PUBLICIDAD

Iberdrola

La Chine cherche des partenaires pour construire une base habitée sur la Lune

Pékin a ouvert ses portes à Moscou et à la collaboration internationale pour installer une station scientifique habitée sur notre satellite naturel dans les années 2030
La Chine et la Russie doivent coopérer. Le président russe Vladimir Poutine est réticent à se limiter à regarder son voisin Xi Jinping mener un projet pour poser ses pieds sur la lune

PHOTO/Présidence Russie  -   La Chine et la Russie doivent coopérer. Le président russe Vladimir Poutine est réticent à se limiter à regarder son voisin Xi Jinping mener un projet pour poser ses pieds sur la lune

Avec le feu vert du parti communiste chinois et du président Xi Jinping lui-même, les ingénieurs et les scientifiques de l'espace chinois travaillent à vitesse de croisière sur la conception de ce qui pourrait devenir la première base humaine sur la Lune. 

Avec la ferme volonté des autorités de Pékin de voir leurs astronautes poser le pied sur la Lune dans un avenir proche, les plans élaborés par l'Administration spatiale nationale chinoise ou CNSA - acronyme de China National Space Administration - ont ouvert les portes à la présence dans le projet d'agences spatiales de pays tiers. 

L'initiative a été baptisée Station internationale de recherche lunaire (ILRS) acronyme de International Lunar Research Station et a déjà été soumise au Comité des Nations unies sur les utilisations pacifiques de l'espace extra-atmosphérique.

La Estación Internacional de Investigación Lunar de China se levantará en las cercanías del polo sur, con mayores posibilidades de extraer agua y oxígeno, imprescindibles para la supervivencia de los astronautas.
PHOTO/CNSA - La station internationale de recherche lunaire chinoise sera construite près du pôle Sud, avec de plus grandes possibilités d'extraction d'eau et d'oxygène, essentielles à la survie des astronautes.

Les premières études présentées par la CNSA soulignent que l'ILRS sera construit près du pôle sud lunaire, où il y a plus de possibilités d'extraire des ressources naturelles qui peuvent être converties en eau et en oxygène, essentiels pour la survie des astronautes. 

Les premières missions débuteront dans quelques années et se poursuivront tout au long de la décennie avec une première série de missions robotisées du programme Chang'e, du nom de la déesse chinoise de la lune. Si nécessaire, les missions seront prolongées jusqu'au début des années 2030.

L'objectif est de disposer, d'ici la mi-2030, d'une base temporaire solide où plusieurs équipes d'astronautes pourront vivre et travailler pendant de courtes périodes et à partir de laquelle ils pourront déployer des véhicules terrestres et aériens. Les plans actuels de la CNSA prévoient une présence humaine prolongée pour la période 2036-2045. 

En primer plano, el director de la Administración Nacional del Espacio de China (CNSA), Zhang Kejian (izquierda), junto al presidente de la Agencia Espacial de Francia (CNES), Jean-Yves Le Gall (centro), y el administrador de la NASA, Jim Bridenstine, con las manos en los bolsillos. En la medida de lo posible, Bridenstine intenta evitar estrechar relaciones con la CNSA para evitar plagios de tecnología
PHOTO/CNES - Au premier plan, le directeur de l'Administration spatiale nationale chinoise (CNSA), Zhang Kejian (à gauche), avec le président de l'Agence spatiale française (CNES), Jean-Yves Le Gall (au centre), et l'administrateur de la NASA, Jim Bridenstine, les mains dans les poches. Dans la mesure du possible, Bridenstine s'efforce d'éviter les relations étroites avec la CNSA pour éviter le plagiat technologique
Une base scientifique internationale sous commandement chinois

Le but du projet est de construire et d'exploiter la première station scientifique de l'humanité au pôle sud lunaire. Les astronautes qui y seront stationnés entreprendront des expériences scientifiques à long terme et tenteront de tirer parti de toutes les ressources fournies par notre satellite naturel.

Le pari d'une présence étrangère dans les grands projets spatiaux chinois n'est pas dû à un besoin d'obtenir des ressources économiques. Elle représente la mise en œuvre d'une stratégie globale visant à impliquer les puissances spatiales telles que la Russie, l'Europe, la France, l'Allemagne, l'Italie, l'Espagne et même les États-Unis, qui sont réticents à collaborer en matière spatiale.

La nouvelle politique spatiale vise également à attirer dans sa sphère d'influence les pays émergents d'Asie, d'Afrique et d'Amérique du Sud, jusqu'à présent absents de la Station spatiale internationale et du futur complexe orbital Gateway, tous deux dirigés par les États-Unis, avec la participation de l'Europe, du Japon et de la Russie. 

