La crise de l'eau au Moyen-Orient

La Turquie, la Syrie et l'Irak s'opposent au sujet des eaux des rivières de la région, alors qu'ils doivent faire face aux effets du changement climatique sur leur propre territoire
atalayar_crisis sequía Irak

AFP/ AHMAD AL-RUBAYE  -   Champ agricole sec dans la région de Saadiya au nord de Diyala, dans l'est de l'Irak, le 24 juin 2021. - Alors que l'Irak se réchauffe sous une canicule estivale, ses agriculteurs et ses éleveurs, qui travaillent dur, sont confrontés à une grave pénurie d'eau qui tue leurs animaux, leurs champs et leurs moyens de subsistance.

L'eau pourrait être l'un des principaux déclencheurs de conflits futurs

L'Euphrate et le Tigre sont deux fleuves d'une grande importance dans la région du Moyen-Orient. Dans l'Antiquité, ils ont joué un rôle essentiel dans le développement de la Mésopotamie (terre entre les fleuves), berceau de la civilisation et de ses empires. L'Euphrate prend sa source en Turquie et coule vers la Syrie puis l'Irak, avant de se jeter dans le golfe Persique. Ce fleuve baignait la ville historique de Babylone et était appelé dans la Bible "le fleuve" en raison de son importance dans une région profondément désertique. Le Tigre traverse les mêmes pays que l'Euphrate, bien que son cours se situe dans la partie la plus orientale de ces pays.

Dans le sud de l'Irak, près d'al-Qurnah, les deux fleuves se rejoignent pour former le canal Shatt al-Arab, jusqu'à ce qu'ils se jettent ensemble dans la mer d'Arabie.
Ces deux fleuves ont vu naître des empires qui ont façonné la civilisation d'aujourd'hui, mais aussi les périodes récentes les plus sanglantes de la région. Comme la bataille pour Raqqa, qui faisait partie d'un plan des Forces démocratiques syriennes appelé "Colère de l'Euphrate" visant à reconquérir la ville syrienne, qui était sous le contrôle de Daesh. Le Tigre, quant à lui, a connu le bombardement de Bagdad en 2003 et la bataille pour Mossoul, deux grandes villes irakiennes.

Aujourd'hui, les deux rivières font partie d'une crise de l'eau qui touche les régions qu'elles traversent. Les eaux de l'Euphrate et du Tigre sont un bien précieux dans une région confrontée à une sécheresse croissante, ce qui en fait un point de discorde entre les pays qui doivent les partager. Cette crise exacerbe également d'autres problèmes existants, tels que l'expansion turque dans le nord de la Syrie et les tensions à la frontière entre l'Irak et l'Iran.

atalayar_sequia Irak
AFP/ASAAD NIAZI - Cette photo, prise le 20 juin 2021, montre le corps desséché d'un poisson mort sur la terre qui sèche dans le marais de Chibayesh, dans la région d'Ahwar, dans le sud de l'Irak.

"Lorsque le bruit des fusils et des tambours de guerre dans la région cessera, il sera remplacé par les conflits dans les bassins de l'Euphrate et du Tigre. Le différend syro-turco-irakien sur les eaux des deux fleuves prendra une tournure internationale et l'eau deviendra une arme politique", prévient Nabil al-Samman, expert en eaux internationales, au média arabe Asharq al-Awsat.

