PUBLICIDAD

Marruecos

La coopération antiterroriste avec le Maroc n'a pas souffert malgré la crise

Les responsables du Corps de sécurité de l'État soulignent que la coopération dans le domaine de la lutte contre le terrorisme entre l'Espagne et le Maroc n'a pas été affectée
evento-terrorismo-el escorial

 -  

L'Espagne et le Maroc traversent une situation diplomatique délicate. Bien que la coopération entre les deux pays ait toujours cherché à maintenir un niveau constant de politiques logistiques, économiques, d'immigration et de coopération, la crise actuelle a ouvert de nouveaux scénarios qui posent la question de savoir quel sera l'avenir de cette coopération et quelles seront les conséquences si les relations diplomatiques ne reviennent pas à la normale. Parmi toutes ces questions, l'une qui ressort comme essentielle pour la sécurité internationale est la coopération entre les deux pays dans les opérations conjointes de lutte contre le terrorisme.

À cet égard, on craignait que la coopération en matière de lutte contre le terrorisme ne soit affectée par la crise. Toutefois, selon les déclarations du commandant Fernando Huete, "la coopération antiterroriste avec le Maroc se poursuit. Nous continuons à travailler ensemble et à échanger des informations entre les deux forces de sécurité, ces relations n'ont pas été affectées".

Ces propos ont été repris par le commissaire du Commissariat général à l'information, chargé des menaces contre l'ordre constitutionnel, Jesús Pedrazo, qui a souligné que "les relations restent très étroites, la coopération est excellente et elle n'a pas souffert de la crise. Il y a toujours un échange important d'informations et de renseignements".

evento-terrorismo-el escorial

Le directeur du Centre d'intelligence contre le terrorisme et le crime organisé (CITCO) du ministère de l'Intérieur, le général Manuel Navarrete, a adopté la même position, qualifiant la relation avec le Maroc en matière de coopération antiterroriste de "suffisante et efficace" malgré la crise diplomatique. L'entrée en Espagne du chef du Front Polisario, Brahim Ghali, pour recevoir une aide médicale sans avoir consulté le Maroc au préalable, a déclenché une crise diplomatique sans précédent entre les deux royaumes. Cette situation a créé un nouveau climat de tension qui a paralysé les projets que l'Espagne menait conjointement avec le Maroc.

Cependant, des déclarations comme celles-ci renseignent sur la relation fluide et coopérative qui continue d'exister entre l'Espagne et le Maroc dans ce domaine, indépendamment de la crise diplomatique.

evento-terrorismo-el escorial

Ces déclarations ont été faites dans le cadre des cours d'été de l'Escorial, plus précisément dans le cours "Terrorisme et antiterrorisme en temps de pandémie et de post-pandémie" sous l'impulsion d'une organisation conjointe entre la Fondation des Victimes du Terrorisme et le Centre Mémorial des Victimes du Terrorisme.

Dans cette ligne, la première table ronde, composée du commandant de la Guardia Civil Fernando Huete dans la lutte contre le terrorisme, du commissaire responsable des menaces contre l'ordre constitutionnel, Jesús Pedrazo, et du colonel de l'armée espagnole, Juan Mora, s'est concentrée sur le défi des menaces terroristes dans une présentation intitulée "Faire face aux menaces terroristes".

evento-terrorismo-el escorial

Le commandant Fernando Huete a commencé son discours en affirmant que le terrorisme international de type djihadiste "est la principale menace à laquelle est confrontée la communauté internationale". Comparant les opérations antiterroristes menées contre l'ETA au terrorisme djihadiste, le commandant Huete a déclaré que "historiquement, nous avons été confrontés à une menace interne que nous connaissions parfaitement, nous avons eu la capacité au fil des ans d'agir contre elle, cette menace est différente, ce n'est pas une menace qui est enracinée dans notre territoire, mais une menace qui est temporaire et qui peut se produire n'importe où en Espagne".

M. Huete affirme que "nous devons agir dans les zones à risque et avec des objectifs clairs, pour mettre le terrorisme mal à l'aise, pour détecter la menace. A court et moyen terme, l'Espagne ne devrait pas avoir un risque zéro de terrorisme djihadiste".

evento-terrorismo-el escorial

En ce sens, le commandant a déclaré que "les conflits régionaux peuvent être le promoteur d'une mobilisation massive de combattants djihadistes étrangers".

Dans le contexte de la radicalisation islamique, le commandant a parlé du contexte carcéral comme d'un foyer très important où la radicalisation et la propagation même du djihadisme ont lieu. En ce sens, "cette population de djihadistes a augmenté dans les prisons et cela s'est traduit par une menace claire. D'une part, nous avons deux hypothèses : une augmentation des actions violentes contre les agents pénitentiaires, comme cela s'est produit dans les prisons du Maroc ou de Belgique, ou qu'ils commettent directement des actions terroristes en utilisant les prisons comme points de radicalisation. Il s'agit d'un problème national et international.

evento-terrorismo-el escorial

Parallèlement, la technologie est devenue particulièrement pertinente en tant que nouvel environnement pour la propagation du message djihadiste. Huete affirme que dans les crypto-monnaies elles-mêmes, des campagnes de Daesh ont été détectées pour la subsistance de leurs militants qui sont emprisonnés ou détenus en Syrie et en Irak.

