PUBLICIDAD

Iberdrola

La communauté internationale menace de sanctionner les fauteurs de troubles des élections libyennes

Les puissances mondiales ont décidé d'imposer des sanctions à ceux qui font obstacle à des élections libyennes "crédibles"
Forum de dialogue politique libyen

PHOTO/ARCHIVO  -   Forum de dialogue politique libyen

Vendredi dernier, lors d'un sommet à Paris, la communauté internationale a menacé de sanctionner ceux qui font obstacle aux prochaines élections présidentielles et parlementaires en Libye, afin de garantir la transition démocratique du pays.  

Cette décision intervient dix ans après la mort du dictateur Muamar el Gadafi. 

À la fin de la conférence, à laquelle participaient également de hauts responsables libyens, une déclaration a été publiée montrant le soutien des pays au retrait des mercenaires étrangers en Libye, qui sont principalement des Russes soutenant le maréchal Khalifa Hafter, et des Turcs en faveur du gouvernement d'unité nationale situé à Tripoli.  

Le président français Emmanuel Macron lors d'un discours depuis le palais de l'Élysée.
PHOTO/ARCHIVO -  Le président français Emmanuel Macron lors d'un discours depuis le palais de l'Élysée.

L'Armée nationale libyenne (ANL), qui doit son allégeance à Hafter, a annoncé jeudi dernier que 300 "mercenaires et combattants étrangers" seront rapatriés des zones qu'elle contrôle.  

Merkel décrit cette action comme un pas "dans la bonne direction". Contrairement à Macron, qui a déclaré que ce n'était toujours pas suffisant.  

"La Turquie et la Russie doivent également retirer sans délai leurs mercenaires et leurs forces militaires, dont la présence menace la stabilité et la sécurité du pays et de toute la région", a-t-il déclaré. 

Les dirigeants internationaux ont déclaré que tout "individu ou entité, à l'intérieur ou à l'extérieur de la Libye, qui tente d'entraver, de saper, de manipuler ou de falsifier le processus électoral et la transition politique sera tenu pour responsable et pourra être désigné par le Comité des sanctions des Nations unies". 

  Le président du Conseil présidentiel, Muhammead Al-Manfi
PHOTO/ARCHIVO -   Le président du Conseil présidentiel, Muhammead Al-Manfi

Emmanuel Macron, président de la France, a déclaré à l'issue du sommet : "Après une décennie de violence, de divisions et d'instabilité, la perspective d'élections suscite les doutes, voire l'opposition de tous ceux qui craignent le changement démocratique et de tous ceux qui profitent de la guerre". 

Par conséquent, "nous devons rester mobilisés pour que des élections libres, justes et transparentes soient organisées", car "la transition libyenne doit être menée jusqu'au bout et les élections doivent se dérouler dans les meilleures conditions possibles afin que les différents acteurs puissent chacun jouer leur rôle", a-t-il ajouté. 

L'ancienne chancelière allemande Angela Merkel, le Premier ministre italien Mario Draghi, le chef du Conseil présidentiel libyen Mohamed Menfi, le Premier ministre Abdul Hamid Dbeibah et le dirigeant égyptien Abdel Fatah El Sisi, entre autres, ont participé au sommet.  

Maréchal Khalifa Haftar
PHOTO/ARCHIVO - Maréchal Khalifa Haftar

Le Premier ministre Dbeibah a demandé la présence d'observateurs internationaux et un soutien politique pour garantir des élections "libres et équitables".  

"Nous avons besoin de garanties réelles que les résultats des élections seront acceptés par tous et que ceux qui les rejettent seront sanctionnés", a-t-il ajouté. 

Mohamed Menfi a déclaré : "Si le processus électoral se déroule de manière honnête et consensuelle par toutes les parties, je remettrai le pouvoir aux autorités élues par le peuple libyen". 

Les deux représentants libyens se sont engagés à respecter les résultats des élections.  

Al Menfi et Dbeibah ont pris leurs fonctions cette année, après le cessez-le-feu d'octobre 2020 et après le processus de paix soutenu par l'ONU.   

Premier ministre libyen Abdul Hamid Dbeibah
AFP/MAHMUD TURKIA - Premier ministre libyen Abdul Hamid Dbeibah

La Libye est au centre d'un conflit quasi-constant depuis la révolution qui a renversé le dictateur Mouammar Kadhafi en 2011.  

Draghi a souligné l'importance de la tenue des élections, indiquant que trois millions de Libyens s'étaient déjà inscrits pour voter. 

Il a également déclaré : "Il doit y avoir une loi électorale, ce qui est fondamental pour que les élections aient lieu. 

"C'est pourquoi j'espère que cette loi électorale sera élaborée avec l'accord de tous et que tout le monde se réunira, non pas dans les prochaines semaines, mais dans les prochains jours, car c'est urgent si l'on veut que les élections aient lieu le 24 décembre", a-t-il ajouté.  .  

L'ancienne chancelière allemande Angela Merkel
Foto de Archivo - L'ancienne chancelière allemande Angela Merkel

Les élections présidentielles et législatives auront lieu le 24 décembre, comme prévu par les Nations unies (ONU).  

Toutefois, la date est sujette à caution en raison des divisions entre les factions libyennes, ainsi que de leur reconnaissance des résultats des élections.  

Le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, a déclaré : "Les élections sont la prochaine étape essentielle sur la voie de la paix et de la stabilité. Cette étape doit être construite sur une base solide de cadres inclusifs et crédibles qui peuvent garantir leur succès. 

 Secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres
Foto de Archivo - Secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres

"J'exhorte vivement les Libyens à se réunir dans un esprit d'unité nationale, à surmonter les différences qui subsistent et à forger un consensus sur le cadre juridique des élections, en consultation avec toutes les institutions nationales compétentes, en respectant leurs règles et procédures", a ajouté M. Guterres.  

Un autre sujet de préoccupation permanente est la situation des migrants et des réfugiés, qui tentent de se rendre de Libye en Europe en traversant la Méditerranée, au péril de leur vie, alors que beaucoup sont détenus dans des centres de détention dans des conditions sordides s'ils sont interceptés en mer.  

"Les autorités libyennes ont la responsabilité de protéger toutes les personnes se trouvant en Libye, y compris les migrants et les réfugiés. Je suis profondément préoccupé par les conditions épouvantables auxquelles les réfugiés et les migrants continuent d'être confrontés en détention", a déclaré Antonio Guterres.