrie.

Les affrontements civils, les interventions internationales et, surtout, la propagation du terrorisme ont été des événements qui ont marqué le cours d'une guerre dont les victimes les plus défavorisées, directement et indirectement, ont été les civils. Ce secteur a été victime d'une guerre sanglante dans laquelle des unités nationales et internationales se sont disputé territoire et influence jusqu'à la mort.

L'émergence de Daesh en tant que nouvel acteur de la guerre a constitué une menace pour la sécurité internationale qui a entraîné la réaction des principales puissances pour empêcher son expansion dans la région. Les terroristes ont réussi à occuper de vastes territoires syriens en semant la terreur, en assassinant et en violant des civils de toutes sortes. À cet égard, le secteur le plus vulnérable à être capturé par les rangs des djihadistes a été et continue d'être les enfants. Les premiers pour apprendre à tuer et à s'entretuer au nom d'Allah, afin de réaliser le rêve de créer un califat mondial, selon leur doctrine. Ce dernier pour mettre en œuvre les doctrines diffusées par le manifeste de la brigade Al-Jansa, qui revendique le rôle des femmes musulmanes dans la société, destinées à procréer, éduquer et servir sexuellement les terroristes afin de donner naissance à des enfants qui, dès leur naissance, seront rejetés par la société internationale car ils seront considérés comme des points d'union avec les terroristes et les futurs djihadistes. 

Atalayar_Niños Daesh
AP/BADERKHAN AHMAD - Depuis plus de deux ans, quelque 27 000 enfants croupissent dans le camp d'al-Hol, qui abrite des familles de membres de Daesh

Certains d'entre eux, après la défaite de Daesh dans les territoires syriens, ont réussi à fuir et à se réfugier dans des camps où l'on assiste au réveil de nouvelles cellules djihadistes qui cherchent désormais à opérer avec d'autres moyens, plus silencieux, mais tout aussi efficaces. Les chiffres indiquent une vague de déportations qui a dépassé les 3,2 millions de réfugiés répartis dans des camps au Liban, en Turquie, en Jordanie et en Irak.

Pendant ce temps, dans les mêmes camps, les ex-femmes de djihadistes et les enfants nés de leurs unions sont considérés comme des terroristes pour avoir glorifié les actes commis par les terroristes de leurs parents qui sont soit morts soit en prison. L'avenir de ces enfants est maintenu dans l'incertitude en vivant dans un débat moral constant sur la question de savoir s'ils sont des victimes ou des coupables, alors qu'en réalité ce sont des enfants qui ne connaissent aucune autre réalité que la guerre et ses circonstances.

Atalayar_Niños Daesh
AFP/DELIL SOULEIMAN - Le camp d'al-Hol, géré par les Kurdes, qui abrite les membres des familles des combattants de Daesh.

La guerre a dépouillé les mineurs de leur famille et de leur enfance et ils sont tombés, en raison de multiples facteurs, dans un terrorisme atroce et cruel qui endoctrine dans la peur et utilise les enfants pour les manipuler et les transformer en "soldats". Beaucoup d'entre eux n'ont que dix ans lorsqu'ils savent déjà manier des AK-47 et trancher des gorges. Dans la même veine, ils apprennent que leurs vies ne valent rien pour la cause du bien commun de ce type de djihad.

Un ancien membre recruté par Daesh, Jomah, 17 ans, a déclaré au Wall Street Journal qu'il avait reçu des "leçons" aux côtés d'enfants âgés de 8 ans seulement sur la façon de décapiter et a souligné la désensibilisation à laquelle il a été exposé après la normalisation affichée par les djihadistes : "C'était comme apprendre à couper un oignon. (...) Vous l'attrapiez par le front, puis vous tranchiez lentement la zone du cou." Le fait que le message politico-idéologique ait été caché dans le discours religieux n'est pas anodin. Pour Daesh, attribuer des actions criminelles à des messages religieux est essentiel pour pouvoir les justifier et faire en sorte que les enfants ne ressentent aucune crainte. Pour cette raison, les djihadistes choisissent des passages violents du Coran et font étudier la charia aux mineurs en alternant avec une formation militaire. 