Les projets hydrauliques turcs assèchent d'autres pays voisins

La Turquie a été désignée comme le principal coupable par ses voisins dans cette crise de l'eau en raison de son projet de l'Anatolie du Sud-Est (GAP). Ankara a construit 22 grands barrages, dont 14 sur l'Euphrate. Le plus important est le barrage Ataturk, une méga-construction à la frontière des provinces du sud-est d'Adiyaman et de Sanliurfa. Sur le Tigre, elle entretient huit barrages. L'un d'eux, le barrage d'Ilisu, le plus grand du pays après le barrage Atatürk, a réussi à retenir la moitié des ressources en eau du fleuve et à monopoliser 90 % des eaux de l'Euphrate. Le barrage a également suscité une grande controverse pendant sa construction en raison de la disparition de Hasankeyf, une ville de grande valeur historique qui a été inondée sous les eaux. Certains monuments de cette ville du sud-ouest de la Turquie ont été déplacés vers d'autres parties du pays, mais de nombreux autres monuments des époques néolithique, romaine et byzantine n'ont pas été sauvés malgré les tentatives des militants culturels et environnementaux.

atalayar_erdogan
PHOTO/REUTERS -Le président turc Tayyip Erdogan salue des supporters lors de la cérémonie d'inauguration d'un projet de canalisation d'eau reliant la Turquie au nord de Chypre, à Myrtoy, le 17 octobre 2015.

Ces mesures qui assèchent les places dans les pays voisins et même le territoire national ont été développées par les précédents gouvernements turcs, mais Recep Tayyip Erdogan poursuit la voie de ses prédécesseurs. "Il n'y a aucune différence entre la protection de notre eau et la protection de notre patrie", a déclaré le président lors de la cérémonie d'inauguration du nouveau Conseil parlementaire de l'eau.

"Les eaux du Tigre et de l'Euphrate sont turques et leurs sources d'eau sont turques, tout comme les puits de pétrole appartiennent à l'Irak et à la Syrie et ils ne partagent pas leurs ressources. Ils n'ont pas le droit de partager nos ressources en eau. C'est une question de souveraineté", a déclaré l'ancien président turc Suleiman Demirel. Toutefois, la Turquie a parfois conclu des accords avec ses voisins, comme ce fut le cas en 1987. En 1987, Ankara a passé un accord avec Damas pour 500 mètres cubes par seconde du Tigre en échange du fait que le gouvernement d'Hafez al-Assad empêche les membres du PKK (Parti des travailleurs du Kurdistan), le grand ennemi de la Turquie, d'attaquer les barrages turcs.

atalayar_sequia irak
AFP/ HAIDAR MOHAMMED - Un garçon irakien traverse un barrage d'irrigation asséché dans le village de Sayyed Dakhil, à l'est de la ville de Nasariyah, à environ 300 kilomètres (180 miles) au sud de Bagdad, le 20 mars 2018.Les conditions météorologiques sont en grande partie responsables de la crise, mais si les précipitations représentent 30% des ressources en eau de l'Irak, les 70% restants sont tirés des rivières et des réservoirs partagés avec l'Iran, la Turquie et la Syrie, ce qui a joué un rôle dans la sécheresse de l'Irak.
La Turquie maintient sa campagne contre les Kurdes

Ce sont précisément les Kurdes qui souffrent le plus des plans d'Ankara. Certains villages du nord de la Syrie et de l'Irak connaissent une baisse du niveau des eaux fluviales. Les autorités kurdes ont accusé à plusieurs reprises la Turquie de réduire les niveaux d'eau, ce qui entraîne des problèmes agricoles et des pénuries d'énergie. "Les zones sous notre contrôle bénéficient grandement de l'approvisionnement en eau de l'Euphrate, il s'agit donc d'une approche de blocage de la part du gouvernement turc pour saper notre autorité et endommager notre région", prévient Badran Chia Kurd, homme politique kurde et vice-président de l'administration autonome du nord et de l'est de la Syrie. Chia Kurd souligne également que l'interruption du flux d'eau d'un fleuve vers un pays constitue une violation du droit international

atalayar_sequia siria
REUTERS/AMMAR AWAD - Des degrés variables de sécheresse affectent près des deux tiers des terres arables limitées de la Syrie.

