PUBLICIDAD

Iberdrola

La Chine cherche à s'établir militairement en Afrique

S'étant imposé comme un partenaire clé sur le continent africain, Pékin défend ses intérêts commerciaux et économiques
china-yibuti-africa

PHOTO/AFP  -   Des membres de l'Armée populaire de libération chinoise assistent à la cérémonie d'ouverture de la nouvelle base militaire chinoise à Djibouti

Depuis plusieurs années, la Chine développe des liens commerciaux forts avec l'Afrique sur la base de l'initiative "Belt and Road". Selon Pékin, ces relations sont également fondées sur une coopération amicale entre la Chine et les pays africains avec lesquels elle établit des partenariats commerciaux et économiques. Cependant, le géant asiatique a également été accusé de "néocolonialisme" et certains pays - notamment en Occident - voient d'un mauvais œil l'expansion de la Chine sur le continent africain.

Pékin est déjà le principal partenaire commercial de nombreux pays subsahariens. Selon les chiffres du ministère chinois du Commerce rapportés par l'IEEE, les échanges commerciaux - qui ont considérablement augmenté ces dernières années - atteindront 300 milliards de dollars d'ici 2035.  

china-africa
REUTERS/HASNOOR HUSSAIN - La Chine développe depuis plusieurs années des liens commerciaux internationaux forts à travers l'initiative "Belt and Road"

Toutefois, le commerce et l'économie ne sont pas les seuls secteurs par lesquels la Chine cherche à s'implanter en Afrique. Depuis l'ouverture d'une base militaire à Djibouti en 2017 - sa première à l'étranger - Pékin a redoublé d'efforts pour accroître son expansion militaire en Afrique, augmentant ainsi sa puissance mondiale. Comme le souligne Paul Nantulya, de l'Africa Center, 2 000 soldats chinois sont actuellement stationnés en permanence sur la base de Djibouti. En outre, Pékin a construit une jetée capable d'accueillir un porte-avions, ce qui, selon Nantulya, "permet à la Chine de projeter sa puissance au-delà du Pacifique occidental".

Il en va de cette base militaire comme de l'expansion commerciale de la Chine en Afrique. Bien que Pékin se défende de ses bonnes intentions - dans ce cas, il s'agit de lutter contre la piraterie et de maintenir la paix - on sait peu de choses sur cette installation et sur les activités de l'Armée populaire de libération (APL) chinoise dans le pays. "Les citoyens ne sont pas au courant de l'accord de sécurité sino-Djiboutien, car les tribunaux et les médias djiboutiens ne sont pas indépendants", explique Nantulya.  

china-africa
REUTERS/THOMAS MUROYA - Travaux de construction sur l'autoroute de Nairobi, construite par la China Road and Bridge Corporation (CRBC) sur la base d'un partenariat public-privé (PPP), le long de l'autoroute Uhuru à Nairobi, au Kenya

Après Djibouti, les analystes et les journalistes se demandent où la Chine installera sa prochaine base militaire sur le continent. Africa Center indique la Guinée équatoriale, l'Angola ou la Namibie comme destinations possibles, tandis que les États-Unis mettent en avant l'Angola, le Kenya, les Seychelles et la Tanzanie, bien que la Guinée équatoriale ne soit pas exclue non plus. "C'est en Guinée équatoriale qu'ils ont actuellement le plus d'influence", déclare le général Stephen J. Townsend, commandant du commandement américain pour l'Afrique, dans un communiqué de presse du ministère de la défense.

Quoi qu'il en soit, il est possible que la construction de ces infrastructures se fasse en secret, comme cela a déjà été le cas pour la base de Ream au Cambodge - qui représenterait la deuxième installation militaire chinoise à l'étranger - ou celle de Djibouti. Concernant la base du pays d'Asie du Sud-Est, Pékin a fait allusion à des "spéculations malveillantes", tout en refusant de confirmer celle de Djibouti jusqu'au début de la construction.  

china-jinping
AFP/ NICOLAS ASFOURI - Le président chinois Xi Jinping
Commerce, économie et défense, des concepts qui vont de pair 