Atalayar_Niños Daesh
REUTERS/RODI SAID - Un membre des Asayish monte la garde devant un véhicule endommagé par un attentat suicide au centre des forces de sécurité kurdes (Asayish).

D'autre part, l'analyste international Ayman al-Tamimi a montré des vidéos datant de juin 2014 montrant des enfants de 5 ans commettant des actes terroristes. C'est le cas d'Isa Adare, un enfant de seulement 5 ans, fruit du mariage d'une Britannique et d'un Suédois qui se sont rendus en Syrie pour servir Daesh. Dans la vidéo, on peut voir comment l'enfant a déclenché le détonateur d'une bombe qui a fait exploser une voiture avec trois prisonniers à l'intérieur, accusés d'espionnage.

L'un des cas les plus extrêmes d'abus de ces enfants est leur utilisation comme "sacrifices". Dans ces cas, les djihadistes encouragent les enfants à se sacrifier pour la grande cause de Daesh, qui est la création d'un califat mondial. En 2016, 88 de ces enfants ont été victimes de ces tromperies, commettant des attentats-suicides après avoir déclenché les explosifs qu'ils portaient autour de leur propre corps.

Atalayar_Niños Daesh
AFP/BULET KILIC - Sur cette photo d'archive prise le 27 février 2019, de jeunes enfants regardent un membre des Forces démocratiques syriennes (FDS) dirigées par les Kurdes.

Les filles subissent un sort différent, la plupart d'entre elles étant violées et mariées de force alors qu'elles sont encore jeunes. La Syrie est donc le reflet de crimes inhumains dans lesquels aucune fin n'a pu justifier les moyens. Les mineurs, s'ils parviennent à s'échapper de leurs rangs, subiront à long terme des séquelles physiques, des traumatismes émotionnels et des difficultés à sortir de la spirale de la violence. La Syrie continue de respirer la guerre et l'inhumanité par ses pores et les enfants sont les victimes les plus vulnérables et les plus blessées dans une guerre qui ne comprend ni le sexe ni l'âge.

Après la chute de Daesh

La chute de Baguz en 2019, considérée comme le dernier bastion terroriste en Syrie, a déclenché des milliers d'arrestations de combattants djihadistes et le transfert de leurs familles vers des prisons et des camps situés dans le nord-est de la Syrie, sous contrôle kurde. Parmi eux, des terroristes européens qui, captés par les messages propagandistes de Daesh, se sont rendus en Syrie pour combattre pour la construction d'un califat mondial, loin des "idées européennes immorales". Ce dilemme a suscité un débat qui tourne autour du devoir moral, des droits de l'homme, de la justice et de la sécurité internationale de rapatrier leurs ressortissants européens.

Atalayar_Niños Daesh
AFP/DELIL SOULEIMAN - Des membres des forces de sécurité kurdes syriennes montent la garde alors que des enfants quittent un bâtiment, lors de la remise d'enfants orphelins de combattants présumés du groupe État islamique.

Dans cette situation de vide juridique, les camps de Roj et d'Al-Hol, dans le nord-est de la Syrie, accueillent plus de 70 000 personnes, dont 10 000 femmes, souvent des veuves, et des enfants dont les parents sont des terroristes de Daesh.

Al-Hol est l'un des camps destinés à rassembler les personnes déplacées des anciens membres de Daesh. Ces camps se révèlent être des foyers de radicalisation en raison des idées radicales profondément enracinées qui sont encore renforcées par la négligence internationale et la défaite même du "califat". De même, au sein du camp, il est très difficile de faire la distinction entre ceux qui sont radicaux et ceux qui ne le sont pas. En ce sens, près d'Al-Hol, dans le centre de réhabilitation Al-Houri, il y a de nombreux adolescents qui ont été d'anciens combattants de Daesh et qui subissent les conséquences les plus directes de leur appartenance à l'organisation, quel que soit leur âge. 