D'autre part, le commissaire Jesús Pedrazo a poursuivi la série de présentations en déclarant que "dans le terrorisme djihadiste, nous, les États, devons être conscients que nous avons fait face à une lutte avec des hauts et des bas. Nous devons être capables d'atteindre les meilleurs coups, de nous relever et de retomber. Nous devons nous habituer à un nouveau paradigme de sécurité car une menace est là pour rester, le phénomène des combattants djihadistes étrangers sur le territoire espagnol (...) le problème est que nous sommes une frontière extérieure, au niveau stratégique nous sommes observés pour notre travail dans les opérations anti-terroristes".

 evento-terrorismo-el escorial

Il a également indiqué que le terrorisme présente désormais de nouvelles formes de menaces, à travers "les mouvements technophobes, les surréalistes, les éco-terroristes, les sectes destructrices et les accélérationnistes".

Pour conclure cette section, Juan Mora, colonel de l'armée espagnole et analyste en études stratégiques, a expliqué ce que font les forces armées dans la lutte contre le terrorisme. Il a souligné que "le rôle de l'armée dans ce domaine découle de la nécessité pour les forces armées de ne pas rester sans rien faire lorsqu'il s'agit d'intervenir. Ils agissent toujours à un niveau militaire, alors que l'activité terroriste est politique, ce qui signifie que leurs tactiques (par rapport aux forces de sécurité de l'État) sont différentes", a-t-il déclaré.

evento-terrorismo-el escorial

Les forces armées agissent en prévention, en soutenant les opérations antiterroristes en Irak et en Afghanistan et en informant les forces locales pour les aider à combattre le terrorisme, ce qui donne lieu à un important échange d'informations. En ce qui concerne l'augmentation des groupes terroristes dans la région du Sahel, le colonel a déclaré que l'Espagne "poursuivra ses missions en même temps que les opérations antiterroristes".

Pour sa part, le général Manuel Navarrete a parlé de l'évolution du terrorisme en Espagne et dans l'Union européenne dans l'exercice 2020. Selon le général, il y a en Europe "une activité basée sur la dispersion, il y a une pression dans la sphère terroriste et il y a un manque de dimension européenne". Jusqu'à il y a quelques années, les politiques antiterroristes étaient basées sur "une action nationale réactive, ce qui n'est pas la même chose que la prévention, une approche fragmentaire et une évolution du terrorisme dans le cyberespace criminel", affirme-t-il.

evento-terrorismo-el escorial

En revanche, en Espagne, "il existe une activité opérationnelle intense et une activité basée sur la concurrence dans laquelle il s'agit d'opérer par la coordination, le renseignement, la coopération et la planification". Navarrete affirme que le terrorisme n'est pas dépourvu d'idéologie politique : " le message politique est soit vous vous convertissez, soit je vous élimine, rien d'autre, c'est une lutte apolitique. C'est ainsi que l'on a compris que des mesures devaient être prises pour lutter contre les forces motrices.

Opérations antiterroristes Maroc-Espagne

Le Maroc mène une lutte importante contre l'éradication du terrorisme à travers des forces spéciales telles que le Bureau Central d'Information Judiciaire (BCIJ), un service de sécurité de haut niveau fondé en 2015 pour lutter contre les menaces terroristes, les enlèvements, le trafic de drogue et le crime organisé. Dans cette optique, des pays comme les États-Unis ont salué le rôle du Maroc dans la lutte contre le terrorisme, déclarant qu'il s'agissait d'un "allié important non membre de l'OTAN et d'un membre actif du partenariat pour la lutte contre le terrorisme".

De même, dans le cas de l'Espagne, le groupe des opérations spéciales de la police nationale remplit des fonctions très importantes dans la "réduction ou la neutralisation des membres de bandes terroristes, de groupes armés ou de criminels dangereux, en réduisant le risque au minimum face à une éventuelle réponse des criminels", entre autres tâches.

evento-terrorismo-el escorial

La collaboration dans les opérations anti-terroristes entre le Maroc et l'Espagne a toujours été une relation étroite et solidaire. Rabat affirme avoir réussi à paralyser au moins 82 attaques terroristes ces dernières années.

Le dernier cas en date a été découvert le 28 juin dans la ville de Santa Olalla, lorsque la police nationale a arrêté un homme pour être un terroriste présumé. Selon les déclarations de la police, cette arrestation a permis de "neutraliser une menace grave pour la sécurité publique". Le djihadiste présumé, de nationalité marocaine, serait lié à des crimes d'auto-formation (puisqu'il s'est entraîné de manière indépendante) et d'apologie du terrorisme, faisant ainsi partie des terroristes dits "loups solitaires".

evento-terrorismo-el escorial

Cette arrestation a été précédée par celle d'un homme à Grenade, qui serait accusé d'avoir menacé et fait l'apologie du terrorisme le 25 juin. Dix jours plus tôt, le 15 juin, la police nationale a arrêté à Madrid un homme de nationalité franco-algérienne qui avait pris la fuite après avoir appris qu'il allait être envoyé dans une prison française pour des infractions terroristes. Les sources affirment que cet individu avait "un haut degré de radicalisation" et présentait "un comportement très violent".

Rien qu'en juin, trois hommes ont été arrêtés en Espagne, soupçonnés d'être des djihadistes présumés. Cependant, le mois de mars a été le mois où le plus d'arrestations ont été effectuées pour ce motif sur la péninsule, avec un total de sept arrestations.