Bien qu'Ankara ait nié ces accusations, les experts soulignent que le débit d'eau provenant du territoire turc a chuté de 500 mètres cubes par seconde à 200 mètres cubes par seconde depuis le début de l'année. Cette baisse a entraîné des coupures de courant et a affecté les barrages de la région kurde de Tishreen et Tabqa. L'ancien barrage est également l'une des principales installations de la Syrie. "Si cela continue, nous serons obligés d'arrêter complètement de produire de l'électricité, car notre principale priorité est d'assurer l'eau potable à notre population", a déclaré un ingénieur de Tishreen à Voice of America. Le temps est également mauvais dans la région, qui souffre d'un manque de précipitations, de sorte que l'eau de l'Euphrate est nécessaire pour l'agriculture.

Lorsque la Turquie a envahi la ville syrienne d'Afrin en 2018, la première chose que les troupes turques ont faite a été de s'emparer du principal barrage et de la centrale hydroélectrique, coupant l'approvisionnement en eau de la ville. Les agriculteurs de la ville de Deir ez-Zor dénoncent également le blocus de la Turquie. "Nos régions dépendent à 99 % de l'Euphrate, alors la Turquie profite de la situation et coupe l'eau pour essayer de déplacer la population, car c'est un élément majeur", se plaint Anma al-Salem, vice-présidente de la section agricole de Hajin, une petite ville de Deir ez-Zor. 

atalayar_crisis agua siria
AFP/DELIL SOULEIMAN - Un homme syrien remplit un réservoir d'eau, fourni par des organisations humanitaires, pendant une coupure d'eau dans la ville de Hasakah, dans le nord-est de la Syrie, le 22 août 2020. Les habitants de Hasakeh ont été pris dans le dernier conflit entre les forces turques dans le nord et les Kurdes syriens qu'elles considèrent comme des "terroristes".

La ville d'Al-Bab, qui fait partie du gouvernorat d'Alep, souffre actuellement d'une grave sécheresse tandis qu'une "catastrophe humanitaire" causée par les températures estivales élevées suscite l'inquiétude. Sous le slogan "Al-Bab a soif", des militants locaux ont lancé une campagne sur les médias sociaux pour sensibiliser à la situation. "Nous informons toutes les parties prenantes, les organisations internationales et les responsables du gouvernement turc des détails de la crise de l'eau dans la ville, et nous demandons de l'aide", a déclaré Haitham al-Zain al-Shihabi, chef du conseil local d'Al-Bab, à Al-Monitor.

En plus de la sécheresse dont souffrent de nombreuses régions de Syrie, la population reçoit parfois une eau de mauvaise qualité, voire contaminée. Selon les études du portail humanitaire ReliefWeb, le nombre de cas de diarrhée a considérablement augmenté dans le nord-ouest de la Syrie. Alors qu'en mai 2020, le chiffre était de 7 355, cette année, au cours du même mois, le nombre de cas est passé à 17 166. 

atalayar_agricultura siria sequia
AFP/LOUAI BESHARA - La Badia, une région désertique et steppique qui s'étend de la campagne entourant Damas, la capitale de la Syrie, à la frontière irakienne, était autrefois une bande de prairie très appréciée. Mais le conflit qui dure depuis dix ans l'a transformé en zone interdite, privant les éleveurs de leur principale source de pâturage.

Des organisations telles que Human Rights Watch ont accusé la Turquie de "couper l'approvisionnement en eau de certaines régions de Syrie au milieu d'une pandémie mondiale". Ils soulignent également que le manque d'eau touche des populations particulièrement vulnérables, comme celles qui vivent dans des camps de réfugiés. "La coupure de l'eau par les autorités turques aux communautés du nord-ouest de la Syrie n'est pas seulement préjudiciable aux civils, mais pourrait également affecter la Turquie elle-même", explique Michael Page, directeur adjoint de HRW pour le Moyen-Orient. La situation climatique de la Turquie n'est pas favorable, car elle est confrontée à un climat sec qui rend la production alimentaire difficile, ce qui la rendra plus dépendante des importations à l'avenir. Malgré l'empressement du gouvernement à construire des barrages (plus de 1 000 ont été construits au cours des 18 dernières années et 90 autres devraient être achevés d'ici la fin de l'année), les opposants soulignent que le véritable problème est la mauvaise gestion de l'eau, associée à d'autres facteurs tels que la croissance démographique, l'urbanisation et le changement climatique. "Nous avons de l'eau courante, mais vous ne pouvez pas la boire", déclare Akgün Ilhan, un militant turc des droits de l'eau.