Atalayar_Niños Daesh
AFP/DELIL SOULEIMAN - Des femmes et des enfants syriens soupçonnés d'être liés aux combattants de Daesh se rassemblent dans le camp d'al-Hol

La situation dans ces camps devient extrêmement grave, tant en raison de l'influence du djihadisme sur les plus jeunes enfants et des mauvaises conditions dans lesquelles ils vivent, qu'en raison de la violence. Selon l'Agencia EFE, en janvier dernier, 20 meurtres ont été commis à Al-Hol, dont un décapité. Le groupe militant Rojava Information Center (RIC) a indiqué que les 19 victimes étaient des résidents du camp et avaient une vingtaine d'années. La 20e victime était un membre de la police kurde, les Asayish, qui a été exécuté après avoir reçu plusieurs balles dans la tête. Cependant, le camp dispose de centres de réhabilitation qui tentent d'apporter un soutien psychologique à ces jeunes hommes, mais dans la plupart des cas, les ressources sont rares et ils ne font pas l'affaire.

En outre, la plupart d'entre eux sont largement rejetés au niveau international en tant que terroristes. Pendant ce temps, les cellules latentes qui s'organisent dans ces camps profitent de leur état psychologique pour tenter de poursuivre leur recrutement. Ces enfants subissent une double agression puisque lorsqu'ils tentent de retourner dans leur communauté, de nombreux habitants les rejettent pour avoir fait partie de groupes terroristes. Un dirigeant de l'opposition armée en Syrie a déclaré à The Economist qu'"ils ont tué notre famille et nos amis et pour cela ils méritent de mourir". 

Atalayar_Niños Daesh
AFP/DELIL SOULEIMAN - Des femmes et des enfants marchent dans le camp de déplacés d'Al-Hol, géré par les Kurdes, dans le gouvernorat d'Al-Hasakeh.

Ce contexte peut amener ces enfants, grandissant dans un climat qui les répudie, à devenir de nouveaux djihadistes de Daesh qui deviendront, à l'avenir, un nouveau danger pour la société internationale. Outre ce rejet international, il est nécessaire de mentionner les terribles conséquences que subissent ces enfants pour avoir perpétré des crimes dès leur plus jeune âge. Si les mineurs ont été directement ex-combattants, ils souffrent de multiples cas de stress post-traumatique et de cas cliniques élevés d'anxiété, augmentant ainsi la longue liste des blessures invisibles comme conséquence directe de la guerre.

Selon un rapport de Save the Children, "49 % des enfants disent qu'ils éprouvent toujours ou presque toujours des sentiments de chagrin ou de tristesse extrêmes" et 78 % d'entre eux se sentent ainsi à un moment ou à un autre de la journée.

Atalayar_Niños Daesh
AFP/BULENT KILIC - Sur cette photo d'archive prise le 27 février 2019, un membre des Forces démocratiques syriennes (FDS) dirigées par les Kurdes monte la garde alors qu'une femme marche avec un enfant.

Daesh a utilisé le recrutement de ces enfants comme un élément fondamental de sa propagande terroriste. Le rapport intitulé "Les enfants de l'État islamique" recense jusqu'à 254 vidéos publiées par le groupe terroriste, dans lesquelles des enfants âgés de 10 à 15 ans font exploser des bombes et portent des armes à feu.

Dans les anciennes zones contrôlées par Daesh en Syrie, les terroristes "éduquent" les enfants dans cette dynamique en leur offrant de la nourriture, des boissons et des bonbons en guise de récompense. Dans le cadre de cet endoctrinement, les cours ont été suspendus et les salles de classe sont passées du statut de centre éducatif à celui d'entrepôt d'armes et de centre de formation militaire des mineurs. En outre, les djihadistes mènent dans les territoires occupés une politique de terreur dans laquelle ils cherchent à soumettre la population à la famine. 