La plataforma orbital lunar Gateway es un proyecto liderado por la NASA con la finalidad de servir de puente al despliegue de astronautas a la superficie lunar
PHOTO/NASA - Le Lunar Orbital Platform Gateway est un projet mené par la NASA pour faire le pont entre le déploiement des astronautes et la surface lunaire

Les premières étapes envisagées par le projet ILRS avec la participation de pays tiers sont les missions d'exploration robotique Chang'e-6, 7 et 8. L'Agence spatiale fédérale russe -Roscosmos- et l'Agence spatiale européenne (ESA) sont en pourparlers depuis un certain temps avec la Chine pour déterminer les modalités de leur contribution.

Bien sûr, la nation qui regarde de plus près l'ambitieux projet lunaire de la Chine est la Russie, qui est dépassée par l'ampleur des initiatives chinoises dans tous les domaines du domaine spatial.

Avec l'approbation du président Vladimir Poutine, les équipes de direction de Dimitri Rogozin, le directeur de Roscosmos, et de Zhang Kejian, depuis mai 2018 à la tête de la CNSA -l'équivalent chinois de Roscosmos-, sont en contact permanent afin de déterminer la contribution russe à la construction de la station internationale de recherche lunaire.

El máximo responsable de la Agencia espacial de Rusia, Dimitri Rogozin, y su equivalente chino, Zhang Kejian, mantienen estrechos contactos para determinar la contribución de Rusia a la construcción de la estación internacional de investigación lunar
PHOTO/Roscosmos - Le chef de l'Agence spatiale russe Dmitry Rogozin et son équivalent chinois Zhang Kejian sont en contact étroit pour déterminer la contribution de la Russie à la construction de la Station internationale de recherche lunaire
La Russie et l'Europe, les premiers intéressés

En septembre dernier, les deux parties ont signé deux accords pour coopérer et coordonner les missions que les deux pays prévoient de mettre en orbite à partir de 2024 : le Chang'e-7 chinois et le Lune-26 russe. 

La Russie s'est engagée à apporter sa technologie à la mission Chang'e-7, qui fournira des images de la région du pôle Sud et recherchera la présence de glace dans la région. La Chine contribuera au projet russe Luna-26, un orbiteur équipé de 14 instruments qui cartographieront toute la surface lunaire et étudieront l'impact du vent solaire et des rayons cosmiques de haute énergie. Chang'e-7 sera suivi par Chang'e-8 en 2027, dont les expériences comprennent des tests d'impression en 3D.

China quiere tener a mediados de 2030 una base científica internacional temporal en la que astronautas puedan llevar a cabo experimentos y desplegar ingenios terrestres y aéreos. Y hacerla permanente en el periodo 2036-2045.
PHOTO/NASA - D'ici la mi-2030, la Chine veut disposer d'une base scientifique internationale temporaire où les astronautes pourront mener des expériences et déployer des dispositifs terrestres et aériens. Et le rendre permanent dans la période 2036-2045.

L'ESA porte également un intérêt particulier à toutes les initiatives de Pékin ouvertes à la coopération, en particulier ses projets d'exploration lunaire. Depuis 1993, elle dispose même d'un cadre supérieur responsable des relations avec la Chine, le Suédois Karl Bergquist. 

Bergquist assure que l'Agence suit « de très près » les différentes missions de Chang'e et l'initiative ILRS pour trouver des « intérêts programmatiques communs ». Le projet ILRS présente de nombreuses similitudes avec le concept de « village lunaire » ou « Moon Village » proposé par le directeur général de l'ESA, l'Allemand Jan Woerner, qui a pris ses fonctions le 1er juillet 2015, mais dont le mandat expire le 30 juin 2021.  

China mantiene en la cara oculta de la Luna el pequeño vehículo todo terreno de 140 kilos Yutu-2 desde enero de 2019
PHOTO/CNSA - La Chine maintient le petit véhicule tout-terrain Yutu-2 de 140 kilos sur la face cachée de la lune depuis janvier 2019

Il est actuellement prévu de lancer la mission Chang'e-5 à la fin de cette année, très probablement à la fin novembre. Cette mission de 8,2 tonnes a pour but d'amener des échantillons lunaires dans le sol afin d'analyser la composition de son sol. En cas de succès, la mission Chang'e-6 décollerait en 2023-2024 dans le but d'atterrir près du pôle sud lunaire et d'étudier la région. Sinon, elle tenterait de répéter la mission ratée assignée à Chang'e-5 

Depuis janvier 2019, la Chine garde sur la face cachée de la lune le petit véhicule tout-terrain Yutu-2 (lapin de jade 2) de 140 kilos, déployé à partir de la sonde Chang'e-4, lancée dans l'espace en décembre 2018.