PUBLICIDAD

Marruecos

La communauté musulmane Ahmadiyya et l'Espagne, un modèle de coexistence interreligieuse

La construction de la mosquée Basharat dans la municipalité cordouane de Pedro Abad représente une réalisation historique pour l'héritage musulman en Espagne
Mezquita de Córdoba

PHOTO  -   Mosquée de Cordoue

À une époque de profonde division politique et sociale, marquée par la polarisation et le sectarisme, la confrontation religieuse est à nouveau entrée en scène. Un assaut baptisé par Samuel P. Huntington "le choc des civilisations". L'éternel retour du fondamentalisme islamique avec l'arrivée au pouvoir des Talibans en Afghanistan semble avoir rouvert de vieilles blessures et augmenté le niveau de menace. Ce contexte, pas du tout propice au rapprochement des cultures, n'a pas empêché la Communauté musulmane Ahmadiyya d'organiser un événement d'harmonie et de compréhension, essentiel pour comprendre le rôle de l'Islam dans l'histoire de l'Espagne.

"Al-Andalus en mémoire : passé et présent" est le titre d'un séminaire organisé par la communauté Ahmadiyya en collaboration avec le bureau du maire de la municipalité de Cordoue de Pedro Abad et la chaire UNESCO de résolution des conflits de l'université de Cordoue, qui consistera en neuf sessions, une chaque jeudi, entre 19h30 et 21h00.

Comunidad Ahmadía Manuel Fraga
PHOTO  -  Image de presse de Manuel Fraga Iribarne, alors ministre de l'Information et du Tourisme sous la dictature franquiste, avec le chef de la communauté Ahmadiyya

La maire de Pedro Abad, Magdalena Luque, et son prédécesseur, Miguel García, ont assisté à la conférence virtuelle. Le directeur de la Chaire UNESCO sur la résolution des conflits de l'Université de Cordoue, Manuel Torres, et le plus haut représentant de la Communauté musulmane Ahmadiyya, Abdul Razak, complétaient la liste des invités. Enfin, le porte-parole de la communauté islamique, Qamal Fazal, était chargé d'introduire et de modérer la conférence.

M. Fazal a commencé le séminaire en racontant l'expansion vertigineuse de l'islam, de sa naissance au VIIe siècle par le prophète Mahomet à son arrivée dans la péninsule ibérique en 711, en passant par l'essor tout aussi rapide de la communauté Ahmadiyya, une branche éloignée du chiisme et du sunnisme, les courants majoritaires de l'islam. Fondée par Hazrat Mirza Ghulam Ahmad, elle s'est étendue à plus de 200 pays et a rassemblé des dizaines de millions d'adeptes dans le monde entier en seulement 132 ans d'existence.

Comunidad Ahmadía prensa de España
PHOTO  -  Clippings de la presse espagnole de 1980 sur l'inauguration de la mosquée de Pedro Abad, Espagne

"Nous croyons en une renaissance de l'Islam basée sur la conquête rationnelle", a déclaré Fazal. Les efforts de la communauté sont dirigés dans cette direction, elle est une organisation autofinancée, basée sur les "dîmes" des fidèles, et ne reçoit "rien d'aucune administration", a déclaré le porte-parole ahmadi.

Karam Ilahi Zafar. Il s'agit du nom du premier missionnaire ahmadi qui a établi sa base d'opérations en Espagne, plus précisément à Madrid, et a fondé le siège de la communauté musulmane ahmadi dans la péninsule. Il l'a fait en 1946, venant du village de Qadian où est né le fondateur de la branche islamique. Zafar était le précurseur de la communauté dans le pays, une communauté qui a connu une croissance exponentielle au cours des dernières décennies.