Atalayar_Niños Daesh
AFP PHOTO / YOUTUBE - Une image d'archive tirée d'une vidéo téléchargée sur YouTube le 23 août 2013 montre prétendument un membre de Ussud Al-Anbar (Lions of Anbar).

Avec cette stratégie sanglante, les familles envoient leurs enfants dans les camps d'entraînement pour obtenir de l'argent et pouvoir manger.

Dans cette optique, l'ONG Human Rights Watch a publié un rapport dans lequel il est indiqué que les djihadistes versent 100 dollars par mois aux familles qui envoient leurs enfants, tandis que les plus âgés reçoivent 200 dollars. De même, les enfants apprennent les enseignements du Coran et sont endoctrinés dans la violence, apprenant à utiliser toutes sortes d'armes. En revanche, si un enfant refuse de suivre la formation, il est sévèrement puni par des coups de fouet ou torturé en étant sévèrement battu sur la plante des pieds.

L'endoctrinement de Daesh dans les camps

Beaucoup de ces enfants n'ont jamais connu d'autre situation que la guerre. La peur, la vulnérabilité des enfants et la solitude que certains d'entre eux éprouvent après avoir perdu leur famille font de ce secteur de la population un élément clé pour devenir les "serviteurs" des groupes terroristes. Les enfants sont des victimes à la fois directes et indirectes, puisqu'ils sont victimes de meurtres, de travail forcé, de mutilations et de violences sexuelles, et qu'ils sont aussi ceux qui, contraints par Daesh, commettent ces actions.

Atalayar_Niños Daesh
AFP/DELIL SOULEIMAN - Al-Hol abrite plus de 60 000 personnes, dont 24 300 Syriens capturés ou déplacés par les combats visant à chasser Daesh de sa dernière parcelle de territoire syrien il y a près de deux ans.

La situation dans les camps tels que ceux d'Al-Hol connaît des phénomènes qui n'auraient pas été expérimentés auparavant dans les groupes terroristes islamiques. Les femmes assument un rôle fondamental dans le recrutement des enfants, au point que ce sont elles qui forment une sorte de matriarcat dans les camps, sous la houlette d'un émir qui contrôle la gestion de l'enclos. Motivées par la mort de leurs maris ou leur emprisonnement, leur idéologie est devenue de plus en plus extrémiste et ce sont elles-mêmes qui motivent leurs enfants à continuer à perpétuer les idées djihadistes radicales.

L'un des administrateurs du camp d'Al-Hol, Jaber Mustafa, a affirmé que "les étrangers les plus radicaux travaillent secrètement à se réorganiser. Ils veulent reconstruire l'État islamique à l'intérieur de ce camp. Il y a eu de nombreux crimes liés à cela. 

Atalayar_Niños Daesh
AFP/DELIL SOULEIMAN - Al-Hol abrite plus de 60 000 personnes, dont 24 300 Syriens capturés ou déplacés par les combats visant à chasser Daesh de sa dernière parcelle de territoire syrien il y a près de deux ans.

Ces développements ont placé les camps sous les projecteurs de la communauté internationale, qui s'interroge sur l'avenir de ces femmes et de leurs enfants. Après le retrait des troupes américaines dans le nord de la Syrie en 2019, Trump a alerté les pays européens pour qu'ils rapatrient leurs prisonniers, afin qu'ils soient jugés dans leur pays d'origine et qu'ils soient davantage contrôlés, compte tenu du risque d'effondrement des prisons kurdes et du contrôle difficile à l'intérieur des camps.

