La corruption du clan Bolsonaro

La famille a plusieurs affaires en cours devant les tribunaux
Flavio Bolsonaro (à gauche) et Carlos Bolsonaro, fils du président élu brésilien Jair Bolsonaro.

REUTERS/ADRIANO MACHADO  -   Flavio Bolsonaro (à gauche) et Carlos Bolsonaro, fils du président élu brésilien Jair Bolsonaro

Presque depuis le début de son mandat de président du Brésil, Jair Bolsonaro a dû faire face à des accusations de corruption de personnes de sa famille et de son entourage le plus proche. 

Deux semaines après son entrée en fonction, la justice resserrait le siège de son fils Flávio Bolsonaro dans le cadre de l'affaire Queiroz, dans laquelle le fils aîné du président brésilien et son conseiller parlementaire, Fabricio Queiroz, font l'objet d'une enquête pour achat de députés, organisation criminelle et blanchiment d'argent à l'Assemblée législative de Rio de Janeiro. 

L'affaire est née presque par hasard lorsque des enquêteurs analysaient des anomalies dans les comptes bancaires de vingt députés de l'État et ont trouvé des signes de corruption dans les comptes du fils de Bolsonaro et de Queiroz. Au total, ils ont détecté des mouvements irréguliers d'une valeur de 1,2 million de reais en un an, qui ne correspondaient pas au salaire déclaré. 

El presidente brasileño Jair Bolsonaro
AFP/EVARISTO SA - Le président brésilien Jair Bolsonaro

Avant son fils aîné, Queiroz a entretenu une relation étroite avec le président brésilien qui a débuté en 1984. En outre, quelques années avant de gagner les élections, pendant le gouvernement de Michel Temer, des mouvements bancaires suspects ont été détectés entre Queiroz et le compte bancaire de l'épouse du président, Michelle Bolsonaro. 

Queiroz a ensuite été arrêté le 18 juin de cette année après avoir passé un an à se cacher dans la résidence d'un des avocats de la famille Bolsonaro, située dans l'État de Sao Paulo. Le conseiller a pris une partie de l'argent des autres conseillers et l'a donné à Flávio. Ce dernier a également embauché des fonctionnaires "fantômes" pour son cabinet afin de détourner d'importantes sommes d'argent. 

Enfin, en novembre dernier, c'est le bureau du procureur qui a accusé Flávio Bolsonaro d'avoir dirigé le système de corruption et les crimes d'organisation criminelle, de détournement de fonds, de blanchiment d'argent et de malversation entre 2007 et 2018.

Cette même semaine, le Tribunal Supérieur de Justice (STJ), chargé de juger Flávio compte tenu de son statut actuel de sénateur, a rejeté deux appels déposés par sa défense. Un revers qui signifie pour l'instant la survie du processus. Le ministère public de Rio de Janeiro estime actuellement à 6,1 millions de reais le montant de l'argent détourné des caisses publiques. 

Des informations publiées par le portail Uol assurent que Carlos Bolsonaro et Jair Bolsonaro lui-même auraient reproduit le modus operandi de Flávio, lorsque le premier était conseiller municipal et le second député fédéral. L'enquête est en cours. 

Un autre conseiller de Flávio Bolsonaro qui a causé des problèmes au président est l'ancien policier Adriano da Nóbrega. Le célèbre milicien, membre du groupe criminel Escritório do Crimen, a été tué en février 2020 lors d'une opération de police. Nóbrega était soupçonné du meurtre de la conseillère municipale de Rio de Janeiro, Marielle Franco, membre du parti Socialisme et Liberté (PSOL).

Jair Renan, hijo del presidente de Brasil Jair Bolsonaro
PHOTO/REUTERS - Jair Renan, fils du président brésilien Jair Bolsonaro.
Carlos Bolsonaro derrière les fake news

En avril dernier, la police fédérale a identifié un autre fils du président, cette fois Carlos Bolsonaro, comme étant à la tête d'une organisation qui se consacre à la création de fake news pour diffamer les opposants politiques. Son frère, Eduardo Bolsonaro, a également été ciblé par la police pour le même stratagème. 

Beaucoup ont ensuite souligné que Maurício Valeixo, directeur de la police fédérale, a été licencié par Bolsonaro pour protéger sa famille. Circonstances qui ont conduit à la démission du juge Sergio Moro du ministère de la Justice. 

Comme le rapportait Folha de S.Paulo à l'époque, il ne faisait aucun doute pour la police fédérale que Bolsonaro avait tenté de faire pression sur Valeixo parce qu'il savait que l'enquête traquait son fils. 

El diputado brasileño Eduardo Bolsonaro, hijo del presidente brasileño Jair Bolsonaro
AFP/EVARISTO SA - Eduardo Bolsonaro, membre du Congrès brésilien et fils du président brésilien Jair Bolsonaro.
Le bureau du procureur fédéral ouvre une enquête sur le fils cadet

Renan Bolsonaro, âgé de seulement 22 ans, possède la société Bolsonaro Jr Eventos e Mídia. La société a été créée en 2020 et, comme son nom l'indique, elle est chargée d'organiser des événements.

Allan Lucena, l'un des associés de la société Gramazini, dédiée à l'exploitation minière et à la construction, et qui a assisté à la fête d'inauguration de l'entreprise de Renan Bolsonaro, avec qui il entretient de bonnes relations, est également dans le collimateur de l'enquête.

Selon la plainte du bureau du procureur, Renan aurait agi pour que le groupe d'affaires de Lucena puisse obtenir deux réunions au ministère du développement régional pour discuter d'un projet de construction de logements abordables pour les populations vulnérables.

El exasistente político del senador Flavio Bolsonaro Fabricio Queiroz (Derecha) es visto llegando al Instituto de Medicina Legal (IML) en Sao Paulo, Brasil, el 18 de junio de 2020, después de haber sido detenido por la Policía Civil de Sao Paulo y el Ministerio Público en la ciudad de Atibaia, estado de Sao Paulo, tras una solicitud de la Justicia del Estado de Río de Janeiro
AFP/NELSON ALMEIDA - L'ancien collaborateur politique du sénateur Flavio Bolsonaro, Fabricio Queiroz (R), est vu arrivant à l'Institut de médecine légale (IML) à Sao Paulo, au Brésil, le 18 juin 2020, après avoir été détenu par la police civile de Sao Paulo et le ministère public dans la ville d'Atibaia, dans l'État de Sao Paulo, suite à une demande de la justice de l'État de Rio de Janeiro.

La défense du fils cadet de Bolsonaro assure qu'il n'a pas programmé de réunion ni aidé Gramazini dans ses relations avec le gouvernement fédéral. Ils affirment également que Lucena est simplement son ami et son entraîneur personnel, mais qu'il n'y a pas de relation d'affaires entre eux.

De plus en plus de fronts judiciaires s'accumulent pour la famille Bolsonaro, ce qui contraste avec le discours anti-corruption tenu par le président lors de sa campagne. Dans le même temps, la gestion de la pandémie par son gouvernement, avec quatre ministres de la santé successifs depuis le début de la crise sanitaire, érode de plus en plus sa popularité. Fin janvier, un sondage Datafolha a montré que 31 % des Brésiliens pensaient que le président faisait un "bon" ou un "très bon" travail, tandis que 40 % pensaient qu'il faisait un "mauvais" ou un "mauvais" travail. Son plus mauvais taux d'approbation au cours de ces deux années à la tête du Brésil.  

Coordinateur pour l'Amérique latine : José Antonio Sierra.