PUBLICIDAD

Iberdrola

La communauté internationale condamne l'exécution de Navid Afkari

Un lutteur olympique iranien condamné à mort après avoir tué un officier de renseignement en 2018
Manifestacion embajada Irán Londres

AFP/ JUSTIN TALLIS  -   Manifestation devant l'ambassade d'Iran à Londres le 12 septembre 2020 contre l'exécution du chasseur iranien Navid Afkari dans la ville de Chiraz, au sud du pays, et contre le gouvernement iranien

Amnesty International, les dirigeants gouvernementaux et le Comité international olympique lui-même essayaient depuis des semaines de faire du bruit pour empêcher l'exécution imminente du boxeur Navid Afkari. Mais les efforts sont tombés dans l'oreille d'un sourd samedi dernier, lorsque les autorités iraniennes ont confirmé sa mort.

Diverses agences de protection des droits de l'homme et le CIO lui-même ont condamné la décision prise par les autorités iraniennes.  
L'agence de presse officielle IRNA a annoncé que le champion olympique de lutte iranien a été pendu dans la ville de Shirz (sud de l'Iran) alors qu'il purgeait sa peine de mort pour avoir tué un officier de renseignement lors de manifestations en 2018. 

Afkari, 27 ans, a été arrêté avec ses deux frères en août 2018 lors de manifestations dans la ville de Shiraz, dans le sud du pays. La famille protestait, avec des milliers d'autres manifestants, contre la mauvaise situation économique en Iran et la dévaluation de la monnaie nationale. 

Le Comité international olympique (CIO) a montré son « choc » après avoir appris l'exécution d'Afkari. Dans une déclaration, le CIO a déclaré qu'il était « profondément troublant que les demandes des athlètes du monde entier n'aient pas atteint l'objectif » de maintenir l'Afkari en vie.

Non seulement les « athlètes du monde » avaient demandé un sursis d'exécution, mais ils avaient aussi demandé à ce que les autorités de l'État leur accordent un délai de six mois pour leur permettre de s'exécuter. Donald Trump lui-même a posté un message sur Twitter disant qu'il « apprécierait beaucoup que vous sauviez la vie de ce jeune homme et que vous ne l'exécutiez pas ». Le secrétaire d'État Mike Pompeo a également qualifié l'exécution d' « acte vicieux et cruel ». 

Le bureau diplomatique de l'Union européenne a également exprimé sa plus vive condamnation de l'exécution du citoyen iranien. Dans une déclaration, ils ont rappelé que les droits de l'homme sont une partie essentielle des relations entre l'Iran et le bloc européen. Le bureau a souligné qu'il continuera à traiter ces cas dans ses contacts avec Téhéran.

Les transferts et disparitions arbitraires comme modus operandi du système pénal iranien 

Il y a quelques semaines, une vidéo a été diffusée dans laquelle le boxeur avoue avoir poignardé un agent de sécurité. Suite à la condamnation à mort d'Afkari et aux craintes que les aveux aient été extorqués sous la torture, l'affaire est devenue virale sur Twitter avec le tag « #DontKillNavidAfkari », des efforts qui n'ont pas aidé. 

Amnesty International a déclaré dans un communiqué que «les autorités iraniennes collaborent depuis longtemps avec la télévision d'État pour produire et diffuser des déclarations obtenues sous la contrainte de victimes de violations des droits de l'homme soumises à la torture et à d'autres mauvais traitements». 

Le 3 septembre 2020, Navid Afkari a été transféré du quartier général par les autorités pénitentiaires vers un lieu non divulgué. Le transfert a eu lieu après qu'un enregistrement vocal de Navid Afkari appelant à l'aide de la communauté internationale ait été diffusé dans les médias sociaux, provoquant un tollé mondial.

Le 6 septembre, le condamné a passé un bref appel téléphonique à sa famille et a pu dire qu'il était détenu dans une aile de la prison d'Adelabad dans la ville de Shiraz, qui est de haute sécurité et aux conditions difficiles, avant que l'appel ne soit coupé. 

Ses frères Vahid Afkari et Habib Afkari ont été condamnés à 56 et 24 ans de prison respectivement, et à 74 coups de fouet chacun, en relation avec les mêmes meurtres et infractions de «sécurité nationale» liés aux manifestations nationales qui ont eu lieu en août 2018. 

Iran manifestacion Países Bajos
AFP/EVERT ELZINGA - L'homme tient un portrait du lutteur iranien Navid Afkari lors d'une manifestation sur la place du Dam à Amsterdam, aux Pays-Bas, le 13 septembre 2020, contre son exécution dans la ville de Chiraz, au sud de l'Iran, et contre le gouvernement iranien
La peine de mort reste en vigueur au XXIe siècle

Les pays qui continuent à appliquer la peine de mort dans leurs tribunaux sont les États-Unis, la Russie, le Bahreïn, la Corée du Nord, le Belarus, les États des Caraïbes, la Guinée équatoriale, la Jordanie, le Koweït, la Malaisie, le Pakistan, la Chine, l'Inde, l'Indonésie, l'Iran, le Japon, Singapour, l'Égypte, l'Éthiopie, la Syrie, la Libye, le Soudan, l'Irak, la Somalie, l'Ouganda, le Viêt Nam, le Yémen, le Bangladesh, le Botswana et l'Arabie saoudite.  

Beaucoup de ces États n'ont pas exécuté d'ordre de peine de mort depuis longtemps. Selon Amnesty International, en 2019, la majorité des exécutions signalées ont eu lieu en Chine, en Iran, en Arabie saoudite, en Irak et en Égypte, dans cet ordre. 

La Chine reste le plus grand exécuteur au monde, bien que la véritable étendue du recours à la peine de mort en Chine ne soit pas connue car les données sont classées comme secret d'État. En excluant la Chine, 86 % des exécutions connues ont eu lieu dans quatre pays seulement : l'Arabie saoudite, l'Égypte, l'Irak et l'Iran. 

Les chiffres diminuent progressivement, Amnesty International ayant enregistré 2 307 nouvelles condamnations à mort dans 56 pays en 2019, soit une légère baisse par rapport aux 2 531 de 2018.

Amnesty International soutient que la peine de mort est une violation des droits de l'homme et en particulier du droit à la vie et du droit de ne pas être soumis à la torture ou à des peines ou traitements cruels, inhumains et dégradants. Ces deux droits sont inscrits dans la Déclaration universelle des droits de l'homme, adoptée en 1948 par les Nations unies.