Toutefois, l'Europe estime que les djihadistes de retour au pays représentent un risque pour la sécurité du pays, car ils affirment avoir "reçu un entraînement militaire et être profondément endoctrinés dans le projet djihadiste". Pour cette raison, la décision de l'Europe visait à maintenir les djihadistes et leurs proches emprisonnés ou jugés en Syrie et en Irak

Atalayar_Niños Daesh
AFP/DELIL SOULEIMAN - Le camp kurde d'Al-Hol, qui abrite les familles de combattants présumés de Daesh, dans le gouvernorat de Hasakeh, au nord-est de la Syrie

Dans cette optique, le HCR estime qu'il y a un total de 11 000 femmes et enfants détenus dans la région du Kurdistan syrien. Le dilemme européen pose les mêmes mesures adoptées à l'égard des djihadistes masculins pour que les femmes soient maintenues en Syrie car elles font valoir la forte capacité de recrutement qu'elles exercent et l'entraînement militaire auquel elles ont été confrontées, dans certains cas. Bien qu'il n'y ait aucune preuve qu'ils aient commis des attentats terroristes, dès qu'ils rentreront en Europe, ils seront arrêtés et jugés, il n'est donc pas nécessaire de commettre un acte terroriste pour être jugé comme tel.

Cette mesure est maintenue dans tous les pays européens, à l'exception de l'Allemagne, qui prévoit que les femmes qui ont accompagné leur mari en Syrie mais sont restées dans la sphère privée du foyer en s'occupant des enfants, ne seront pas jugées comme des terroristes. 

Atalayar_Niños Daesh
PHOTO/ARCHIVO - Brigade Al-Khansaa

En ce qui concerne les mineurs, les gouvernements conviennent qu'ils doivent être traités comme des victimes. En fait, les enfants de djihadistes sont le seul groupe pour lequel les États européens ont élaboré des plans de rapatriement. Toutefois, ces rapatriements ont été peu nombreux et espacés.

Dans cette optique, la Belgique est l'un des pays qui a pris l'initiative de gérer le rapatriement des enfants. En mars dernier, le Premier ministre belge, Alexandre de Croo, s'est engagé à faire "tout son possible" pour rapatrier les enfants de moins de 12 ans qui se trouvaient dans les camps. M. De Croo a déclaré que ces mesures devaient être prises le plus rapidement possible en raison de la détérioration des conditions de vie dans les deux camps. Selon le ministre, les demandes de rapatriement seront examinées sur la base de trois critères : l'intérêt supérieur de l'enfant, le danger pour le système et les implications en matière de sécurité et de sûreté. 

Atalayar_Niños Daesh
 AFP/DELIL SOULEIMAN - Des membres des forces de sécurité kurdes syriennes montent la garde alors que des enfants quittent un bâtiment, lors de la remise d'enfants orphelins de combattants présumés du groupe État islamique. 

L'Europe est donc confrontée à un nouveau débat qui place le continent entre le marteau et l'enclume. D'une part, la crainte que les djihadistes et leurs épouses puissent commettre des actes terroristes menaçant la sécurité nationale reste l'argument de base contre le rapatriement. D'autre part, les camps qui accueillent des membres de la famille ainsi que des sympathisants de Daesh deviennent des centres terroristes qui visent à mener leur propre djihad d'un point de vue dialectique et doctrinal, ce qui pourrait conduire à de futurs attentats susceptibles de mettre à nouveau en danger la sécurité internationale. Pendant ce temps, dans ce dilemme se trouvent les enfants qui, loin d'assumer ce qu'il adviendra de leur avenir, ont été les victimes d'un phénomène djihadiste qui s'est répandu comme une traînée de poudre et a transformé les opportunités et la croissance en peur et en misère. 

Atalayar_Niños Daesh
AFP/DELIL SOULEIMAN - Vue générale du camp d'al-Hol dans le gouvernorat d'al-Hasakeh au nord-est de la Syrie.

Les mineurs, aussi bien ceux qui ont été capturés par Daesh que ceux qui ne l'ont pas été, sont les plus grandes victimes en raison des dommages physiques et psychologiques et de la situation à laquelle, bien qu'ils n'en soient pas conscients, ils devront faire face tout au long de leur vie après avoir vécu un passé où la guerre a été leur enfance et dont les séquelles resteront permanentes.