Comunidad Ahmadía alcaldesa de Pedro Abad
PHOTO  -  La mairesse de Pedro Abad, Magdalena Luque, présidant l'événement de la Communauté Ahmadiyya
Liens historiques

Fazal a passé en revue l'histoire récente de l'Espagne. Parmi les points les plus intéressants de son discours figurent les liens créés pendant les années de dictature entre la communauté Ahmadi et le régime. À cette époque, "la divulgation n'était pas autorisée, sauf à huis clos", a souligné M. Fazal. Il convient de rappeler que le régime de Franco s'est construit autour du national-catholicisme. Il n'y avait pas de liberté religieuse. Un facteur qui n'a pas empêché les dirigeants de la communauté musulmane ahmadie de rester dans le pays. 

En fait, les relations entre la classe politique et la Communauté étaient, en partie, étroites. Franco lui-même et l'un de ses ministres, Fraga, ont permis à l'organisation de se développer partiellement. Cependant, la relation est devenue beaucoup plus fluide après l'ouverture de la démocratie. Le porte-parole a lui-même montré la correspondance entre les représentants de la communauté et une série de politiciens espagnols qui ont joué un rôle de premier plan dans la Transition, comme Fraga et Felipe González. Et aussi ceux qui ont suivi, comme José Luis Rodríguez Zapatero.

Comunidad Ahmadía Miguel García
PHOTO  -  L'ancien maire de Pedro Abad, Miguel García, racontant son rôle dans la construction de la mosquée lors de l'événement

La mairesse de Pedro Abad, Magdalena Luque, a pris le relais et a retracé les liens entre la ville et la communauté ahmadie, en insistant particulièrement sur les débuts de la construction de la mosquée Basharat dans la municipalité. En 1980, le quatrième calife ahmadi, Mirza Tahir Ahmad, " un homme à la peau sombre, vêtu d'un turban et d'une tunique, accompagné de sa femme ", selon les descriptions, a vu son souhait et celui de ses compagnons se réaliser avec la pose de la première pierre du lieu de culte historique.

L'un des principaux responsables de cette conquête est Miguel García, qui était alors le maire de Pedro Abad. Il est devenu maire à l'âge de 26 ans après les premières élections municipales qui ont suivi quatre décennies de dictature. García était membre du Parti communiste espagnol (PCE) et est arrivé au pouvoir en tant que deuxième force dans la municipalité en concluant un pacte avec le PSOE. "La démocratie faisait ses premiers pas en Espagne. C'était une époque d'illusion et d'espoir, mais aussi de prudence et de bouleversements", a-t-il rappelé.

Comunidad Ahmadía Manuel Torres
PHOTO  -  Le directeur de la Chaire UNESCO sur la résolution des conflits à l'Université de Cordoba, Manuel Torres, lors de son discours à l'événement de la Communauté Ahmadiyya

Cela ne l'a pas empêché d'accepter sa part de responsabilité dans la construction de la mosquée. Il l'a confié à la plénière municipale, malgré le fait que la décision "a créé une situation plutôt désagréable pour certains secteurs de la localité". Contre toute attente, l'assemblée a approuvé la mesure à l'unanimité. "De cette manière, l'article 16 de la Constitution a été respecté", conclut M. García.

"Pedro Abad s'est révélé être un peuple ouvert, respectueux et accueillant", a souligné l'ancien maire. "Tout était parfait pour un jumelage pour les deux communautés. D'ailleurs, la ville s'est déplacée en masse pour l'inauguration de la mosquée", se souvient-il avec nostalgie. Cependant, pour le professeur Manuel Torres, il ne serait pas possible de rééditer cet événement dans le présent. "Aucune session plénière aujourd'hui n'approuverait à l'unanimité une telle proposition.

Comunidad Ahmadía Abdul Razak
PHOTO  -  Amir Abdul Razak, le plus haut représentant de la communauté Ahmadiyya

Torres a déploré cet état de fait. "Les problèmes que l'on pensait avoir résolus semblent avoir été ruinés. Une involution complète", a-t-il dit. Pedro Abad était un modèle de dialogue et de coexistence interreligieux. Des principes que l'émir Abdul Razak a mis en évidence : "Notre objectif est de construire un pont entre l'Andalousie du passé et l'Andalousie du futur, où seuls les aspects positifs passent", a-t-il conclu.