PUBLICIDAD

Iberdrola

La Commission européenne propose un embargo sur le pétrole russe

La Hongrie et la Slovaquie ne soutiendront pas les sanctions énergétiques russes
La presidenta de la Comisión Europea, Ursula von der Leyen, durante un debate sobre las sanciones económicas contra Rusia, durante una sesión plenaria en el Parlamento Europeo en Estrasburgo, el 4 de mayo de 2022 AFP/PATRICK HERTZOG

AFP/PATRICK HERTZOG  -   La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, lors d'un débat sur les sanctions économiques contre la Russie au cours d'une session plénière au Parlement européen à Strasbourg, le 4 mai 2022.

L'Union européenne présente son sixième train de sanctions contre la Russie pour son offensive contre l'Ukraine, qui entre dans son 70e jour. Dans le cadre de cette nouvelle série de sanctions, la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a proposé une interdiction du pétrole russe. Cette mesure, comme l'a reconnu la politicienne allemande, "ne sera pas facile", car de nombreux États membres sont fortement dépendants de l'énergie russe. Bruxelles s'emploiera donc à "éliminer le pétrole brut russe de manière ordonnée, en maximisant la pression sur la Russie et en minimisant l'impact sur les économies européennes". "Nous devons le faire", a souligné Von der Leyen. 

Devant le Parlement européen, la présidente de la Commission a appelé les Vingt-sept à éliminer progressivement les importations de pétrole russe dans les six mois et de produits raffinés d'ici la fin de l'année. Cependant, la Hongrie et la Slovaquie ont déjà annoncé qu'elles ne soutiendraient pas les sanctions contre l'énergie russe, les deux nations étant trop dépendantes de ces approvisionnements. Le pétrole russe représente environ 25 % du total des importations européennes.

Polonia y Bulgaria ya reciben gas de sus vecinos de la UE después de que el gigante energético estatal ruso Gazprom cerrara los grifos, según declaró la jefa de la Comisión Europea, Ursula von der Leyen, el 27 de abril de 2022 AFP/NIKOLAY DOYCHINOV
AFP/NIKOLAY DOYCHINOV - La Pologne et la Bulgarie reçoivent déjà du gaz de leurs voisins de l'UE après que le géant énergétique public russe Gazprom a fermé les robinets, a déclaré Ursula von der Leyen, chef de la Commission européenne, le 27 avril 2022.

Le ministre slovaque de l'Économie, Richard Sulik, a souligné que la raffinerie Slovnaft du pays ne peut pas traiter le pétrole brut provenant d'autres sources et qu'il lui faudrait quatre à six ans pour le faire. Pour cette raison, Bratislava insistera sur l'exemption de l'embargo européen. Le ministre hongrois des Affaires étrangères, Péter Szijjártó, a déclaré qu'il est actuellement "physiquement impossible" pour la Hongrie et son économie de fonctionner sans le pétrole russe. "L'approvisionnement énergétique de la Hongrie ne peut pas être en danger, car personne ne peut s'attendre à ce que nous permettions aux Hongrois de payer le prix de la guerre en Ukraine", a déclaré Szijjártó, selon The Guardian. 

Peter Szijjarto, ministro húngaro de Asuntos Exteriores AP/DARKO VOJINOVIC
AP/DARKO VOJINOVIC - Peter Szijjarto, ministre hongrois des affaires étrangères

À l'autre extrême, on trouve l'Allemagne qui, malgré sa forte dépendance au gaz russe, a réussi à réduire ses importations de pétrole russe depuis l'année dernière. Selon POLITICO, le ministre allemand de l'Économie et du Climat, Robert Habeck, a indiqué que son pays pourrait mettre fin à sa dépendance pétrolière vis-à-vis de la Russie en "quelques jours". Le pays importe actuellement 12 % du pétrole brut russe, contre 35 % avant la guerre

Le débat européen sur l'embargo pétrolier russe commence mercredi. Les résultats, qui doivent être approuvés à l'unanimité, seront connus dans les prochains jours. En ce qui concerne l'exemption de la Hongrie et de la Slovaquie, les responsables de l'UE n'ont pas fourni de détails, bien que ce scénario semble de plus en plus probable pour la poursuite de l'embargo.