Comme de nombreux agriculteurs des zones rurales arides choisissent de s'installer dans des grandes villes telles qu'Istanbul, Ankara ou des villes situées le long de la côte méditerranéenne, cette croissance continue des zones urbaines nécessite de nouvelles sources d'eau. Comme l'explique à Al-Arab Gökhan Özertan, professeur d'économie à l'université Bogazici d'Istanbul, "il s'agit souvent de projets d'infrastructure massifs, tels que la construction de barrages et de pipelines, qui affectent les zones rurales, puis la consommation d'eau de la ville augmente, de sorte que d'autres barrages sont construits. C'est un cercle vicieux"

atalayar_sequia turquia
AFP/ADEM ALTAM - Une photo prise le 23 juillet 2020 montre le sol craquelé après une sécheresse à l'étang de Dikilitas, dans le quartier de Golbasi à Ankara.

Un autre problème majeur et une autre cause de la situation actuelle de la Turquie est que certaines industries sont développées de manière non durable, comme l'élevage de bétail. Guven Ekin, conseiller du maire de la ville de Smira, a souligné que les bassins fluviaux qui alimentaient la ville en eau se détérioraient en raison de l'augmentation de la production d'aliments pour le bétail, qui consomme beaucoup d'eau. Ekin a ajouté qu'ils encourageraient les agriculteurs à se concentrer sur les produits traditionnellement cultivés dans la région, ainsi qu'à favoriser un développement plus durable. Le gaspillage de l'eau est un autre problème auquel les autorités du pays doivent s'attaquer. Selon un rapport de la Water Policy Association, près de la moitié de l'eau potable de la Turquie est perdue par des fuites avant d'arriver au robinet.

Pour ces raisons, garder la majeure partie de l'eau d'un fleuve qui traverse plus de pays n'est pas la solution, mais plutôt de corriger les défauts du système d'eau des villes et de promouvoir le développement durable dans certains secteurs.

Irak, entre le blocus turc et le contrôle iranien

Outre les problèmes d'eau en Turquie et la sécheresse en Syrie, le tableau en Irak est sombre. Selon le Climate Water Stress Index (CWSI), 2025 sera l'année de la grande sécheresse dans tout l'Irak. L'Euphrate s'assèchera presque complètement et le Tigre deviendra un cours d'eau rare. L'Organisation européenne de l'eau a également averti que le pays arabe perdra complètement les importations liées au fleuve d'ici 2040.

atalayar_sequia Irak
AFP/ AHMAD AL-RUBAYE - Des agriculteurs irakiens travaillent dans une ferme à la périphérie de la ville de Khanaqin, dans la province de Diyala, au nord-est de l'Irak, le 24 juin 2021. - L'Irak est confronté cette année à une crise de l'eau en raison du manque de précipitations et du faible niveau des fleuves Tigre et Euphrate.

Les marais de Mésopotamie constituent l'un des paysages les plus inquiétants du pays. Il y a quelques années, les marais s'étendaient jusqu'à 20 000 kilomètres carrés, avec des voies d'eau et de grands roseaux luxuriants. Cependant, les guerres ont flétri ce haut lieu de la biodiversité qui était autrefois la plus grande zone humide du Moyen-Orient. Dans les années 1990, Saddam Hussein a commencé à les rétrécir pour chasser les chiites, les vidant de 10 % de leur taille. Depuis lors, elles n'ont cessé de se réduire, bien qu'en 2003, après la mort du dictateur, le Programme des Nations Unies pour l'environnement ait entamé un processus de restauration. Ce paysage a été déclaré site du patrimoine mondial de l'UNESCO.

