La Colombie a connu 63 massacres jusqu'à présent en 2020

La fragmentation en multiples organisations armées rend impossible l'identification d'un seul auteur des massacres qui ont frappé le pays au cours des deux dernières années
Zone de garde des soldats à Cali, Colombie

AFP/LUIS ROBAYO  -   Zone de garde des soldats à Cali, Colombie

La Colombie a connu un autre week-end sanglant. Le Réseau national d'initiatives citoyennes pour la paix et contre la guerre (REDEPAZ) a fait état d'un nouveau massacre ce samedi à Quibdó, un département du sud-ouest du pays sud-américain, où trois personnes ont été tuées. Selon les images diffusées par les réseaux sociaux, les auteurs du crime se sont approchés des victimes dans une sorte de balcon d'une maison. 

L'ONG Institut d'études pour le développement et la paix (INDEPAZ) a fait état, dans son dernier rapport, d'un total de 240 morts à ce jour cette année, répartis sur 63 massacres. Dans le texte, le gouvernement et sa « connivence » avec le crime, les groupes armés et le trafic de drogue sont rendus responsables de la mort de plus de 240 personnes. « Les massacres de 2020 sont comparables à ceux d'il y a 20 ans », indique le rapport. 

La réalité est que la fragmentation du conflit en Colombie rend impossible l'identification des auteurs des massacres qui ont frappé le pays ces dernières années. Les massacres, qui ont fait au moins 45 victimes en septembre, coûtent la vie aux habitants des zones rurales dans au moins cinq régions du pays.

Les régions les plus touchées par cette vague de violence sont Antioquia, au nord-ouest de la Colombie, avec 14 massacres, suivie de l'Arauca, à la frontière avec le Venezuela ; Nariño, le département qui borde l'Équateur ; Cauca, terre indigène ; et Catatumbo, qui partage plus de 400 kilomètres avec les Vénézuéliens. Des zones isolées des grandes villes où la guerre est vue à travers les écrans de télévision. 

Depuis quatre ans, depuis la signature du traité de paix, l'opinion publique se demande qui est derrière ces meurtres et pourquoi la spirale de la violence se poursuit. La réponse est aussi complexe que le nombre et la diversité des organisations armées opérant sur le territoire.

Après le désarmement des guérillas des FARC, dont l'organisation est devenue un parti politique, le nouveau visage du conflit en Colombie est devenu plus confus et plus ciblé. En ce qui concerne les groupes armés, le rapport détaille comment la démobilisation de l'ancien groupe de guérilla des FARC a renforcé d'autres structures, telles que l'Armée de libération nationale (ELN), ou l'Armée populaire de libération (EPL), avec les combattants qui n'ont pas voulu se joindre au processus de paix. 

Le Comité international de la Croix-Rouge a insisté sur l'existence d'au moins cinq conflits en Colombie. L'agence humanitaire vient de révéler que, depuis la signature de l'accord de paix, 466 cas de disparitions ont été enregistrés.

Un simple coup d'œil aux chiffres du Bureau des droits de l'homme des Nations unies montre qu'il y a effectivement une tendance à la hausse pendant son administration, mais qu'elle se dessine à partir de la fin de 2017, c'est-à-dire dans la dernière année du mandat de Juan Manuel Santos. « Le gouvernement du président Ivan Duque n'a pas de direction, il n'y a pas de clarté conceptuelle, ils accusent toujours Juan Manuel Santos, pour le processus de paix et en outre ils n'occupent pas les territoires », affirme le rapport de l'INDEPAZ citant la Fondation pour la paix et la réconciliation. 

Le gouvernement s'est défendu en disant que ce n'est pas un retour au passé parce que les massacres, qu'il nomme maintenant publiquement « homicides collectifs », « ne sont pas revenus parce qu'ils ne sont jamais partis », selon les termes du président Iván Duque. Ils insistent sur l'hypothèse que tout se passe à cause du trafic de drogue, mais divers analystes disent que si cette activité a du poids, elle n'explique pas toutes les affaires.

La réalité est très différente. On peut citer comme exemple le massacre de cinq personnes dans l'Arauca, où la culture de la coca n'est pas très présente et qui serait lié à une sanction sociale des dissidents ; le cas de Cali où cinq jeunes ont été assassinés dans un champ de canne à sucre et qui, selon le bureau du procureur général, a été commis par deux justiciers sans lien avec des groupes armés ; ou celui du Cauca où le contexte de résistance indigène et la gravité des dissidents imposent une lecture au-delà du trafic de drogue.  

Le dernier massacre a eu lieu cette semaine, lorsqu'un père, son fils et un fermier ont été tués dans une zone rurale de la municipalité d'Algésiras, Huila. Les événements se sont déroulés dans le village de Quebradón Sur, une région située à une heure de route de la capitale municipale, où, le 17 juillet, quatre personnes ont été tuées par des dissidents de la guérilla.  

Les chiffres du Centre de la mémoire historique, une agence gouvernementale qui a documenté le conflit, indiquent le contraire : bien que tous les groupes aient utilisé les massacres comme méthode de terreur, sur les 1 982 massacres qui ont eu lieu entre 1985 et 2012, 58 % ont été commis par les paramilitaires.  

Les groupes paramilitaires tels que le Clan del Golfo ou Los Caparrapos, en plus des dissidents des FARC et d'autres bandes armées plus petites en quête de territoire, sont d'autres structures dont la présence dans tout l'ouest du pays met sérieusement en danger la vie de leurs habitants, en particulier ceux des municipalités plus rurales et éloignées.