Au tournant du millénaire, la Chine a commencé à se tourner vers le continent africain en matière militaire. En 2000, le premier Forum pour la coopération sino-africaine a été organisé - huit événements de ce type ont eu lieu depuis lors, le dernier en 2021 - et a jeté les bases de la stratégie de la Chine en Afrique. Quatre ans plus tard, en 2004, l'ancien président Hu Jintao a dévoilé le concept d'une "nouvelle mission historique" pour l'APL afin de lui permettre de mener à bien "diverses missions militaires".  

china-africa-foro
AP/ANDY WONG - Le logo du Forum sur la coopération sino-africaine exposé au siège à Beijing, lundi 3 septembre 2018

Quelques années plus tard, en 2011, Pékin a fait jouer ses muscles militaires en pleine crise libyenne. Le géant asiatique a envoyé un navire de guerre et des avions militaires pour évacuer plus de 35 000 Chinois qui se trouvaient en Libye. Nombre de ces ressortissants travaillaient dans l'industrie pétrolière libyenne ou participaient à des projets de construction.  

africa-china
XINHUA/LIU BIN via AP - Le président chinois Xi Jinping prononce un discours liminaire lors de la huitième conférence ministérielle du Forum sur la coopération sino-africaine (FOCAC)

Cela reflète la façon dont, alors que la Chine s'établit commercialement et économiquement en Afrique, l'APL est chargée de défendre ces intérêts. Comme le note Foreign Policy, le Livre blanc sur la défense de 2015 de la Chine a d'abord identifié la protection des "intérêts extérieurs" comme une "mission stratégique" de l'APL. Par la suite, en 2019, ce document a reconnu que l'APL développait des "installations logistiques à l'étranger" pour renforcer le soutien à l'étranger dans les situations d'urgence, y compris les évaluations. 

china-kenia-africa
PHOTO/AFP - Le président kenyan Uhuru Kenyatta et le président de la China Railway Construction Corporation Chen Fenjian
L'Afrique face à l'expansion militaire de la Chine 

Des pays tels que les États-Unis considèrent cette expansion comme une menace et la Chine comme une concurrence sur le continent, mais comment les nations africaines se sentent-elles à cet égard ? Comme l'indique l'Africa Center, la société est fortement divisée. Si certains gouvernements voient dans l'établissement de bases militaires chinoises une occasion de renforcer leur emprise sur le pouvoir et d'augmenter leurs revenus, les citoyens ont tendance à se méfier davantage de ces projets.

"La plupart des Africains considèrent l'influence de la Chine comme positive, notamment en raison des importants investissements dans les infrastructures, l'agriculture, l'éducation et la formation professionnelle. Cela pourrait changer si la Chine commence à être perçue comme une puissance militaire soucieuse de montrer sa force militaire plutôt que comme un partenaire de développement", avertit Nantulya. 

china-costa-de-marfil-africa
AFP/ISSOUF SANOGO - Le président ivoirien Alassane Ouattara (R) assiste à la cérémonie d'inauguration du nouveau stade olympique

L'Union africaine s'est également inquiétée du nombre de bases militaires étrangères sur le continent, ainsi que de la création de nouvelles installations de ce type. Déjà en 2016, l'UA avait appelé les pays à faire preuve de "prudence" dans la signature d'accords facilitant l'établissement de bases militaires étrangères. Cette préoccupation est à nouveau mise en avant dans le programme de paix et de sécurité de l'organisation en 2019.  

yibuti-africa
AFP/AFP - Carte satellite montrant les bases militaires étrangères à Djibouti

L'Institut d'études de sécurité en Afrique (ISS Afrique), dans le cadre du danger que représente l'accueil de multiples bases étrangères, souligne la concurrence entre les différentes armées, qui peut nuire à la sécurité régionale. L'organisation pointe précisément du doigt "la rivalité qui se développe entre les Etats-Unis et la Chine à Djibouti".

ISS Afrique accuse les puissances étrangères d'utiliser le continent comme une zone pour développer leur compétitivité. "En cas d'escalade, le pays hôte et le continent africain seront le théâtre de la confrontation, ainsi que les destinataires des destructions qui en résulteront".