El presidente del Consejo Europeo, Charles Michel, durante una conferencia de prensa en Kiev, Ucrania, el 20 de abril de 2022 REUTERS/VALENTYN OGIRENKO
REUTERS/VALENTYN OGIRENKO - Le président du Conseil européen, Charles Michel, lors d'une conférence de presse à Kiev, en Ukraine, le 20 avril 2022.

"Notre objectif est simple : nous devons briser la machine de guerre russe. Et je suis persuadé que le Conseil imposera de manière imminente de nouvelles sanctions, en particulier sur le pétrole russe", a déclaré le président du Conseil européen, Charles Michel. Selon des sources diplomatiques, la décision du président russe Vladimir Poutine de couper l'approvisionnement en gaz de la Pologne et de la Bulgarie a été un facteur déterminant pour parvenir à un consensus européen sur l'embargo pétrolier, comme le rapporte POLITICO.

LasLes sanctions européennes s'étendent à la Sberbank, à trois médias russes, aux dirigeants de Buca et au chef de l'Église orthodoxe russe

La nouvelle série de sanctions comprend également l'exclusion de la Sberbank, la plus grande institution financière de Russie, du système international de paiement bancaire SWIFT. Le responsable européen a rappelé que Sberbank possède environ 37 % du secteur bancaire russe

Oficina de Sberbank en San Petersburgo PHOTO/REUTERS
PHOTO/REUTERS - Bureau de la Sberbank à Saint-Pétersbourg

Von der Leyen a également déclaré que les sanctions seront étendues à trois radiodiffuseurs d'État russes qui agissent comme "porte-paroles et amplifient de manière agressive les mensonges et la propagande de Poutine". Ces médias ne seront pas autorisés à diffuser leur contenu dans l'UE, sous quelque forme que ce soit, y compris par câble, satellite, internet ou applications téléphoniques. 

Les nouvelles sanctions européennes viseront les officiers militaires de haut rang et d'autres personnes ayant commis des crimes de guerre à Bucha. "Nous savons qui ils sont. Ils ne s'en tireront pas comme ça", a déclaré Von der Leyen. Quelques jours après la découverte des massacres autour de Kiev, InformNapalm a identifié le lieutenant-colonel Azatbek Omurbekov comme le chef de l'unité stationnée à Bucha. 

Restos de vehículos militares en Bucha, en las afueras de Kiev, Ucrania, el 30 de abril de 2022 AP/EMILIO MORENATTI
AP/EMILIO MORENATTI - Vestiges de véhicules militaires à Bucha, près de Kiev, en Ukraine, le 30 avril 2022.

Parmi les personnes sanctionnées figurent également le patriarche Kirill, chef de l'Église orthodoxe russe qui soutient et "bénit" l'invasion de l'Ukraine par la Russie, ainsi que la femme et les enfants du porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov.

Miembros del regimiento Azov caminan con civiles durante las evacuaciones dirigidas por la ONU de la extensa planta siderúrgica de Azovstal, tras casi dos meses de asedio a la ciudad por parte de Rusia durante su invasión, en Mariupol, Ucrania, en esta imagen fija de un vídeo difundido el 1 de mayo de 2022 David Arakhamia/Azov Regiment/Handout via REUTERS
David Arakhamia/Azov Regiment/Handout via REUTERS - Des membres du régiment Azov marchent avec des civils lors de l'évacuation, sous l'égide de l'ONU, de l'immense aciérie Azovstal, après près de deux mois de siège de la ville par la Russie lors de son invasion, à Marioupol, en Ukraine, sur cette image fixe tirée d'une vidéo publiée le 1er mai 2022.

Alors que Bruxelles finalise le sixième train de sanctions, les troupes russes de la ville de Marioupol attaquent à nouveau l'usine sidérurgique Azovstal, dernière poche de résistance ukrainienne dans la ville située sur la mer d'Azov. Plus d'une centaine de civils ont réussi à fuir les bunkers d'Azovstal grâce aux évacuations menées par les Nations unies et la Croix-Rouge internationale. Après des semaines d'horribles bombardements, des enfants, des femmes et des personnes âgées sont arrivés dans la ville de Zaporiyia, contrôlée par les Ukrainiens.