Malgré les projets d'entretien, la situation actuelle continue d'assécher ces marais, tout comme le reste du pays. L'Irak doit non seulement faire face aux projets de la Turquie de bloquer une partie de l'eau des rivières, mais aussi aux barrages construits par Téhéran depuis l'invasion américaine. L'Iran a provoqué l'assèchement de certaines rivières irakiennes, comme l'Alwand dans la ville de Khanaqin, près de la frontière iranienne. Le Zab, un affluent du Tigre, est également contrôlé par l'Iran grâce à des barrages qui le détournent et le divisent en petits cours d'eau à l'intérieur du territoire iranien, l'empêchant ainsi d'atteindre l'Irak.

atalayar_Pantanos irak
AFP/ASAAD NIAZI - Vue aérienne des marais de Chibayesh dans la région d'Ahwar, dans le sud de l'Irak.

"Nous avons parlé à l'Iran et à la Turquie pour convenir d'un protocole de partage de l'eau, mais jusqu'à présent nous n'avons eu aucune réponse", a déclaré le ministre irakien des ressources en eau, Mahdi Rashid al-Hamdani. Le ministre a annoncé que Bagdad envisage de se tourner vers la communauté internationale pour combattre les dommages causés par les deux pays. La presse turque d'Ilisu est un problème majeur pour l'approvisionnement en eau de l'Irak.

Le ministère a également indiqué que les niveaux d'eau de l'Euphrate et du Tigre ont baissé de 50 % depuis avril. Ils soulignent également que les réservoirs turcs et iraniens entraîneront un déficit en eau en Irak de 10,8 mètres cubes d'ici 2035. Les projets de barrages iraniens touchant l'Irak voisin sont une réponse à la crise de la sécheresse dans le pays perse.

atalayar_sequia Iran
AP/VAHID SALEMI - Sur cette photo du mardi 10 juillet 2018, la rivière Zayandeh Roud ne coule plus sous le pont Si-o-seh Pol, vieux de 400 ans et nommé pour ses 33 arches, à Isfahan, en Iran.
L'eau remplace le pétrole comme cause possible des affrontements futurs

Selon les experts, l'eau pourrait devenir l'enjeu des plus grands conflits du XXIe siècle. Selon les chiffres de l'ONU, d'ici 2050, la consommation d'eau augmentera de 44 % pour répondre aux besoins de l'industrie et de la population. L'organisation internationale a également fourni des données relatives aux conflits, soulignant qu'il existe environ 300 zones dans le monde où des conflits liés à l'eau sont prévisibles en 2025. Parmi ces affrontements figure la crise du Tigre et de l'Euphrate entre la Turquie, la Syrie et l'Irak. L'absence d'accord politique, associée aux effets du changement climatique qui frappent de plus en plus la région, fait de l'eau le principal déclencheur de conflits futurs.

atalayar_crisis agua oriente medio
AFP/HAIDAR HAMDANI -  Ces dernières années, la Turquie et l'Iran voisins ont détourné les sources d'eau transfrontalières qu'ils partagent avec l'Irak.

Toutefois, cette tension n'est pas seulement présente au Moyen-Orient, mais aussi dans certaines régions d'Amérique latine et d'Afrique. C'est pourquoi l'eau, ou or bleu, prend de plus en plus de poids et d'importance au détriment du pétrole, une matière qui a toujours été identifiée comme la cause des guerres futures. Comme le décrit Ulrich Eichelmann, directeur de l'ONG environnementale autrichienne RiverWatch, "si l'on considère l'eau comme une arme, les barrages sont les nouveaux canons. L'Irak a le pétrole, la Turquie a l'eau, et parfois c'est bien mieux d'avoir l'eau"